Radio Courtoisie : Dominique Paoli n’est plus…

Dans un communiqué de Radio Courtoisie, nous avons appris le décès de Dominique Paoli, le dimanche 12 septembre 2021 :

« Chers auditeurs, amis fidèles de Radio Courtoisie,
C’est avec une immense tristesse que l’équipe de Radio Courtoisie a appris le décès de sa présidente.
Dominique Paoli-Latil a rejoint le Père hier matin, dimanche 12 septembre 2021. Son plein engagement (plus de 25 ans !) pour notre chère radio n’avait pas attendu son élection, en juillet 2017. Historienne, petite nièce de Charles Maurras, elle incarna sa présidence d’un “changement dans la continuité”. »

À l’occasion de mon éphémère passage à Radio Courtoisie – un peu plus d’une année et demie, d’abord aux côtés de Henri Dubost, qui m’y introduisit, puis ensuite seul –, j’avais parfois des échanges téléphoniques avec la défunte. Du cadre strict du travail, ces échanges glissaient imperceptiblement sur des considérations plus générales et des discussions autour de l’Histoire de France dont elle était férue, l’ayant étudiée à la Sorbonne.

Je me souviens de cette voix posée et intarissable lorsqu’il s’agissait d’évoquer, par exemple, la Maison d’Orléans, dont Dominique Paoli était une fervente supportrice et spécialiste reconnue. Se revendiquant royaliste-orléaniste, elle consacra d’ailleurs un certain nombre d’ouvrages à cette famille illustre et non moins turbulente de notre roman national, dont Fortunes et infortunes des princes d’Orléans : 1848-1918. L’un de ses livres fut même préfacé par Isabelle d’Orléans-Bragance, comtesse de Paris : Il y a cent ans, l’incendie du bazar de la Charité, qui relate un épisode tragique survenu le 4 mai 1897 à Paris, rue Jean-Goujon dans le VIIIe arrondissement de la capitale. Au cours de cet incendie périt entre autres la duchesse d’Alençon, à laquelle Dominique Paoli consacra aussi un essai : Sophie-Charlotte, duchesse d’Alençon : au-delà du mythe. Dominique Paoli m’avait d’ailleurs confié avoir été contactée par la production de la mini-série Le Bazar de la Charité, réalisée en 2019 par Alexandre Laurent, et visible actuellement sur la plateforme Netflix.

Dominique Paoli fut aussi journaliste – elle travailla entre autres vingt ans au magazine Point de vue – et, du fait de ses convictions, c’est tout naturellement qu’elle participa à l’aventure Radio Courtoisie, dont elle fut successivement directrice du comité éditorial, secrétaire générale, puis présidente après l’éviction de son prédécesseur Henry de Lesquen, cet indéniable érudit, certes, mais jusqu’au-boutiste imbu de lui-même qui, effectivement, mettait en péril l’existence même de Radio Courtoisie, se trouvant à l’époque sous le coup d’une menace du CSA. Et l’on connaît le pouvoir de nuisance de cette agence gouvernementale qui ne dit pas son nom : Éric Zemmour vient encore d’en faire les frais.

Alors oui, on pourra reprocher à Dominique Paoli d’avoir lissé les programmes de Radio Courtoisie afin de les rendre plus acceptables pour le CSA, d’avoir craint aussi de déplaire à certains auditeurs qui assurent, il est vrai, le financement de la radio. Je pense au livre de Christine Chamard, Puy du Fou, la grande trahison, que je voulais chroniquer à l’antenne en présence de l’auteur, proposition que Dominique Paoli n’a pas retenue, de peur de choquer lesdits auditeurs qui apprécient Philippe de Villiers. Dommage, je l’avoue, mais sans rancune.

Quant à ceux qui regrettent l’ère de Lesquen, fallait-il faire sombrer ce « navire-amiral de la réinformation » qu’est Radio Courtoisie – le mot est de Henri Dubost –, je l’ignore. Il est vrai qu’à Riposte laïque – dont un certain nombre de membres furent invités à l’antenne de Radio Courtoisie – nous avons une autre approche, plus frontale. Il n’empêche, Dominique Paoli a maintenu le navire à flots et c’est à un autre, désormais, de tenir la barre.

