Rapport Marco Polo : vers une procédure d’impeachment du président Biden ?

Hunter Junky Biden et son papa, Senility Joe

***

La puissance d’omerta des médias de grands chemins concernant les infos gênantes pour l’Etablissement ne tient décidément pas de la théorie du complot. Trois semaines après la sortie du Rapport Marco Polo sur les agissements délétères de Hunter Biden alors que son père Joe Biden était vice-président de Barack Obama, et sa distribution à l’ensemble des membres du Congrès des Etats-Unis, une radio française abordait enfin ce sujet explosif dans la plus parfaite indifférence des « gros » médias :

Une semaine après cette émission sur Sud Radio et le silence persistant desdits « gros » médias, Ligne Droite reprenait le sujet dans une émission de plus de 50 mn :

Depuis, aucun de nos « gros » médias n’a cru devoir enquêter sur cette affaire…

Aux Etats-Unis, lors de la campagne présidentielle de 2020, le FBI a délibérément bloqué l’étude du contenu de l’ordinateur portable de Hunter Biden – ordinateur dument authentifié par de nombreux experts comme appartenant à son propriétaire putatif –, les Gafa ont censuré l’info et les gros médias ont quant à eux pratiqué une omerta efficace.

***

Lors de la campagne pour les élections présidentielles américaines de 2020, élections remportées à la mords-moi-le-nœud par Senility Joe, la holding Burisma a quasiment à elle seule nourrie toutes les conversations aux Etats-Unis. En cause les accusations de Trump concernant des liens pour le moins problématiques – selon le président républicain candidat à sa réélection – que Hunter Biden entretenait avec la holding ukrainienne. A l’époque, ces affirmations avaient été balayées d’un revers de main dans un rapport publié par une commission sénatoriale pilotée par… les démocrates : on n’est jamais si bien servi que par soi-même.

https://www.documentcloud.org/documents/7216133-HSGAC-Finance-Joint-Report-on-Hunter-Biden.html 

Rapport contre rapport : le 21 octobre dernier était publié un nouveau rapport – seize mois de travail pour leurs auteurs – sur les agissements passés de Hunter Biden. On le doit au think tank Marco Polo  dépendant du Paulson Institute, un groupe non partisan de réflexion et d’action qui se consacre à la promotion des relations américano-chinoises. Preuve que le futur des relations entre les deux hyper-puissances n’est pas forcément mégatonique… Ce rapport, rédigé par une équipe de cinq personnes sous la direction de Garrett Ziegler, ancien membre de l’entourage du président Trump, met en lumière les agissements maffieux non seulement de Hunter Biden, mais également de son père :

https://t.co/csVFkdwEQl

Au fil de 630 pages, le rapport Marco Polo liste quelque 460 crimes et délits commis par le clan Biden alors que Joe était vice-président de Barack Obama. Si l’affaire Burisma est le sommet de l’iceberg, le rapport fait également état de nombreuses autres entreprises avec lesquelles Hunter entretient des liens relevant de la corruption et du trafic d’influence. On relève entre autres des entreprises chinoises, naturellement inféodées au PCC, des entreprises kazakhes, mexicaines, libyennes, etc. Joe est parfaitement au courant de ces malversations : dans de très nombreux cas, il est en effet dans la boucle d’emails relatant ces affaires.

Dans cette vidéo publiée lors de la sortie du rapport Marco Polo :

Garrett Ziegler affirme que le rapport dont il a dirigé la publication ne mentionne qu’un pour cent « de la débauche et de criminalité qui se trouve sur l’ordinateur portable de Hunter Biden », ordinateur qui, en avril 2019, a été déposé par son propriétaire « en état d’ébriété, dans un atelier de réparation du Delaware, et qui n’a jamais été récupéré ». Après 90 jours, cet ordinateur est devenu la propriété de l’entreprise de réparation. Le groupe Marco Polo a obtenu du réparateur une copie du contenu de l’ordinateur – quelque 200 Go de données, 100.000 mails… –. Collusion avec des puissances étrangères, crimes sexuels, pornographie, y compris avec des mineurs, exploitation d’enfants, trafic de drogues – Hunter a été viré de la Navy en 2020 pour consommation de cocaïne – blanchiment d’argent, corruption, trafic d’êtres humains, telles sont, selon Ziegler, les charges qui pèsent contre Hunter Biden à l’étude de ce contenu. Pour Ziegler, il ne fait aucun doute que la Banque de Chine a financé Hunter Biden, une « collusion avec une puissance étrangère » dont Joe Biden était parfaitement au courant. Ziegler revient également sur l’élection de Joe Biden à la Maison Blanche, le 3 novembre 2020, qualifiant l’événement d’« imposture ». Il affirme que les liens entre l’actuel gouvernement Biden et le Parti communiste chinois sont « systémiques ». Même après seize mois d’investigation, un travail important reste encore à fournir pour exploiter toutes les données de l’ordinateur portable de Hunter Biden.

