Réchauffement climatique : le casse du siècle !  

  

2 milliards et demi de dollars ont été versés en 2015 aux réchauffards bénévoles et désintéressés, et ça n’a pas diminué depuis, bien au contraire :

Al Gore’s Alliance for Climate Protection $19.150.215

The Wilderness Society $ 24.862.909

National Parks Conservation Association $ 25.782.975

Greenpeace USA $ 32.791.149

The Sierra Club Foundation $ 47.163.599

National Wildlife Federation $ 84.726.518

National Audubon Society $ 96.206.883

The Sierra Club  $ 97.757.678

Natural Resources Defense Council $98.701.707

The Environmental Defense Fund $111.915.138

World Wildlife Fund $208.495.555

Wildlife Conservation Society $ 230.042.654

Greenpeace International $ 406.000.000

The Nature Conservancy $ 949.132.306

Plusieurs bénéficiaires de ces largesses ont été incapables de présenter une comptabilité justifiant leurs dépenses pour sauver la planète. En 2018 et 2019, le FBI a perquisitionné quelques antennes de ces officines sises aux USA, et les inculpés ont préféré passer des deals avec la justice pour éviter des procès publics.

Réchauffiste citoyen un job qui rapporte

Goldman Sachs (qui n’est pas le cousin de Gunther Sachs l’ex de Bardot) a été un des premiers « réchauffistes-citoyens ». Il y a empoché 10 milliards de dollars. Et tandis que le troupeau apeuré pousse ses clameurs de pleureuses, d’autres se frottent les mains à l’idée des profits qu’ils vont engranger. Et peu importe que ça réchauffe un peu, beaucoup ou pas du tout, c’est du pareil au même.

Le web c’est dépassé. Les start up de demain capables de fabriquer des milliardaires à la pelle, on les trouvera (on les trouve déjà) dans le business vert.

Quelques broutilles pour commencer :

Vice-président à 44 ans, avec son brushing impeccable, son sourire faussement modeste et son costard de gérant d’hôtel classieux, Al Gore avait tout pour inspirer confiance. Pour sûr vous lui auriez acheté sans hésiter un aspirateur, un presse-agrumes ou une voiture d’occasion.

Brillant économiste selon ses hagiographes, Albert Junior est tout juste bachelor of arts, l’équivalent d’une licence de lettres en France. Il poursuivra ensuite des études de droit sans parvenir à les rattraper. Bagage scientifique zéro. Pas de quoi se pâmer.

Mais l’homme est un démagogue et un opportuniste. Il dit aux gens ce qu’ils ont envie d’entendre. Il n’en faut pas plus pour siéger plusieurs fois au Congrès, puis au Sénat. Élu du Dakota du Sud, c’est un démocrate conservateur. Il changera même de camp pendant quelques années, soutenant George W. Bush, avant de revenir à son ancien parti.

On peut dire que c’est un homme de convictions qui a de la suite dans les idées… Au moins pour son plan de carrière.

Alors qu’il est en pleine déprime, suite à des problèmes familiaux, il trouve refuge dans les mondes virtuels où il acquiert sur le tas une certaine expertise. Bill Clinton le choisit comme colistier, en se disant qu’il n’a rien à craindre d’un geek…

Al Gore embrasse alors la cause réchauffiste comme un poivrot embrasse un réverbère. Sans objectif ni discernement au départ. Mais cela plaît à son patron parce qu’il l’aide à ratisser large.

La suite, tout le monde connaît : des discours creux et lénifiants sur les méchants industriels réchauffeurs que l’administration Clinton fait pourtant tout pour garder en Amérique, des apparitions sur les télés où son look de VRP de choc plaît bien aux ménagères de plus de 50 ans, et couronnement : le merchandising de son nom et de son influence politique auprès des médias.

Du non lucratif qui rapporte

Cela commence, alors qu’il est vice-président depuis moins de 2 ans, par la fondation de la chaîne câblée Current TV, supervisée par une « non profit organization ». C’est-à-dire une entité qui utilise son excédent de recettes dans un but désintéressé, plutôt que de distribuer des revenus aux actionnaires et aux dirigeants.

Ces organismes sont exonérés d’impôts s’ils fonctionnent dans des contextes religieux, scientifiques, de recherche ou éducatifs. L’écologie et le réchauffisme répondent à ces 4 critères !

