Réarmement de l’Allemagne : une bonne nouvelle ?

Le Jägerbataillon 291 d’Illkirch défile sur les Champs-Élysées le 14 juillet 2012

***

À la suite de son écrasement en 1945 par les troupes alliées et soviétiques, l’Allemagne se voit privée de toute défense militaire. Le 20 septembre 1945, le Conseil de contrôle allié (Allied Control Council, ACC)  ordonne que « toutes les forces terrestres, navales et aériennes allemandes, les SS, SA, SD et Gestapo, avec toutes leurs organisations, états-majors et institutions, y compris l’état-major général, le corps des officiers, le corps de réserve, les écoles militaires, les organisations d’anciens combattants et toutes les autres organisations militaires ou paramilitaires, ainsi que tous les clubs et associations qui servent à maintenir vivante la tradition militaire en Allemagne, doivent être complètement et définitivement abolis selon les modalités et procédures à fixer par les Représentants alliés. » La Wehrmacht et l’ensemble de ses satellites (OKV, OKH, OKM, RLM)  sont officiellement dissouts.

***

Rapidement, les tensions entre les alliés occidentaux d’une part et les Soviétiques de l’autre  (« Nous avons tué le mauvais cochon » déclarera Churchill dès la fin des hostilités, comparant Hitler et Staline…)  amènent chacun des camps à rétablir sa propre armée. À l’Ouest, le 5 mai 1955, la Wehrmacht renaît de ses cendres sous le nom de Bundeswehr («Défense fédérale»). À l’Est, les Soviétiques répliquent le 1er mars 1956 par la création de la Nationale Volksarmee (NVA : « Armée populaire nationale »). La Bundeswehr est naturellement intégrée à l’OTAN et la NVA au Pacte de Varsovie. Ces deux armées se renforceront au fur et à mesure du développement de la guerre froide.

***

Lors de la chute du Mur, la Bundeswehr comptait 300.000 hommes, 7.000 chars de combat, 15 escadres d’avions de combat dans l’armée de l’air et la marine, 1.000 avions de guerre, 18 bataillons de missiles antiaériens, 40 patrouilleurs lance-missiles, 24 sous-marins. La Nationale Volksarmee compta pour sa part jusqu‘à 170.000 hommes. Les Soviétiques se sont toujours méfiés de leur « allié » allemand (l’insurrection populaire à Berlin-Est en juin 1953 leur a laissé de mauvais souvenirs…) : la NVA était équipée d’un matériel obsolète, sans comparaison avec l’armement dont a bénéficié la Bundeswehr grâce à l’aide américaine. De par sa discipline et la rigueur de son entraînement, la NVA est cependant rapidement devenue l’armée la plus importante et la plus efficace du Pacte de Varsovie (loin derrière l’Armée rouge naturellement), jusqu’à l’effondrement du bloc de l’Est. Les Hongrois en octobre-novembre 1956  et les Tchèques en août 1968 ont eu le loisir de goûter au savoir-faire de leurs « camarades » est-allemands en matière de répression et de maintien de l’ordre socialiste…

Lors de la réunification des deux Allemagne, qui sera effective le 3 octobre 1990, les deux armées sont fondues en une seule (sous le nom de Bundeswehr).

L’effondrement de l’URSS (le budget militaire de l’URSS était de 227,5 milliards US$ en 1990, celui de la Fédération de Russie ne sera plus que de 48,6 milliards US$ en 1992…) et la « fin » de la guerre froide (qui n’a en fait jamais cessé…) provoquent la fonte des effectifs de la Bundeswehr. Début 2000, l’armée allemande ne comptera plus que 185 000 hommes (contre, théoriquement, 470 000 lors de la réunification, si on additionne les effectifs de la Bundeswehr et de la NVA). Les théories de Fukuyama sur « la fin de l’histoire » font alors fureur…

***

Avec, dès la fin des années 2000, le retour spectaculaire de la Russie sur la scène internationale en tant que puissance militaire majeure et singulièrement depuis le rattachement de la Crimée à la Fédération de Russie en 2014, les Allemands sont instamment priés par les Américains d’accroître leur budget de défense. Les Allemands traînent des pieds. Le parapluie américain est incontestablement pratique : il leur permet de faire du bizness sans quasiment rien dépenser pour leur défense (l’Oncle Sam est là qui s’en charge…). Ils ne consacrent pour leur armée que 1,18% de leur PIB en 2015 et 1,23% en 2018… En 2021, alors que les Américains contribuent dans l’OTAN à hauteur de 3,52% de leur PIB, la part de l’Allemagne n’est que de 1,53% du PIB allemand)

En février 2017, la Bundeswehr ne compte plus que 166.500 hommes. Les « coups de gueule » de Trump contre le laxisme allemand porteront leurs fruits : la ministre allemande de la Défense de l’époque, Ursula von der Leyen (actuelle présidente de la Commission européenne, mais c’est un détail…), annonce que les effectifs de la Bundeswehr seront portés à 198.000 hommes en 2024. Dès 2019, ils seront déjà de 197.000 hommes.

