Régionales : Valls et Estrosi rêvent du modèle suédois

 
valls-qui-fait-peur
 
Les manœuvres politicardes s’accélèrent à l’approche des régionales.
Valls demande un accord avec l’UMP[1]-UDI-Modem au soir du premier tour pour la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Estrosi envisage la même chose pour la PACA.
On devine à quel genre d’accord songent les stratèges des partis mainstream qui se partagent le pouvoir depuis si longtemps : celui du modèle suédois.
Il a été signé il y a un peu moins d’un an dans le pays le plus politiquement correct d’Europe, dans le pays où le bêlement bien pensant est peut-être encore plus strident qu’en France, dans le pays où le comble de l’horreur pour un policier de roman est d’avoir « vu un skinhead tripoter les seins d’une femme musulmane devant l’école de Västerbron » (L’Hypnotiseur de Lars Kepler – Actes Sud) et pas les viols commis sur les jeunes Suédoises par les migrants.
Un coup d’Etat institutionnel
C’est le samedi 27 décembre 2014 qu’a eu lieu le coup d’Etat institutionnel suédois.
Ce jour-là, le premier ministre social-démocrate, Stefan Löfven, a annoncé que devant le risque de voir la droite nationale (Les Démocrates de Suède, SD) gêner le pouvoir, la coalition de gauche et la coalition de droite avaient signé un accord pour « gérer le pays de façon stable». Aucune des deux coalitions (l’équivalent du PS et ses satellites d’un côté et de l’UMP et ses centristes de l’autre) n’a caché qu’il s’agissait de neutraliser l’extrême-droite.
Baptisé « accord de décembre », cet arrangement s’étend sur deux législatures, c’est-à-dire jusqu’en 2022.
Il comporte trois points : la coalition qui obtient le plus de voix obtient le poste de premier ministre (la plus haute fonction politique en Suède). Deuxième point : la coalition perdante s’engage à ce que le gouvernement soit en mesure d’appliquer son budget et, pour cela, promet de ne jamais le mettre en minorité.
Enfin, des domaines de coopération seront dirigés conjointement par les deux coalitions : la défense, l’énergie, les retraites…
Un  super Front républicain
Vu de France, l’accord de décembre est un super Front républicain, appellation scélérate pour nommer la magouille qui permet aux mêmes familles politiques de continuer à gouverner en se foutant des électeurs.
La création de ce super Front interdit de fait à un autre parti que ceux des coalitions classiques de droite et de gauche de gouverner.
Après ce coup d’Etat institutionnel, le parti de la droite nationale (SD) n’a plus pu peser sur la politique migratoire suédoise.
L’accord a reçu le soutien des médias. Comme il le recevrait en France.
En Suède, depuis longtemps, ceux-ci ne surveillent pas le pouvoir, mais le peuple, n’hésitant pas à dénoncer les blogueurs qui affichent des opinions dissidentes sur l’immigration ou la théorie du genre, publiant leurs véritables noms, leurs adresses, leurs portraits.
Le concept est arrivé en chez nous:
http://www.fdesouche.com/668215-propos-anti-migrants-sur-nord-littoral-chaque-semaine-publiera-les-noms
Valls va applaudir.
Le concept de « bonne haine »
Le pouvoir  et les médias suédois légitiment ses pratiques par le concept de « god had », de « bonne haine » qui donne le droit aux associations prétendues antiracistes et antifascistes d’intimider les opposants par la violence.
En France, les associations de la gauche olfactive envoient les divergents devant les tribunaux pour le moindre mot qu’elles jugent nauséabonds et les antifas, véritable milice de la pensée certifiée conforme, se chargent du boulot plus sanglant.
Le tout avec un sentiment de bonne conscience, et celui de posséder une haute valeur morale.
Valls est dans le ton. Il est le Bien, il combat le Mal.
Au mieux, nous serons traités de nazillons à qui il faut couper les ailes, au pire, de fanatiques qu’il faut, par tous les moyens, empêcher de nuire.
Pendant ce temps, avec la bénédiction du gouvernement, en Suède comme ici, l’occupation du pays s’intensifie.
 
Marcus Graven
 
[1] LR est une appellation vraiment trop idiote.

image_pdfimage_print

5 Commentaires

  1. Il faut virer ces malades mentaux de l’elysees et les juger. Il y a 18 morts ce soir de par leurs responsabilites. CA SUFFIT!!!!TROP C’EST TROP!!!!!

  2. UMP-UDI-Modem … vu tous les morts à PARIS par la faute du PS, vous acceptez toujours de vous allier avec ce dernier pour les élections ? Seriez-vous aussi pourris que cela ?……..

  3. Le despotisme pour annuler d’autres despotes…. Le choix an toute liberte, egalite, mais pour la fraternite on pourra en rever un peu plus longtemps…. Je suis bien en Australie, et cela depuis bien longtemps.

  4. La revolution semble etre proche…. Les Francais sortiraient de leur lethargie ?…. Pas encore je pense. La peur de l’incertainete reside fortement encore.

  5. Au 2eme tour il reste le F.N. et le P.S. Je suis curieux de savoir qu’elles seraient les recommandations de vote de MR ESTROSI.

Les commentaires sont fermés.