Religions et sectes : L’État et la magistrature hors la loi !

Publié le 8 mars 2020 - par - 25 commentaires

« Religions et sectes : L’État et la magistrature hors la loi ! »

Cette implication passionnelle morbide des politiques et de la magistrature française dans le fait religieux est illégale et anticonstitutionnelle !
La loi, en France, est soumise à la Constitution qui, elle-même, prend en compte les principes de la loi du 9 décembre 1905 sur la laïcité et la séparation de l’État, des Églises, religions, sectes, philosophies et idéologies fondées sur des concepts abstraits, indéfinis, vides, arbitraires et sans valeur légale.

Je vais ici évoquer une secte que nous connaissons tous, particulièrement redoutable, nuisible et nocive pour notre pays.
Le terme de secte est particulièrement approprié pour cette idéologie liberticide et mortifère qui cadre parfaitement avec la définition qui en est donnée par un organisme d’État dédié à ce sujet, la MIVILUDES ou « Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires. »

Définition : « Il s’agit d’un dévoiement de la liberté de pensée, d’opinion ou de religion qui porte atteinte à l’ordre public, aux lois ou aux règlements, aux droits fondamentaux, à la sécurité ou à l’intégrité des personnes. Elle se caractérise par la mise en œuvre, par un groupe organisé ou par un individu isolé, quelle que soit sa nature ou son activité, de pressions ou de techniques ayant pour but de créer, de maintenir ou d’exploiter chez une personne un état de sujétion psychologique ou physique, la privant d’une partie de son libre arbitre, avec des conséquences dommageables pour cette personne, son entourage ou pour la société. »
https://www.derives-sectes.gouv.fr/quest-ce-quune-d%C3%A9rive-sectaire

L’invasion de la France (et du monde) par des millions d’adeptes de cette secte malsaine et dangereuse mettant en péril la paix publique et la sécurité des biens et des personnes, incitant à la haine et à la violence et pratiquant le meurtre rituel de personnes innocentes sur l’espace public, semble entraîner un intérêt grandissant et une implication inquiétante de tous les hommes et femmes politiques qui sont incapables de discernement entre ce qui est légal et ce qui ne l’est pas.
Il en va de même pour la magistrature française qui consacre beaucoup de temps à des affaires dans lesquelles cette secte prétendument religieuse semble occuper une grande place dans les cours de justice.
Les juges ont dérivé dans leurs prérogatives et certains tribunaux ne cessent d’accepter de statuer à décharge (et contre les autres cultes) sur les motivations, les délits et les crimes liés à cette secte et commis par cette secte et conformes aux principes et concepts idéologiques de cette secte et de ses adhérents.
Les juges attisent la haine et le mépris en bafouant quotidiennement les principes fondamentaux de la République en statuant le plus souvent en faveur de cette secte et de ses affidés dont les activités sont nuisibles et dangereuses pour la France et son peuple, en France et hors de France.

Parmi ces activités, on peut citer le refus de ses membres de se soumettre aux lois de la République, de s’intégrer au pays et à ses coutumes séculaires. Mais aussi en exhortant au rejet et la haine de la France et de son peuple, par la conspiration contre l’État et le peuple français, la constitution de ghettos de masses où le droit français n’a plus cours dans des cités, des quartiers et des banlieues des villes. Par des pratiques délictueuses et criminelles telles que le trafic de substances dangereuses et illicites, le trafic d’armes de guerre à grande échelle, le meurtre individuel ou collectif, le viol individuel ou collectif, les émeutes de groupes semant la destruction de biens publics et privés par vandalisme et incendies volontaires, l’obstruction au passage et à la venue des services de secours et des services de la force publique, créant ainsi des foyers infectieux échappant à l’autorité de l’État sous le vocable de « territoires perdus de la République ».

Enfin, on peut compter la préparation et la commission de nombreux actes de terrorisme destinés à tuer des citoyens libres et innocents Français et le recel de personnes ayant commis ces actes de terrorisme et des moyens employés pour le faire.

Voilà donc ce que défendent l’État français, le président de la République, le gouvernement, la magistrature dans son intégralité et les médias « d’information » écrite, radiophonique, télévisée et internet, tous soumis politiquement et financièrement à l’autorité de l’État par les subventions sans lesquelles ils ne pourraient survivre.

Or, la première chose que devrait faire la justice devrait être d’assimiler cette pseudo-religion à ce qu’elle est, une vulgaire secte malfaisante, et mieux encore, à une idéologie politique barbare et conquérante, ce qui est en fait sa nature profonde et intrinsèque comme le montrent 14 siècles d’histoire.