Alors, à cette fervente catholique qui aima la France, je souhaite une éternité de paix…

Charles Demassieux

image_pdfimage_print

16 Commentaires

  1. Malheureusement, j’ai bien peur que le navire amiral de la réinformation n’ait récemment embarqué pesante palanquée, dont Gabrielle Cluzel et Charlotte d’Ornellas.

    • Un lest bien placé peut aussi participer à la stabilité d’un navire !
      Je n’écoute plus, par manque de temps, Radio Courtoisie, mais j’appréciais de Lesquen et ses invités, après son départ, c’est devenu une autre radio, dommage.

      • 🌼 Bernard , bonjour , Je ne supportais pas la voix faible de D.P , on l’aurait toujours crue au bord de l’évanouissement . Je préférais Henry D.L , et de loin.

  2. Tant que brillera une lueur d’espoir dans les yeux des français, Radio Courtoisie vivra !

  3. RC c’est une bataille de chefs. Depuis sa tête à la présidence de RC, ce n’est que cirage de pompes et règlements de comptes. Il y en a un au moins qui doit être content…., son successeur.Pour moi, plus de cotisation à la radio depuis la présidence de Madame Paoli. En 2006, on aurait dû avoir comme président de la radio, Claude Reichmann, l’affaire était déjà pliée du vivant de Jean Ferret.

    • Rien de surprenant, c’est le fonctionnement normal de toute société de tout regroupement d’espèces.
      Voyez plutôt les combats, complots, trahisons et peaux de bananes à la veille de chaque élection.
      Pourquoi Radio Courtoisie échapperait à cette règle, d’autant que certaines évictions étaient nécessaires à sa survie toujours menacée par notre ‘belle démocrassie’.

  4. Je suis peu convaincu de la matinale de Radio Courtoisie dirigée par Clémence Houdiakova.Je finis par me demander s’il n’y a pas une sorte de normalisation afin de sortir Radio Courtoisie d’une forme de d’ostracisation.

    A l’arrivée d’Henri de Lesquen à la tête de Radio Courtoisie j’avais observé un « lissage » des programmes.Certains patrons d »émission soit sont partis d’eux-mêmes d’autres ont été dirigés vers la sortie.Un patron d’émission avec qui j’eus une discussion téléphonique m’avait affirmé que Radio Courtoisie connaissait des problèmes de trésorerie et que selon lui, Henri de Lesquen y avait sorti de sa poche plusieurs fois.

  5. Ah !

    Les guerres picrocholines au sein des chefs de Radio Courtoisie.

    Un jour, on écrira un poème sur le sujet.

  6. 🌼 Elle avait travaillé à l’éviction de Henry de Lesquen . Je ne comprends pas cette rivalité entre les membres de la radio puisqu ‘ à part les techniciens , ils sont tous BÉNÉVOLES .
    Une émission  » hommage » avec plusieurs intervenants a eu lieu , que l’on peut encore écouter sur le site de RC . Le seul que j’ai trouvé un peu vif dans ses mots est l’avocat Patrick Simon .
    Dominique Paoli ( pseudonyme ) était une veuve sans enfants qui devait s’ennuyer et , c’est pour cette raison qu’elle était si attachée à la radio.
    Elle se disait petite-nièce de Maurras mais , elle avait sans doute un peu arrangé la réalité .

  7. 🌼 Elle a été découverte morte à son domicile et son corps a été transporté à l’institut médico -légal.

  8. 🌼 J’ajoute qu’ Henry de Lesquen avait été choisi par Jean Férré lui -même pour successeur.

  9. Merci pour votre hommage à cette grande dame.
    Elle savait résumer les problèmes et était toujours très digne.
    Mais je ne la connaissais pas plus que çà.
    Qu’elle repose en paix.
    Toutes mes condoléances à sa famille et à ses amis.

Les commentaires sont fermés.