Rejet de l’islam par les femmes iraniennes ! 

Le rejet actuel du voile islamique en Iran pourrait conduire inexorablement au rejet de l’islam.

Fondé sur la soumission aux lois dictées par Allah dans le coran, l’islam ne peut survivre sans une stricte obéissance à celles-ci.

Ainsi les femmes doivent obéir aux nombreuses lois musulmanes qui les rabaissent dans un statut d’infériorité juridique par rapport à celui des hommes musulmans.

Le port du voile islamique est ordonné par leur dieu dans le coran (verset 31 de la sourate 24 et surtout le verset 59 de la sourate 33) qui impose aux musulmans de commander à leurs femmes (épouses, filles et sœurs) la dissimulation de leurs atours, sous un voile, afin de préserver leur vertu.

En rejetant cet emblème discriminatoire, les jeunes femmes iraniennes en appellent à la liberté et rejettent, consciemment ou non, le carcan juridique totalitaire qui caractérise cette religion née dans la péninsule arabique d’un processus de rivalité mimétique, avec le judaïsme essentiellement.

Il est significatif que cette révolte survienne en Iran ; héritier de l’empire perse, en déclin au moment où les musulmans arabes ont soumis par l’invasion guerrière la brillante et millénaire civilisation zoroastrienne, dont les braises ne semblent cependant toujours pas éteintes…

Aujourd’hui, c’est tout l’édifice politico-administratif fondé sur la loi islamique (la charia) qui est ébranlé, tremble et se fissure comme cela devait inévitablement se produire, depuis la victoire en 1979, à Téhéran, de la révolution islamique.*

L’ayatollah Khomeiny et ses successeurs chiites avaient alors mis en route le compte à rebours de cette machine infernale ; laquelle, en fusionnant, à l’exemple de ce que font les musulmans sunnites majoritaires, la religion et la société sous la houlette d’un système politique guidé par les lois du coran, rend impossible toute modernisation, sans se damner.

Face à la pulsion de vie « femme, vie, liberté », affirmée avec force par les femmes iraniennes qui brûlent leur voile islamique, les religieux musulmans ne peuvent tenter de sauver leur pouvoir obscurantiste que par une répression féroce et la mort des manifestants, comme cela est d’ailleurs ordonné dans le coran à l’égard des mécréants.

Les femmes iraniennes rendent, avec un grand courage, un immense service à l’humanité en révélant aux yeux de tous la nature totalitaire et violente de l’islam que tentent de dissimuler, derrière d’impossibles synthèses et discours, tous ses adeptes et missionnaires arrivés en Occident et en France après avoir suivi les routes de l’émigration.

Devant cet exemplaire sacrifice des femmes iraniennes, les nombreux naïfs et naïves, les idéologues militants déboussolés et les corrompus de tous ordres (politiciens et médias en tête qui tels des supplétifs favorisent aveuglément l’implantation et la conquête de l’islam) vont-ils pouvoir encore longtemps continuer à renier notre propre civilisation, fondée sur un humanisme universaliste à l’opposé du communautarisme ethnique et religieux qui s’étend malheureusement en France ?

Une civilisation porteuse de paix et de liberté individuelle, grâce à ses principes et lois laïques que l’État doit, fermement et de nouveau, faire respecter et appliquer en sa qualité d’arbitre, résistant aux ressauts de la vague islamiste révolutionnaire partie de Téhéran en 1979 ?

