Repenser le métier de médecin

  MedecinBFM.jpg

 Repenser le métier de médecin.

   En Italie, l’équivalent de notre Ordre de médecins qui fut créé par le gouvernement de la collaboration avec Hitler et l’Allemagne nazie, voit son autorité très contestée.

   En effet, la lecture de « Il Gazzettino » nous apprend qu’une centaine de médecins contestataires ont décidé de quitter le Conseil de l’Ordre des médecins pour fonder une association de « médecins respectueux du serment d’Hippocrate » (tout est dit).

   La liberté d’expression médicale face à la dictature sanitaire étatique aux mains de Big Pharma.

   Originalité de cette nouvelle association médicale : « aucune limite ne sera imposée au droit d’expression de tous les médecins membres de cette association, mais leurs déclarations devront être filmées par eux-mêmes et elles engageront leur responsabilité individuelle ».

   Que cela fait parfois du bien d’espérer.

   C’est ce genre de nouvelle qui nous ravive l’espoir : et si l’Europe n’avait pas totalement sombré dans la dictature voulue par les milliardaires mondialistes, et s’il y avait de poches actives de résistance au IVe Reich qui s’est abattu sur l’Union européenne ?

   Après deux ans de coma, des pédiatres se réveillent, aux États-Unis.

   Il n’est jamais trop tard pour bien faire, dit-on ; sans doute, mais parfois le « bien-faire » ressemble à de la panique, une panique provoquée par des révélations qui mettent à jour l’innommable : des « médecins » censés protéger la vie et la santé de leurs contemporains se sont transformés en assassins à la seringue d’ARNm, et des comptes vont leur être demandés.

   Serait-ce le cas de ces pédiatres qui se réveillent à l’occasion du « GLOBAL COVID SUMMIT » (Sommet mondial du Covid, événement qui se tient aux États-Unis et qui regroupe les rares médecins, principalement américains, qui refusent d’empoisonner leurs patients avec les « va x ins » tueurs de Pfizer & Co.), peut-être, mais toujours est-il qu’une déclaration signée par une quinzaine de pédiatres a été faite à l’issue de ce sommet, et il faut saluer le courage des signataires :

   « Il n’y a jamais eu d’état d’urgence pour les nourrissons, les enfants et les adolescents concernant le « C19 ».

   « Nous affirmons (il s’agit des pédiatres participants à ce sommet) qu’il n’y a jamais eu d’état d’urgence pour les nourrissons, les enfants et les adolescents concernant le COVID-19, car leur immunité naturelle est robuste et leur risque de maladie grave ou de décès est minime. De plus, la plupart des enfants ont maintenant développé une immunité naturelle contre le SRAS-CoV-2. »

   « Les politiques de santé publique « C19 » inutiles et inefficaces ont eu des conséquences particulièrement désastreuses pour les enfants et les adolescents ».

   « Nous observons (ce sont toujours les pédiatres participants à ce sommet qui s’expriment) que les politiques de santé publique « C19 » inutiles et inefficaces ont eu des conséquences particulièrement désastreuses pour les enfants et les adolescents. Nous sommes alarmés par les changements récents dans les étapes de développement des enfants qui reflètent probablement ces conséquences. »

   « Les masques ne se sont jamais avérés efficaces pour arrêter la transmission du « C19 », mais se sont révélés nocifs pour le développement social et la santé mentale des enfants et des adolescents. »

   Voilà une confirmation de ce que nous affirmons depuis le début, et ces médecins pédiatres ajoutent :

   « Nous comprenons que les injections de « va x ins » anti-« C19 » ne sont pas des « va x ins » traditionnels. Il s’agit plutôt de thérapies génétiques expérimentales avec de nouveaux mécanismes d’action et des risques inconnus à court et à long terme. Ils n’ont jamais été administrés à l’homme à une échelle aussi massive et ne sont approuvés que dans le cadre d’une autorisation d’utilisation d’urgence (EUA).

   « Nous sommes unis dans notre fidélité à notre serment de « First, Do No Harm » (En premier, ne pas nuire). Les politiques de santé publique contre le « C19 » imposées à la société ont eu des conséquences désastreuses pour les enfants et les adolescents. Si vous vous interrogez sur ces politiques, le profil de risque par rapport aux avantages des injections génétiques des « va x ins » anti-« C19 » chez les enfants, ou si vous avez été témoin de blessures pédiatriques, y compris la mort, dues à leurs injections, vous n’êtes pas seul. Nous sommes avec vous. »

   Nous sommes en attente en France de telles déclarations de la part de « médecins » repentis et non pas seulement au sujet des enfants et des adolescents, mais au sujet de tout le monde, car ces « va x ins », sont des « va x ins » tueurs pour petits et grands, pour jeunes et vieux ».

   France : 105000 enfants « va xi nés » en dehors de tout cadre légal.

   Un scandale qui sera sans doute rapidement étouffé par les politiciens professionnels et les fonctionnaires de la santé publique en France, celui des injections des « va x ins » tueurs de Pfizer & Co. à des enfants de l’Assistance publique et alors même qu’aucune autorisation n’avait été délivrée pour « va xi ner » les enfants.

   Fin de la libre disposition de notre argent dans 10 ans : adieu liberté chérie.

   L’euro numérique (ne pas confondre les monnaies numériques avec les cryptomonnaies) qui permettra aux gouvernements et aux banques de décider de ce que nous pouvons faire de notre argent, au centime près, et sans moyen d’y échapper, c’est pour dans 10 ans selon Gérald Darmanin.

   Rappelons que si nous ne nous révoltons pas contre cette dictature politique et technocratique, nos comptes bancaires numériques seront associés à notre identité numérique générale, c’est-à-dire avec notre statut social et « va xi nal ».

Pierre Lefevre

Libre Consentement Éclairé

 

image_pdfimage_print

2 Commentaires

1 Rétrolien / Ping

  1. Repenser le métier de médecin | Espace détente, poésie, judaïsme et lutte contre la désinformation

Les commentaires sont fermés.