Et si des Européens demandaient pardon à d’autres Européens ?

Aujourd’hui, les sociétés occidentales semblent être paralysées par un très grave sentiment de culpabilité. Je pense qu’il est important de réfléchir dans quelle mesure celui-ci est-il justifié et comment nous pouvons nous en débarrasser.

Pour commencer, je ne dirais pas que nous sommes innocents. Tout être vivant veut vivre et sa volonté de vivre l’entraîne – presque inévitablement – à piétiner le vouloir-vivre d’autres. Peut-on reprocher aux chats qu’ils mangent des souris et des moineaux ?

Pour ce qui concerne les humains, il est peut-être aussi conforme à la loi de la nature que les plus doués, les plus aptes, cherchent à s’assurer les meilleures situations, à eux et à leurs enfants. Mais, bien sûr, ils peuvent le faire soit en écrasant complètement l’autre, soit ils peuvent le faire dans le cadre d’une coexistence qui s’avérera finalement bénéfique aux deux partenaires.

Je ne pense pas qu’il faudrait nier que la colonisation européenne dans les autres continents s’accompagnait de violences et d’exactions. D’un autre côté, Mme Mia Vossen, qui a publié son article sur notre serveur le 25 mai 2021, n’avait pas tort d’écrire : « À cause de la colonisation, la population africaine a été multipliée par quatre ».
Mme Vossen est Belge. On sait que la colonisation belge a été plus dure que la colonisation française. La France a vraiment beaucoup apporté aux Africains et ceux qui sont objectifs le reconnaissent. Les Français n’ont vraiment pas à se sentir coupables à l’égard de ceux qu’ils avaient colonisés.

Avant de vouloir défendre la France et l’Occident devant les envahisseurs venus de l’extérieur, il faut nous défendre de ceux qui subvertissent nos valeurs de l’intérieur. Ce sont des gens de gauche qui cherchent à nous culpabiliser. Ce sont avant tout eux qui sont responsables du fait que ceux qui veulent assurer notre survie ne peuvent pas constituer la majorité et gouverner.

Aujourd’hui, Éric Zemmour, que certains ne considèrent peut-être pas comme un véritable « Français de souche » est l’un des rares qui dit dans les médias que la France est maintenant en danger de mort. Les Français vraiment devraient se réveiller, enfin !

Je pense qu’il est important que chacun balaie d’abord devant sa propre porte. Pour ce qui me concerne, mon enfance et ma jeunesse ont été marquées avant tout par l’oppression communiste, plus exactement par le conflit entre le pouvoir marxiste et la foi catholique de mon père.
Dans Le Figaro du 26 mai 2021, je viens de lire avec beaucoup d’intérêt l’article « Le diocèse de Paris honore ses martyrs de la Commune ». On peut y lire qu’il y a 150 ans, le 26 mai 1871, 10 religieux furent fusillés, ensemble avec 39 autres otages, par les communards, athéistes militants et anticléricaux. L’article dit encore qu’en 1964, le pape Paul VI proposa d’unifier les causes de ces « martyrs de la Commune », considérés assassinés en « haine de la foi », mais que l’esprit de 1968 vint stopper ce projet.

On sait que le catholicisme a longtemps été la principale force de cohésion sociale partout où il était majoritaire. Mais dans les années soixante sont apparus les chrétiens de gauche qui collaboraient avec les marxistes en Amérique latine et en Afrique du Sud (avec notamment Desmond Tutu, par ailleurs un antisémite notoire) et avec les islamistes au Moyen-Orient. L’article du Figaro du 26 mai mentionné semble indiquer qu’en France, grâce à Dieu, les chrétiens de gauche ne dominent pas encore l’Église.

Ceux qui sont mes lecteurs réguliers savent que je me réclame et de mes ancêtres catholiques et de mes ancêtres juifs. C’est justement parce qu’à cause de mes origines personne ne peut m’accuser d’antisémitisme que je me sens appelé à condamner vigoureusement les marxistes d’ascendance juive, coupables de tant de mal. Ils ont nui à d’autres Juifs que les membres de la population majoritaire confondaient avec les marxistes. Ils ont nui surtout à ces autres peuples.

Dans mon précédant article, je mentionnais Bertrand Heilbronn qui m’inspire vraiment une antipathie très vive. À ceux qui me dirais que je le condamne seulement parce qu’il est contre l’État juif, je dirais que je suis également hostile à Georges Soros, ennemi de toute identité nationale qui encourage et subventionne l’immigration clandestine.

