1

Réflexions sur les techniques de la propagande

MacronGoebbels.jpg

Nous vivons tous dans un vaste complot mondialiste dont nous n’avons pas conscience tant notre cerveau est incapable de tenir pour vraies de telles duplicités : pour la plupart nous avons été élevés par des parents dont l’une des antiennes est la valeur de la vérité qu’il faut toujours dire, en un sens ils nous ont mal préparés au monde des hommes et des femmes politiques, qu’ils soient d’Occident ou d’ailleurs.

Vivons-nous en réelle démocratie ? est une question à laquelle la doxa vous renvoie à la face la Chine, la Russie, les émirats ou autres pays où le droit de dire ou de contrarier est sérieusement endommagé.

En 2007, Normand Baillargeon achevait un article sur Bernays et le gouvernement invisible par ce constat :
« Qu’une certaine conscience sociale se soit néanmoins développée depuis un siècle est un indice que les luttes économiques et politiques qui ont été menées ne l’ont pas été en vain. Par contre, le fait que les institutions que ces élites ont imaginées et mises en place soient toujours et même plus que jamais présentes et actives au sein de nos sociétés, où leurs accomplissements restent trop largement dans l’ombre, tout cela donne une mesure du travail qu’il reste à accomplir à ceux et à celles qui pensent que la démocratie doit être vécue au grand jour par des participants lucides et informés ».

https://bbec.lautre.net/www/spip_truks-en-vrak/spip.php?article2929

Dans un article massé d’ironies mais barré de références historiques, les notions du Bien et du Mal deviennent relatives et voient leurs frontières se flouter :
https://www.investigaction.net/fr/a-linterieur-du-gouvernement-invisible-guerre-propagande-clinton-trump/

Le citoyen élevé dans son cercle familial n’est pas préparé au mensonge éhonté et au culte du secret, d’autant moins que les liaisons dangereuses à la Choderlos de Laclos (et non de Ninon de L’enclos qui n’a fait que courtiser et brouter sur son lopin d’activité) lui sont voilées : qui sait que les USA ont été les premiers fossoyeurs de leur propre grandeur passée en voulant nuire à la France en armant le FLN en Algérie et l’oncle Ho au Vietnam ?

Tout les livres d’histoire nous disent que les Américains ont été nos alliés, ce qui est vrai dans les guerres ouvertes, mais tous nos services secrets savent qu’ils ont œuvré contre nos intérêts dans les guerres de sous-main.
Au temps de la recomposition mondiale voulue par l’axe Chine-Russie-Iran qui veulent entraîner en croisade anti-occidentale tous les pays du monde dont les anciennes colonies européennes, les Américains devraient se mordre les doigts que la France, alliée, ne soit pas restée avec son empire, en Indochine et en Afrique, avec une population qui aurait fatalement suivi par progressisme et sens de l’Histoire le ruissellement de l’essor économique et dont les droits civils de citoyens auraient été finalement reconnus à l’égal des droits des métropolitains : la tutelle d’un pays français n’aurait-elle pas été davantage source de paix entre tribus d’Afrique que l’indépendance ??? La question mérite bien d’être engagée tant on doit admettre qu’en 60 ans de libertés, les Africains se sont cent à mille fois plus entre-tués qu’il n’y a eu de morts en 200 ans de colonisation.

Les Américains seraient aujourd’hui en meilleure position si la France était à la tête d’un empire de 800 millions d’âmes pour défendre l’Occident et son mode de vie qui aurait reçu son plébiscite sans violence ni haine pour reprendre Spaggiari qui concluait ses travaux Niçois de cette profession de foi.
Pourtant la partition entre le Mal, la colonisation, et le Bien, l’indépendance, reste figée au défi de la réalité : au nom de l’indépendance, des millions de morts sont des morts estimables pour la cause qui ne comptent pas ou pour si peu, au nom de la colonisation, un seul mort est un crime contre l’humanité.

Au nom de l’indépendance, on sacre Staline ou Mao, au nom de la colonisation, on assassine la mémoire de la maîtresse d’école blanche ou du médecin de brousse blanc qui se retrouvent dans le box des criminels de guerre ou contre l’Humanité, ce sont bientôt les ossements du Docteur Schweitzer qui vont finir à la fosse commune.
Un simple citoyen de bons sens ne peut comprendre, outre ses parents, même la communale fille directe de la Troisième République n’y a pas préparé à ce paradoxe.

