La réchauffementerie climatique serait un terrorisme lent et insidieux

Publié le 26 septembre 2015 - par - 14 commentaires - 1 075 vues
Share

800px-Marakei_Atoll---Kiribati-isl.-Nasa

 

A l’approche de la COP 21, c’est-à-dire de la « 21th Conference of the Parties » (en clair, 21e Conférence des parties signataires de la convention des Nations Unies sur les changements climatiques), le bourrage de crâne ressemble à celui des temps de guerre.

 

La presse mainstream y participe avec sa fougue habituelle.

Libération a produit sous les claviers de Christian Losson et Isabelle Hanne, un article intitulé : « Climat : la bataille du Pacifique ».

 

http://www.liberation.fr/monde/2015/09/25/climat-la-bataille-du-pacifique_1390620

 

En cette période de coupe du monde de rugby, les représentants des minuscules Etats insulaires du Pacifique, réunis en Europe par l’ONG 350.org pour raconter leur histoire, sont présentés comme des « Warriors » qui vont entrer dans la mêlée pour témoigner de la montée des eaux sur ces terres lointaines des Mers du Sud.

Selon les journaleux de Libé de « Fidji aux Kiribati, en passant par les îles Marshall, leurs micro-Etats subissent, en première ligne, les impacts de ces dérèglements, avec des océans dont le niveau pourrait monter de 86 centimètres d’ici la fin du siècle.

Raedena, Litiana, Toani ou Siliveseteli racontent, parfois au bord des larmes, les plages qui disparaissent, les côtes érodées, les coraux fracassés, les maisons inondées, l’eau potable contaminée par le sel, l’alimentation menacée… Depuis quelques mois, ces jeunes organisent des actions pour dénoncer la responsabilité de l’homme dans ces bouleversements qui hypothèquent l’avenir de leurs îles. En encerclant en canoë, par exemple, des ports australiens exportateurs de charbon. Ils ne veulent pas être vus comme des victimes mais, jouant sur l’oxymore, comme des “guerriers du Pacifique” ».

 

Presque aussi émouvant que la photo du corps d’un gamin sur une plage turque.

L’élévation du niveau des mers causée par le réchauffement climatique serait, peut-on lire dans Courrier International, un « terrorisme lent et insidieux ». Bien entendu de la part des pays occidentaux envers les minuscules Etats du Pacifique.

 

Sauf que le réchauffement climatique n’est pas pour grand-chose dans l’apparente montée des eaux sur les atolls.

 

Les îles se divisent en deux grandes catégories : les îles continentales et les îles océaniques. Les premières sont des reliquats des continents proches. Les secondes sont toutes liées au volcanisme.

Les îles océaniques sont soit des îles volcaniques (des volcans éteints ou encore en activité comme à La Réunion et Hawaï), soit des îles coralliennes ou atolls (souvenir sous forme d’anneau incomplet d’une île volcanique).

atoll-coraux-subsidence

Concernant les atolls, ce n’est pas le niveau de l’eau qui s’élève, mais l’anneau corallien qui s’évanouit sous l’action de l’érosion (vent, vagues), de l’activité humaine (loupe d’eau saumâtre située sous l’atoll trop pompée; corail utilisé pour revêtir les routes, pour construire des habitations, extraction du sable en dessous du niveau de la mer).

Et l’augmentation de la population sur ces lieux qui ne permettaient l’existence que de quelques dizaines de personnes n’arrange pas les choses.

 

Il est aussi faux de parler de montée des eaux dans les atolls que de dire que le niveau des océans baisse quand une nouvelle île apparaît à la surface de l’un d’eux.

http://www.francetvinfo.fr/japon-apparition-d-une-nouvelle-ile-volcanique_656791.html

 

Quant à la mort des coraux que des scientifiques et, à leur remorque, les journaleux nous présentent comme conséquence du réchauffement climatique, elle est due essentiellement à la pollution notamment par les pesticides et les hydrocarbures.

Lorsque la nature est préservée, les récifs coralliens prospèrent – ce qui est le cas en Nouvelle-Calédonie –. Constatation qui atténue fortement le lien entre dégradation du corail et augmentation de la température de l’eau.

 

http://www.ladepeche.fr/article/2015/02/25/2055818-en-nouvelle-caledonie-la-bonne-sante-des-recifs-coralliens.html

 

Nouvelle raison de pleurer: la plupart de ces îles et atolls sont condamnés à disparaître du fait du mouvement du plancher océanique qui amène des plaques tectoniques à plonger sous d’autres plaques. L’archipel néo-calédonien (plaque australienne) passera un jour sous la plaque Pacifique au niveau de Vanuatu.

 

Mais d’ici là,  Jouzel et son Giec n’auront depuis longtemps plus aucune réalité. Comme nous-mêmes.

 

Marcus Graven

 

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Herbert Sogno

Marcus, ce n’est pas l’accroissement de la température de l’eau qui est mis en cause dans la disparition des coraux, mais son acidification, car le CO2 est un acide et que l’eau des océans en est le principal absorbant. Or l’acidité de l’eau empêchent les organismes qui se revêtent d’une surface calcaire de produire la minéralisation de ce calcaire. Faute de protection, ils deviennent plus vulnérables et périssent.