Trump et son avocat personnel, Rudy Giuliani, ont accusé à plusieurs reprises Biden d’avoir indûment exploité sa position à la Maison-Blanche pour faire congédier Viktor Shokin, alors procureur principal d’Ukraine, en mars 2016, afin d’éviter d’impliquer Hunter dans des enquêtes sur la corruption dans l’affaire Burisma. Ce que Joe Biden a vigoureusement contesté, affirmant qu’il a exhorté le gouvernement ukrainien de l’époque à licencier Shokin pour une raison exactement opposée : Shokin n’en faisait pas assez pour lutter contre la corruption du régime…

***

Burisma Holdings opère sur le marché ukrainien du gaz naturel depuis 2002. C’est l’un des plus grands producteurs privés de gaz naturel en Ukraine. Elle appartient à l’oligarque ukrainien Mykola Zlochevsky par l’intermédiaire de sa société Brociti Investments Limited. Fondée en 2002, Burisma, bien que basée à Kiev, est enregistrée à Chypre, paradis fiscal s’il en est. Elle est devenue un actionnaire majeur de Sunrise Energy Resources, une société du Delaware, autre paradis fiscal bien connu. Le Delaware est l’Etat américain où Hunter B. a « égaré » son ordinateur portable, mais c’est un hasard.

Lors de l’élection présidentielle américaine de 2020, Donald Trump a soupçonné les liens mafieux existant entre Burisma et Hunter Biden. Trump a, en vain, exigé du gouvernement ukrainien de l’époque qu’il fasse toute la lumière sur ces liens. Cette demande s’est retournée contre son auteur, ses adversaires démocrates engageant une procédure d’impeachment pour ingérence dans le fonctionnement autonome de la justice et collusion d’intérêts avec une puissance étrangère, la Russie… Une procédure qui, comme on le sait, a fait pschitt. Une « enquête » menée par les commissions sénatoriales de la sécurité intérieure et des finances contrôlées par les démocrates a néanmoins conclu qu’il n’y avait aucune preuve d’influence inappropriée ou d’actes répréhensibles de la part de Joe Biden…

On remarquera que pour Wikipédia, toute allusion aux liens peccamineux entre Hunter Biden et Burisma tient de la théorie du complot

Hunter Biden a siégé au conseil d’administration de Burisma. Il a été grassement rétribué (entre 50.000 et 80.000 dollars par mois) pour des tâches plus ou moins fantômes : certains parleraient même d’emplois fictifs… Hunter Biden était membre du conseil d’administration de Burisma lorsque le propriétaire de la société a distribué 7 millions de dollars à des fonctionnaires travaillant sous la direction du procureur général d’Ukraine, Viktor Shokin, pour classer l’affaire contre le propriétaire. Burisma fait partie des cinq principales sociétés pétrolières, de forage et de production opérant sur le sol ukrainien.

***

A la lecture du rapport Marco Polo, l’affaire Burisma n’est évidemment que l’arbre qui cache la forêt : les accusations de collusions du clan Biden avec une puissance étrangère, la Chine en l’occurrence, sont autrement plus graves – elles constituent « un Watergate puissance 100 » selon Stanislas Berton – et pourraient déboucher sur une procédure d’impeachment du président Biden. A ceci près que la perspective que la folledingue Kamala Harris remplace Senility Joe n’enchante pas grand monde aux Etats-Unis, y compris dans les rangs démocrates. Et quand on voit les résultats des récentes élections des Midterms, et l’absence de volonté de la plupart des dirigeants républicains de mettre un terme à la fraude électorale, on peut douter que le rapport Marco Polo, qui était déjà à la disposition du public lors de ces élections, ait une quelconque influence sur l’ordre « naturel » des choses…

***

Henri Dubost

In girum imus nocte ecce et consumimur igni 

image_pdfimage_print
23

6 Commentaires

  1. Encore maintenant pour le journaleux de cnews Praud, Trump ment quand il invoque une fraude electorale en 2020, parce que beaucoup de juges auraient condamnés cette théorie, en réalité peu de juges ont une le courage de statuer malgré l’ accumulation des preuves

  2. Les autres fonds de FTX financeur-escroc depuis, NO.2 pour les démocrates lors des présidentielles étaient lavés plus blanc que blanc, à travers de ?? à travers de ?? à travers de ?? Ahahahaha : l’Ukraine : bien sûr… Qui va enquêter ?? Comme pour Hunter Biden, cela fera pschittt… Ah ! s’il s’était s »agit d’un « Hunter Trump », ou que si FTX avait financé « 1 Trump » via la Russie… combien d’enquêtes, combien de titres à charge dans les Mierdias de gauche et de DROITE du monde entier… Mais là : silence…

  3. Je vois peu de chance…Il y a une commission de surveillance de la Chambre des représentants qui cite Hunter comme témoin…Auncune enquête !!! Maintenant il y a FTX, qui était le second financier des Démocrates lors des élections après Soros NO.1…Le gars en fuite, en ayant ruiné des millions de petits porteurs US… s’appelle Bankman Fried…ahahahah (Le Banquier Grillé ! Ahahahaha !)….Certains fonds promis lors des récentes élections ne sont pas arrivés aux Démocrates…Qui va payer ? Encore l’Ukraine ?

  4. Le manque de volonté des dirigents républicains: les « rinos » (republicans in name only), ne sont pas ravis du tout par le succès des « magas » (make america great again), les nouveaux qui suivent la ligne de Trump. Les rinos (Mitch Mcconnel, Liz Cheney, Mitt Romney et autres) craignent de perdre leur place et leur pouvoir et préfèrent être alliés de circonstance avec les démocrates pour garder leur influence!

  5. Aucune chance que la procédure aboutisse avec la majorité démocrate au Sénat.

Les commentaires sont fermés.