C’est ici l’éthique morale personnelle qui teste son impuissance face à une morale du Bien collective manipulée par un gouvernement invisible qui agit pour son intérêt propre et non pour l’intérêt collectif :
« L’étude systématique de la psychologie des foules a mis à jour le potentiel qu’offre au gouvernement invisible de la société la manipulation des ressorts de l’action individuelle telle qu’elle se manifeste au sein du groupe. Trotter et Le Bon d’abord, qui ont abordé le sujet sous un angle scientifique, Graham Wallas, Walter Lippmann et d’autres à leur suite, qui ont poursuivi les recherches sur la mentalité collective, ont démontré, d’une part que le groupe n’avait pas les mêmes caractéristiques psychiques que l’individu, d’autre part qu’il était motivé par des impulsions et des émotions que les connaissances en psychologie individuelle ne permettaient pas d’expliquer. D’où, naturellement, la question suivante : si l’on parvenait à comprendre le mécanisme et les ressorts de la mentalité collective, ne pourrait-on pas contrôler les masses et les mobiliser à volonté sans qu’elles s’en rendent compte ? »

Toutes ces techniques de propagande visent à ce que les théoriciens nomment « la fabrique du consentement », en d’autres termes vous êtes amené à dire oui de votre plein gré mais à l’insu de vos intérêts car on vous a soigneusement caché les désagréments, parfois mortels, auxquels votre acquiescement va conduire.
En droit civil, en droit de la consommation ainsi que dans la théorie des contrats, le dol est considéré comme un vice du consentement qui entraîne la nullité du contrat.

La submersion migratoire étant basée sur un vice du consentement, le contrat d’importation devrait donc logiquement être considéré comme nul, et toutes les marchandises réexpédiées.
En effet, l’un des exemples contemporains les plus criants d’une course au suicide consenti au nom du Bien mais contraire aux intérêts littéralement vitaux du citoyen contractant est la submersion migratoire extra-européenne et l’islamisation imposées aux peuples d’Europe de souche nonobstant une documentation monstre sur les malfaisances incommensurables de ladite submersion.

Les politiciens aidés des théoriciens et conseillers qui ont mis en place la submersion migratoire, le wokisme et le révisionnisme historique anti-Blancs et anti-Occident entre autres ont tout d’abord délimité un camp du Bien qu’ils ont réussi à imposer dans l’espace public avec toute la caste journalistique qui n’est plus convoquée pour sa vertu première qui est de rapporter l’information mais dont la plupart des membres été érigés en petits Goebbels de propagande, vous pouvez les voir tous les jours sur votre écran de télévision, les entendre à la radio ou les lire dans la presse maisntream subventionnée avec vos impôts : le racisé, le noir, le maghrébin, le musulman, le ressortissant d’anciennes colonies de pays européens et tout le toutim sont les victimes, l’européen blanc de souche est le coupable.

Vous noterez que rarement l’asiatique vietnamien est pris en otage de reconstruction historique, pourquoi ce délaissement est-on fondé à questionner.
Le Vietnamien n’entre-t-il pas dans le champ du gouvernement invisible ?
Ne paie-t-il pas assez les membres de ce gouvernement invisible pour sa place au soleil ??
N’en a-t-il pas les moyens ?
Le Vietnamien a-t-il une éthique personnelle qui l’empêche de tomber dans l’extorsion de fonds en bande organisée ?
Qui tire les fils de ce gouvernement invisible ?
Les Africains, les Moyen-Orientaux, les musulmans ?
Les politiciens français ont-ils seulement conscience qu’ils sont des abrutis utiles de ce gouvernement invisible, ou en sont-ils les marionnettistes en chef qui se font grassement payer pour chaque cargaison d’ébène déversée dans les ports de notre continent par milliards sur des comptes off shore ???

En voilà de belles et bonnes questions auxquelles je l’avoue je ne peux répondre.
Tout ce que je peux vous faire savoir par contre, c’est que tout est possible, il faut cultiver le goût de l’hypothèse disait Vian, et voir des complots où l’on vous fait croire qu’il n’y en aurait pas n’est que tentative de lucidité face aux mensonges perpétuels de la classe politique française, européenne et mondiale : relisez l’article qui relativise les notions de Bien et de Mal, vous finissez anarchiste dont l’un des buts n’est pas nécessairement d’abattre tout état – « pas d’état » – mais plutôt d’en être l’acteur décisionnaire en Chef – « ni dieu ni maître », ce qui conduit à un état réellement dirigé par un peuple éclairé qui décide directement sans déléguer à personne le droit de décider, au surplus surtout pas à une caste élitiste française qui ourdit dans l’ombre contre les intérêts de la Nation.

C’est la démocratie représentative qui est ici en cause, quand les représentés ne le sont plus dans la clique décideuse et ses amis qui bernent les âmes pour continuer à piller les richesses d’une civilisation, voire y substituer les barbaresques.
La submersion migratoire et le Grand Remplacement avec la culpabilisation du Blanc d’Europe participe de la même tentative criminelle de lui extorquer toutes ses richesses par ruse, parfois avec violence quand la poulaille refuse de faire le travail que l’on serait en droit d’attendre d’elle et pour lequel elle est payée.

La poulaille participe-t-elle à l’insu de son plein gré, comme disent les cyclistes, au Grand Remplacement, ou a-t-elle pleinement conscience du rôle qu’elle y joue, agissant donc par conviction pour le gouvernement invisible ???

En voilà une bonne interrogation.

Jean d’Acre