Réflexions sur les 100 ans de Brassens et les obsèques de Tapie


J’ai attendu que Bernard Tapie parte les pieds devant, soit inhumé au cimetière de Mazargues, dans les quartiers sud de Marseille et qu’il commence à bouffer les pissenlits par la racine, pour mettre mon grain de sel.

Certes, bien avant qu’il ne passe de vie à trépas, on savait tout de cet imposteur au cœur soi-disant à gauche mais au portefeuille résolument à droite.

Ses faits et méfaits ont été si complètement rapportés qu’il n’y a pas lieu d’y revenir.
https://ripostelaique.com/bernard-tapie-sa-plus-grande-reussite-sa-sortie-de-scene.html

Ce qui m’a interrogé, c’est que ce Nanard, pour rejoindre ses verts pâturages, ait décidé d’emprunter un corbillard pas très en rapport avec ce qu’il voulait montrer de sa personne.
Lui qui aurait voulu être un artiste et avait une attirance particulière pour la lumière.

Car personne n’a oublié que ce vantard se gargarisait de rouler carrosse, en yacht et jet privé, avant de les solder pour éponger ses dettes.


Qu’il fasse donc son dernier voyage dans une « Mercedes CinquePosti SuperStella » ne m’a pas semblé au niveau d’un matamore de son genre.
Même si en dernière place du catalogue des Pompes funèbres générales, ce corbillard Mercedes « conserve le style de la classe E et le combine avec un intérieur qui respire la modernité ».
Il fallait au moins cela pour un défunt de la vieille politique du camp du Bien mitterrandien.

Était-il donc fauché au point que son banquier lui refuse un dernier voyage dans la Rolls Royce Phantom, le top des corbillards ?
http://blog-pompes-funebres.fr/top-10-corbillards-ultra-luxe.html

Quoi qu’il en soit, qu’il repose en paix, qu’il passe sa mort dans sa dernière demeure de Mazargues, sans être encore dérangé par les racailles. Lui qui les a tant aimées en leur déversant nos impôts.
https://ripostelaique.com/quelles-lecons-bernard-tapie-tirera-t-il-de-son-agression.html

Car la Faucheuse finit toujours, un jour ou l’autre, par nous faire ravaler notre acte de naissance.

Et quand je la toucherai du doigt, quand je serai sur le point de casser ma pipe, je me vois passer ma mort plutôt comme celle de l’illustre chanteur poète qui aurait eu 100 ans jeudi dernier.

Comme Brassens, « ramené dans un sleeping du Paris-Méditerranée, Terminus en gare de Sète » pour être inhumé « juste au bord de la mer à deux pas des flots bleus ».

Et je n’hésite pas à dire que j’ai envie d’envier « l’éternel estivant, qui fait du pédalo sur la vague en rêvant, qu’il passe sa mort en vacances ».

https://www.youtube.com/watch?v=meipXWeuEbM

Alain Lussay

image_pdfimage_print
15

12 Commentaires

  1. Merci pour avoir fait la différence entre un charlatan qui a réussi à piquer le pognon des autres en se foutant de leur gueule et un vrai poète inimitable, un surdoué de l’ « esprit », un anar un peu comme moi (sans prétention). Un bon mec…
    Put’1 j’en suis ému.

    …..Je ne fais pourtant de tort à personne…..etc…

    • Brassens vs Tapie … Deux hommes, deux « personnages » n’ayant rien à voir. L’un, très matérialiste, grande gueule, vulgaire et m’as-tu-vu, l’autre discret, presque timide, bien que si talentueux. Pour chacun, un mot qui les résume :
      Brassens : po-ète
      Tapie : Po-gnon.

  2. on connait tous par coeur des refrains de brassens
    quant à l’autre saltimbanque, il aura tenu assez longtemps pour conserver les 400 millions d’euros empochés indument

  3. Le journal Présent a consacré un Hors-Série très spécial à George Brassens le mois dernier: il est toujours en vente en kiosque, allez vite l’acheter, les amoureux du grand Georges ne seront pas déçus !

  4. On parle de Brassens dans tous les medias. D’ailleurs je vous conseille de réecouter « l’auvergnat » pour l’hospitalité envers les démunis et « le gorille » pour la peine de mort ou « la tondue » pour la vengeancea envers les « traites ».

  5. RL n’aime pas qu’on parle du quotidien PRESENT ? (message précédent absent !)

  6. Brassens était un anarchiste au grand cœur, il a aidé pas mal de gens dans la détresse. Tapie a au contraire enfoncé tous les ouvriers des usines qu’il avait récupérées au franc symbolique.

  7. Hommage soit rendu à cet immense poête qu’était Brassens, d’une telle humanité, qui nous a donné un tel bonheur à l’écouter. Cela sera encore vrai demain et après demain….
    Que les chiens n’hésitent pas à lever la patte sur le marchant de tapis qui nous a traité de salauds. Je n’aimerai pas être le voisin de cimetière de ce Tapie brosse qui va polluer la terre.

Les commentaires sont fermés.