Si une autre secte ou une idéologie se comportait en France comme cette secte et comme ses membres, la justice se comporterait normalement en statuant selon la loi française contre ses délinquants et ses criminels et en les condamnant aux peines prévues par la loi.
Mais ce n’est pas ce qui se passe pour cette secte.

Cette secte fait l’objet de toutes les indulgences, de toutes les mansuétudes et de toutes complaisances de la part des politiques et des juges aux ordres.
Pire que ça, aujourd’hui l’État et ses serviteurs gouvernent par décrets et consignes ministérielles, au mépris des lois civiles et pénales pérennes, dans le but de favoriser cette idéologie sectaire et de la rendre intouchable.
On prétend que ces délinquants graves et criminels sont en fait des « déséquilibrés » et des « psychopathes » afin de les exonérer de leurs responsabilités en invoquant « l’abolition du discernement… »
C’est une plaisanterie !
En termes de déséquilibre, c’est d’ailleurs un fait avéré qui est clairement et longuement décrit et développé par madame Wafa Sultan dans son livre intitulé « Islam, fabrique de déséquilibrés ? » (le point d’interrogation étant un doux euphémisme…)

On voit donc un État, un gouvernement et une magistrature qui reconnaissent clairement l’état psychiatrique pathologique de nombreux représentants d’une communauté marginale rejetant les lois de la France et commettant d’innombrables et perpétuels crimes et délits contre la France et le peuple français, mais rendus intouchables par ces mêmes juges complices qui les considèrent comme non responsables de leurs actes…

Les viols, les assassinats, les massacres, les actes terroristes, les embrasements des banlieues, la violence des rues, les égorgements, les incendies volontaires de lieux publics ou religieux, tout ça est peu important puisque ce n’est que de « l’abolition du discernement… »

Le problème c’est que si un citoyen français normal, de souche, blanc, chrétien, démocrate, patriote et respectueux des lois commettait ce genre de crimes et de délits, il ne serait en aucun cas question d’abolition du discernement pour les juges, mais de crimes et de délits sordides et sanglants commis par une personne en pleine possession de ses sens et de ses responsabilités, et qui serait alors condamnée au maximum des peines prévues par le Code pénal.

Étrange…

Prenons un exemple simple que tout le monde connaît et qui n’entre même pas dans le cadre criminel mais qui peut juste être qualifié de délits sur la voie publique : « Les prières de rues. »
Certains membres de cette secte estiment qu’il est de leur liberté et de leur droit de se réunir sans prévenir qui que ce soit, par dizaines ou par centaines, au milieu d’artères de certaines villes, en France ou à l’étranger, pour y pratiquer un rituel étrange qui, rappelons-le, relève du fait religieux, sectaire ou idéologique et n’a aucune justification légale à être pratiqué sur la voie publique, en y apportant de fait une obstruction à la circulation normale des personnes et des véhicules et constituant ainsi un trouble à l’ordre public.

Le plus fort de tout étant que les forces de l’ordre de la puissance publique encadrent et protègent ces manifestations illégales de personnes civiles et interdisent l’accès à cette voie publique aux personnes légitimement amenées à vouloir y circuler.

Précisons, pour la bonne clarté des choses, que ces manifestations sur la voie publique ne font jamais fait l’objet d’une autorisation de la préfecture de police concernée. Elles sont donc bien illégales.

Pour rappel de la loi, l’article L2212-2 du Code général des collectivités territoriales, dont :
« La police municipale a pour objet d’assurer le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publiques. Elle comprend notamment :
– 1° Tout ce qui intéresse la sûreté et la commodité du passage dans les rues, quais, places et voies publiques…
– 2° Le soin de réprimer les atteintes à la tranquillité publique telles que les rixes et disputes accompagnées d’ameutement dans les rues, le tumulte excité dans les lieux d’assemblée publique, les attroupements, les bruits, les troubles de voisinage, les rassemblements nocturnes qui troublent le repos des habitants et tous actes de nature à compromettre la tranquillité publique ;
– 3° Le maintien du bon ordre dans les endroits où il se fait de grands rassemblements d’hommes…
 »

https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070633&idArticle=LEGIARTI000006390150&dateTexte=&categorieLien=cid

Imaginez que des adeptes d’une autre religion, secte ou idéologie se mettent à prier ou à pratiquer des rituels de leur religion ou philosophie au milieu de la voie publique en obstruant la circulation, ils ou elles seraient très vite incités par les forces de l’ordre à évacuer les lieux et à « circuler », au besoin encouragés par quelques coups de pèlerine, sans préjudice de quelques arrestations, contrôles d’identité et fichages « S. »

Et bien, pour la fameuse idéologie citée plus haut, il n’en est rien.
Elle est intouchable. Étrange conception de l’égalité de droits…

Et j’aimerais que les dirigeants politiques du pays et la magistrature m’en expliquent les raisons.
J’aimerais bien aussi savoir pourquoi certains politiques persistent à déclarer publiquement que l’invasion de hordes de fous furieux, sauvages et barbares, adhérents de cette secte meurtrière, est une bénédiction pour notre pays, une grande chance pour la France et qu’ils nous expliquent posément et clairement, dans le détail, en quoi ces terroristes sont une chance pour notre pays et pour son peuple.

