#REMIGRATION : le hashtag à faire grimper !

remigration2.png

Dans un précédent billet j’évoquais la nécessité de l’action sémantique, combat culturel essentiel pour gagner les batailles politiques et électorales.
Le vocabulaire, en effet, permettrait de déplacer la fenêtre d’Overton dans le sens de notre combat. La gauche sait le faire avec brio depuis fort longtemps, alors que la droite reste frileusement sur une conception beaucoup plus classique et en vérité frileuse.

Dernièrement, Eric Zemmour a lancé dans le débat public le terme de « francocide » qui semble bien fonctionner et qu’il faut promouvoir.
Je propose, à ce titre, la large utilisation du terme « remigration », dont Laurent Ozon est le héraut. Ce concept de « remigration », ou inversion des flux migratoires, est défendu par des personnalités politiques mais aussi par des ONG, notamment en Afrique. Leur but : empêcher un continent de se vider de sa très nombreuse population, souvent à la recherche d’un eldorado européen illusoire.
Laurent Ozon est fondateur de Maison commune, qui développe des travaux d’inspiration localiste, protectionniste et écologiste. Il est également un des porteurs du projet de remigration qu’il contribue à populariser. La remigration, c’est le processus politique construit d’inversion des flux migratoires. Pas simplement le désir de mettre fin à l’immigration ou de l’inverser, mais la possibilité concrète d’y parvenir en intégrant tous les paramètres politiques. La remigration n’est pas une incantation pour colleurs d’autocollants. C’est un projet politique méthodique anticipé qui s’imposera dans le contexte de crise profonde qui ne manquera pas d’advenir dans les 25 prochaines  années. Voici venir le retour des grands stress historiques pour les territoires, les ressources et la reproduction.

Le terme de « remigration » permettrait de faire comprendre à nos concitoyens que les mouvements migratoires peuvent aller dans les deux sens ce que beaucoup de gens ne conçoivent pas. Ils voient uniquement un courant entrant et le pensent inéluctable et se résignent. En fait le problème migratoire est mal posé, sans doute volontairement, car il ne s’agit pas de fermer les frontières, argument stupide des immigrationistes forcenés, même si les conditions d’accès doivent être drastiques, comme d’ailleurs dans certains pays (l’Australie ou le Canada).

Il s’agit uniquement de « gérer le stock » avec un solde négatif, c’est à dire avec plus de sorties que d’entrées.
Et le problème n’est jamais traité en ces termes !
Certains esprits chagrins diront que c’est trop tard, que ce n’est pas possible, qu’ils sont trop nombreux ! Ce sont en général les mêmes qui niaient les effets délétères de l’immigration de masse, contestaient le grand remplacement, en glorifiant le vivre ensemble et l’enrichissement culturel. Leurs rangs commencent à se clairsemer du fait du choc de la réalité…

En fait l’histoire nous a montré que les mouvements de population massifs et organisés étaient possibles, le dernier en date il y a 60 ans avec l’Algérie et la remigration des pieds noirs dont certains étaient là depuis 130 ans et avaient participé pleinement à la naissance de ce pays qui n’existait pas avant eux.

Un mouvement progressif, sans violence mais avec une détermination totale est encore possible car le rapport de forces démographiques nous est encore favorable.
Si on s’y met tous sur les réseaux sociaux, médias alternatifs et conversations, nous créerons un « bruit de fond » influençant le débat et les controverses médiatiques et politiques.

La remigration c’est possible, tous au hashtag #REMIGRATION !

Alain de Peretti

 

image_pdfimage_print
12

12 Commentaires

  1. Les algériens nous ont expulsés, NOUS SOMMES EN DROIT de faire exactement la même chose aujourd’hui et cela n’a que trop tardé ! Les algériens nous ont virés de chez eux pour ensuite venir nous envahi, incompréhensible puisqu’ils nous HAÏSSENT et depuis le temps qu’ils sont en France leur NON intégration, le fait que beaucoup ne parlent pas correctement le français, que leurs gosses nés en France, biberonnés et scolarisés devenus racailles dealers nous HAÏSSENT encore plus que leurs parents et n’hésitent plus à tirer sur des policiers à la moindre occasion donne encore plus de poids dans le fait qu’ils doivent être expulsées sans plus tarder ! RAS LE BOL d’entretenir toute cette vermine !

