RATP : La direction reconnait la justesse de la vidéo de Guy Sauvage… pour mieux noyer le poisson

Publié le 18 avril 2013 - par - 1 490 vues

La Direction Générale de la RATP a confié dans un article du Figaro «Les conclusions de l’enquête interne » (diligentée suite à la mise en ligne de la vidéo de Guy Sauvage) « ont confirmé l’existence de faits communautaristes mais de manière circonscrite et non structurée.»

Maud Orcel s’est déjà exprimé sur le sujet, j’ai moi-même profité de la tribune de Riposte Laïque pour rendre ma carte à l’incompétente CGT et parlé de la situation dégradante des femmes de la RATP. Les derniers communiqués de mon entreprise qui font la promo du « guide de la laïcité et de la neutralité» m’obligent à les commenter.

D’abord, c’est une gifle pour tous ceux qui ont nié les faits, ceux qui nous ont accusées de diffamation, ceux qui nous ont insultées de crasseuses, de chiennes et bien sûr de racistes, ceux qui nous ont menacées, ceux qui ne nous ont pas soutenues et ceux qui se sont efforcés de nous enfoncer; ils se reconnaîtront.

Ensuite, ce n’est que justice pour les femmes et les hommes de la RATP, témoins dans la vidéo, qui n’ont pas cédé aux menaces et aux pressions hiérarchiques, syndicales et communautaires; pour tous ceux qui, comme Riposte Laïque, leurs contributeurs ou leurs lecteurs nous ont soutenus; pour tous les agents RATP qui, avant de penser à leur carrière, ont confirmé ce que nous dénoncions depuis des mois.

Néanmoins, la direction cherche à minimiser les faits en parlant  « de faits circonscrits » et « non-structurés ». En disant cela, elle prouve qu’elle n’a toujours pas pris la mesure du « problème ».

Les femmes employées de la RATP seront ravies d’apprendre que leurs souffrances, dues aux mépris de leurs collègues religieux, ne sont que limitées puisque venant de “faits circonscrits”. Lorsque des femmes de la RATP (environ 8% de la population machiniste), sont confrontées à l’application de la loi musulmane (la charia) de la part de certains collègues de plus en plus nombreux et dont les comportements sont de plus en plus agressifs, a-t-on le droit de parler de « faits circonscrits » ?

En ce qui concerne les faits que la direction appelle « non-structurés » . Si les adeptes de la charia importunent, s’ils humilient, s’ils choquent par leurs comportements… ils s’en foutent royalement;  ce qui compte pour eux c’est de pratiquer en tous lieux et en toutes circonstances, c’est de montrer qu’ils sont musulmans.

Ce qui compte, pour eux, c’est de protéger leur communauté coûte que coûte et crier à la diffamation, au racisme et/ou à l’islamophobie, dès qu’ils sont contestés. Comme ils ont le soutien des défenseurs des droits de l’homme ou des antiracistes, ils peuvent insulter et menacer à souhait, ils seront toujours excusés de leurs méfaits, car toujours considérés comme étant des victimes.

Dans tous les dépôts de la RATP qui sont confrontés à ces faits vous y trouverez des sections syndicales à forte concentration musulmane tel que SUD à Nanterre ou Force Ouvrière à Charlebourg (rebaptisée « Force Orientale » par les autres organisations syndicales) toujours prêt à défendre l’indéfendable omniprésence de la religion musulmane sous toutes ses formes; régulièrement, ces organisations syndicales réclament des sandwichs halal dans les distributeurs, des douchettes dans les toilettes (« Force Orientale » les ayant obtenues, pendant un temps, à Charlebourg) ou autres revendications communautaires pour satisfaire  leurs adhérents.  Certains délégués du personnel de ces syndicats ayant déclaré devant tous les représentants syndicaux et la hiérarchie, faire leur prière sur leur lieu de travail. Peut-on, au regard de ces pratiques, encore parler de « faits non-structurés » ? Un syndicat n’est-il pas une structure ? Les associations droit de l’hommistes ne sont-elles pas des structures ? une hiérarchie locale qui ferme les yeux  en négligeant ainsi ses agents féminins et en favorisant le développement de faits communautaristes ne devient-elle pas structure  ?

La direction générale de la RATP se trompe en laissant ses employées faire face, seules, au mépris des religieux car en faisant cela elle méprise ses employées elle-même. Mais, qu’elle se le dise, il n’y aura plus de paix sociale tant qu’elle laissera une partie de ses agents continuer à maltraiter, au nom de leur religion, les femmes de la RATP.

Ghislaine Dumesnil

 

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi