Réflexions sur les Français de souche

Charred tree stump in the forest

Manifeste d’un Français de souche

Qu’est-ce qu’un Français de souche ? Ce vocable devenu populaire a pour fonction de permettre le distinguo linguistique entre les Français de sang (ou Français autochtones) et les détenteurs de la nationalité française qui ne sont pas français par le sang. Un Français de souche est une personne qui, de par son ascendance, ne peut s’identifier qu’à la France ; il est à la France ce qu’un aborigène australien est à l’Australie. Un Français de souche est d’origine française comme Vladimir Poutine est d’origine russe, ou comme Xi Jinping est d’origine chinoise.

Sans considération pour sa dose de sang celte/romaine/franque, qu’il ne peut de toute façon pas connaître, le Français de souche va naturellement s’identifier à l’histoire du territoire de ce qui est aujourd’hui la France. La guerre des Gaules, la Révolution, les tranchées de la Première Guerre mondiale font naturellement partie de son identité, car le territoire de la France est celui de ses ancêtres, aussi loin que puisse remonter la mémoire des hommes.

« Où voulez-vous en venir ? » me direz-vous. La France a ses autochtones, et alors ?
Et bien on peut observer qu’à la différence de nombreux autres pays, la France se caractérise par un phénomène susceptible d’interpeller : un puissant courant de pensée cherche à persuader les Français autochtones qu’ils n’existent pas. Certains voudraient que les autochtones français ne possèdent pas ce lien, naturel, qui lie un individu à la terre de ses ancêtres. L’un des objectifs de la manœuvre étant bien évidemment de faire passer la pilule de l’immigration de masse sans que le peuple autochtone ne se révolte contre elle.

Qui donc promeut cette ablation du sentiment d’appartenance ethnique chez les autochtones français ? Donnons quelques exemples d’entités au sein desquelles cette volonté de promotion est observée.
Les partis de pouvoir de la classe politique : « il n’y a pas de Français de souche » déclarait Éric Besson, alors ministre de Nicolas Sarkozy.

https://youtu.be/2g9JXi_KG-o

La Justice : lorsque Houria Bouteldja est assigné en justice pour « chef d’injure publique envers une personne ou un groupe de personnes en raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée » suite au discours suivant :
« et moi, j’ai envie de dire : c’est le reste de la société qu’il faut éduquer, […] c’est le reste de la société occidentale, enfin de ce qu’on appelle, nous, les Souchiens — parce qu’il faut bien leur donner un nom —, les Blancs, à qui il faut inculquer l’histoire de l’esclavage, de la colonisation… »

La Cour de cassation va d’une part parler des « Français « dits » de souche », et va aller jusqu’à déclarer que (https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&idTexte=JURITEXT000028482182&fastReqId=198999606&fastPos=1) :  « la catégorisation des « Souchiens », en la rapprochant d’une entité ethnique ou raciale dite « les Blancs », qu’il est d’usage de nommer en ethnologie les « Caucasiens » sans choquer quiconque, tend à confirmer la motivation ethnologique et non animalière reprochée à la prévenue ; qu’enfin, il est constant que le néologisme « souchien » est d’usage courant dans la classe politique ; que les pièces vidéo versées au dossier confirment que des politiciens de toutes tendances l’emploient sans que cela ne suscite l’émotion de ceux qui seraient censés se sentir concernés ou offensés par ce terme » ; qu’en conséquence, la cour, constatant que rien à la procédure ne permet d’affirmer que le terme devait être entendu en deux mots « sous-chiens », ne faisant pas siens les motifs développés par le tribunal ».

Ainsi le terme « souchien » ne serait pas un terme péjoratif à rapprocher de « sous-chiens » et de plus il serait « d’usage courant dans la classe politique » (!). On fait tellement peu de cas des Souchiens que même lorsqu’ils sont victimes d’injures raciales, nos plus hautes juridictions trouvent des justifications pour dédouaner les auteurs.

