Rennes, une ville sous le contrôle des bandes immigrées

J’écrivais la semaine dernière sur RL : « Après Créteil, dans le Val-de-Marne, après Grenoble, en Isère, c’est Villeneuve-sur-Lot qui se mobilise à son tour contre l’insécurité grandissante… et demain ? »

Demain, c’est aujourd’hui la ville de Rennes (Ille-et-Vilaine) qui vient s’ajouter à cette liste déjà bien longue.

La violence monte d’un cran et la police s’alarme car, depuis le début de l’été, ces violences sont commises par des « mineurs non accompagnés » qui occupent les rues et les places les plus peuplées du centre-ville.

Ils forment des bandes importantes qui sillonnent la rue Leperdit, par exemple, près de la place Saint-Michel, et stationnent place de la République.

Les commerçants sont excédés : « Ils bloquent les passages, nous insultent et sont menaçants. C’est dur à vivre ».

Le commandant Yannick Trotoux, de la Direction départementale de la sécurité publique d’Ille-et-Vilaine, explique : « Déclarant être mineurs et originaires du Maroc, d’Algérie ou de Tunisie (bien qu’aucun document officiel ne vienne le prouver), ces voyous mobilisent énormément les effectifs de la police. L’arsenal juridique est impuissant dès qu’il s’agit de mineurs. Ils sont relâchés quelques heures après leur interpellation et on les retrouve aussitôt sur d’autres vols et agressions. Ils n’ont pas peur de nous et se montrent souvent très violents lors des interpellations ».

Il ne fait plus très bon vivre à Rennes, jusqu’au jour où un drame se produira !

Ermont (Val-d’Oise) – Sofiane S., âgé de 44 ans, déjà plusieurs fois condamné (il avait notamment blessé avec un couteau un commerçant du quartier des Chênes, il y a environ deux années et s’était retrouvé incarcéré dans la maison d’arrêt d’Osny) :

« C’est là qu’il se serait fait radicaliser par des djihadistes », explique le maire (LR) d’Ermont, Hugues Portelli, lui-même menacé par ce Sofiane qui, toujours selon le maire, « passe son temps à proférer des menaces ».

Depuis sa sortie de prison, Sofiane profère des propos faisant l’apologie de Daech.

L’hôpital d’Eaubonne indique que cet individu a bien été hospitalisé en psychiatrie, mais avant 2015.

Il aurait, paraît-il, des problèmes psychiatriques (cela ne vous rappelle-t-il rien de récent ?) selon le parquet de Pontoise et, en plus, serait toxicomane.

La question peut se poser : « Comment ce Sofiane peut-il se trouver aujourd’hui entièrement libre de ses mouvements, jusqu’au point de menacer à l’aide d’un couteau, vendredi, rue Claude Debussy, aux environs de midi, une femme tout en lui déclarant « qu’il allait  l’égorger comme hier à Trappes ! »

Terrorisée, cette pauvre femme s’est enfermée à double tour dans son appartement avant d’alerter la police.

Une équipe de la BAC (Brigade anti-criminalité) a réussi à interpeller Sofiane alors qu’il revenait en voiture d’Enghien-les-Bains. Il a été placé en garde à vue.

Sans doute va-t-on attendre qu’il passe à l’acte, comme à Trappes, pour que l’on puisse affirmer qu’il s’agit d’un « déséquilibré » et non pas d’un attentat terroriste revendiqué par Daech !

Paris (Bois de Boulogne) – Depuis 2013, une dizaine de prostituées ont été tuées dans ce bois de Boulogne, toujours lardées de plusieurs coups de couteau.

La plus récente en date, Vanessa Campos (Elias pour l’état-civil), une transsexuelle âgée de 36 ans, originaire du Pérou et arrivée à Paris depuis deux ans.

Elle a été assassinée dans la nuit du 16 au 17 août, près de la Porte de la Muette, dans le 16e arrondissement de la capitale.

Une dizaine d’individus armés de couteaux, de cutters, de bâtons et même d’une arme à feu, au moins, se sont acharnés sur Vanessa.

Elle a été retrouvée nue, avec une plaie sanglante à l’abdomen et achevée d’une balle tirée en plein thorax.

Il s’agirait d’une équipe de « roulottiers » qui mettent à sac le bois de Boulogne depuis quelques temps.

Ils forcent les voitures des clients, quand ils sont « très occupés » avec les prostituées.

Vanessa aurait tenté de défendre son client et cela lui a coûté la vie !

Manuel Gomez

image_pdfimage_print

31 Commentaires

  1. Rennes : tous les jours dans la presse locale, on lit les faits divers sanglants.
    Même les rues piétonnes près du Parlement de Bretagne ( palais de justice !) ne sont pas sûres du tout. Elles ne l’ont jamais été mais c’est pire.
    Quant à la poste centrale et ses alentours : vous avez un concentré représentatif de la population.
    Danger.

    • On dit qu’ en Bretagne il y a le moins de muzs heureusement mais quesque ça serait alors.

      • Il y a en peut-être moins mais ils ne sont pas du tout « canalisés » du fait de l’incompétence de ces maires socialos. A Nantes, la maire capitule contre une petite bande de migrants dont elle a refusé l’expulsion des lieux occupés et elle utilise tous les recours !!!!

