Réforme de l’orthographe : la « décomposition française » ne fait pas relâche

La-ministre-Najat-Vallaud-Belkacem-a-elle-aussi-brievement-porte-le-voile-au-Maroc_exact1024x768_l

Belkacem avec son sourire de gamine fourbe vient nous dire qu’elle n’est en rien responsable de la réapparition soudaine d’une réforme enterrée depuis 1990, celle d’une supposée simplification de l’orthographe, pas supplémentaire vers la disparition de notre langue au profit du déchet linguistique que crachent les bouches (d’égout) d’une certaine population.

A l’époque, ce chantier orthographique avait été voulu par Michel Rocard. Pensez, il avait terminé de brader l’avenir de la Nouvelle-Calédonie et s’ennuyait tellement à Matignon, qu’il fit mettre en route la suppression de l’accent circonflexe, du trait d’union et du «i» d’oignon, et le remplacement du «ph» de nénuphar par un «f».

Devant la résurrection de la momie (je ne parle pas de Rocard, mais de la réforme), Françoise Grossetête, députée européenne, déclare: «Le gouvernement nous encourage à la médiocrité au lieu de valoriser la beauté de la langue française» ; Jean d’Ormesson de l’Académie française susurre qu’il «refuse absolument de parler d’accent circonflexe et de virgule à un moment où les écoliers n’apprennent plus à lire et à écrire». Et de déplorer le moment choisi pour relancer ce débat.

Est-il si mauvais ce moment?

Il permet de déchaîner les passions pendant que la dissémination des migrants sur le territoire se poursuit en silence, pendant que les défenseurs de la nation et des frontières sont la cible de la justice et des préfets, pendant que les coupables sont condamnés à des peines dérisoires comme ce musulman qui a tenté d’entrer à Disney Marne-la-Vallée avec deux pistolets (six mois chez lui avec un bracelet électronique !).

En réalité, le gouvernement, sous couvert d’une onction académique vieille d’un quart de siècle, révise la langue française. Il espère en changeant l’orthographe, en supprimant des mots, en judiciarisant d’autres mots, changer les êtres et surtout les manipuler davantage. Orwell encore et toujours.

Taubira partie, reste Belkacem.

C’est la même haine de la France profonde qui est à l’œuvre chez l’indépendantiste guyanaise et la sujette du roi du Maroc. Le même désir de faire plier notre pays, de transformer son histoire en champ de ruines, de soumettre les Français de souche.

Quand on utilise le Conseil supérieur des programmes pour imposer cette réforme et quand le Bulletin officiel de l’Éducation nationale en fait sa nouvelle référence, il faut avoir le culot de Belkacem pour prétendre n’être pour rien dans le chambardement. Et l’adolescente rigole. Heureuse de son coup.

Ce n’est pas son premier: réforme des collèges avec anéantissement des classes européennes jugées trop élitistes, suppression de fait du grec et du latin trop antiques, décapitation des classes bilangues (finalement maintenues en boboland, je veux dire Paris); refonte des programmes avec une histoire de France qui l’est de moins en moins et se métamorphose en histoire de l’islam pour idiots utiles; tentative de supprimer les bourses au mérite pour les étudiants modestes (elles sont, pour l’instant divisées, par deux); baccalauréat que l’on peut passer en cinq ans en conservant pour l’année suivante ses meilleures notes (une façon de dévaloriser encore un peu plus cet examen).

Le bilan de Belkacem est donc loin d’être nul dans la volonté de déconstruction.

Dans l’essai de Malika Sorel-Sutter, Décomposition française, on lit que Belkacem fait partie du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger, «instance consultative auprès de Notre Majesté» (le roi du Maroc) et ayant pour objet le «suivi et l’évaluation des politiques publiques du Royaume envers ses ressortissants à l’étranger». Un certain nombre de personnes marocaines connues en France y ont été nommées par Mohammed VI parmi lesquelles Najat Belkacem. C’est sous ce nom qu’elle apparaît dans le «Groupe de travail « Approche, genre et nouvelles générations »». Le nom de Vallaud ne figure pas car selon le code de la famille marocain, «la Marocaine musulmane n’est autorisée à épouser qu’un musulman

Dans le décret créant le Conseil est précisé que «les personnalités marocaines connues» ont été choisies pour «leur attachement aux constantes et au valeur sacrées de la Nation marocaine, à son identité homogène et riche de ses multiples affluents, ainsi que parmi les forces vives reconnues pour leur compétence, leur grande expérience, leur intégrité, leur crédibilité et leurs remarquables contributions».

