1

Référendums et mobilisation : la Russie passe à la vitesse supérieure

Poutine ne pouvait tolérer plus longtemps que l’OTAN et ses médias corrompus se délectent du sacrifice des kamikazes ukrainiens drogués jusqu’à la moelle à la dextroamphétamine et au modafinil, pour bousculer localement les forces russes.

Il était doublement temps !

Les autorités prorusses des oblasts de Donetsk, Lougansk et Kherson, régions de l’est et du sud de l’Ukraine, ont annoncé mardi la tenue de référendums d’adhésion à la Russie, du 23 au 27 septembre, en garantissant que seraient suivis d’effets ces référendums, dont on peut imaginer qu’ils donneront les mêmes résultats que ceux du 11 mai 2014 : plus de 90 % pour le divorce avec l’Ukraine et le rattachement à la Russie,

Dès lors que la fusion sera actée, Poutine précise que l’armée russe défendra ces territoires comme parties intégrantes de la Fédération russe.

En annonçant ce mercredi matin une mobilisation militaire partielle dans son pays, le Président russe a indiqué que « les volontaires auront désormais le même statut que les militaires professionnels ». Des statuts et des salaires qui devraient réchauffer le patriotisme des hésitants.

Seront concernés les citoyens qui se trouvent sur les listes des réserves et surtout tous ceux qui ont une expérience militaire effective. On en compte au minimum 300 000. Pour la plupart d’anciens militaires qui ont quitté l’armée pour passer au privé. Ils pourraient dépasser le chiffre d’un million d’hommes d’ici à la fin de l’année en cas de nécessité. S’ajoutant à l’armée régulière dont les effectifs atteindraient 2,3 millions. Et on est encore loin de la mobilisation générale !

Les premiers contingents devraient partir au front relever leurs camarades dès le 21 septembre.

Les opérations spéciales de police, c’est fini !

La Douma (Parlement russe) a adopté à l’unanimité un certain nombre d’amendements au Code pénal pour durcir les peines contre les déserteurs, et pour renforcer l’état de guerre. Ce qui donne des marges de manœuvre supplémentaires à Poutine. En particulier pour la reconversion totale ou partielle de diverses usines civiles à des productions d’armement. Comme pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Vlad l’a encore répété à Macronescu, les livraisons d’armes de guerre aux Ukrainiens sont inacceptables pour Moscou qui ne devrait pas tarder à réagir. Et si le paltoquet a la comprenette lente, Brichelle lui expliquera que l’Ours russe n’est pas une peluche.

On ne peut plus entretenir la fiction d’une « résistance héroïque » dont les unités de choc ont repris sans vergogne l’appellation « Kraken » qui était celle des Waffen SS ukrainiens naguère.

Mais la Russie ne se bat pas que contre l’Ukraine. Elle affronte directement des forces de l’OTAN. Britanniques, Boches, Polonais, Français, Américains. Qui fournissent non seulement des armes et des munitions, mais aussi des renseignements obtenus par leurs satellites, et envoient des mercenaires sur le terrain sous les pudiques appellations de « conseillers militaires », « observateurs », ou « instructeurs ». Plus hypocrite et menteur, tu meurs !

La déclaration de guerre de Poutine est à prendre au sérieux.

Ce ne sont pas des menaces en l’air quand il dit :

« Il est important de déployer des capacités militaires supérieures. L’Occident, dans sa politique agressive, a dépassé toutes les limites. Ils sont maintenant capables de frapper la Crimée et d’autres territoires russes. Il y a des bâtiments, des avions de l’OTAN qui sont mobilisés.

Les Occidentaux poussent l’Ukraine à se montrer encore plus agressive à l’égard de la Russie. Ils sont là pour écraser notre pays. Et même un chantage nucléaire est en marche, nous voyons très bien cela.

C’est oublier que la Russie est également dotée d’un certain nombre d’armes particulièrement efficaces… Si jamais les intérêts de la Russie sont menacés, nous allons utiliser toutes les armes à notre disposition ».

La première conséquence des référendums

Libérer les russophones était l’objectif initial de « l’opération spéciale ». Mais cette fois, finie la parade militaire. Si l’OTAN veut une vraie guerre, elle va l’avoir.

Car attaquer le Donbass, province redevenue officiellement russe, reviendrait à porter la guerre sur le territoire russe. Justifiant l’emploi de vecteurs nucléaires appropriés pour vitrifier la face de rat de Kiev et clouer le bec du paltoquet inverti et de la hyène bochesse.

Avec le Donbass et d’autres provinces volontairement intégrées à la Fédération de Russie, le message est sans détour. Il sera hors de question de revenir en arrière et de négocier quelque portion de territoire que ce soit avec le virtuose du piano à queue, ses alliés de circonstances, ou son successeur. Quand son état-major aura compris que l’intérêt de l’Ukraine est de destituer cette marionnette de l’OTAN…

Que le monde extérieur se le tienne pour dit ! S’ils veulent une vraie guerre contre la Russie, ils n’ont qu’à continuer à harceler ce pays.

Dans son discours, Vladimir Vladimirovitch a développé sa vision géostratégique :

« L’objectif de l’Occident est de détruire la Russie (…) Nous avons cherché des solutions pacifiques mais l’Occident les a rejetées (…) Alors je dois vous dire que la menace de l’usage de l’arme nucléaire n’est pas un bluff. »

En outre, il est important de rassurer les populations qui ont pris le parti de la Russie dans ces territoires. Si les Ukrainiens qui les ont martyrisés et massacrés depuis 2014 venaient à revenir, il y aurait une épuration sanglante. Poutine leur a dit : « N’ayez aucune crainte. La Russie ne vous lâchera pas ».

Cela impliquera aussi une « bunkérisation » du Donbass, transformé en forteresse afin que les Ukrainiens ne soient plus tentés d’exploiter cette région dans leur seul intérêt comme c’était le cas jusqu’à ce que les russophones se rebiffent.

Il y a là une occasion unique à saisir pour les vrais Français. La Russie est notre seul espoir de nous débarrasser des Macronescu, de l’eurocrature, de sa hyène bochesse, et plus généralement des crapules du Nouvel Ordre Mondial.

Être patriote français aujourd’hui, c’est comprendre qu’on ne liquidera pas tous ces politiciens corrompus vendus aux banksters et à Big Pharma, pas plus qu’on ne fera repasser la Méditerranée aux Zoulous et aux mahométans avec les discours façon Sciences Peaux d’ânes, dont raffole la caste. Cette fausse aristocratie d’arnaqueurs et de profiteurs, où on se coopte et on se contrôle mutuellement en se tenant par la barbichette. Ou par la bistrouquette. 

Notre seul espoir est que l’inverti agressif comme un roquet enragé (cf son discours martial à l’ONU qu’il est le seul à ne pas avoir trouvé dérisoire et ridicule) commette le faux pas de trop, engage nos troupes contre la Russie, et là deux hypothèses : pas fous, les militaires se rebiffent et font un putsch. Ou complètement débiles, ils vont à l’abattoir en chantant. Mais qu’importe ! Dans les deux cas, on serait débarrassés de l’arrogant inverti, cette honte et cette calamité pour la France.

Christian Navis

Climats sous influence (climatorealist.blogspot.com)