La presse : « « souchiens » n’est pas une injure anti-Blancs » titre par exemple le Huffington Post (https://www.huffingtonpost.fr/2012/01/25/souchiens-houria-bouteldja_n_1230353.html).
« Le Français de souche n’existe pas » titre le point (https://www.lepoint.fr/invites-du-point/didier_raoult/le-francais-de-souche-n-existe-pas-23-08-2012-1498404_445.php)

La société civile : le droit aux Français autochtones de se considérer comme tels va non seulement être nié par une partie de la société civile qui n’est elle-même pas autochtone, mais aussi par une partie des Français autochtones eux-mêmes ; j’en ai moi-même fait l’expérience plus d’une fois…

Toute ma vie il me fut répété que la colonisation était un symbole de mal, et que les Français n’avaient rien à faire en Algérie, au Sénégal ou au Vietnam, car les Algériens, Sénégalais avaient le droit d’avoir leur pays (étrangement, il est dans ce contexte sous-entendu Français, Algériens, Sénégalais, Vietnamiens de souche, et cela ne dérange personne). Soit, je suis d’accord avec cela. Mais je suis aussi logique : dans ce cas, les Français de souche ont le droit, eux aussi, d’avoir un pays. Ils ont le droit d’avoir un territoire où ils se sentent chez eux et peuvent développer librement leur culture. La France n’est la France que parce que sa population autochtone est ce qu’elle est. Faites venir en masse des populations d’autres pays, et la France deviendra un autre pays. Exemple que personne ne pourra nier : il n’y avait pas d’attentats islamistes en France avant l’arrivée massive de population musulmane ; ce type d’attentat fait désormais partie de notre quotidien.

« Ethnomasochisme » est le mot qui vient à l’esprit pour désigner le rapport de certains autochtones français à leurs origines, et le mot « ethnocide » est celui qui tend à désigner leur situation. Quelle solution pour ceux qui veulent survivre, sauvegarder leur identité et la léguer à leur descendance ? J’ai personnellement proposé une réforme du code de la nationalité dans l’article suivant :

https://ripostelaique.com/pour-une-reforme-du-code-de-la-nationalite.html

Joseph Bremond

Appendice
Quelques réponses à remarques souvent entendues :
« La France n’est elle-même ethniquement homogène entre Basques, Bretons, Picards, etc. »
Les Basques, Bretons, Picards sont des autochtones du territoire qui est aujourd’hui celui de la France. Tous ceux dont les terres ancestrales se trouvent dans ce pays sont aujourd’hui dans le même bateau.
« Une personne dont l’un des deux parents est un Français de souche et pas l’autre est-elle française de souche ? »

Cette personne est à moitié française de souche, comme l’on peut être à moitié aborigène. Étant liée à la France de manière millénaire par sa moitié française, elle appartient pour moi au peuple français.

« Mon grand-père italien était parfaitement intégré et avait tout d’un Français de souche. »

Un des mythes associés à celui de l’inexistence des autochtones français est celui selon lequel il serait possible de fabriquer des Français. Ce mythe a nourri l’éducation donnée aux autochtones des anciennes colonies (à qui l’on enseignait que leurs ancêtres étaient les Gaulois) et le résultat fut un échec retentissant qui se solda par les demandes d’indépendance (parfois ponctuées de guerres aussi stupides qu’inutiles) des pays concernées, qui rejetèrent ainsi leur l’idée de devenir français. L’erreur cruciale faite par nos dirigeants, erreur qui peut-être condamna la France, a été de continuer à croire en ce mythe et à reproduire la politique coloniale sur le sol national : la situation actuelle, dont par exemple les attentats islamistes, en marque là aussi l’échec. Le lien psychologique qui lie une personne à la terre de ses ancêtres ne se fabrique pas, c’est ainsi. On pourra arguer que les populations d’autres pays européens peuvent se fondre plus facilement dans la population française. Mon expérience m’indique que l’immigration européenne n’est pas plus souhaitable qu’une autre. « Mon grand-père était italien et parfaitement intégré, d’ailleurs j’ai un pote sénégalais… » ai-je déjà entendu.