Marcel GIRARDIN 

Un citoyen français sans aucune attache partisane 

*Dans mon mémoire rédigé en 1984 et intitulé : « 1979-1984 : un nouveau face-à-face entre l’Arabie saoudite et l’Iran », j’avais montré dans la partie consacrée à la nouvelle légitimité du pouvoir iranien, combien l’ayatollah Khomeiny avait semé les germes, par son concept de gouvernement islamique, de la propre et inéluctable remise en cause de celui-ci, voire de sa disparition. En effet, en réduisant l’islam chiite à sa seule dimension littérale et juridique, à l’égal de l’islam sunnite fossilisé depuis le Xème siècle, il confondait irrémédiablement religion et système social, avec le risque que le gouvernement islamique soit jeté à terre dès le premier ébranlement sérieux de la structure musulmane de la société. Nous y sommes peut-être aujourd’hui avec cette révolte admirable des femmes iraniennes !

image_pdfimage_print
11

11 Commentaires

  1. Dommage que le Shah ait été viré par les islamistes avec la complicité de l’Occident pourri à la tête. Il aurait pu ramener l’Iran au Zoroastrisme et ne plus être un ennemi des chrétiens.

  2. Les muzz mâles n’ont jamais su se tenir avec le sexe, la seule vue d’une femme européenne les rends fous, c’est bien ce que font les femmes en Iran mais ça n’ira pas très loin, quand on voit qu’en France, à cause d’abrutis gauchiassisés, c’est tout le contraire, en France,on fait la promotion du bâchage !!!

  3. On a vu des hommes aussi se rebeller contre le voile islamique .Ces hommes surtout les jeunes et les étudiants ,avec les moyens de communications actuels ,même interdits ,découvrent bien le monde d’aujourd’hui et ont envie du même .Pourquoi faudrait -il qu ‘ils n’aient à contempler que des fantômes ?
    Mettre sous séquestre la moitié de la population d’un pays ,oblige l’autre moitié à travailler deux fois plus .

  4. Les femmes iraniennes rejettent l’islam en Iran, MAIS est ce qu’elles le rejettent en France en s’habillant à l’européenne ??? Bien sûr que non !!!

  5. Que dire alors, que penser de ces femelles nos arabo-fracaises qui se cachent sous une bâche ? Protègent elles leur vertu ou dissimulent elles leur ingrat physique ? Quoiqu’il en soit, chapeau bas devant la femme Iranienne!

  6. le bas peuple iranien recommencerait il les coups de boutoirs contre le shah, quel courage de se savoir sous le feu éventuel des milices et de la police , de ne pas reculer, chapeau bas.

  7. Ce n’est pas l’islam qu’elles rejettent, mais son rigorisme imbécile imposé par la charia !

    Nos ancêtres en 1789 ne voulaient plus de l’absolutisme, de l’injustice sociale stupide des privilèges, et de l’inégalité devant l’impôt… ils n’avaient rien contre la monarchie !

    • Les inégalités et les impôts ne sont pas précisés dans la Bible, alors que la charia est bien dans le coran c’est ça le problème. On ne peut pas rejeter le « rigorisme imbécile » sans rejeter l’islam.

    • C’est exactement cela Lisianthus.
      L’islam sunnite majoritaire est un carcan juridique totalitaire qui puise sa légitimité dans la lettre du coran. Khomeiny avec son gouvernement islamique a, contrairement à la tradition chiite, enfermé les chiites iraniens dans ce même carcan juridico-politique. Les femmes iraniennes en rejetant le port du voile rejettent inévitablement et très symboliquement ce carcan et donc leur soumission à l’islam.
      C’est pourquoi, à mon avis, les médias français ne s’attardent pas trop sur cet aspect anti-religieux de la révolte des femmes iraniennes qui met en porte-à-faux les femmes qui portent le voile islamique en France.

  8. rien n’est dit qu’elles rejettent l’islam et que l’islam masculiniste s’accorderait avec ses femmes ses filles en string quand il fait cho ; je vois ça plutôt comme une révolution américaine de type printemps arabes à la bhl et zelenski qui roule les mécaniques avec ses Nazzis.

    • « une révolution américaine de type printemps arabes »
      Pas impossible. De là, comme certains, à partir bille en tête défendre le régime iranien, faut peut être pas exagérer !
      Que des terroristes musulmans s’intéressent au Turkestan Oriental est évident, de là à prendre fait et cause pour la dictature chinoise…

Les commentaires sont fermés.