Référendum Nouvelle-Calédonie : l’inquiétant jour d’après…

Publié le 5 novembre 2018 - par - 19 commentaires - 1 521 vues
Share

Nouméa du jour d’après.
Des rues désertes. Des adolescents kanaks déscolarisés qui traînent sur la place des Cocotiers.
Quelques dégâts encore fumants de la veille.
Des automobiles neuves cramées sur un parking sous douane.

Une vieille maison calédonienne livrée aux flammes.

La digestion des résultats est difficile :
56,4 % des Calédoniens contre l’indépendance, 43,6 de Kanaks pour.
78 361 voix contre l’indépendance, 60 573 pour.
Un écart de 17 788 voix.

Depuis hier soir, les Kanaks, goguenards, disent qu’ils attendent avec impatience le deuxième référendum.
Si, vu de Métropole, la différence des pourcentages entre le « NON » et le « OUI » paraît importante, en voix c’est autre chose.

Bien sûr, dans deux ans, pour le référendum 2020, il n’y aura pas 9 000 personnes qui auront changé d’avis pour passer dans l’autre camp.
Mais les indépendantistes ont noté l’abstention dans la Province des Loyauté – un réservoir de quelques dix mille voix – puis ils savent qu’avec l’inscription automatique, un certain nombre de leurs jeunes auront 18 ans dans les deux ans à venir. Ils savent également que de vieilles dames et des vieux messieurs calédoniens disparaîtront, que d’autres, las de l’incertitude perpétuelle que fait peser la situation politique, iront s’installer en Nouvelle-Zélande ou en Australie. Et le corps électoral gelé – voire congelé depuis 24 ans – ne concerne pas les Kanaks.

Édouard Philippe a passé la journée sur le Territoire.
D’une courte déclaration depuis le Haut-Commissariat et une courte interview sans saveur, on perçoit qu’il voudrait éviter l’instabilité économique qui détruira la Nouvelle-Calédonie dans les mois qui viennent.

Après avoir félicité toute la marmaille administrative pour l’organisation de la consultation, avoir vanté le calme des électeurs, il a mis en avant les enjeux économiques et sociaux dont il faut davantage se préoccuper maintenant que l’épreuve politique du référendum est passée.
Pour cela, il a annoncé la réunion à Paris, mi-décembre, d’un Comité des Signataires (des accords). Il espère que, d’ici là, les trois partis loyalistes, en éternelles bisbilles, et les deux partis indépendantistes, plutôt unis, s’entendront pour les prochains vingt-quatre ou quarante-huit mois, période de transition vers Kanaky.

Le reste : « destin commun », « petite nation dans la grande nation », « citoyenneté locale », « état fédéral », « peuple calédonien », « souveraineté partagée », « si y’a pas toi, y’a pas moi », “Terre de parole, terre de partage », “la recherche d’un drapeau commun », apparaît pour ce qu’il est, du flan destiné à endormir les gogos, un lavage de cerveau, un envahissement mental pour annihiler la résistance anti-indépendantiste.

Les discours sur la suppression des deux référendums, sur la réintégration des 30 ou 35 000 citoyens interdits de vote, sur la modification de la clé de répartition, sont caducs.
Le taux du « NON » est trop faible pour revenir sur ces acquis indépendantistes.

Quant à la création d’une identité commune calédonienne, elle est renvoyée aux calendes grecques.
Le « peuple kanak », tout à sa déstabilisation arrogante et raciste du Territoire, tout à sa prochaine gloire dominatrice des populations non kanakes, acceptera certainement cette paix de deux ans (ou de quatre ans) car elle lui permettra de profiter encore un peu du travail des Calédoniens, de l’argent de leurs impôts et de celui de la Métropole.

Les livres d’Histoire – s’il y en a encore dans quelques années – retiendront-ils que la France a commencé à s’éloigner de la Nouvelle-Calédonie le 4 novembre 2018 ?

Marcus Graven

Print Friendly, PDF & Email
Share

19 réponses à “Référendum Nouvelle-Calédonie : l’inquiétant jour d’après…”

  1. denis dit :

    Pauvres Caldoches blancs;appretez vous à revivre le scénario de 1962 en Algérie La valise ou le cercueil .Déjà les agressions racistes anti-blancs se multiplient sur ce pauvre caillou,comme en Afrique du sud,soutenus par les traitres au pouvoir

  2. Dobermann dit :

    Beaucoup de blancs veulent l’indépendance, ils ne veulent plus de cette « putain » la france qui fait venir par bateaux entiers des pouilleux musulmans de toutes part ! La france n’est plus une référence ..la france est devenue un grand ZOO, une poubelle de l’humanité .Les blancs et leurs fréres Kanaks ne veulent en aucun cas voir débarquer ces vrais faux migrants, et la seule solution c’est le controle de l’immigration en devanant SOUVERAIN.D’autres part la NC est tellement riche (voir l’excellent erticle de Marcus GRAVEN) que la négociation d’un état associé va donner tous les avantages Allah NC sans Allah !!