***

La récente offensive russe en Ukraine a eu sur le monde politique allemand l’effet d’un électrochoc. Berlin vient d’annoncer le doublement de son budget de défense, avec le déblocage immédiat d’une enveloppe de 100 milliards d’euros pour moderniser son armée.

En comparaison, les 39,3 milliards d’euros du budget militaire français font pâle figure…

On avait coutume de qualifier l’Allemagne de géant économique mais de nain politique et militaire. Voici la Bundeswehr en passe de surclasser l’armée française, qui paie au prix fort des décennies de vaches maigres

D’autre part, le PIB français n’étant que de 70% de celui de l’Allemagne, il faudra à la France un important effort financier pour simplement maintenir son armée au niveau de celle de la future Bundeswehr.

Certes, la France possède l’arme nucléaire, mais elle ne saurait décemment l’utiliser sur le théâtre européen. Dans quelques années, on aura donc une armée française face à une armée allemande dans l’état où la première se trouvait face à la seconde en mai et juin 1940. Un parfum d’années 1930 qui n’a rien de spécialement sympathique…

***

La guerre russo-ukrainienne a une nouvelle fois montré que l’Allemagne est le véritable maître de l’Europe. Très dépendante du gaz russe, l’Allemagne a exigé que les échanges énergétiques ne soient pas concernés par les sanctions que l’Europe entend imposer à la Russie. Ce qu’ont confirmé les annonces faites lors du sommet européen du vendredi 11 mars à Versailles. La seule nouvelle mesure économique annoncée par l’UE est l’arrêt des exportations de produits de luxe vers la Russie. Une mesure qui ne pénalise en rien l’Allemagne mais impacte en revanche directement la France et l’Italie. L’Allemagne a par ailleurs imposé à ses vassaux européens le fait que les machines-outils – un domaine où elle jouit d’une position de monopole – ne fassent pas partie du « package » des sanctions à l’encontre de la Russie. L’Allemagne continuera donc sans problème à vendre à la Russie ses machines-outils, lesquelles contribuent autrement à l’effort de guerre russe contre l’Ukraine que les innocents produits de luxe français et italiens…

Bref, quand l’Allemagne parle, l’Europe obéit.

***

Qui peut prédire comment l’Allemagne se comportera quand elle sera redevenue la première puissance militaire du continent, en plus d’être, et de loin, la première puissance économique ? Écrasés par 75 ans de culpabilisation shoatique, les Allemands sont pour l’instant un peuple doux, pacifique, débonnaire et inoffensif. Comme chacun sait, ce ne fut pas toujours le cas au cours de son histoire…

L’atavisme des peuples n’est-il qu’un vain mot ? Qui, à l’issue de la Première Guerre mondiale, aurait parié un kopek sur l’avenir de la Turquie ? Pourtant, la volonté impérialiste turque est redevenue une réalité : Erdogan ambitionne d’être le nouveau sultan du monde islamique. Il en a les moyens humains et militaires. De même, qui, en 1960, après le catastrophique échec du Grand bond en avant, aurait parié le moindre yuan sur l’avenir de la Chine ? Sur ce point, est-il besoin d’épiloguer ?

***

Les gesticulations de Micron 1er qui se la joue « Grand Chef de la coalition anti-Poutine » sont proprement pitoyables. Ce qui n’empêche pas le crédit que les Français lui accordent pour les prochaines présidentielles d’aller croissant, du moins si l’on en croit les sondages. Si ces derniers disent vrai, il y a incontestablement quelque chose de pourri au royaume de la démocratie

***

Henri Dubost

In girum imus nocte ecce et consumimur igni

image_pdfimage_print
12

23 Commentaires

  1. TOUT REAREMEMENT DES ARYENS EST BON POUR LES ARYENS , contre leurs ennemis séculaires , LEURS VRAIS ENNEMIS : les Rois de L’ORDRE SEMITIQUE MONDIAL , patronné par les USA et la perfide Albion . Tôt ou tard les Germains se révolteront comme en France ,contre l’immigration massive des métèques arabo-islamiques Machin qu’on leur impose ( que les BHL leur imposent ) pour les châtier de la 2eme GM et pour les soumettre et les Remplacer . Les nationalistes ALLEMANDS cesseront de refouler leur défaite après 70 ans de propagande et d’humiliation et finiront par accéder au pouvoir et prendre leur destin en main . Alors ils régleront leur compte aux Ennemis de l’Europe et de la race aryenne en s’alliant avec les Gaulois , les Serbes , les Grecs , les Italiens , les Russes .. C’est ce jour-là , que les Allemands , feront la grande lessive en Europe Occidentale pour la liberer du régime cosmopolite totalitaire sémitique et INFECT , de BHL et de Jamel Debouze

    • toujours la même bouillie que votre imam n’a pas remis à jour

      • ni imam ni rabbi…..on voit ce que ça donne depuis 70ans qu’on les a laissé gouverner leurs pays en toute indépendance ; guerres idéologiques, guerres économiques, guerres sociétales ; aucun scandale relevé en europe après la méthodique liquidation de 81 prisonniers politiques en arabie saoudite, mais eux ils ont le droit.

