RATP : le machiniste a-t-il abandonné bus et passagers pour aller faire sa prière du vendredi ?

Je me trouvais dans un bus me ramenant du cœur de Paris vers ma riante et exotique banlieue ce vendredi 6 septembre vers 13h, absorbée par mon bouquin et peu désireuse de lever le nez à l’approche de ma destination.

Déjà à l’arrêt du bus un spécimen à la pilosité assumée s’était assis à mes côtés. Vêtu d’une longue chemise de nuit blanche à la Caroline Ingalls et petit bonnet de nuit assorti, il s’apprêtait très vraisemblablement à aller prier dans sa caserne-mosquée.

Arrêt de bus Châtelet 060913 2

Arrivé à Bagnolet et alors qu’il restait encore plusieurs arrêts avant le terminus, le bus s’est arrêté et presque tout le monde en est descendu.

Une femme assise devant moi était au téléphone et à un moment donné je l’ai entendu dire « le chauffeur est parti, il n’y a plus personne ». J’ai alors regardé vers le siège conducteur et effectivement, il était vide. Le moteur continuait à tourner.

Nous étions trois femmes dans le bus, totalement abandonnées par le personnel RATP. La femme devant moi continuait de s’étonner de la situation tandis que les minutes s’égrenaient. Il aurait pu se passer n’importe quoi pendant ce temps-là. La porte avant était ouverte, n’importe quel « déséquilibré » aurait pu entrer, prendre le volant et partir en vacances avec le bus, y mettre le feu ou que sais-je encore.

« C’était un Arabe » a dit la femme à son correspondant. Et là, tout d’un coup, j’ai réalisé que nous étions vendredi et que c’était l’heure de la prière !

Au bout d’environ 10 minutes, un autre machiniste est arrivé, expliquant d’un air un peu gêné qu’on « ne reverrait pas le chauffeur précédent »…

S’agissait-il d’un simple remplacement normal de fin de service ou d’une urgence divine ? Impossible de le dire.

Quid de la responsabilité de la RATP si quelqu’un décidait de prendre le volant pour partir avec le bus parce que le machiniste a abandonné son outil de travail ? Si nous arrivons tout simplement en retard parce que l’horaire n’a pas été respecté ? Ou pire, si l’une de nos petites Chances Pour la France s’amusait à y mettre le feu pour s’amuser ?

Je me suis trouvée assise il y a quelques temps à côté de l’un de ces djeuns qui avait trouvé très spirituel de faire semblant de mettre le feu à la chevelure de son copain assis devant lui. La capuche de ce dernier étant en nylon hautement inflammable, je lui avais demandé d’éteindre son briquet, à quoi il m’avait répondu « vous inquiétez pas, m’dame, j’fais attention ! »

J’ai adressé un courrier à la RATP afin de leur demander une explication, car il est de toute façon aberrant que des passagers soient laissés seuls dans un bus aux moteurs allumés, surtout dans un tel quartier. Si la raison du départ du chauffeur est d’ordre idéologique il faudra qu’il soit dûment sanctionné, il faudra également veiller à ce que cela ne se reproduise pas.

Bus 122 à Bagnolet
Bus 122 à Bagnolet

Pendant que j’y étais, je leur ai également demandé des explications sur le fait que sur la ligne 122 les machinistes sont presque toujours des islamistes barbus, dans la mesure où la RATP a fait éditer un guide de la laïcité évoquant pourtant l’interdiction au personnel d’arborer des signes religieux ostensibles, l’édition dudit guide faisant suite à la vidéo des femmes machinistes victimes des phallocrates mahométans, ajoutant à ma demande la remarque suivante : « ils tuent des innocents en Syrie, ce n’est certainement pas à la France de leur servir de base arrière… !!! »

Ce guide de la laïcité n’est-il destiné qu’à décorer les guichets ? En tout cas il n’est absolument pas respecté. Par ailleurs, qu’est-il prévu en matière de dédommagement si durant le ramadan un accident survient suite à un malaise d’un chauffeur mal alimenté et assoiffé ? Faudra-t-il qu’il se passe un événement grave pour réagir ? Faut-il porter plainte contre la RATP pour que la loi y soit appliquée ?

Nous sommes en France et la loi doit être la même pour tous. La France n’est pas une terre d’islam et n’a pas vocation à le devenir. Les citoyens ne veulent pas d’islamistes pour conduire les bus ou le métro… ils ne veulent pas d’islamistes tout court en fait.

Caroline Alamachère

image_pdf
0
0