Parmi les attributions de ce conseil, citons celles «d’émettre des avis sur les principales orientations des politiques publiques permettant d’assurer aux Marocains résidant à l’étranger le maintien de liens étroits avec leur identité marocaine et notamment celles relatives à l’enseignement, l’éducation religieuse et l’action culturelle

Concernant le statut de ses membres, Malika Sorel écrit qu’il est spécifié qu’ils «doivent assumer les fonctions qui leur sont dévolues avec fidélité, impartialité et dévouement pour la défense des intérêts suprêmes de la Nation marocaine».

Il ne s’agit donc pas d’une responsabilité banale. Aujourd’hui en tant que ministre de l’Education nationale de la France (et non du Maroc), Belkacem fait une politique éducative très… musulmane et marocaine. C’est son devoir de sujette de Mohammed VI. Comme c’était son devoir de ne pas interrompre sur le plateau de Canal+, Idriss Sihamedi, le dirigeant de l’association «humanitaire» islamique Barakacity.

Et chaque mercredi, Belkacem s’assoit à la table du Conseil des ministres.

En espionne venue du Maghreb?

En agent d’influence du Maroc ?

A part le fait qu’elle ne s’appelle pas Claudine Dupont, qu’est-ce qui justifie sa présence dans le plus haut cercle de commandement de notre pays?

Les manigances immigrationnistes de Terra Nova?

La haine des socialistes et de leurs satellites pour la société française?

Marcus Graven

 

image_pdf
0
0

4 Commentaires

  1. Il est évident que cela fait partie du programme de destruction de notre culture, de nos racines, de nos traditions, afin de faciliter et accélérer notre fin et d’assurer notre remplacement par une population arabo-africaine musulmane. Aujourd’hui cette république est fière d’envoyer les forces de l’ordre contre une centaine de manifestants à CALAIS et d’interpeller 20 personnes dont le général ancien commandant de la légion étrangère. En revanche, les clandestins sont libres de manifester, de voler, de violer, d’exiger et de menacer. Nous tous suivre PEGIDA et prendre les armes.
    Pour la photo d’illustration j’adore. La serpillère sur la tête et maquillée comme une prostituée de bas étage.

  2. Il est évident que cela fait partie du programme de destruction de notre culture, de nos racines, de nos traditions, afin de faciliter et accélérer notre fin et d’assurer notre remplacement par une population arabo-africaine musulmane. Aujourd’hui cette république est fière d’envoyer les forces de l’ordre contre une centaine de manifestants à CALAIS et d’interpeller 20 personnes dont le général ancien commandant de la légion étrangère. En revanche, les clandestins sont libres de manifester, de voler, de violer, d’exiger et de menacer. Nous tous suivre PEGIDA et prendre les armes.
    Pour la photo d’illustration j’adore. La serpillère sur la tête et maquillée comme une prostituée de bas étage.

  3. Mme Belkacem a très bien compris qu’il fallait aider ses jeunes coreligionnaires à assimiler le céfran en faisant le minimum défor : sa prétendue réforme, comme tout ce qu’elle a mis à place du reste, n’a qu’un seul objectif : abaisser les seuils jusqu’à les faire descendre au niveau où les plus crasses de ses obligés pourront se prendre pour d’authentiques génies.

  4. IL va falloir revenir a l’enseignement de base. du français. Aujourd’hui les jeunes écrivent au son. Si on laisse trop allez la langue française. tôt ou tard ça va devenir une langue vernaculaire. Ou parler le joual. Comme on dite au Québec..Maitre chez-nous c’est un slogan du Québec. Dans les années « 60

Les commentaires sont fermés.