Rayhana agressée en plein Paris à l'essence, comme au Pakistan

Mardi soir 12 janvier, une jeune femme vient d’être aspergée d’essence par un homme qui a tenté de la faire brûler, sans y réussir heureusement… La scène se passe au Pakistan? En Afghanistan? Eh bien non, la scène se passe en plein Paris. Elle nous ramène quelques années en arrière et nous ne pouvons que repenser douloureusement à la jeune Sheherazad…

Alors cette jeune femme qui est-elle? C’est Rayhana une jeune dramaturge algérienne auteure de : « A mon âge, je me cache encore pour fumer » *. Dans cette pièce, à Alger, Fatima, 8 fois mère, mariée à un homme paresseux et violent accueille dans son hammam d’autres femmes. Dans ce lieu clos, à l’abri des hommes, les femmes se racontent, se confient, et ce qu’elles expriment n’est pas très flatteur pour les hommes. Rayhana incarne Myriam une jeune-fille enceinte que son frère, offensé, menace de tuer, une autre raconte sa nuit de noces , elle avait dix ans.
Chacune évoque ses souvenirs , ses malheurs et aussi ses espérances. Mais, on comprend bien que si Rayhana a écrit cette pièce ce n’est pas sans arrière pensée, c’est une pièce engagée, engagée dans la défense des femmes. Pour mettre en lumière la difficulté de la femme musulmane. Pourrait-elle la jouer dans son propre pays? Ce n’est pas sûr, mais on aurait pu penser que la liberté de parole pouvait permettre qu’on la joue en France et bien il semble que non!
Sans anticiper sur l’enquête il n’est pas interdit de penser qu’on a voulu attenter à la vie de cette jeune femme parce qu’on veut la faire taire. C’est une tentative d’assassinat, qui heureusement n’a pas aboutie, qui est une nouvelle alerte et qui ressemble bougrement à l’assassinat de Théo van Gogh. Veut-on interdire la parole qui dénonce, la parole qui dénonce les violences faites aux femmes musulmanes?

Admirons le courage de toutes ces comédiennes, puisque la pièce se poursuit jusqu’aux dates prévues.
Chantal Crabère
* Théâtre contemporain Maison des métallos jusqu’au 16 janvier

image_pdf
0
0