Il faut avoir vraiment mauvais esprit pour se demander comment Al Gore a fait pour vendre sa télé écolo non lucrative au Qatar en 2013 pour la modeste somme de 400 millions de dollars. Une forme de rédemption (est-ce que ça existe aussi chez les mahométans ?) pour ce pays, champion du monde d’émission de CO2 par habitant qui rejette 3 fois plus de gaz qu’un Américain, 10 fois plus qu’un Chinois et 37 fois plus qu’un Indien.

Du business sérieux enfin avec Goldman Sachs

N’étant plus vice-président en 2004, le nouveau chômeur Gore se trouve un petit boulot sympa. Il cofonde avec David Blood, directeur de la gestion d’actifs de Goldman Sachs « Generation Investment Management ». Un fonds d’investissements dans l’économie durable que Gore dirige.

Cette boîte recueille 5 milliards de dollars de capitaux placés, en provenance de banques  du NWO, mais aussi de nombreux fonds de pension américains. Dont certains seront en faillite en 2008.

Tant pis pour les petits vieux et les petites vieilles qui se retrouveront balayeurs ou femmes de ménage à 80 ans.

Pour sauver la planète, la boîte de Gore « mène des recherches » dans le domaines des éoliennes et des panneaux solaires, où il n’y a plus grand chose à trouver sinon des acheteurs.

Tout en investissant dans les nouvelles technologies et l’immobilier, deux valeurs plus sûres. Sans oublier de mettre en vitrine la « citoyenneté responsable ». Ça ne veut rien dire mais c’est tendance.

Et si vous aimez les films Gore demandez le programme : le commis-voyageur joue son numéro de prophète inspiré dans le pseudo-docu aux courbes truquées (même le GIEC acculé le reconnaîtra !) réalisé par David Guggenheim « An Inconvenient Truth » présenté au Festival de Cannes de 2006.

À défaut de palme d’or, ce navet rapportera les 740 000 euros du Nobel de la paix, un pourboire à partager avec ses comparses du GIEC.

Petit bémol : un juge anglais (peuvent pas filer droit comme tout le monde ces Brittons ?) décide en 2007 que « la diffusion de ce film de propagande dans les écoles doit être accompagnée d’une mise en garde, exposant les différents points de vue sur le sujet, afin de respecter les lois demandant une expression équilibrée des idées politiques dans les établissements scolaires. »

 Rien de plus normal quand on sait que 31 000 universitaires de renom, dont une brochette de prix Nobel, ont signé l’Oregon Petition récusant toute cause anthropique à un léger réchauffement dont on n’est même pas certain qu’il corresponde à une tendance durable.

Dix ans plus tard, la suite du navet « an inconvenient sequel » de Bonni Cohen et Jon Shenk où Gore pose en télé évangéliste fait un bide malgré la promo frénétique des médias.

En 2008 les avides et les cupides frôlent la catastrophe

Par chance Goldman Sachs pourra continuer à œuvrer dans l’économie durable pour le bien de l’humanité. Ruiné par les subprimes, une aide de 10 milliards de dollars alloués par l’État fédéral remet à flot ces philanthropes.

On tremble rétrospectivement à l’idée qu’on aurait pu voir les membres du conseil d’administration tendre leur écuelle à la soupe populaire…

Parmi eux, 4 anciens secrétaires au Trésor US, un ex-secrétaire d’État, une brochette de sénateurs et de gouverneurs… Sans oublier les 2 estimables Mario : Monti président du conseil non élu imposé à l’Italie par l’Eurocrature, et Draghi alors président de la banque centrale européenne.

Je me suis laissé dire qu’une place au chaud attendait Macron quand les Français l’auront viré. Bien que la Banque mondiale où il a ses entrées serait plus sûre. Bénéficiant d’un statut quasi diplomatique, il serait à l’abri d’une extradition.

Assez inquiétant, à la même époque, Gore devient un important actionnaire de Google, où il prétend imposer de nouveaux algorithmes orientant la hiérarchie des résultats vers la bonne pensée écolo-citoyenne. La majorité des administrateurs hésite afin de ne pas perdre en crédibilité au profit de MSN, Bing et autres moteurs de recherche. Il sera finalement décidé de déréréfencer de nombreux sites climatosceptiques.

L’ingérence climatique, le nouveau colonialisme

Et si c’était ça, le but ultime de l’alarmisme climatique ?

Forcer les politiques régionales à s’adapter à la globalisation ? Intimider les chefs d’Etats et se donner le droit d’aller chez ceux qui n’obéissent pas assez vite aux injonctions de la mondocrature pour les contraindre à faire ce qu’on exige d’eux ? Payer pour sauver le monde. Dans leur intérêt. Naturellement.

Le club Bilderberg, la commission Trilatérale, l’Open Society de Soros, les forums de Davos et la fondation des Young Leaders sont prêts à faire profiter de leurs lumières tous les égarés.

Parmi leurs comparses, le GIEC disposait d’un budget de « recherche » de 6 millions d’euros en 2018. Pour des séances de brain storming.

Car cette somme n’inclue pas les salaires, primes, honoraires de consultants extérieurs, dotations aux labos, frais d’hébergement, de déplacement, de colloques et de banquets, versés aux éminents « chercheurs » par les 159 États membres.

Les USA ayant cessé de raquer, la France a spontanément ajouté 10 millions d’euros de sa poche. Enfin, je veux dire soutirés dans celles des contribuables.

L’urgence climatique impose des déplacements de populations

Là où les Maîtres de la finance ont besoin de renouveler leur cheptel d’esclaves, on a recours aux bonnes vieilles méthodes des communistes et des nazis : déplacer des populations entières, contre leur gré, là où on pourrait avoir besoin d’elles.

Comme tout le monde ne peut pas se prétendre persécuté politique, les faiseurs d’opinion consolident un nouveau concept : celui de « réfugié climatique ». Qu’on ne peut pas refuser d’accueillir. À moins d’être des monstres conspués par la vertueuse communauté internationale. Et d’en subir les représailles diplomatiques et économiques.

On est en train de nous faire le coup avec le Sahel et le Proche-Orient. Comme on a réussi à déporter en Nouvelle-Zélande des habitants des Kiribati qui n’avaient rien demandé à personne, en prévision de l’engloutissement de leurs îles avant 2020. Parole de GIEC.

Vivant heureux chez eux dans une société océanienne traditionnelle, ces gens sont aujourd’hui parqués dans des suburbs où règnent la violence, la drogue, le suicide et le racisme. Pas vraiment ce qu’on leur avait promis en les faisant déménager pour échapper à la fin du monde !

Christian Navis

https://climatorealist.blogspot.com/

 

 

image_pdfimage_print

22 Commentaires

  1. Dans cette petite vidéo (voir extrait proposé ci-dessous), vous verrez Al le goret MENTIR en direct live concernant le film « la vérité qui dérange » : le graphique qu’il montre indique clairement que c’est l’élévation de la température qui précède l’augmentation du CO² (et non pas l’inverse) alors qu’Al goret DIT exactement le contraire en montrant la courbe, et pourtant ça crève les yeux ! voyez vous même !

    ( à partir de 9’54 »).
    https://www.youtube.com/watch?v=MXcY8Cf6hsI

    Pour moi, le GIEC, c’est comme l’ISLAM.. le coran dit que la Terre est plate, le GIEC dit que le changement climatique est anthropique et comme dans toute religion, celui qui ose dire le contraire est un hérétique.

    Cependant, il est clair que « LE VERT » est un excellent business.. j’ai demandé la main de Gréta.

    • Le GIEC et son gourou l’escroc jean jouzel ,bien épaulé par un autre escrologue de Ushuaia Nicolas hulot.

    • @BERNARD : vous avez raison , ce graphique ne représente pas la réalité : il représente la concentration du CO2 dans l ‘ hémisphère Sud , on avait imaginé à l ‘ époque que cette concentration était uniforme sur TOUTE la surface de la Terre . Puis on a fait des carottages au Groenland , et là , surprise : la concentration de CO2 était ANTÉRIEURE au réchauffement , ce qui prouve que c ‘ est bien l ‘ excès de CO2 qui augmente la température ! Comment est-ce possible ? Il faut se rappeler que les régimes de vent de l ‘ hémisphère Nord ne se mélangent pas à ceux du Sud , il n ‘ y a donc pas de mélange d ‘ air , ou très-très peu . De plus la grosse majorité des terres émergées se trouve aussi dans l ‘ hémisphère Nord , donc , plus de population , plus de polluant ….