Oui, vraiment, je serais très curieux de connaître le fond de leur pensée…
Mais suis-je bête, ces gens-là sont bien au-dessus des lois puisqu’ils les décident, les votent et les appliquent comme cela les arrange…

D’ailleurs, rien ne vaut un bon exemple… :
« Deux Marocains interpellés avec 23 kg de drogue libérés par le juge car ils ne parlent pas français »
http://info24.fr/deux-marocains-interpelles-avec-23kg-de-drogue-liberes-par-le-juge-car-ils-ne-parlent-pas-francais/?fbclid=IwAR0FTYKYRmtFxaSHIqbKnl_zWkzikFi-jYVRCEV71z6EB1E9E8VEHFFJz0g

Le laxisme judiciaire est là clairement révélé…
Mais lorsque le laxisme conduit à libérer ou à laisser en liberté, sous quelque prétexte que ce soit, des criminels, des assassins ou des terroristes, ce laxisme devient alors une complicité, une trahison et un crime contre la nation.

En ce qui concerne les terroristes de cette secte qui vivent des jours paisibles dans nos prisons et bénéficient de tous les services et de tous les avantages possibles et invraisemblables, la garde des Sceaux, qui a perdu tout bon sens et tout discernement, a décidé d’en libérer des centaines pour des raisons que la raison ignore, car tout le monde sait qu’un criminel de sang aux multiples crimes, multirécidiviste et motivé par des principes absurdes sectaires, religieux ou idéologiques le restera à tout jamais et recommencera à tuer dès sa sortie de prison. Le goût du sang ne s’oublie jamais chez les fauves…
Là, c’est de la complicité.

J’en resterai là en citant une nouvelle fois la loi de 1905 sur la laïcité et la séparation de l’État des religions…

– Article 1
La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l’intérêt de l’ordre public.
– Article 2

La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. En conséquence, à partir du 1er janvier qui suivra la promulgation de la présente loi, seront supprimées des budgets de l’État, des départements et des communes, toutes dépenses relatives à l’exercice des cultes.
https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006070169&dateTexte=20080306

Ni la loi de 1905, ni le Code général des collectivités territoriales ne prévoient la liberté de la pratique d’un culte sur l’espace public.

Si la loi de 1905 assure la liberté de conscience, la secte en question en use et en abuse généreusement pour elle-même, mais ne la reconnaît pas pour les autres religions qu’elle condamne et menace de mort à toutes occasions, et tue ses propres membres qui osent la quitter…

La loi de 1905 dispose aussi que :
« La loi interdit à l’État et aux collectivités locales de financer la construction de nouveaux lieux de culte. »

Or, l’État a accordé une subvention de 5 millions de francs pour la construction de la nouvelle cathédrale d’Évry (Essonne) inaugurée en 1996.
À Marseille, la commune a donné un terrain de 8 600 m2 pour la construction d’une nouvelle grande mosquée. L’argent du Qatar ne suffit pas, les contribuables français doivent aussi payer des lieux de culte à ceux qui veulent les tuer et les faire disparaître…
Les accommodements et les arrangements financiers entre les cultes et l’État vont à l’encontre des termes de la loi de 1905 et sont donc illégaux…

Les cadeaux faits à cette secte de terroristes sont scandaleux.
D’autant plus scandaleux que les lieux de culte de cette secte servent aussi de lieux de réunions politiques et de diffusion de cette idéologie de haine et de destruction, alors que la loi de 1905 précise également que :

« Il est interdit de tenir des réunions politiques dans les lieux de culte. »

Et lorsqu’on connaît bien cette secte, on sait que ses fondements ne sont que politiques et conquérants et que la part religieuse n’en est qu’une infime partie…

Je vous laisse donc faire de bons choix électoraux pour l’avenir…

Laurent Droit Perrault

Au nom de la Patrie, de la Liberté, de la Démocratie et de la Laïcité !