  2. Ouais… ça vote quoi à Rennes ? depuis toujours, hein ?
    J’ai le souvenir de discussions à se taper dessus avec les membres de ma belle famille rennaise, ils revenaient constamment à la charge, j’étais le facho, l’affreux, l’innommable, de plus né en « piednoirdie », donc le colon, le « sueurdeburnous », etc… j’ai rompu définitivement avec eux !
    Je ne risque pas de les plaindre …

    • Moi pareil avec la belle famille de Bretagne, qu’ils aillent tous se faire foutre a voter socialo depuis des dizaines d’années, ils n’ont que ce qu’ils méritent.

      • Bravo,qu’ils en prennent plein la gueule, ces cons de bretons ,ils votent socialo, qu’ils paient !!

  3. Rennes est d’abord affligée d’un maire socialiste non repenti, Nathalie Appéré !

  4. Apparemment Clotilde Prouvot vit à Rennes; elle ne semble pas avoir la même appréciation que vous mais soumission et idéologie avant tout…Ni même la presse locale, c’est tout dire !

  5. donc même pas besoin d’infliger l’amende de 1500 € aux « michetons », les Manouches font le travail pour Mme Schiappa….on vit décidément une époque épatante (NON)

  6. que les gens qui élisent des incapables assument leurs choix!
    quant à ceux qui ne l’ont pas fait ils doivent malheureusement subir

  7. Voilà où mène le sociale marxisme ceci dit les bretons n ont que ce qui ils méritent la Bretagne votant à gauche ou pour la république E microcon.

  8. Merci les importateurs et militants immigrationnistes, remarquons que l’idéologie des sus nommés est celle du pape du mondialisme Marx, chez les patrons je ne connais que quelques abrutis incompétents à vouloir embaucher des bâtons merdeux égorgeurs et ceci au même tarif que les indigènes, législation gauchiste oblige

  9. Les lois sur la protection des mineurs faites à l’origine pour protéger des jeunes français en rupture de ban, sont maintenant « dévoyées » par les immigrationnistes avec l’appui tacite des politiques qui n’osent pas, par laxisme ou par démagogie, réétudier leur application.

  10. Un seul muz et son regroupement familial sont déjà un grand danger. Une dizaine et la criminalité est en augmentation, une centaine et vous n’êtes déjà plus chez vous. Je suis né en Algérie française, j’ai vécu avec eux et au milieu d’eux. Tant qu’ils avaient le bâton comme réponse à leur délinquance il était possible de les contenir. Mais dans notre régime de laisser-faire voire de protection de cette religion ils s’épanouissent comme le cancer.. Regardez comment se protègent les pays arabes

  11. il n’y a pas besoin de vivre à rennes depuis 40 ans pour ne pas voir ce qu’est devenue cette ville en 1 temps record !! Tous les ans quand je file voir mon fils je constate le pourrissement ultra rapide de cette ville . Et je m’y connais ! j’habite le sud . Il y a encore 10 ans je faisais visiter la Bretagne à des amis qui me disaient en choeur qu’ils se sentaient en sécurité contrairement au Sud. C’était vrai ! Cela ne l’est plus !

  12. Garde à vue ? et non Garde à Vous ? Libération, non incarcération ? Plus de prisons…
    Les mêmes et on recommence… Sans fin !
    Camps d’internements sous tente ou expulsion ! Au choix des intéressés.
    Et Merde pour la CEDH !

  13. Rennes, Nantes, Paris. Grenoble : les villes socialistes et assimilées subissent la délinquance sans vouloir la refouler. C’est l’idéologie de l’excuse : le prolétariat, ce sont les migrants. Si les français ne sont plus respectés dans leur propre pays, c’est qu’ils se font la guerre civile depuis 1789. Une majorité électorale peut se construire autour de promesses sociales et écologiques, de clientélisme auprès des musulmans, d’un supplément de dette, et de promesses de moralisation. ça marche.

  14. On se demande le pourquoi des gardes à vue. Simple : c’est parce que la police n’a pas le droit d’en faire plus sur ordre du gouvernement. Alors, à Rennes qomme dans les villes touchées, qu’ils démerdent ! Chez nous, on sait se défendre sans la police et ça, c’est radical (et discret).

  15. Les bretons n’étaient pas au courant de ce qui se passe en France. L’invasion c’était loin de chez eux et est-ce qu’on n’exagérait pas un peu comme ils disent à la BFM télé ? Depuis quelques années, il refont leur retard et se rendent compte de la crimino-réalité (un peu comme les suédois). Ca fait mal au cul la réalité n’est-ce pas bécassine ? (bignou) gnignigni plan plan boum boum gnigigni

  16. Rennes est la pire ville de bobos socialos. Ils ont ce qu’ils méritent.

  17. Il y aura toujours un juge racaille pour relaxer les musulmans assassins !!

  18. Manuel,
    Que peut-on dire encore sur les socialos? Ils nous ont pourri la FRANCE.
    J’ajoute que le maire de Rennes endosse l’écharpe tricolore à la mode lecture arabe. Mais ce n’est pas la seule : une brochette d’élus a entouré le pseudo président (65% de 48%, ce n’est pas la démocratie) à Borme avec autant d’ignorance et de bètise, mais discipliné.
    N’y a-t-il pas un mode d’emploi livré avec l’écharpe? Encore faut ils qu’ils sachent lire.
    Cordialement.

    • Je crois que vous faites erreur : le bleu vers le col pour les maires et l’écharpe de l’épaule droite au côté gauche.

Les commentaires sont fermés.