Réactions de lecteurs

Paroles de la rue

Quelle lamentable histoire que celle de Fanny ! Et encore une fois une Justice incompréhensible pour les Français à qui il reste quelque logique !

Grâce à RIPOSTE LAÏQUE (dont la notoriété ne peut que s’étendre, car elle touche au coeur du bon vieux bon-sens des Français de plus en plus violé par des imposteurs), j’ai assisté sans le chercher à une conversation sur le procès en cours de Fanny. Il y avait là des personnes que je connaissais et d’autres non. Celles que je connaissais appartenaient à des milieux différents et des tendances politiques parfois opposées. Quelle n’a pas été ma surprise de constater leur consensus en net faveur de Fanny.

Il serait trop long de rapporter ici toutes les remarques au cours de cette discussion. Mais celles qui m’ont le plus frappé sont celles-ci :
La mauvaise foi dans la défense de ceux qui soutiennent le voile et les islamistes est tellement grossière que l’on s’étonne que personne ne soit capable de la démasquer définitivement.
De même en ce qui concerne leur perversité à se servir de notre propre vocabulaire, tel « liberté », « droit de l’Homme », etc. et de nos valeurs les plus précieuses pour en détourner le sens à leur profit en les dévoyant sans scrupule.

Sachant que les avocats ont un métier qui consiste à tout soutenir et son contraire selon celui qui les paye, ils devraient être écartés dans des affaires dont la philosophie (qui n’est pas du droit) semble échapper complètement à leur culture. Le fond d’un tel contenu contient bien plus que du juridique.
Ces islamistes-là (qu’il ne faut pas confondre avec d’authentiques musulmans) ne sont pas de notre monde. Ce serait à eux de s’en exclure s’ils étaient sincères avec eux-mêmes. Or, ils préfèrent nous embêter chez nous sans la moindre pudeur. Démontrant par là que le fait d’être français sur le papier (ni même d’être nés en France) n’en fait pas automatiquement des Français de mentalité, de moralité, de culture et de tradition.

Une attitude aussi irrespectueuse envers ceux qui les ont accueillis (certains ont parlé de « culot inoui » ) est une insulte et du mépris.
En conclusion (et j’en passe…), une si grossière incompréhension, et de nos mots et des fondamentaux français, ne peut logiquement s’expliquer. Certains se l’expliquaient par une énorme distance entre notre évolution et la leur. D’autres sont allés (dois-je le dire ? ) jusqu’à se demander, devant de telles énormités, si cela n’était pas dû à un certain défaut d’intelligence (certains parlaient de « bêtise »), d’où un certain fanatisme, pour ne pas dire un fanatisme certain.
Voilà ce que j’ai entendu et bien d’autres remarques encore. Qui plus est de la bouche de personnes solides, bien ancrées dans la vie, responsables et représentatives.

Que cela plaise ou non, voilà ce qui se dit. Ces personnes comme vous et moi n’en auraient-elles pas le droit ? Parce que c’est l’orgueil qui domine désormais nos relations humaines et non l’humilité, faudrait-il encore une fois le taire au lieu de s’en servir non pas pour une condamnation mais comme un appel à la raison ?

Or, n’est-il pas désespérant que ceux dont le jugement devrait ramener à la raison, à la logique et à la sagesse, dans l’humilité au lieu de l’orgueil et de la haine, faillissent eux-mêmes à leur mission ?

Alain Var

Ca commence à bien faire…

Monsieur,

Je suis protestant, et je suis allé à l’école dans une petite ville (Mazamet) où se côtoyaient catholiques et protestants. Personne n’avait le droit de laisser apparaître un signe religieux quelconque. Les croix, huguenote ou catholique, on les portait sous la chemise. Moi, je n’en avais pas. Je suis incapable de vous dire qui, de mes camarades, était catholique ou protestant. Je conçois que ce principe de neutralité puisse être étendu à l’entreprise et à une quantité d’autres endroits. Si le voile n’est qu’une coquetterie, il n’y a pas à s’offusquer qu’il soit interdit : quand le fils du bourgeois est-il allé en classe avec un haut-de-forme ? Le fils du cuisinier, avec une toque ? Le motard garde-t-il son casque ? Quand on est en présence d’un professeur, on se découvre. Un point c’est tout. Dans une entreprise, lieu fermé, on se découvre aussi. Dans ce cas, où est le racisme, d’interdire le voile, ou la calotte, ou le sombrero mexicain ? J’avoue ne pas comprendre. Et si c’est vraiment l’insigne d’une religion ou de l’appartenance à un groupe ethnique, ou est le problème de l’interdire ? Ca commence à bien faire…

Christian Azaïs

Au Québec, nous réagissons !

