Réflexions de fin d’année sur l’avenir de notre pays

Publié le 29 décembre 2015 - par - 17 commentaires - 1 577 vues
Share

ChaupradefranceislamChers lecteurs, chers Citoyens, mes très chers amis,

Peu avant Noël, que nous avons, par bonheur, encore pu fêter librement, je me suis adressé à vous, ici même, pour solliciter votre aide. Je voulais tenter de comprendre comment notre Nation, jadis si fière, si sûre de ses valeurs et néanmoins si généreuse et lucide, avait pu s’enfoncer dans une telle déchéance morale et physique. J’ai souhaité solliciter votre avis sur les raisons de cette atroce évolution.

Merci, mille mercis à tous ceux qui ont apporté leur pierre à l’édification d’une réponse qui m’a permis d’y voir plus clair.

J’ai d’abord compris que cette métamorphose calamiteuse n’était pas due à une accumulation d’erreurs dont les auteurs pourraient invoquer les conditions aléatoires du contexte historique et par voie de conséquence être dédouanés ou pardonnés.

Toutes nos élites dirigeantes, quelles qu’en furent les couleurs politiques revendiquées, ont, au contraire, agi de conserve et dans la plus grande détermination. Il s’agit donc d’une faute impardonnable à l’égard de la Nation, c’est-à-dire de la France et de son peuple.

La faute est d’avoir agi dans le but de la faire disparaître pour l’intégrer dans un monde plus vaste, sans repères ni valeurs, sans aucun caractère distinctif où chaque individu perdrait sa qualité de citoyen pour endosser celle du clampin écervelé, docile et passivement consumériste dont les émotions seraient dirigées.

Pour cela, ils ont commencé par détricoter lentement mais surement le tissu industriel de notre économie. Aujourd’hui, nous ne fabriquons plus aucun des objets utiles à notre vie quotidienne. En revanche, nos entreprises de services, celles qui ne créent aucune richesse tangibles font légion.

Ils ont développé une conception de la société où l’assistanat a remplacé progressivement le travail ; une société dans laquelle le loisir et le temps libre ont remplacé l’esprit de labeur et d’effort, comme si, ici bas, « les cailles tombaient toutes rôties, du ciel » ; une société où la responsabilité a été remplacée par la revendication ; une société enfin où le droit de l’individu se gonfle tant qu’il lui masque ses nécessaires devoirs.

En parallèle, ils ont expliqué aux Français que revendiquer sa « Francitude » c’était mal !

On leur a dit qu’il fallait expier profondément et sans cesse tous les crimes réels ou supposés que notre civilisation avait commis…La colonisation, même si celle-ci pouvait s’enorgueillir de quelques belles constructions, l’esclavage, même s’il était loin d’être l’apanage de notre action singulière . La collaboration, comme si le peuple de France dans son entièreté avait à en rougir et comme si, peuple vaincu et soumis, nous avions eu, en 1940, le choix de la liberté.

Ils ont imposé l’idée que la culture de l’autre avait droit de cité parfaitement égale avec celle que nous avions dessinée au cours de deux millénaires d’histoire. Certains, les plus nombreux, ont même nié la réalité de la cohésion, de la cohérence et de la pertinence de cette identité née de la convergence de volontés compatibles. En contrepartie, ils ont voulu faire croire que les nouveaux immigrés, c’est-à-dire ceux qui viennent avec leur bagage idéologique, pourraient s’assimiler, ce qui s’avère impossible et qui était prévisible.

Par ce multiculturalisme, ils ont imposé une acculturation générale qui contribue à l’effacement identitaire de notre pays.

Afin que le procédé devienne un jour irréversible, ils ont créé les conditions d’une dépendance totale par l’abandon de souveraineté, sans contrepartie, et par l’endettement à terme incompressible.

Enfin, pour pousser l’indifférenciation à un point de non retour, ils ont suscité, encouragé et promu les mouvements migratoires afin d’aboutir à des remplacements de population, fût-ce au prix d’un chaos grandissant et à terme mortifère.

Je dois reconnaître en toute modestie que ces conclusions auxquelles je suis parvenu ne sont ni originales ni révélatrices.

En effet, bien des auteurs de renom comme Eric Zemmour, Alain Finkielkraut, Renaud Camus, Richard Millet ou plus récemment Malika Sorel-Sutter, ont su décrire ce déclin et en expliquer les raison, sans être entendu à la hauteur de leur clairevoyance.

Mais la force du système est à la fois d’utiliser la passivité des consciences, de susciter la peur des électeurs et de jouer de toutes les astuces, de tous les mensonges et de toutes les alliances pour maintenir le corps électoral dans une sorte d’inertie propice à l’aboutissement de leur projet coupable.

Faut-il se résigner à voir notre civilisation disparaître ? Faut-il renoncer à combattre pour la survie de tout ce à quoi nous avons cru ? Faut-il abandonner l’avenir à la nouvelle orthodoxie nihiliste et néanmoins consumériste ?