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
mauvaisedent

Pffffffffff!…Le gouvernement lui même fait parti d’une secte. oui la franc-maçonnerie, alors comment pourraient-ils condamner les autres sectes. Ils auraient l’air fin. Et oui la France est gouvernée par une secte et non par les autocrates eux même. Quel malheur ! pendant que le peuple beigne dans leur merde.

yvank

La mine des Castaner et phillipe à l’écoute de l’affaire Sarah Halimi:
https://youtu.be/gSq2TkaP-jM
Affiche le souci de justice qui les préoccupent. Le récit des horreurs commises par un fou d’Allah excusé par la prise de drogue les ennuie profondément. Leurs comportement est profondément irrespectueux. D’interdire que cette saloperie de secte prêche dans plus de 2000 mosquées en France, attentat et non respect des lois, serait de l’islamophobie?
Désolé. Pour moi, l’islamophobie est une réaction d’autodéfense envers la psychopathie des arabes musulman. Permettre l’islam en France c’est une imbécilité. Pour être islamiste il faut être sauvagement con ou nuisible.

Charles

J’en reviens toujours au même postulat : politiques, magistrats, “maintiens de l’ordre ” si aucune action n’est prise à l’encontre de ces malfaisants, violeurs, égorgeurs, assassins, incendiaires, clandestins etc. alors le choix est : soit ils reçoivent de l’argent en compensation de leur silence, soit ils ont la trouille.
Dans ces deux cas, ils n’ont rien à faire dans leur profession.

POLYEUCTE

Le Christ de Montfavet (pour ceux qui se souviennent) était Sectaire…
Le “Christ” de Médine, lui est Divin ! Comme celui de Bethléem !
Et les Francs Macs ?
Le Bien, le Mal… ou le Nombre ?

sanzanicroche

Il est plus qu’urgent , VITAL de prendre enfin conscience face a l’accumulation accablante de preuves , que les politiques EN FRANCE sont globalement une SECTE comme il secte ils sont … sectaires comme telle on n’y entre qu »en jurant allégeance aux franmacs ou illuminatis , inutile de donner des exemples tant ils sont nombreux a commencer par méluche ! comme une secte ils sont traitres a la France et solidaires entre eux envers et contre tout même face aux pires actes et crimes de leurs congénères, regardez la puanteur du regime macron et nul ne demande sa destitution n ils en croquent tous !. virez touts ces vermines qu minent et sucent le sang des nations et instaurez la vraie démocratie DIRECTE , plus de politiques plus de parasites plus de complots (ou si peu)

Phil93

il est interdit à un parti qui ne serait pas républicain de se présenter aux élections françaises.
il devrait être interdit à une religion qui ne serait pas conforme avec la république et la démocratie d’être autorisée dans notre pays!
Rappelons qu’une secte est une petite branche d’arbre.
Rappelons qu’une religion n’est qu’une secte qui a réussi à avoir des millions de fidèles !
ainsi le christianisme est une secte du judaïsme et l’islam est une secte du judaïsme et du christianisme réunis!
si une nouvelle secte voulait s’implanter en fRance avec 1 seul des préceptes de l’islam comme la polygamie, l’excision, la pédophilie, la suprématie raciale, la supériorité de l’homme sur la femme, 5 prières par jour demandant à dieu de supprimer juifs et mécréants etc : elle serait INTERDITE!

TEROUINARD

Tout groupe est une secte et même individuellement.
Qu’est ce qu’une religion : une secte qui a réussi; et une secte : une religion qui n’a pas encore ou jamais réussi.
La différence entre une secte et une religion : c’est l’Etat qui le définit (en tous lieux et de tous les temps); voir Anne Morelli.
Il y a aussi les articles 18 et 19 de la D. U. D. H.
Toutes les sectes et religions sont respectables, tant qu’elles n’incitent pas à la violence physique envers quiconque.
En ce cas (incitation à la violence) : les versets incriminés devraient être supprimés.
… peut que ceci implique plusieurs religions et sectes.

Une caractéristique essentielle des sectes est qu’elles répriment toutes les tentatives de ses adeptes de la quitter. Ce que fait l’islam avec la peine de mort pour l’apostasie, mais pas le christianisme ni le judaïsme. Arrêtez votre délire…

gélase

“mais pas le christianisme”…faudrait demander au Cathares ce qu’ils en pensent ???

