Ramatoulaye Yade : une ambitieuse aigrie

Tout le monde se perd en conjectures inutiles et disserte sur le cas Ramatoulaye Yade. Il s’agit tout simplement d’une jeune femme trop gâtée, capricieuse, ambitieuse, aigrie. Comme Rachida Dati, elle a fait partie du quota immigré du casting 2007 de Sarko, parce qu’elle était d’origine sénégalaise et jolie de surcroît. Naturalisée depuis seulement dix ans…

Sa notice Wikipédia n’explique pas pourquoi sa famille s’est installée en France en 1987, ses parents se séparant, son père aurait rapidement regagné sa patrie. Ramatoulaye, la petite musulmane, a suivi sa scolarité dans une école catholique de Colombes. Qui ne l’a pas discriminée…

Comme beaucoup d’autres, elle a fait Science Po. Administrateur au Sénat, dircom de Public Sénat, etc., rien explique qu’elle se soit retrouvée secrétaire d’État à trente ans. Si, à la sortie, Sarkozy a offert la mairie du VIIe à Rachida Dati, il lui a offert le rôle d’ambassadeur de France à l’UNESCO. Après, elle a cafouillé, bricolant avec des jobs moyens, ratant tout : la mairie de Colombes, la présidentielle de 2017 puis les législatives à Blois. Ne parvenant pas à se relancer en politique, elle est allée bouder à Washington, où elle est directrice Afrique de l’Atlantic Council,  think tank spécialisé dans les relations internationales. À noter qu’elle n’est pas repartie faire carrière au Sénégal…  

Veut-elle désormais rentrer en France ? Un copinage lui aura offert une interview dans un célèbre hebdomadaire subventionné, pour la faire sortir de l’oubli et raconter « le regard sévère » qu’elle porte sur la France. Ce qui importe peu aux Français !

Si elle avait été victime de racisme, elle n’aurait jamais occupé les fonctions qu’elle a eues et serait encore moins devenue ministre. Ramatoulaye vient de s’inventer un truc pour exister à nouveau. Le wokisme, la cancel culture et l’activisme BLM sont des créneaux déjà bien occupés par Danielle Obono, Aissa Traoré et bien d’autres. Il lui faudrait trouver un autre registre pour se plaindre. L’on ne peut lui conseiller de rentrer au Sénégal, ce pays ayant fait beaucoup trop de trafic d’esclaves… 

Confondant délibérément racisme et population autochtone, Ramatoulaye fustige son pays d’adoption : « Les gens se disent toujours anti-racistes mais les élites sont quasiment toutes blanches ». C’est étrange dans son pays d’origine, elles sont noires et souvent, musulmanes… Quelle horreur ! Pas d’Asiatiques ! Elle devrait aller en parler à Macky Sall, le chef de l’État.

Si certaines statues françaises lui déplaisent, il lui suffit de ne plus revenir dans ce pays blanc aux racines chrétiennes où un Président, lui aussi très opportuniste, eut la déplorable idée de lui confier un poste immérité car il lui fallait absolument une non blanche dans son gouvernement. Il aurait pu au moins choisir une belle Antillaise, Française de naissance.

Ramatoulaye ne crache pas que sur notre pays : « Au-delà des tensions raciales, c’est aussi la question des libertés qui se pose. La Cour suprême compte six juges conservateurs sur neuf, dont trois nommés par Donald Trump : regardez ce qui se passe au Texas avec la loi anti-avortement… Les lois restrictives se sont multipliées. Nous sommes dans un moment de tensions à tous les étages avec des menaces permanentes sur la première démocratie du monde. »… Critiquer et se plaindre sont un état d’esprit.

Inutile de pleurnicher sur l’ingratitude de cette quadragénaire à laquelle la France a injustement donné ce qu’elle n’aurait probablement jamais obtenu de la terre de ses ancêtres. Faute de s’être souvenu qu’elle fut ministre, en manifester la réserve exigée et la dignité conséquente, ne reste plus à Ramatoulaye Yade qu’à se retrouver un autre pays d’adoption, plus enclin à écouter son numéro victimaire de migrante micro-agressée par des statues centenaires et historiques.

Daphné Rigobert

image_pdf
21
0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


20 Commentaires

  1. Une conne mal blanchie restera toujours une conne. Vu l’état de l’enseignement ( toujours tiré vers le bas), ses pseudos diplômes ne sont je des faire valoir pour personnes incompétentes. Elle ne les s pas mérités on les lui a donné (discrimination positive).
    Elle est en Amérique, qu’elle y reste, elle ne nous manque pas du tout.
    Qu’iel aille a Harlem, il reste encore des nues de trottoirs

  2. Elle ne pardonne pas à la France de l’avoir privée de ses droits à l’excision et à l’analphabêtisme !

  3. Moi aussi je suis comme elle, très sensible, quand je prends le métro et que je vois ce qu’est la France maintenant, je ressens aussi des micro contrariétés comme elle en ressent devant la statue de Colbert, mais à chacun sa peine et tout ira mieux, ce n’est pas une raison pour cracher dans la soupe, et baver sur ceux qui l’ont pistonnée.

  4. Le silence est le plus grand des mépris
    N’en parlons plus et elle retombera aux oubliettes d’où elle essaie misérablement de sortir

  5. Si elle a horreur de la France qu’elle se tire vite fait ailleurs. Nous en avons assez de cette ingrate haineuse et de ceux et celles qui lui ressemblent et qui sont fort nombreux d’ailleurs à investir notre pays. Ces vomissures seraient plus heureuses dans leur environnement naturel.

    • Plutôt CONNE.
      Quand t’es mort tu sais pas que t’es mort, c’est pour les autres que c’est dur. Eh bien quand t’es conne c’est pareil.

  6. Nous l’avions oubliée et c’était très bien, puisse cette tentative de faire parler à nouveau d’elle reste lettre morte.Oublions là, c’est ce qu’iy a de mieux à faire, le reste n’est que littérature.

  7. Puisque Colbert lui donne de l’urticaire, qu’elle retourne au sénėgal ! Mais avant qu’elle rende tout je dis bien Tout ce que la France lui a donné. ! Salaires , certainement une belle voir plus , maison ! Qu’elle reparte avec juste une valise et qu’elle n’oublie pas son blanc mari !

  8. jeune femme que sarkozy a déniché avant de chercher son karcher, qui crache sur tout ce qui a fait sa réussite! qu »elle reste en amérique où les noirs sont si heureux, si libérés,

  9. Les woke sont des Noirs qui en veulent terriblement au destin de ne les avoir pas fait naitre Blancs. Aussi, pour se venger du destin insaisissable, s’acharnent-ils contre les Blancs pour assouvir leur rancune et leur colère. Qu’ils restent tous en Afrique ! ils y seront entre eux et n’y auront plus de problème d’identité. Ils nous foutrons la paix. Eux chez eux et nous chez nous et tout ira pour le mieux dans le meilleurs des mondes. Idem pour les arabo-musulmans.

  10. Mais pour l’amour du Ciel, arrêtez de parler d’elle !
    Tout le monde l’avait oubliée.
    Vous lui rendez service, vous ne voyez pas qu’elle a fait cette déclaration uniquement pour qu’on se souvienne d’elle à l’approche des élections ?
    Qui voudrait encore d’elle. Ah oui, Muselier peut-être.