Référendum J-11 : faut-il voter oui pour ne pas humilier les Kanaks ?

Publié le 23 octobre 2018 - par - 19 commentaires - 981 vues
Share

A 20 heures, après le journal de Calédonie 1ère, les clips de campagne pour le référendum lancent la soirée. Si ceux des loyalistes sont maîtrisés, agréables à regarder, vivants, ceux des indépendantistes sont minables à pleurer. Des mecs raides, en uniformes qui semblent avoir été prêtés par la Corée du Nord. MM. Wong, Xowie et Sawa jouent la comédie d’une interview mal écrite et si mal récitée que le téléspectateur ressent une certaine honte à regarder la prestation du trio.

Mais son calvaire n’est pas terminé. Dans le second clip des nationalistes kanaks, un barbu en chemise océanienne ânonne un texte plus plat qu’une plaine d’Ukraine.

Avec une telle efficacité télévisuelle, les 30 % attribués par les sondages aux indépendantistes risquent de fondre comme neige au soleil nouméen.

Cet amateurisme de la part de militants kanaks qui sont dans la politique depuis des décennies, surprend. Il y a trente ans, ils faisaient exactement les mêmes clips. En les regardant, j’ai eu l’impression de voir un scopitone qui avait très mal vieilli.

Ce naufrage médiatique explique peut-être pourquoi des intellectuels proches de Kanaky émettent de longs sanglots sur les réseaux sociaux, dans les studios de radio et sur les plateaux de télévision.

Entendre Louis-José Barbançon, un historien plus ou moins écrivain (ou le contraire) et Mathias Chauchat, un enseignant de l’université locale, annoncer qu’une trop large victoire des anti-indépendantistes serait une provocation, une agression, des coups de pied dans la tête de l’adversaire à terre, provoque quelques mouvements de mauvaise humeur chez certains loyalistes.

Mathias Chauchat

Pour MM. Barbançon et Chauchat, une trop importante défaite de Kanaky serait une humiliation, un incubateur d’amertume, un double deuil impossible (celui du pays kanak et celui de l’indépendance, selon Mathias Chauchat).

 Louis-José Barbançon

Il ne leur vient pas à l’idée que ce serait surtout une victoire de la raison, du rejet par de nombreux Mélanésiens du système archaïque de la Coutume dans laquelle, depuis des décennies, les enferment leurs dirigeants avec la complicité du gouvernement français.

Beaucoup de Mélanésiens ne veulent plus être des sous-citoyens régis par des “lois” moyenâgeuses. Ils veulent pouvoir voyager avec un vrai passeport, faire des études ailleurs que dans une île qui comme toutes les îles procure parfois un sentiment d’enfermement.

Les beaux parleurs blancs qui soutiennent Kanaky aimeraient que le score des indépendantistes soit plus important que celui prévu. Pour eux, ce serait de la part des loyalistes une forme d’ouverture d’esprit.

Côté ouverture, ceux qui veulent demeurer dans la France pensent qu’ils ont suffisamment donné avec l’acceptation d’un corps électoral gelé (30 000 citoyens français à la porte du référendum), avec une sur-représentation des indépendantistes dans les institutions, avec la recherche permanente d’un consensus qui aboutit chaque fois à céder aux exigences des partisans de Kanaky.

Et ils se souviennent de la forme d’ouverture que prônait le héros des Kanakistes, Eloi Machoro, lors des élections du 18 novembre 1984 : l’ouverture à la hache.

MM. Barbançon et Chauchat souhaitent que, le dimanche 4 novembre, les Calédoniens fassent autre chose que d’aller voter. Mais le transport des armes est interdit, donc pas de coup de chasse, la vente d’alcool aussi, donc pas de coup de fête. Peut-être un coup de pêche ?

Ou alors rêvent-ils qu’une partie de ceux qui veulent voter NON à l’indépendance glissent un bulletin OUI pour faire plaisir à Daniel Goa, Rock Wamytan, Paul Néoutyne, pour qu’ils ne sentent pas trop humiliés ?

Ils n’ont rien à craindre. Les politiciens loyalistes demandent à leurs électeurs de saluer sobrement la victoire de la France le 4 au soir, pas de drapeaux dans les rues, pas de Marseillaise.

Si, par malheur, le vote Kanaky l’emportait, on ne peut douter une seconde que ce serait la même chose: respect total des vaincus, pas de hurlements triomphants, pas de mépris des vaincus. Pas de pillages. Pas d’incendies. Seulement la paix, l’amour, la tolérance du vivre-ensemble que les politicards locaux appellent le “destin commun”.

