Réflexions sur « Les sables et le Ruisseau, d’Ivan Chiaverini

Publié le 10 mai 2018 - par - 4 commentaires - 789 vues
Share

Ayant lu « La Chevalerie » de Pierre Vial qui a été éditée par la maison d’édition du premier, ce roman a été une douce compagnie pour nous pendant trois jours. Les temps narratifs sont mélangés sous la forme de souvenirs. Le professeur universitaire français Pierre Didailloux part à la recherche de son fils biologique Laurent Blondel, disparu en Tunisie. Avec l’aide des moines coptes Fra Ugolino et de Dom Wieland (Italien et Allemand), ils vont partir tous les trois à sa recherche. Ils vont affronter les temps de 1944 et du complot contre Hitler jusqu’à aujourd’hui. Sur la couverture du front, il y a une très belle illustration de Pierre Joubert nous montrant un chevalier teutonique du passé. Ce n’est pas du tout par hasard ce choix puisque cet ordre les aidera beaucoup. « Le djihad contre les Français vous mènera aux pires extrémités » (op.cit.p.77).

Le passé colonialiste français « passant de l’assurance à l’arrogance, sans s’en rendre compte, il usait d’un incroyable sabir franco-yankee » (op.cit.p.51). La France était la dominatrice triomphante de l’Afrique du Nord dans le passé donc Chiaverini l’identifie aux Etats-Unis afin de mettre en parallèle les histoires de la disparition. Et les valeurs poétiques vont s’accentuer avec les poèmes de Jacques Ellul, de Louis Emié qui est qualifié de « poète oublié » (op.cit.p.33) et du romancier lui-même (voir pp.104-105). Le romancier est poète lui-même, ayant publié plusieurs recueils. En arrivant à la Fondation Carminelli « le religieux y fut reçu avec tous les égards réservés aux porteurs de froc dans la belle parthenope » (op.cit.p.54). Ce dernier mot nous a beaucoup plu mais nous sommes loin de l’Acropole.

Finalement, le fils disparu sera retrouvé ? Nous n’allons pas vous révéler la fin mais nous allons ajouter cette citation à notre article : « J’allais omettre l’existence en Hollande d’une branche hérétique de l’Ordre Teutonique prétendant au caractère chevaleresque… Il s’agit, en fait, d’une association très fermée de la noblesse locale. Un mélange transposé d’ANF (Association de la Noblesse Française), de Rotary et de Jockey Club » (op.cit.p.54).

Nous avions été très contents d’apprendre que Monsieur Chiaverini a été le fondateur et le premier Président du « Club de l’Horloge », qui existe encore aujourd’hui. Son beau roman diachronique restera toujours à notre mémoire personnelle et collective.

Dionysos Andronis

Ivan CHIAVERINI « Les Sables et le Ruisseau »
éditions de la Forêt, Saint-Jean-des-Vignes, 2007, pp.187

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
dufaitrez

Toujours le même succès ?

Olivia

Merci de me dire si je me trompe : s’agit il d’un livre de Sciences Fiction ? J’emploie ce terme parce que je ne trouve pas le mot juste… Où plus exactement le livre appartient-il à la catégorie du « Fantastique » ? Merci pour la réponse.

ANDRONIS Dionysos

Non, ce n’est pas du tout un roman fantastique mais attaché à la réalité, sans thèmes imaginaires.

Olivia

Merci pour la réponse.