    • @Gotterdammerung

      Je me pose la même question que vous, les allemands ont-ils vraiment perdu la seconde guerre ?
      Pour moi la réponse est claire: non.
      Avec nos incapables notoires, élus par des incapables notoires depuis 50 ans, le temps ayant fait son travail, je vous assure que nous sommes les dindons de la farce.
      Je suis écœuré par tant d’incompétence et de soumission.

      • Supposons que la capitulation Allemande ne soit qu’une armistice. le III Reich aurait donc signé un traité de paix le laissant comme autorité (toujours) légitime sur l’Allemagne, la Pologne et l’Autriche. La Cour constitutionnelle de Karlsruhe a, le 31 juillet 1973, précisé que le III Reich a survécu à la guerre de 45. C’est ce qui transparaît du préambule des articles 16, 23, 116 et 146 de la loi fondamentale (Allemande). Selon la jurisprudence de la Cour Constitutionnelle, le Reich allemand a toujours une capacité légale (BVerfGE 2, 266(277) ; 3, 288(319f); 5, 85(126); 3, 309, 336, 363), mais pas de capacité juridique, par manque d’organes légaux et institutionnels. Les gouvernements actuels ne sont que transitoires.

    • @Gotterdammerung. Je confirme : les allemands ont bel et bien perdu la guerre. Depuis ils font des affaires gagnent beaucoup d’argent pendant que les juifs font la guerre ce qui met tonton Adolf dans une immense fureur. C’est ainsi…

      • Donc, selon vous, après la führer de vaincre, l’Allemagne a la führer de vivre… mais pourrons t-il faire le poids face à la führer du dragon ‽

    • la pologne n’est pas mal dans le genre « agence des US en europe »

  2. l Allemagne n a plus les moyens de faire une guerre , l année prochaine ils n auront plus que 328 chars et la France 200

  3. C’est quand même incroyable de constater que l’Allemagne s’est sortie de la merde la plus noire après ses différentes et lourdes défaites alors que la France n’a fait que de s’en mettre de plus en plus haut jusqu’au cou, vraiment le monde à l’envers.

    Ben aussi, la France, dès qu’elle voit une merde dans le monde, elle se précipite dessus pour la ramener chez elle, alors forcément, ça aide pas trop.

  4. l’europe de la défense dit et redit macron ! en ignorant que les belges, les allemands, les polonais achètent du matériel
    américain, (pas des rafales français, mais même pas des eurofighters européens !)
    je ricane (jaune évidemment)

    • le wokisme ne peut pas enseigner la trahison contre son propre pays et pleurnicher ensuite que son programme marche trop bien.

  5. Avec le retard accumulé par des décennies de culpabilité, l’allemagne n’est pas prête ni matériellement, ni politiquement à peser dans une armée européenne.
    La France est dramatiquement seule dans l’UE à part quelques sections éparses mal armées et peu enclines à en découdre.
    Poutine a au moins réussi à faire prendre conscience que rien n’est jamais acquis, et que la nature a horreur du vide. Je n’irai pas jusqu’à dire « merci poutine »…mais sa piqûre de rappel est un tournant.

    • Nos armée manquent de boulons pour réparer notre armement . Mais macron et BHL vont déclarer la guerre a la Russie LOL.
      Moi j aimais le Muppets show

  6. que Nos Frères se réarment est une Bonne Nouvelle ; qui peut se permettre de vouloir être commandé par un ennemi dont l’intention affichée au quotidien est de vous détruire?

  7. Je connais assez bien la Bundeswehr « de l’intérieur « , les allemands ne sont ni nos alliés , ni nos amis , ils ne l’ont jamais été depuis 2000ans ;ils nous envient parce que , comme il le disent , nous voyageone en première avec un billet de seconde , et nous méprisent .Leur but est de nous piquer le siège au Conseil de sécurité , ce qui , compte tenu de leur comportement en 33/45 est un comble !

    • ha ha, elle est bonne, tous les autres en revanche sont nos amis indéfectibles et déclarés car les faits divers de haut en bas regorgent de leurs bonnes actions fraternelles.

Les commentaires sont fermés.