« Les habitants de l’Outre-mer sont-ils des Français de souche ? »

Les territoires d’outre-mer ne sont pas français par la géographie, et pour la plupart d’entre eux ne le sont pas non plus ni par l’ethnicité de leur population majoritaire, ni par la culture de cette population. Une analyse des résultats du référendum pour l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie de 2018 (http://www.nouvelle-caledonie.gouv.fr/Actualites/Referendum-Retrouvez-ici-les-resultats-definitifs-de-la-consultation-du-4-novembre-2018) montre qu’une majorité écrasante (presque 100 %) des Kanaks qui ont voté ont choisi l’indépendance. Ils ne se considèrent pas comme français (et c’est tout à leur dignité) car ils ne le sont tout simplement pas.

image_pdf
0
0

43 Commentaires

  1. Je constate que la France est le seul pays d’Europe (et sans doute du monde) où l’on en est arrivé à devoir s’interroger sur soi-même au travers de ce terme révélateur de « Français de souche » qui montre bien que l’immigration érigée en principe a été une catastrophe et sa conséquence rien moins que la perte de notre identité.

    Je vous invite à méditer ce passage de la Bible (Siracide aussi appelé Ecclésiastique, ch. 11, v. 34) : « Accueille chez toi l’étranger, et il y sèmera le désordre. Il fera de toi un étranger dans ta propre maison ».
    Exactement le problème qu’on a aujourd’hui, nous autres Français, avec nos étrangers, avec les immigrés…

  2. Si il n’y avait pas eu la colonisation Houria Bouteldja, croupirait dans un gourbis, esclave d’un homme qui l’engrosserait à tellement lui ouvrir le cul, qu’elle fermerait sa gueule.
    A quand ce jour ou nous pourrons la mettre sur un bateau en lui disant va te faire voir avant d’être obligée de porter le voile.

  3. SOUCHE IDENTITÉ 1: Pousser la réflexion pour quelle soit conceptuelle . Et elle se chargera de déployer son caractère opératoire dans le champ de la lutte nationale patriotique . Oui les français de souche c’est non seulement une exigence de la France réelle ( bannie , escamotée dans la Doxa cosmopolite BHLienne ) mais elle doit être aussi une Possibilité politique et une assise idéologique à mettre en œuvre pour que les français défendent leur existence nationale et resistent à ce qui les menace comme nation, peuple , etat , société , race et civilisation .LES GAULOIS ce sont les français de souche , le tronc ethnique identitaire et identifiable et les éléments de souche européenne qui s’y sont greffés durant son achèvement dans le temps historique Euro-Aryen

  4. Etre FDS demande une preuve. Celle du NOM.
    Mon Gp Père a quitté son village natal, dont il portait le nom, dans le Bourbonnais, Terre des Rois de France, Village qui remonte au 14/15° siècle…
    Le porter est un vrai Bonheur, le transmettre encore plus !

    • On est FDS avant tout par le COEUR, par l’AMOUR de la MERE PATRIE, par l’ATTACHEMENT VISCERAL à cette TERRE de France, dès lors peu importe qu’on s’appelle Sanchez, Andréas, Orsini , Benayoun ,Schultz ou Toulemonde. En effet, il peut parfaitement exister des Français qui, bien que nés en France, n’ont de cesse de dénigrer ou de trahir leur pays, en toutes circonstances; ou encore des nationaux pour qui la France n’est qu’un pays comme un autre, une entité géographique interchangeable ; ou encore ( comme on peut le voir dans un post précédent ) des « Français » qui ont une vision purement comptable de la question !!

  5. Une démonstration ampoulée qui n’explique rien, ami Joseph!
    « J’aime et je respecte la terre sur laquelle je marche ». Je partage la culture et les valeurs du pays où je vis ».
    Voilà, dit par une Française de culture judaïque, ce que l’on voudrait entendre des conquérants islamistes occupant les territoires étrangers de nos banlieues.
    On nomme cet engagement ASSIMILATION. Et qu’importe, si le Français qui épouse la France et ses valeurs est blanc, noir, jaune ou vert. Qu’importent ses croyances et sa culture originelle puisqu’il respecte nos lois, nos valeurs, nos codes et nos règles de vie?
    Il est devenu Français, il s’est ASSIMILÉ.

    • Je vous le résume de manière non ampoulée: mon expérience et l’Histoire m’amène à conclure que l’on est français uniquement par le sang. Je considère l’assimilation comme un mythe, car le lien à la terre des ancêtres ne se fabrique pas (il est, c’est tout).

      • @Bremond
        Si l’on est Français par le sang reçu ( de ses ancêtres ), on l’est aussi par le sang versé ( au combat contre l’Ennemi de la France ).