Bonjour mes amis,
Un petit mot du Québec. Nous sommes de tout coeur avec Fanny, nous espérons que le juge lui donnera raison, face à une idéologie que nous refusons. Il n’y a pas de racisme dans le geste de Fanny, il y a simplement un rejet poli d’une idéologie archaïque sexiste que nous n’admettons pas. Ici au Québec nous commençons avoir ce genre de problème mais nous réagissons fortement aux accommodements raisonnables qui ne le sont pas puisque 80% de la population Québécoise n’en veut pas surtout pour des accommodements religieux dans le secteur publique ou la laïcité doit prévaloir, nous l’avons choisi lors de la révolution tranquille des années 60. Sachez une chose c’est que pour certains d’entre nous Fanny est une heroïne.

Roger Mougeot

La dérive de la LDH

Ancien membre du comité central de la Ligue des Droits de L’homme, ancien Délégué Régional Bretagne de cette même organisation, je constate que le titre entier de cette institution était dès l’origine »Ligue des Droits de l’Homme et du Citoyen. Depuis le terme de citoyen a disparu tant dans les communiqués que dans le sigle même de l’organisation. Ceci explique peut être celà à une époque ou l’on doit d’avantage servir le consommateur que le citoyen. Toujours est il que devant de telles procédures, des anciens comme Henri NOGUERES ou l’Amiral SANGUINETTI doivent se retourner dans leur tombe. Pour moi qui est passé une bonne partie de ma vie à lutter contre le racisme, souvent en en payant le prix fort, j’affirme qu’il n’y a rien de comparable entre la lutte contre le racisme et le combat contre l’emprise religieuse. Ceux qui persistent à y voir une similitude ne sont que les complices implicites des intégristes.

Jacky EOUZAN

1er Secrétaire du MRC 22

C’est le monde à l’envers !

Bonjour et merci de nous tenir informés des détails de ce procès.

Le manque de courage de la gauche face à ce qui n’est rien d’autre que la contestation directe de notre système républicain et laïque est révoltant : nous voilà donc bien seuls à lutter contre l’obscurantisme.. A devoir argumenter face à des gens qui présentent comme « liberticides » des mesures qui défendent la dignité des femmes!! C’est le monde à l’envers!

Lorsque les premières filles voilées ont commencé à apparaître en France, il y a environ 18 ans, je me souviens très bien de nos réactions de lycéennes : nous étions outrées, choquées qu’une fille doive se cacher parce que fille. Parmi nos camarades maghrébines, le jugement était sans appel : elles disaient qu’à la limite, si ces filles étaient prêtes à accepter d’être ainsi assujetties à l’autorité des hommes, elles n’avaient rien à faire à l’école. Nous avions toutes un peu peur mais particulièrement les filles parmi nous qui étaient issues de l’immigration maghrébine : elles se sentaient directement visées (et pour cause!).

Entre temps, que s’est-il passé? Des lycées ont exclu des filles, à raison, parce qu’elles ne se conformaient pas aux règlements intérieurs qui régissent les établissements publics français et qu’elles violaient le principe de laïcité.
Tous les lycées qui ont fait ça ont peu à peu été désavoués par le Conseil Constitutionnel.

Aujourd’hui, alors qu’une loi portant claire a été votée en 2005, voici que la HALDE, en rendant des avis pour le moins discutables, ouvre à nouveau une brèche dans notre système laïque en déclarant discriminatoire le refus d’admettre des femmes voilées dans des enceintes publiques ou semi-privées.

Des procès comme celui-là vont donc se multiplier et cela aura plusieurs conséquences :

– le principe de laïcité sera de plus en plus affaibli
– le voile se répandra et peut-être même sera imposé à des femmes qui n’en veulent pas
– les réactions de rejet de ce voile de multiplieront, sous des formes variées

On peut s’attendre au pire!

Hélène Palma

image_pdf
0
0