Réflexions sur Homo Americanus de Tomislav Sunic

Publié le 11 mai 2018 - par - 4 commentaires - 601 vues
Share

HOMO AMERICANUS de Tomislav SUNIC, éditions Akribeia, 2010, pp.288

Cet essai historico-politique sur les bâtards américains est une étude profonde sur les causes du mal planétaire d’aujourd’hui. Notre philosophe neo-paganiste Alain De Benoist nous rappelle sur les premières pages qu' »ils n’ont pas d’histoire » (op.cit,p.81).

A partir des premières pages, font leur apparition « les scénarios d’une possible balkanisation de l’Amérique »(op.cit.page 52) mais ils sont abandonnés plus tard. L’auteur de cet essai avait vécu aux Etats-Unis dans le passé mais il est revenu plus tard à sa Croatie natale. C’est dommage que son ouvrage « La Croatie, un pays par défaut ? » aux éditions mortes aujourd’hui « Avatar » soit épuisé.

Nous avons retenu une phrase très profonde au début : »Dans les prochaines années, les avantages sociaux communistes, aussi spartiates qu’ils parussent autrefois aux observateurs étrangers, seront très demandés par un nombre croissant de citoyens en Amérique et dans l’Europe américanisée » (op.cit.p.89).
Un chapitre de l’ouvrage s’appelle « les origines bibliques du fondamentalisme américain » et sur la page 169 l’auteur nous explique « qu’il existe des profonds liens théologiques entre l’américanisme (un chapitre entier est consacré avant à sa définition) et le judaïsme » (op.cit.p.169).

Sur la page qui suit, nous avons retenu aussi ces phrases magiques : « L’épouvantail de l’antisémitisme ou des accusations de négationnisme sont les meilleures armes pour faire taire les hérétiques postmodernes. Comment peut-on rejeter l’histoire évidente d’un Jésus-Christ juif ? » (op.cit.p.170).

Mais vraiment la phrase qui nous a enthousiasmés a été celle-ci : « …on comprend pourquoi (à la fin du vingtième siècle, NDLR) les élites ont été désireuses d’entamer le processus de démarxisation de l’enseignement supérieur américain et européen » (op.cit.p.204).

Il ne nous reste maintenant qu’à féliciter le traducteur Claude Martin pour son travail artistique extraordinaire. Malgré les 288 pages, cet essai a été une lecture très agréable pour nous.

Dionysos Andronis 

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Brouillon

« … ils n’ont pas d’histoire… ». Si les Américains n’ont pas d’Histoire, ils savent se servir de celle des autres pour faire du cinéma qui leur rapporte beaucoup d’argent.

béret vert

De Benoist est un batard revisioniste amployant une autre langue pour nous transmettre son antisemitisme et son antiaméricanisme primaire,pathétique

dufaitrez

Je me force à vous répondre chaque jour, ne trouvant rien à dire, et me trouvant un peu seul… Courage !!

Dany

Les Américains on un court passé, mais un grand avenir. La France, c’est l’inverse. il peut exister des liens entre américanisme et judaïsme, mais moins profonds que ceux entre la France et l’islamisme bientôt indissociables. On attend donc avec impatiente le prochain essai de monsieur Sunic sur les batards sans avenir de Francarabia.