Remaniement : Je ne regrette pas le départ de Pascale Boistard

Publié le 13 février 2016 - par - 4 commentaires - 1 246 vues
Share

boistard

Dans un courrier daté du 29 juillet 2015  que j’avais envoyé à Pascale Boistard, alors secrétaire d’Etat aux droits des femmes,  et en copie à Bernard Cazeneuve ministre de l’intérieur, Alain Vidalies ministre des transports, Marisol Touraine ministre de la santé et Mme Elisabeth Borne, Présidente générale de la RATP, j’exposais les faits de sexisme provoqués par nos collègues musulmans qui pratiquent à la lettre les préceptes islamiques et auxquels les femmes de l’entreprise RATP sont confrontées.

Je n’hésitais pas à l’interpeller sur  ce qui, pour les femmes, relève « du harcèlement sexiste, des atteintes à leur dignité morale répétées et à un viol de conscience puisqu’elles sont sommées d’accepter des agissements qui les rabaissent et les humilient » à savoir les marques de salut et les dérives associées que bien entendu je lui décris dans le détail.

J’étais toujours salariée de la RATP et j’en profitai pour rappeler la démission de ma direction face à tous ces comportements « en autorisant les marques de salut musulmans dans son guide de la laïcité » alors que les plaintes de ses salariées se multipliaient et le grief qu’elle me portait pour l’avoir dénoncé depuis 2012, allant jusqu’à m’accuser de porter atteinte à la laïcité pour avoir prononcé le mot charia lors d’un entretien disciplinaire consécutif à une faute mineure et qui justifia, à leurs yeux, une sanction de 5 jours de mises à pied.

Je lui expliquais que je n’avais fait que mon devoir de citoyenne française « pour toutes mes collègues qui se murent dans le silence de peur des représailles et qui souffrent », mais aussi, « pour les femmes de demain  et en mémoire de celles qui se sont battues pour l’émancipation des femmes et qui ont permis que nous accédions à des postes masculins, celles qui ont fait tourner le pays lorsque les hommes étaient au combat et celles qui ont pris les armes aux côtés des hommes pendant la résistance. »

Parce que je n’ai pas oublié, moi, le courage dont ces dernières ont été capable en matière de lutte pour la liberté et l’égalité et contre l’infamie.

Le 02 septembre 2015, Pascale Boistard, répondait à ce courrier du 29 juillet 2015, par l’intermédiaire de Stéphane Exposito, son chef de cabinet. Il faut noter que c’est la seule qui ait pris la peine de me répondre.

Dans son courrier, elle se dit sensible à mes difficultés. Elle me rappelle son attachement à la lutte contre le sexisme mais ne propose rien de concret, pire encore elle explique, s’appuyant sur les déclarations de « l’Observatoire de la laïcité » : « il n’y a pas de règle légale imposant un rite de politesse déterminé comme par exemple, de serrer la main. Les pratiques en cette matière sont évolutives, selon les pays, les époques, les âges et les milieux sociaux. » Elle aurait pu rajouter selon les pouvoirs en place !

Cette femme représentante de l’Etat, en charge de l’égalité homme-femme, prétend que nous pourrions nous trouver là, face à une évolution et va dans le sens du scandaleux guide de la laïcité de la RATP.

Je me suis alors penchée sur les « pratiques » en matière de salut et leurs évolutions :

En 1938, le régime de Mussolini, avait cherché à imposer le salut fasciste à tous les Italiens en remplacement de la poignée de main. En 1939, sous Franco, c’était le salut franquiste. Pour ces deux saluts, le bras est levé très haut; main tendue et le pouce est écarté des autres doigts.

En Allemagne, dans cette même période, le salut Hitlérien fréquemment accompagné de « Heil Hitler » devient « le » salut allemand » et il est interdit aux juifs de le pratiquer.

En France sous le régime de Vichy, était utilisé le salut Hitlérien pour les occupants, les Waffen-SS français et les collaborationnistes.

Ce qui a mis un terme à ces marques de salut, c’est la chute des régimes fascistes et nazis. Si nous avions perdu la guerre contre l’Allemagne, celles-ci seraient peut-être encore utilisées aujourd’hui.

Depuis Mahomet jusqu’à nos jours, dans les pays pratiquant la charia, les musulmans ne serrent pas les mains aux femmes, celles-ci étant considérées comme impures, tentatrices et inférieures. Pour les mêmes raisons, ils les lapident, les fouettent, leur imposent le voile islamique, les violent, les battent …

Il n’y a pas eu d’évolution chez les mahométans. C’est un traitement qui perdure depuis 1400 ans et qui petit à petit s’introduit en France parce que les musulmans y sont de plus en plus nombreux et que tout simplement nos représentants français ne s’élèvent pas contre l’islam et la pratique de la charia.

Ce qui me vient à penser que Pascale Boistard, sous le régime de Vichy, ne se serait probablement pas opposée au salut nazi, le considérant dans l’air du temps, la RATP l’aurait sûrement inscrit dans son « guide de bonnes pratiques » et aurait persécutée ses salariés résistants. Le tout, pour ne pas froisser l’envahisseur.

Alors, qu’elle ne soit plus secrétaire d’Etat, à l’occasion du remaniement grotesque de Hollande, ne me fait pas pleurer.

Ghislaine Dumesnil

 

 

 

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
BALT

Peur et démagogie,voila ce qui caractérise principalement nos politiques et nos pseudo journalistes.

trident

vous oubliez que la poignée de main est de plus en plus délaissée dans nos société par …la bise !
la bise : une pratique justifiant en islam le viol de toutes celles qui s’y adonnent !
En Allemagne est distribué aux migrants des tracs pour les informer que biser c’est pas une autorisation à baiser !!!

ils auraient torts de se gêner puisque les « zommes » comprennent ces pauvres migrants déboussolés grâce aux flots de propagandes et de désinformations orchestré par les l’état et les merdias et aussi une lâcheté hors du commun…

pauledesbaux

QUE l’on y croit ou non le seul salut qui vaille chez nous d’origine JUDEO CHRETIEN DEVRAIT ËTRE LE SIGNE DE CROIX et celà pour deux raisons 1) nous descendons des CROISES? 2°) ce signe ne pLAITt pas du tout à nos envahisseurs qui veulent instaurer la charia QUE NOUS NE VOULONS PAS et parcequ’il ne plait que nous devrions le faire àchaque fois qu’il nous ‘st donné d’encroiser et nous y passons notre temps ainsi dans une petite ville du gard quand nous allons au marché envahi notre signe de ralliement c’est ce signe de croix nous n’assistons pas… lire la suite

Lia

A propos des saluts dans les régimes totalitaires, il y a aussi le salut stalinien.
France 2 a diffusé une série de trois documentaires sur Staline. Il y est expliqué que sous Staline, il fallait faire un salut spécifique. Le bras levé, le coude légèrement plié.