Du moins c’est l’argument utilisé en ce qui concerne les coraux. Maintenant je ne peux pas vérifier si effectivement, l’accroissement redouté du CO2 dans l’atmosphère suffit à menacer les champs de corail ou pas et je suis certain que la pollution les détruit également, mais en tout cas, l’argument des climateux sur la question, c’est l’acidité, pas la température.

Marcus Graven

Les réchauffementeurs font quand même le lien entre CO2 et réchauffement climatique si je ne me trompe!
Mais ce n’est pas vraiment le sujet de l’article. Les atolls disparaissent au fil des millénaires de par leur constitution corallienne. Cette disparition s’accélère du fait de l’accélération de leur effondrement, accélération due à l’activité humaine. Ce n’est pas une élévation du niveau de la mer mais une une baisse « du niveau de la terre ». On ne constate aucun changement du niveau des eaux sur les atolls autour de Diego Garcia et un changement très important sur les atolls de Tuvalu (un des archipels choisis avec Kiribati pour le matraquage médiatique).

Herbert Sogno

Mais oui bien sûr Marcus, ce n’était qu’une remarque à but instructif, ni un reproche, ni une opposition de fond, et j’ai bien lu et compris votre article. Le fait est que même s’il n’entrainait aucun réchauffement, l’accroissement du taux de CO2 dans l’océan pourrait néanmoins quand même nuire à la population de corail ( ce que je ne confirme pas car seules des études sérieuses et objectives pourraient le démontrer ) , et par la même à toute la chaîne alimentaire qui en dépend.

Adrien

Le CO2 n’est pas acide, ça n’a aucun sens car c’est un gaz non- hydrogéné. C’est sa dissolution dans l’eau qui « donne » comme produit l’acide carbonique H2CO3, un di-acide qui acidifie les eaux marines qui sont naturellement alcalines (pH>7).

Herbrt Sogno

@ Adrien

Oui, bien évidemment, je parle du CO2 aqueux pour faire court, ce n’est pas le lieu de donner un cours de chimie. Le pKa du couple ( H2CO3, H2O ) étant de 6,37, dans une eau alcaline, le CO2 est majoritairement dissous sous forme de bicarbonate ( tandis que [ H2CO3 ] / [ CO2 ] = 1,7 10^-3 ) et c’est comme si le CO2 se comportait directement comme un acide.

Herbert Sogno

Je voulais parler du couple ( H2CO3 / HCO3- ) bien sûr mais à mon époque, on ne parlait pas de la molécule d’acide carbonnique et on évoquait le couple ( CO2, H2O / HCO3- ) et on parlait de l’acidité du dioxyde de carbone. C’est bien si les cours de chimie d’aujourd’hui ont corrigé cette difficulté qui désorientait les élèves.

Herbrt Sogno

Je voulais dire du couple H2CO3 / HCO3-.

BALT

L’article de Marcus Graven est très bon . Par contre le commentaire de Tempo est très mauvais .

Pivoine

« Et l’augmentation de la population sur ces lieux qui ne permettaient l’existence que de quelques dizaines de personnes n’arrange pas les choses. »
Exact !
Et si réchauffement il y a, les pauvres (qui ne maîtrisent pas leur démographie) ont leur part de responsabilité car ils ne cessent de déboiser, que ce soit pour l’agriculture, ou parce qu’ils ont besoin de plus de place. Il n’y a qu’à songer à toutes ces forêts qui ont disparu en Inde, alors qu’elles participaient à la régulation du climat, rendant la chaleur plus supportable. Pas étonnant qu’ils aient eu la canicule cet été ! Et en Afrique les mêmes effets se feront sentir.

Herbert Sogno

@Pivoine

L’Indonésie est en feu pour le profit de l’industrie papetière et oléagineuse ( huile de palme ) et personne ne le sait ; personne ne nous en parle aux infos. Beurk !

Dhoby

Le réchauffement climatique est indéniable. Il suffit d’aller à la Mer de Glace pour s’en rendre compte. Par ailleurs, le niveau des mers augmente en moyenne de 3mm par an depuis 1910. Le fait que ce niveau augmente de façon constante depuis 1910, depuis une époque où le développement industriel était relativement faible montre que l’activité humaine n’est pas responsable de ce phénomène.

Yves ESSYLU

L’écologie politique est une escroquerie gauchiste et le GIEC est une officine de désinformation qui veut culpabiliser l’humanité et masquer les lois de la nature
http://www.enquete-debat.fr/archives/giec-bientot-la-fin-de-lhysterie-47643

Blanche

Merci pour cet article intéressant !
Auriez-vous quelques sources à propos des phénomènes que vous citez causant la disparition de ces îles ? Afin d’avoir une idée de leur rôle et ampleur.

Blanche

Votre message est un gloubiboulga sans queue ni tête.