René Chiche atterré devant une copie de Bac indigne même d’un élève de 6e !

René Chiche chez Praud en 2020.

René Chiche est connu du milieu enseignant. Moins démonstratif que Jean-Paul Brighelli, jamais un mot plus haut que l’autre, mais aussi ferme sur son analyse de la situation de l’EN. Il n’en est pas à sa première démonstration…

René Chiche* est un de ces enseignants qui défend la transmission des savoirs – il en existe – un syndicaliste qui n’est pas dans le progressisme pédagogiste virant au woke, à l’indigénisme, à la déconstruction, à la conversion transgenrée queer, etc. !
Nous croyions avoir touché le fond il y a déjà quelques années, mais non, on continue à creuser !
* : Agrégé de philo, membre de la CGC-CFE pour laquelle il siège au Conseil supérieur de l’éducation

Ce qu’il présente ces jours-ci, ce n’est pas le produit d’un élève de l’enseignement professionnel. Il y a quelques jours on a fait le constat déplorable de l’absence de vocabulaire de nos jeunes et futurs employés ou ouvriers, un niveau qui n’est même plus celui des CAP des années 70 auxquels j’ai enseigné.
Pourtant notre EN se gargarise de la réussite au Bac… professionnel compris.


Pour reproduire cet extrait, René Chiche a dû se faire souffrance…
Outre l’incompréhension de l’écrit, le niveau de réflexion est…  sidérant, certes l’un ne peut pas aller sans l’autre !
Jean-Paul Saint-Marc
image_pdfimage_print
14

18 Commentaires

  1. Le texte fait tellement mal aux yeux que ça doit être une pub pour Afflelou !

    • La langue française s’achemine vers le borborygme final :
      On ne dit plus « je vais à la gare du Nord », mais « je vais à Gare du Nord », ou même « je vais Gare Nord ».
      Toi y en a parler petit nègre ?

  2. Aie, aie, aie, c’est le classement PISA qui va encore en prendre un coup, ce candidat est bon pour l’ENA (école nationale des ânes).

  3. En espérant que l' »œuvre » reproduite par Chiche nous vienne d’un candidat libre, ce qui serait tout de même moins grave que si elle émanait d’un élève de terminale.

  4. L’abîme dans lequel l’EN est tombée est vertigineux ! Cet élève n’aurait jamais dû rentrer en sixième (je précise que j’ai passé mon bac en 1967…). Avec ce « nouveau » gouvernement, on ne voit pas comment reprendre en main un système d’éducation qui s’est effondré en 40 ans d’idéologie imbécile, après avoir été le meilleur du monde …

  5. Quel besoin de faire des études quand n’importe quelle chilienne adipeuse au vocabulaire châtié peut diriger la France ? « Va sucer la bite de ton chef » pour ne citer que cette saillie -:)

  6. Et si l’on ajoute à cela les anglicismes fréquemment employés par les journaleux à la télévision, et les mauvaises traductions des séries et films américains, bonjour les dégâts !

  7. l’avantage de creuser est de finir par trouver du pétrole comme le disait le phoque santini
    Donc l’objectif de former des crétins est presque atteint puisque sur 70% en accord avec les idées de Zemmour il n’y a en a que 7% qui ont eu le courage de voter pour lui

  8. De quatre à six fautes par ligne… il faut le faire ! Quant à la synthaxe, mieux vaux ne pas en parler, de même que le contenu de la réflexion de l’auteur de cette « perle rare », difficile à suivre le raisonnement. Comme disait ma grand mère : »il raisonne comme un tambour ». Plein d’avenir ce p’tit gars, il fera une belle carrière politique en remplaçant Bruno Lemaire.

  9. Le reste du pays est à l’avenant , les têtes sont pourries et le peu qu’il y a dedans idem.

Les commentaires sont fermés.