  3. Dobermann dit :

    Les exactions de Païta, Centre Ville, Kaméré, MGT, et côté Le Froid ne sont dues qu’a des petits branleurs alcoolisés et cannabissés…tant mieux !
    EP a commandé un comité des signataires….pour faire quoi ??? Mise en place d’un état associé ? …….peut être…et alors ? La NC est tellement riche qu’elle peut négocier ce qu’elle veut avec l’ancien état colonial….En étant un état à part entiére elle gérera son immigration….donc pas de bougnouilles et pas de mosquées c’est ce qui importe désormais quand on voit l’état pitoyable et lamentable de la France.
    La FRANCE n’est PLUS une référence, on la fuit, on n’en veut plus, c’est une putain !

  4. Dorylée dit :

    « …En Nouvelle Calédonie, les Caldoches n’ont qu’un choix; se battre ou dégager… » En fait, ils ont le choix des Pieds-Noirs et des Harkis : partir vivants ou rester morts. Quand la NC accédera à l’indépendance, il ne fera pas bon être Caldoche sur le caillou.

    • Dobermann dit :

      Manifestement tu ne connais rien à la COMPLEXITE kalédonienne , alors tais toi au lieu de proférer des inepties invraisemblables.Merci.

  5. HERVE dit :

    Les Blancs d’Afrique du Sud ont confié le pouvoir à des traîtres et à des capitulards, comme De Klerck.
    Ils avaient pourtant une des premières armées du monde, avec en plus la bombe atomique. Ils auraient dû se battre, plutôt que de croire les pacifistes et les bien-pensants.
    Quant aux Pieds Noirs, ce sont eux qui ont amené De Gaulle au pouvoir, un De Gaulle qu’ils auraient pu assassiner en 1960, ce qui n’était pas difficile.
    Israel a montré l’exemple, avec la conquête de la Palestine en 1948.
    En Nouvelle Calédonie, les Caldoches n’ont qu’un choix; se battre ou dégager.

  6. Gérard Creuset dit :

    Ce matin j’ai entendu des blancs calédoniens de souche qui disaient que le seul moyen de purger la situation était de voter pour l’indépendance. Pauvres crétins à la mémoire courte et à l’horizon limité, ils ont oubliés les sacrifiés de 85 et ne semblent pas être au courant du sort réservé aux blancs en Rhodésie et en Afrique du sud !

  7. Gérard Creuset dit :

    Oui, au lieu de vivre sur des illusions du genre « les canaques évoluent sur l’idée d’indépendance… » et de promettre en dépit du bon sens un 70/30 qui n’a fait qu’endormir les calédoniens, il serait grand temps que le camp loyaliste se réveille et se rassemble sur l’enjeu essentiel.
    Nous manquons certes pour l’instant d’un leader charismatique… et honnête qui n’accepte plus la moindre compromission. En fait, le réalisme et la sagacité manquent hélas cruellement du côté de l’électorat loyaliste où je vois des gobe-mouches prêts à donner un chèque en blanc au meilleur baratineur cauteleux ou à celui qui produira le plus de brochures glacées.

  8. Paskal dit :

    On ne mélange pas impunément des populations que tout sépare. Tant qu’on aura pas compris ça…
    En Afrique du Sud (et au Brésil), Blancs et Noirs sont arrivés à peu près en même temps. Les choses auraient pu évoluer différemment.

    • spartac dit :

       » On ne mélange pas impunément des populations que tout sépare. Tant qu’on aura pas compris ça… ».
      Visiblement VOUS n’avez pas compris que EUX le savent depuis longtemps et ont choisi ce moyen de NOUS exterminer.

  9. Jill.re dit :

    Je pense que les Français de NC feraient mieux
    de partir à froid plutôt que de subir le sort des
    pieds noirs ou d’être rapatriés entre quatre planches. Dans quelques années, la NC sera
    indépendante, et on n’aura rien à y perdre.

  10. Joël dit :

    Précision sur la « vieille maison calédonienne livrée aux flammes. » C’était une maison de style colonial, donc tout un symbole pour les kanaks. Ou un message.

  11. Marc SABOT dit :

    Je crois que cette fois-ci on va repartir de la NC

  12. HERVE dit :

    Une solution possible, si les Caldoches, appuyés par les autres minorités (Polynésiens, Chinois…) entrent en résistance pour imposer la partition du territoire…Tout dépendra de leur détermination.

    • Joël dit :

      Les caldoches vont finir comme les fermiers blancs d’Afrique du Sud : massacrés dans l’indifférence générale.

    • ven 85 dit :

      mais aux accords de nouvea,les socialistes ont exclus 20% de la population blanche,il faut 10ans sur le territoire et encore sur ouest france,notre ex championne olympique et championne du monde,felicia bellanger,disait qu’elle habite et marie en N C depuis 17ans et qu’elle ne peut pas voter,ensuite dans les accords,ils peuvent refaire encore des referendums,jusqu’a quand les galdoches,n’auront que le bateau ou le cercueil

    • Dobermann dit :

      PARTITION impossible avec les ADN (Accords de Nouméa)

  13. Allonzimollo dit :

    Quatre ans, c’est si vite passé…

  14. donald dit :

    Demain ce sera la Rhodésie (Zimbabwe)…..
    N’imaginez pas aller en Nlle Zélande, ils refusent l’immigration.