    • Mes mots seront les mêmes que ceux de De Gaulle. C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. Qu’on ne se raconte pas d’histoires ! Les musulmans, vous êtes allés les voir ? Vous les avez regardés avec leurs turbans et leurs djellabas ? Vous voyez bien que ce ne sont pas des Français

    • L’assimilation est possible, mais ça ne marchera jamais qu’avec une faible portion de population d’origine étrangère qui s’intègre en France. C’est impossible avec l’immigration massive pour aucun pays, pas plus ceux de culture proche de la nôtre, comme les Italiens que ceux très éloignés voire carrément antagonistes qui sont nos ennemis presque par nature comme les musulmans qui sont beaucoup moins patriotes que religieux dans leur rapport avec le monde.

    • Premièrement, on n’a pas besoin d’aller chercher ailleurs des étrangers de toutes sortes pour les faire rentrer chez nous en attendant – ou en espérant – qu’ils deviennent des Français.
      Donc, votre assimilation est sans objet, nulle et non avenue parce qu’aucune immigration n’est souhaitable ou désirable.
      Deuxièmement, être français, ce n’est pas une question de lois, de codes et de règles de vie qui sont changeantes. On n’est pas français en raison de lois – surtout celles d’aujourd’hui, les lois perben-gayssot – mais on est français par sa naissance, par sa race (OUI !) et par l’amour instinctif et indéfectible que l’on ressent envers la patrie française.

  6. Le sinistre éric besson n’a pas de souche identifiable, c’est ce qu’on appelle un bâtard !
    Pour houria bouteldja cela se complique avec la polygamie et les rapports incestueux qui en découle, ce truc islamique consanguin est un bordel haineux sans bornes !
    Mes ancêtres sont celtiques, je suis donc un gaulois et il est vrai que j’ai un peu de mal avec la définition du français de souche !

    • Une fois pose que l’Islam est incompatible avec notre civilisation,(nous sommes nombreux à le constater),etre français de souche,c’est hériter d’une histoire,d’une langue,de mœurs communes,d’un territoire commun,et de lois qui,au fil des siècles et des générations,ont créé un art de vivre Français,et un art d’etre Français.Quiconque viendrait soutenir le contraire et me persuader que le dernier arrivant sur notre sol ,d’ou qu’il vienne,serait par un abus du droit ou par magie équivalent à moi,le souchien,est extravagant.Pourtant,cette extravagance est le seul dogme autorise en notre pauvre Françe,qui subit la pire avanie qui se puisse faire à un pays et à son peuple.

  7. Pour moi un Français de souche est un citoyen dont le lien avec notre pays remonte à des temps
    immémoriaux… mais aussi les étrangers qui sont devenus français et se sont assimilés à la Nation en moins d’une génération. C’est le cas des immigrés européens du 20*s;on peut dire qu’ils ont fait souche. Les musulmans sont par contre exclus de cette assimilation, car ils relèvent d’une civilisation incompatible avec la nôtre.
    .

  8. Le dénigrement du terme français de souche provient toujours du côté des internationalistes de toutes nuances, rose hollande, vert piolle pot, rouge mélenchon
    ceux qui veulent affaiblir le peuple de France pour qu’il ne résiste pas à son grand remplacement

  9. et ? on ne choisit pas son lieu de naissance. donc je considère que je suis née par hasard en France. elle m’a donné certains avantages, mes impôts l’ont remboursée. point, le reste c’est de la littérature

  10. « Il n’y a pas de français de souche » déclarait Eric Besson.
    Surtout lui, ce marocain né à Marrakech.

    • Ce sont toujours ces nés au maghreb qui nous refusent nos souches entièrement FRANCAISES !

      • La rancune d’avoir été viré d’AN par leurs petits protégés qui vont les virer maintenant de leurs mairies du 93

    • Besson ne s’est pas métissé comme le préconisait son mentor de l’époque qui d’ailleurs ne ce l’ait pas appliqué lui meme …..(pas si con ) Je part du principe que ce genre de personnages ne respectant pas les initiatives qu’ils voudraient appliquer a un peuple souverain n’ont rien a faire au gouvernement. Ces représentants d’une droite molasse et menteuse sont a bannir

    • Il devrait aller dire ça aux habitants de STpierre et Miquelon qui tres loin de la mere patrie sont profondément Français