  2. Il y a aussi un aspect dont les patriotes parlent peu parce qu’il est proche de la protection de l’environnement, donc de l’écologie ce qui rend pratiquement impossible toute discussion sur les sites engagés à droite, toute allusion à l’écologie rendant celui qui s’aventure sur le sujet, à se faire injurier… Néanmoins, je vais tenter d’ouvrir une brèche en disant que les multinationales sont responsables de la déforestation en Afrique, chassent les populations pour exploiter les métaux rares, utiles aux smartphones et aux voitures électriques. C’est un drame pour nombre d’Africains. En dénonçant, en empêchant les multinationales de commettre ces exactions, les Africains seraient peut-être moins nombreux à quitter leur pays pour l’Europe. La lutte contre l’immigration doit donc se mener sur plusieurs fronts, sans ignorer ceux qui nous gênent.

  3. Bravo à vous monsieur de Perretti pour votre lutte contre le halage. Je propose de déposer des cartes de visite VIANDE HALAL TORTURE ANIMALE dans les bacs à bidoche des supermarchés.
    Zemmour à employé le terme « ministère de la remigration », cela en a effrayé certains et il a perdu des électeurs et donné une occasion de plus aux médias de le « criminaliser ».Alors que Zemmour n’a jamais dit qu’il voulait expulser les immigrés, sauf les délinquants et les illégaux. Et simplement arrêter toute nouvelle immigration.

  4. Suite…
    https://news.un.org/fr/story/2021/10/1105272
    Ce n’est pas en continuant à envoyer des millions, voire des milliards de dollars ou d’euros à l’Afrique, comme nous le faisons chaque année actuellement, que nous sauverons ce continent qui attire toutes les misères de la terre : faim, soif, maladies, islam, guerres, mafias, prévarications des politiques, etc.
    Ce n’est pas non plus en les recevant chez nous pour traîner sur les trottoirs et vivre d’expédients… mais en les mettant en face de leurs irresponsabilités à tous les niveaux, qu’un progrès pourra se faire.
    Ce n’est pas en important tous leurs maux en Occident qu’une solution se révèlera. Leurs remèdes sont chez eux et doivent être mis en place chez eux. Il faut trouver un équilibre entre progrès sociaux et techniques. Il est fini le temps de danser avec des plumes sur la tête entre deux chasses. La survie doit être prise très au sérieux.

    • Il faudrait aussi qu’ils arrêtent de faire autant d’enfants, mais comme ils considèrent que :’les enfants c’est la richesse »; c’est pas gagné

  5. Merci pour votre article !
    D’une part l’Europe ne peut pas contenir la population de l’Afrique… même en poussant les frontières, et d’autre part, il serait temps que les papa doudou et autres kikis de ces pays laissent la place à de vrais décideurs qui prendront en main leur pays.
    Exemple : le KENYA qui souffre d’une sécheresse mettant en péril 2,5 millions de personnes, les animaux sauvages et les troupeaux de bétail.
    https://www.rfi.fr/fr/afrique/20220613-la-s%C3%A9cheresse-au-kenya-prive-des-milliers-d-enfants-de-scolarit%C3%A9
    Trouver aujourd’hui des solutions pour le Kenya, aidera à trouver des solutions demain pour l’Occident qui est aussi menacé de manque d’eau…

  6. S’ y opposent les mondialistes à la macrondelle ou les pastequistes écoilos de la sainte farce et les pays d’ origine de ces immigrés (Mali, Algérie et les pays d’ Afrique du nord) .
    Rapatriement de ces richesses à OQTF ou non par barges puis déversement de force à quelques encablures des rivages mauresques ou des côtes de Guinée – Sénégal si refus des pays d’ origine : des navires de guerre escorteront les bateaux de débarquement pouvant compter jusqu’ à 3000 métèques / bateau 😄😄😄😄😄😄😄

  7. Oui mais là vous voyez bien le problème ? Les principaux opposants à votre projet seront ceux qui les ont fait venir.
    Et ils sont en mesure de craindre qu’après avoir renvoyés ceux-ci chez eux, on ne renvoie ceux-là dans le pays de leurs origines, puisque c’est eux-mêmes qui le disent.
    Comme ça s’est passé en Espagne.

    Et pourquoi les ont-ils fait venir, et tout planifié depuis 50 ans ? Pour quelles raisons ? Dans quel but ? peut-être justement pour éviter cela;

  8. à immigration je préfère mille fois remigration! d’ailleurs ils ne sont pas bien dans ce pays de racistes

  9. #REMIGRATION
    A fond la caisse !

    Au fait, ça fait quelque temps qu’on a plus de nouvelles de Renaud Camus…

Les commentaires sont fermés.