Pour ma part, je m’y refuse même si je ne suis guère optimiste sur le choix des moyens qui nous seront autorisés pour inverser le mouvement.

Jean-Jacques Fifre

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Romanin

Un grand merci à vous pour cette brillante et magistrale analyse, j’y adhère à mille pourcents. Et non, notre civilisation ne disparaîtra pas, et oui, nous allons dans peu de temps connaître un sursaut de combativité(forcé) pour justement sauvegarder nos millénaires d’histoire. Il ne peut pas en être autrement, je ne peux pas admettre que nous soyons devenus vils et lâches au point de nous laisser »coloniser servilement » et accepter docilement l’anéantissement de notre civilisation(je ne sais pas si ce que je dis a un sens, mais ça me plait bien!) Il nous faudra peut-être verser des larmes de sang et souffrir, mais si c’est le prix à payer, alors je suis prêt et même doublement prêt! Bonnes fêtes à vous tous.

Daniel

Bien sûr qu’il faut combattre pour garder le plus longtemps possible notre culture, nous le devons à nos anciens et surtout à nos enfants …car ce sont eux qui auront à subir les conséquences de la lâcheté de nos dirigeants qui ont vendus la France à l’islam, pour quelques voix de plus ….de la lâcheté encore plus médiocre de nos journaleux et bobos bien pensants, dont c’est le fond de commerce ,et qui n’existeraient pas sans cette guerre de religion qui s’installe insidieusement en France …. Car hélas cette guerre qui ne dit pas son nom, nous l’avons déjà perdue… mais c’est dans quelques années , que nous en aurons la confirmation, suite à l’accession au pouvoir démocratiquement des Imams d’aujourd’hui qui seront les députés de demain, grâce au ventre fécond de leurs femmes voilées …..Penser que dans 20 – 30 ans ( et c’est demain) il en sera autrement c’est se voiler la face et accélérer l’échéance…..

Romanin

@Daniel, ici il est de bon temps de fustiger l’ensemble de notre classe dirigeante, médiatique et intellectuelle, qui pour quelques »voix » de plus, nous ont soumis lentement mais surement. Mais pas un seul instant, nous nous posons la question de nos fautes et erreurs passées et tellement présentes de les avoirs maintenus à leurs places décennies après décennies. Il n’y a qu’à lire votre post pour comprendre qu' »ils » ont déjà gagné par avance et que dans le fond, « ils » auraient tort de ce priver de nous imposer « leur vision » de leur Nouvel Ordre Mondial.

hathoriti

Suite . Je continue. Pourquoi être heureux et fier d’être français est-il considéré comme un mal absolu, un nazisme, un fascisme? Pourquoi faut-il que la France et les français fassent repentance pour des crimes qui sont excusés…ailleurs ? « Crimes » sur lesquels il serait bon de revenir…Et non ! Je ne puis me résoudre à voir disparaître mon pays et sa civilisation ! Ceux qui veulent voir mourir notre France n’ont jamais rien créé, rien inventé, (sauf le fric), ils ont toujours souillé les pays sur lesquels ils ont mis les pieds! Je suis persuadée que malgré leurs efforts, ils ne gagneront pas ! Et qu’ils vont payer cher, très cher, leurs manigances diaboliques ! Continuez, monsieur, vous êtes dans la vérité !

hathoriti

Cher monsieur Fifre, remarquable analyse, j’adhère ! Maintenant, reste à savoir le pourquoi de cette dissolution, de cette stérilisation de la France ! Car, tout de même, vouloir nous faire croire que l’Histoire de la France commence en 1789, avouez que c’est un peu fort ! Alors, comment se fait-il que la France soit « détricotée », petit à petit ? Qu’elle ait une cible sur le front et soit dans le collimateur de certains pervers qui veulent sa disparition la plus complète ? Comment se fait-il que ces « gens-là » nous imposent une immigration massive, musulmane, par le biais des abrutis qui nous gouvernent, alors que cette immigration, ils la refusent…ailleurs ?

pauledesbaux

XLmDvComme j’aurais aimé vous donner tort Mais hélas vous avez foncièrement RAISON HELAS TROIS FOIS HELAS pourtant ce n’est pas faute de ne les avoir avertis de ce déclin – et à ce sujet vous avez « oublié un ouvrage important, comme ceux que vous citez c’est celui du Lieutenant-Colon el JEAN FRANCOI CERISIER : GUERRE A L OCCIDENT -GUERRE EN OCCIDENT soit dit en passant) mais comme il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir….le mal étant plus profond à partir de jacus chirac le déclin a commencé insidieusement mais déterminé alors que dire ensuite du socialisme avéré (les 35heures qui ont foutu l’économie à plat le travail en dilettante a accompili le reste l’immigration commencée tôt a fini cette sape de nos valeurs..TRAVAIL FAMILLE PATRIE….

Albert

La conclusion de Pauledesbaux est ahurissante et atterrante!
Si le rappel de la devise de Vichy (Travail, famille, Patrie) est tout ce qu’elle a à proposer, pas étonnant que la France soit finie! Entre les nostalgiques de Vichy et ceux de l’Algérie française, on n’est pas près de renaitre, merde!!!!!!!!