Les cathares étaient une secte, précisément. Le christianisme, ce n’est pas cela. Votre argument est à coté de la plaque

Serge Sens

Tout est dit, excellent article merci monsieur Droit 👍

Leroy

Je pensais, quant à moi, que vous alliez appliquer cette définition au gouvernants qui nous dirigent ainsi qu’aux juges de la XVII chambre alliés aux journalistes “mainstream” car il s’agit bien “d’un dévoiement de la liberté de pensée, d’opinion ou de religion qui porte atteinte à l’ordre public” en nous obligeant à jurer que cet apport de clandestins majoritairement musulmans est une chance pour la France contrairement aux Identitaires.
De plus cela ” se caractérise par la mise en œuvre, par un groupe organisé ou par un individu isolé, quelle que soit sa nature ou son activité, de pressions ou de techniques ayant pour but de créer, de maintenir ou d’exploiter chez une personne un état de sujétion psychologique ou physique, la privant d’une partie de son libre arbitre”.

Eric des Monteils

Même s’il faut le dire, le répéter sans cesse, avec toute la constance que donne la conviction d’être du bon côté, il peut nous arriver de désespérer et de laisser tomber les bras devant autant d’infamie, d’injustice, de lâcheté de la part des ordures qui prétendent diriger ce pays. Et notamment cette prétendue “justice” rouge jusqu’au trognon. Inféodée à une idéologie mortifère adhérente à cette horrible secte citée plus haut.
NOUS SOMMES EN GUERRE, ET TOUTE GUERRE NE PEUT QU’AVOIR UNE ISSUE CONVENABLE : ÊTRE GAGNÉE ! ! ! quel qu’en soit le prix à payer. Nous le devons à nos enfants, aux générations futures, à notre RACE, à notre civilisation.

Laurent Droit

Tout à fait d’accord avec vous, Eric !!

Jeanaymar

Bravo monsieur Droit
Vos interventions et explications sont claires et compréhensibles . Vous êtes à n’en pas douter un homme de culture.Des hommes comme vous devraient pouvoir accéder aux débats radio et tele . J’espère que vous vous présentez sur une liste électorale ?

Laurent Droit

Merci Jeanaymar, je fais ce que je peux. Et non, ,e ne me présente pas sur une liste. La politique locale ne m’intéresse pas ou en tout cas moins que la politique nationale ou internationale ou géopolitique.
Bonne journée à vous.

Urbain

Encore une fois, lisez, relisez “le camp des saints” de Raspail, vous comprendrez l’urgence de la situation!
Lisez le coran, vous comprendrez l’urgence de la situation!
Renseignez vous sur le concept islamique des “maisons”, les trois étapes pour faire basculer un territoire dans l’islam (et donc la dhimmitude ). Dar al shahada, dar al harb et enfin dar al Islam.
Non seulement vous comprendrez l’urgence de la situation, mais vous aurez une trouille salutaire.

Pardo Ernest

Un contraste éloquent en termes de rupture d’Égalité de traitement et des exemples édifiants de défaut d’impartialité des juges.

Laurent Droit

En effet. Merci Pardo Ernest.

BERNARD

Cher Laurent Droit, je pense que vous devriez peut-être trouver la réponse dans cette citation de Engels.. un copain comme cochon de Marx ..; souvent reprise par Z comme Zemmour sur Cestniouses :
« à partir d’un certain nombre, la quantité devient une qualité ».
Et comme la quantité ne fait qu’augmenter au fil des jours, des mois et des années, je vous laisse conclure..

Laurent Droit

Bonne citation !!
C’est vrai que beaucoup de gens pensent que quantité vaut qualité, ce qui est faux…

Lisianthus

Dans le même esprit : ce n’est pas parce qu’un milliard de gens répètent un mensonge qu’il devient une vérité. Il est plus digne d’avoir raison seul que tort à plusieurs. Galilée était seul, mais les patriotes ne manquent pas, gardons espoir.

Phil93

la preuve : une majorité de français sont contre l’immigration musulmane mais marcon n’en tient pas compte car il juge que la quantité n’est rien par rapport à la qualité des muzz qu’il importe à tours de bras ! ;-)

Clamp

Une tactique importante à mettre en place et faire perdurer est la clarification du vocabulaire en assurant la pérennisation de mots permettant une prise de conscience collective par appellation explicite des concepts qui recèlent une grande ambiguïté ou même plus généralement un caractère trompeur. Par exemple, il est évidemment qu’il ne faudrait plus jamais qualifier l’islam de religion, “idéologie sectaire” est nettement plus approprié, et il faudrait forcer cet usage pour qu’il atteigne toute la sphère patriote jusqu’à y entraîner ceux d’entre nous qui ont accès aux plateaux de télévision ( il n’y a pas que Zemmour, il y a aussi Rioufol et tant dautres ). J’espère proposer un jour un article sur ce sujet dont j’ai une pré-ébauche mais malheureusement j’ai d’autres priorités pour le mom

Laurent Droit

A suivre…!

Lire Aussi