      • David Louapre en parle dans sa petite vidéo (que j’ai joint) des carottages, mais une fois de plus, quand une connerie est dite par le GIEC et qu’on leur met le nez dans le caca, au lieu de reprendre leurs modèles dont aucun ne fonctionne et pour ne pas perdre leur crédibilité, ils inventent une autre solution qui les arrange. Cette façon de faire, ça me rappelle un autre truc « scientifique » ça s’appelait le « LANCET » qui a descendu de moitié son indice de crédibilité, .. celui du GIEC devrait être voisin de zéro, donc pas le droit de critiquer.
        En fait al goret s’est planté de titre pour son film : au lieu de « la vérité qui dérange » il aurait mieux faire de titrer « le mensonge qui arrange »

        • @BERNARD : David Louapre ne parle pas des carottages du Groenland , mais de ceux évoqués par Al Gore qui concernent le Pôle Sud !! Les scientifiques qui procèdent aux « carottages » et qui les étudient , ne font pas partie du GIEC ! Le GIEC n ‘ effectue AUCUNES ÉTUDES , il se contente de faire un RÉSUMÉ des travaux effectués par d ‘ autres scientifiques ….

  2. article épatant mais trop long, et trop polémique. Bien sûr, on enrage de voir prospérer tous ces voyous, mais il faudrait être plus factuel. Monsieur Navis, pourriez-vous rédiger un petit résumé de votre article? Bien courtoisement.

    • Franchement, il n’a rien de long, ça fait même pas une demi-page de magazine.

    • Désolé, mais je ne vois pas comment décortiquer de façon succincte les rapports de 300 à 500 pages du GIEC matraqués par les médias.
      Quant à la polémique… Que dites-vous des universitaires déplacés ou licenciés, des labos fermés, des publications censurées, des articles caviardés ou supprimés, des sites web fermés, des insultes, intimidations et menaces contre ceux qui essaient d’éclairer sur la véritable nature du GIEC, prétendus scientifiques mais avant tout propagandistes du NWO ?

  3. J’ai acheté il y a 15 ans une maison à 1000 m d’altitude ben j’espérais me baigner dans la mer à mes pieds aujourd’hui ben c’est raté, j’attends toujours la montée des eaux……………..

  4. le GIEC, Groupe d’Intervention En Conneries, n’est en fait que le parasite du climat…..
    on voit très bien en ce moment que le réchauffement climatique est tellement actif, qu’on est obligé d’arroser presque tous les jours pour nous rafraîchir…….Réflexion :est ce que se sont les océans qui montent, ou est ce la terre à force de retirer son sous sol ,qui se tasse ?????

    • Les interventions du professeur Jojo sont des perles.

  5. Comme ce sont des milliardaires qui insistent beaucoup sur le supposé réchauffement climatique ANTHROPIQUE, j’ai la plus grande méfiance. Très probablement une grosse arnaque, comme le covid. Je ne dis pas qu’il n’y a pas de virus ni qu’il n’y a pas de réchauffement climatique, mais que ceci est exploité par les mêmes. Il y a peut-être un réchauffement climatique naturel, il y a toujours eu des changements, mais on veut absolument nous faire croire qu’il est causé par l’homme. Dans quel but?

      • Le CO2 = 0,04% de l’air que nous respirons.
        Le CO2 anthropique = 0,0016%
        Ce pourcentage n’a pratiquement pas bougé depuis 30 ans.
        Mais même si son ppm doublait (hypothèse hautement improbable) cela n’aurait aucune incidence sur les cycles climatiques qui dépendent de l’activité solaire, des variations d’ellipse de la terre et des modifications de son axe d’inclinaison (pour faire simple…)

  6. En fait, le réchauffement climatique a remplacé le complot judéo-maçonnique pour manipuler les foules et justifier les mesures ineptes tout en étant la cause des échecs des politiques menées par les gouvernements.

    Idem les épidémies imaginaires.

  7. Très bonne synthèse.
    Il faut le dire et le répéter, le coup du CO2 est la plus grande escroquerie politico-financière mise au point et imposée de l’histoire de l’humanité.

  8. c’est le prochaine peur à diffuser pour bien effrayer le peuple tout comme cette plan démie covidienne , dans les deux il n’y a toujours rien de vrai , je ne sais comment vous pouvez y croire ! l’état profond continue sa propagande , histoire de nous faire encore payer des impôts sur e CO2 que l’on diffuserait alors que le CO2 verdit les arbres , qu’il est la nature même ..!! que nous profitions de lui en tout points ! Toujours gardez les gens dans la peur cela marche si bien la preuve le covid a fait de ces gens des chloroformés qui vont tout seul à l’abattoir.. le mensonge est omniprésent je m’étonne que vous y adhériez afin que d’autres y adhère ..jamais il ne fit aussi froid en Mai mais la terre chauffe .. il y a des épisodes de tout temps de chaud de froid ,point ! mensonge que ceci

Les commentaires sont fermés.