Référendum en NC J-1 : quel que soit le résultat, un lendemain incertain

Publié le 2 novembre 2018 - par - 14 commentaires - 924 vues
Share

Sur les panneaux d’affichage officiel pour la campagne du référendum, quatre affiches sur cinq annoncent clairement les choix des partis politiques engagés dans la confrontation. Deux énormes « NON » pour Les Républicains calédoniens et le Rassemblement Les Républicains (les frères ennemis anti-indépendantistes), deux tout aussi énormes « OUI » pour l’Union calédonienne-FLNKS et l’Union Nationale pour l’Indépendance.

La cinquième affiche, celle de Calédonie ensemble (CE), le parti fort de la scène politique locale, est plus discrète. La consigne du « NON » est là, mais davantage chuchotée que clamée.

Sur les tréteaux, les propos des dirigeants de CE sont beaucoup plus durs envers les partis loyalistes qu’envers les formations indépendantistes.
Sonia Backès, à la tête des Républicains calédoniens est traitée de Bécassine et ses lieutenants de Tartuffe et Trissotin, tandis que Daniel Goa qualifiant d’« axe du Mal » les anti-indépendantistes, est excusé. Selon M. Gomès, patron de CE, ce serait seulement un petit dérapage de Daniel dans l’effervescence d’un meeting.

Sur les plateaux de télévision et dans les colonnes du Monde, M. Gomès qui prépare les élections territoriales de 2019, disserte sur un nouveau statut, une troisième voie, celle d’un partage de souveraineté avec la France.
Philippe Gomès qui semble admirer le statut de la principauté de Monaco, se voit-il dans la peau du prince sur son caillou ? Un prince appelé « araignée » comme disait Prévert.

Côté résultat, M. Gomès prédit un 70/30 que beaucoup pensent bien optimiste.
Sur le site Médiapart, Bastien Vandendyck, un analyste en relations internationales consultant chez Vae Solis Corporate à Paris, s’étonne du manque d’intérêt des Français pour la consultation du 4 novembre.
Il estime qu’il y aura « un rejet de l’indépendance, avec des rapports 57 %-43 % voire 65 %-35 %. Toutefois, il faut se méfier de ces estimations. D’ordinaire, les Kanaks, notamment les jeunes, sont peu nombreux à voter. Mais pour un enjeu de cette ampleur, ils vont peut-être se mobiliser, ce qui renforcerait le camp du « OUI » à l’indépendance ».

Si dimanche soir, le score est de 57/43, voire de 55/45, la nasse de l’accord de Nouméa fabriquée par Alain Christnacht et l’État français, avec l’aide des élus locaux, se sera refermée sur les Calédoniens.
Les Kanakistes pourront défiler dans Nouméa. Et les journaleux pérorer sur l’avancée de l’idée d’indépendance, qu’ils rappelleront « inéluctable », oubliant de dire que cette avancée aura été obtenue par un recul de la démocratie (gel du corps électoral avec 30 000 à 35 000 électeurs au tapis).

Si la victoire des anti-indépendantistes est aussi courte, il y aura, dans deux ans, un deuxième référendum puis, si les Kanakistes ne le gagnent pas, un troisième ans deux ans plus tard.
Entre-temps, l’inquiétude de la population calédonienne jointe à l’insécurité et à la crise économique (les investisseurs détestent les situations anxiogènes) auront fait leur œuvre.
On peut alors parier sur un 49/51 pour Kanaky. Peut-être pire.

Les Kanakistes auront gagné démocratiquement.
Les multinationales, notamment du nickel, militent pour la victoire indépendantiste.
Dans un archipel d’où la France aura été chassée, la main-d’œuvre sera meilleur marché.
Et des accords commerciaux avec la Chine – omniprésente dans la région, elle a mis notamment la main sur le Vanuatu qui se croyait indépendant – seront plus faciles.

Pendant ce temps, les journalistes s’ennuient. Ils filment le vide tropical de la place des Cocotiers.

Et les étalages des magasins asiatiques.

Pendant ce temps, un bateau chinois mouille dans les eaux de la grande rade du port de Nouméa.

Marcus Graven

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
butterworth

vive LA KANAKIE INDEPENDANTE racjetee par les chinois et PEUPLEE DE CHINOIS EN MASSE solution COUPER L ILE EN DEUX ETATS COMME ST DOMINGUE ET HAITI

hulk

ça va faire loin pour se réfugier en France en canot pneumatique…..

Berny

Voter et revoter, jusqu’à obtenir le résultat souhaité… que c’est beau le démocratie saveur gauchiste.
https://www.huffingtonpost.fr/2018/11/03/le-referendum-en-nouvelle-caledonie-nest-probablement-pas-le-dernier_a_23578992/

hulk

Le vote sur Maastricht était très démocratique aussi !

DUFAITREZ

Qu’on en finisse ! OUI ou NON ? Le résultat sera le même…
Ceux qui n’ont pas voté, NOUS, continueront à payer !
Comme à Mayotte !

Dupond

Aimé Césaire voulait l’indépandance de la martinique et lorsque Degaulle s’y rendra il lui fera cette proposition « monsieur Césaire vous voulez l’indépendance ? » « oui repondit Césaire  » et Degaulle de répondre  » il n’y aura pas de pension alimentaire » . La Martinique est toujours française !!!
La chine a les yeux tournés vers la NC et si les kanaks obtiennent l’indépandance leurs nouveaux maitres ne leurs laisseront autant de liberté qu’ils n’en accordent aux thibetains

Allonzimollo

Si jamais les indépendantistes foutent la merde au lendemain des élections, il faut les menacer d’annuler définitivement les deux prochains scrutins… Au moins ils auront de bonnes raisons de se plaindre !

DeRodin

Si le OUI à l’indépendance l’emporte je souhaite que celle-ci soit totale et rapide. Aidons au rapatriement des métropolitains et des caldoches qui le souhaitent. Laissons les nouveaux Kanakie-Néo-Calédoniens se débrouiller pour la suite sans repentance d’aucune sorte. La NC ne manque pas d’atouts ; bon vent.

Joël

Oui, Non ? Peu importe. Ils restent Français, on paye. Il s sont indépendants, on paye.
Il suffit de voir ce qui se passe en Afrique depuis les années 50.
Un changement de nom suffit : « dotations publiques » devient « aide au développement » et tout le monde n’y voit que du feu.

JD974

En cas de OUI (improbable), les caldoches vont être contraints (sauf à obtenir l’asile comme les pieds noirs en 1962) de demander la séparation en deux ETATS. Le NORD avec les îles qui le désirent. Ce sera la CANAQUIE, pauvre et fière comme MADAGASCAR. Restera le SUD, bien plus riche, avec le risque que la Province SUD ne se vide de sa substantifique moelle si certaines mesures ne sont pas prises aux frontières. Donner l’indépendance aux DOM-TOM selon certains ce serait pour faire des économies ? Ah bon ! Résultat, au lieu de les aider sur place, on sera obligés… lire la suite

NoPasaran

C’est du délire cette conclusion anti-chinoise. Pekin fait des affaires, comme Lafleur, Bolloré ou le maigrichon E. Philippe.

Michel

pauvre imbécile ! Rien qu’à voir votre pseudo, on a compris…. Retournez à la lecture de Libé !

Joël

MDR, « ils ne passeront pas » sauf les 200 clandestins qui arrivent à Bayonne depuis l’Espagne tous les jours. Et à propos des Chinois, regardez donc ce qui se passe du côté de l’Afrique.