Pénélope

Si, je puis me permettre, ne faut-il pas rester humble devant le désarroi de nombreux autochtones de France, qui, depuis tant d’années voient leurs valeurs universelles foulées au pied, se voient insulter, bafouer et, effectivement, sont en recherche de valeurs qui peuvent choquer car rattachées à des moments tragiques de notre Histoire nationale. La nature a horreur du vide.

Charles DALGER

Mélanger nostalgique de Vichy, et de l’Algérie Française, c’est une faute grave. Les deux choses n’ayant strictement rien à voir l’une avec l’autre. Cet amalgame est aussi condamnable que le « padamalgam » que nous combattons. Excusez moi, je peux l’expliquer clairement, mais ce n’est pas le cadre ici.

Albert

Vous m’avez mal compris: je n’ai pas « mélangé » les deux nostalgies, mais les ai « ajoutées » l’une à l’autre, ce qui ne veut pas dire que les mêmes personnes ont les deux – quoiqu’elles aient aussi un point commun: la haine pour de Gaulle.

RELTIEN Jean

Bebert! la nostalgie de l’ Algérie Française ? Essayez plutôt de la comprendre . Facile d’ecarter d’un revers de manche des faits, des évènements tragiques et surtout des erreurs dont nous subissons désormais les conséquences .
SVP ayez la lucidité de reconnaître qu’il ne s’agit plus aujourd’hui de la souffrance des Français d’Algerie dont il s’agit mais de celle de la France et de nos concitoyens dont les parents aveugles et mal informés furent subjugués par un général prétentieux et nul en matière de prévisions géopolitiques, qui pratiquait dit-on de sources bien informées des
 » réussites  » au Tarot avant de prendre ses décisions …
Quant à VICHY et la devise TRAVAIL, FAMILLE, PATRIE… remettez-la dans son contexte et essayez par ailleurs d’imaginer ce que serait la France aujourd’hui si tout le monde s’était  » tiré  » à Londres ?
La question n’est pas de RENAÎTRE mais plutôt de ne pas DISPARAÎTRE !!

Albert

Je peux très bien comprendre la nostalgie des pieds-noirs, mais cela s’est passé il y a 50 ans et il serait temps de tourner la page. Idem pour le ressentiment envers de Gaulle. Je n’insisterai pas là-dessus.

Herbert Sogno

@ Albert

Vous êtes dans le sophisme primaire. Il ne faut jamais s’abandonner au principe totalement opposé à la richesse de l’argumentation et à la liberté de débattre, d’unir pour toujours dans l’opprobre indéfectible des hommes et leurs propos ou leurs idées. Les pires pourritures de l’humanité peuvent avoir prononcé des phrases de génie et promu des idées merveilleusement révolutionnaires.

On souffre même précisément, et ça ne figure pas dans l’analyse de l’auteur, bien que ceux qu’il admire l’aient quant à eux largement évoqué, également, de repousser de nobles valeurs pour les associer, malheureusement, à des mouvements tragiques de l’Histoire. C’est ainsi que l’anti-racisme qui nous fait tant de mal est né en grande partie sur les cendres du nazisme, et c’est bien là le dernier coup dur porté par Hitler à l’Europe. ( avec l’impérialisme américain et l’expansionnisme musulman. )

Travail, famille et patrie, ce sont là de belles valeurs, toute vichystes qu’elle fussent.

Albert

Je suis tout à fait d’accord avec votre dernier alinéa…jusqu’à la virgule, mais la connotation est trop forte pour reprendre une figure entachée (à tort ou à raison).

Fab

Albert Apprenez la véritable histoire de la dernière guerre et de celle de l’Algérie ou si vous ne le souhaitez pas c’est que vous êtes un gauchiste indécrottable .

Albert

Je connais un peu les deux, rassurez-vous, et je ne suis nullement un gauchiste, bien au contraire!

MichelLibre

La devise Travail Famille Patrie était de 1936 à 1940 la devise du Parti Social Français du Colonel De La Rocque, lequel a connu un très grand succès juste avant l’effondrement de notre pays. Le PSF était un parti patriote à la fois anti-nazi et anti-communiste. De la Rocque n’a pas suivi Pétain car il n’était ni collaborationniste pro-nazi, ni antisémite. Il a fondé le réseau de résistance Klan, ce qui lui a valu la déportation. Le régime de Pétain lui a volé sa devise, la propagande du Parti Communiste a ensuite fait assimiler le PSf aux fascistes pro-nazis, ce qu’il n’était pas.
Il serait temps que tout le monde se réveille et se libère des anciens réflexes pavloviens inculqués aux français par plusieurs décennies de propagande abrutissante. Il est urgent que TOUS les français redécouvrent leur Histoire réelle, condition sine qua non pour reprendre leur destin en main. Sinon, c’est la grande poubelle de l’Histoire pour la France.