  11. Population autochtone, peuple racine, de souche, sont des termes que j’utilise toujours lorsque je dois nommer notre peuple sur ce site, et sur d’autres.
    Comment justifier que des esprits « pourris » puissent mettre en cause cette évidence ?
    Il faut vraiment être tordu !
    Ou bien vivre des subsides que représentent les subventions (payées avec nos impôts), touchées par diverses association venant en aide aux populations « indésirées » pour trahir notre nation, ceux qui l’ont faite au péril de leurs vies, et ceux qui tentent aujourd’hui de la garder la tête hors de l’eau viciée dans laquelle « ils » veulent la noyer…
    Bravo pour votre article Joseph.

      • Lisez mon article, la définition est dans les premières lignes. Vous verrez qu’il s’agit d’une réalité parfaitement définie.

        • Une réalité juste pour vous. Juridiquement le concept n’a aucun valeur. Je pourrai définir un extraterrestre de souche de la m^me façon.

          • Vous aurez bien du mal ,dans la mesure où l’on a pas encore découvert d’extra-terrestres. Alors que moi j’existe, ne vous en déplaise.

  12. Comme cela, si vous n’aimez pas Coluche, si vous n’aimez pas les bronzés font du ski, Louis de funes, Bourvil, les inconnus, le père Noël est une ordure, qui font tout autant partie de la culture populaire, voir même les gilets jaunes, vous ne pouvez pas bien vous intégrer pour en saisir le sens, ce n’est pas vrai.

  13. La réponse n’étant pas tant d’être de souche, mais plus de se sentir français, quand bien même on aurait une attache parentale autre, c’est d’abord un état d’esprit, et on aime ou on n’aime pas la France, sur quoi on ne peut aimer la France si on n’aime pas les français, et ce qu’ils sont intrinsèquement, sans pour autant avoir lu Montaigne, on peut se repérer autrement, comme par le cinéma, et qui n’aime pas Gabin, Lino Ventura, Yves Montand, et tant d’autres, sinon que dans ce cas précis on est dans le rejet de ce qu’elle incarne, se traduisant le plus souvent par de la haine, à l’image des violences qui s’en font l’écho, dans quel cas on la quitte, ça ne fait pas de doute.

    • Oui, l’article ne le nie pas, mais il explique que ceux dont vous parlez sont des Français à part entière, mais pas de « souche », c’est à dire qu’ils ont une autre origine (parfaitement respectable).
      Et la haine n’a ici rien à faire.

    • Romain Gary: »Il n’y a rien de français en moi,mais le sang de la France coule dans mes veines.. »

  14. Concernant les DOM TOM, ce sont des scories de l’empire colonial, « hors siècle et hors loi naturelle » dont il faut se débarrasser au plus vite.

    Concernant le français desouche, c’est le seul « Français ». Car il faut distinguer entre « être français » (une question d’état) et « avoir la nationalité française » (une question de patrimoine).

    La République ne peut pas dire qui EST français et si vous l’êtes personne ne peut vous retirer ce qui vous a toujours appartenu.

    Ne SONT donc Français QUE les Français desouche.
    les « autres Français » ne SONT pas français : ils ONT la nationalité française : le Français de branche est une fiction.

    En grammaire et en droit, il ne suffit pas d’avoir pour être, et celui qui est n’a pas besoin d’avoir pour être.

    l

    • Quand bien même on me retirerait mes droits,mes papiers,ma patrie,exile aux confins du monde,si’il me reste un souffle de vie,je resterai Français.

  15. Très bien cette utilisation du terme  » autochtone » , je l’attendais depuis longtemps.
    N’oublions pas que l’ ONU a pondu plusieurs déclarations pour défendre les droits peuples autochtones.. Territoires, cultures, etc
    Ils ne pensaient sans doute pas aux Français, mais il ne peut pas y avoir deux poids deux mesures dans les droits de l’homme !!

  16. PAS FRANCAIS SAVOYARDS NICOIS NORMANDS ALSACIENS ECT ET POSSESSION ANGLAISES GUERRE DE CENT ANS POSSESSIONS ESPAGNOLES AUSSI

  17. Idem, ma grand-mère était italienne, elle était parfaitement intégrée, et avait tout d’une Française de souche 🙂

Les commentaires sont fermés.