Comme à Thio en 1984-1985 ?

Marcus Graven

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Spipou

Je ne comprends pas bien l’intérêt de vos articles et de ceux de Madame Jeanpierre sur la Nouvelle-Calédonie, écrits je suppose depuis la Métropole et lus surtout en Métropole. Est-ce que les électeurs calédoniens, qui doivent être peu nombreux à vous lire, ne sont pas assez grands pour savoir où est leur intérêt ? Excusez-moi de vous dire ça, mais j’ai un peu l’impression que tous les deux, vous voulez leur faire la leçon comme s’ils étaient incapables de faire un choix intelligent. Et puisqu’apparemment vous et Madame Jeanpierre semblez assez bien connaître la situation en Nouvelle-Calédonie, et après nous… lire la suite

JD974

Il y a 28 langues chez les kanaks, le français étant leur seule langue commune.

Spipou

Je sais.

Et ?

Quoi qu’il en soit, j’aurais bien aimé que Monsieur Graven réponde à mes questions. Elles me paraissent importantes.

Jill.

Que le oui ou le non l’emporte, les Français devront faire attention…

fu-k-u

Oui !
Les kanaks sont en train de s’armer à toute vitesse car les armes sont en vente libre

NADJAZA

Ayant connu la nouvelle Calédonie à plusieurs reprises depuis 1966,j’ai pu constater ces dernières années une évolution des mentalités des autochtones.Ce qui était curiosité à l’égard du métropolitain est devenu hostilité dans le propos et le comportement, voir agressivité chez les plus jeunes.En métropole on appellerait cela d’un autre nom,interdit depuis. Un territoire de plus en moins! Référons nous donc!

JD974

Pour y avoir vécu quatre mois, je crois comprendre que ce que veulent les kanaks. Ce n’est pas véritablement l’indépendance. Ils savent bien que cette séparation majeure d’avec la France sera vite intenable, même si la Province Sud plus riche va les aider. C’est qu’ils puissent échapper à la LOI de la République, en Province Nord surtout. De garder le principe des coutumes comme mode principal de gouvernance, tout en tentant de le moderniser. Non pas que les coutumes ne puissent pas être respectées. Ils voudraient surtout que les gendarmes français ne rentrent pas dans les territoires des tribus pour… lire la suite

Anne Lauwaert

Mais pourquoi la France continue-t-elle à se compliquer avec tous ces pays? indépendantisez-les tout de suite et remigrez leurs ressortissants!

inconnue

déjà cela permet d’avoir des bases maritimes, des richesses terrestres et aussi maritimes, le mieux est de lui donner le statut de département français,

fu-k-u

Département français dites vous ?
L’Algérie était aussi un département français !

Aux Armes Citoyens

En ce qui concerne la coutume, beaucoup de méla demandent avant leur décès « pas de coutume ». Ca veut dire ce que ça veut dire…
En outre, pourquoi les partis loyalistes appellent-ils à la sobriété ?
Les loyalistes ont toujours été sobres que je sache ?
C’est du n’importe quoi, comme si les vainqueurs n’avaient que ça à faire : narguer les c… d’indépendantistes !
On vote, on écoute les résultats et on retourne au boulot. C’est aussi simple.

Aux Armes Citoyens

chauchat et barbançon sont des rouges de longue date, comme tout le monde le sait.
Alors, qu’ils continuent leurs plaintes et leurs lamentations minables, leurs élucubrations affligeantes, ils ne sont pas pour autant de vraies références intellectuelles et politiques, n’en déplaise à la gauchiasse locale.

Paskal

Beaucoup de gens de droite considèrent les DOM-TOM comme des sangsues que plus vite on larguera, mieux ce sera.
https://decadencedecordicopolis.com/2014/05/31/absurdite-cordicole/

Joël

Gens de droite qui se gardent bien de couper les robinets lorsqu’un pays accède à l’indépendance.

Emile ROUX

Surtout quand les merdes marxistes manifestent pour s’y opposer

Anton

Rien à faire de ce boulet. On peut très bien vivre sans. Lui, c’est moins sûr…Donc, vive Kanak-ie ou y !

Yohann le debattant

Si Kanaky l’emportait, un prof payé grassement grâce au salaire indexé versé par la Métropole française verrait ses confortables revenus descendre plus bas qu’en le RSA. Hypocrite ce Chauchat qui n’en pense pas un mot de ce qu’il dit comme tous les gauchistes!

Joël

Ne vous inquiétez pas pour lui, il a déjà son billet d’avion en poche.

Allonzenfan

Que les gendarmes soient plus que jamais sur leurs gardes…