Ou à Daniel Cohn-Bendit. Bien sûr pour le rôle qu’il a joué ici en mai 1968. Mais plus encore je le trouvais odieux lorsqu’il disait à la télévision, à l’époque de la guerre de Yougoslavie en 1999, que cela ne suffisait pas de bombarder ce pays, qu’il fallait effectuer une invasion terrestre. Le député écologiste n’était nullement gêné du fait que les bombardements occidentaux avaient causé une immense pollution du Danube, il fallait en faire encore plus.
Je ne sais pas dans quelle mesure Cohn-Bendit connaît l’histoire. Sait-il que si les Yougoslaves n’avaient pas résisté aussi héroïquement à l’Allemagne nazie et à ses alliés en 1941, ceux-ci auraient pu lancer leur attaque de l’Union soviétique trois mois plus tôt et conquérir Moscou et Leningrad avant le début de l’hiver ? Dans ce cas, les parents de Daniel Cohn-Bendit auraient probablement été tués avant de pouvoir le faire naître.

Et le sait-elle, Mme Madeleine Albright qui dirigeait la diplomatie américaine de 1997 à 2001 et qui avait vécu, enfant, à Belgrade, où son père était l’ambassadeur de la Tchécoslovaquie avant 1948 ?
Et savent-ils que les Juifs qui étaient favorables au communisme par hostilité à l’égard du monde chrétien n’en ont pas été bien récompensés ? À la fin de sa vie, Staline voulait déporter l’ensemble des Juifs soviétiques au-delà de l’Oural. Là, on n’aurait même pas besoin de construire les chambres à gaz. Lorsqu’on se trouve à moins 20 ou 30 degrés C sans logement, on ne survit pas très longtemps. Par chance, Staline décéda juste à ce moment-là. Peut-être la Providence estimait qu’une Shoah était une punition suffisante, qu’une deuxième n’était pas nécessaire.
Et bien sûr, je pourrais allonger la liste des Juifs de gauche coupables. Mais je préfère penser aux « héros positifs ».

Il se fait que le 23 mai 2021 s’est terminé l’existence terrestre du père Michel Remaud. Il dirigeait l’institut Albert Decourtray d’études juives à Jérusalem. Il a été l’auteur de nombreux ouvrages, articles et conférences sur l’histoire des relations entre juifs et chrétiens, comme sur la vie des communautés chrétiennes aujourd’hui en Israël. Il a étudié l’exégèse rabbinique et ses liens avec le Nouveau Testament. En 2010 il a été lauréat du prix de l’Amitié judéo-chrétienne de France.

Il se fait qu’il quitta ce bas monde, âgé de 81 ans, le jour de la Pentecôte. C’est le jour que La Croix désignait comme l’anniversaire de la naissance de l’Église, tout en rappelant sa continuité avec la fête juive de Chavouot.

Puis-je dire à mes lecteurs qu’ils ne doivent pas penser que je suis si intéressé à la réconciliation judéo-chrétienne seulement pour des raisons personnelles, comme un enfant qui voudrait voir ses parents divorcés se réconcilier.
Je pense réellement que le judaïsme et le christianisme sont deux racines spirituelles et morales du monde occidental et que leur hostilité réciproque a causé beaucoup de mal et aux uns et aux autres. Michel Remaud a écrit que les nazis étaient hostiles à l’héritage judéo-chrétien qu’ils savaient incompatible avec leur volonté de domination universelle. Et il ajoutait qu’ils étaient assez intelligents et assez instruits pour savoir que s’attaquer aux églises chrétiennes, ça serait seulement quelque chose comme couper des branches. Détruire le peuple juif, ça serait vraiment couper la racine. Il se référait, sans doute, aux célèbres paroles de saint Paul de Rm 11,18.

J’ajouterais que l’héritage judéo-chrétien est incompatible non seulement avec le néopaganisme nazi, mais aussi avec le marxisme et avec l’islamisme qui aspirent également à la domination universelle. Les chrétiens croyants, de même que les juifs croyants, devraient en être bien conscients.

J’ajouterais encore que les nazis n’étaient pas seulement nazis. Ils étaient surtout Allemands. Éric Zemmour écrit dans son livre « Un quinquennat pour rien » (Albin Michel, 2016) qu’en un siècle, par trois fois, les Allemands ont contribué, de manière décisive, au suicide européen : 1914, 1939, 2015. Les deux premières dates indiquent le début des deux guerres mondiales. L’année 2015 est celle où Angela Merkel laissa une immense masse d’immigrés déferler sur notre continent.

Qu’est-ce qui l’a motivée à le faire ? Je dirais que beaucoup d’Européens se sentent coupables à la fois à l’égard des Juifs qu’ils avaient si longtemps maltraités et à l’égard des musulmans qu’ils avaient colonisés. Même l’Allemagne avait, avant la Première Guerre mondiale, un empire colonial (dont faisait partie aussi Rwanda, où le Président Macron est maintenant allé s’excuser pour des fautes que la France n’a jamais pu commettre, le pays ayant été après 1918 sous un mandat belge et depuis 1962 indépendant, donc sous l’entière responsabilité des Africains eux-mêmes).

En soutenant maintenant les musulmans, les Européens se libèrent de ce sentiment de culpabilité. Aussi bien à l’égard des musulmans, puisqu’ils les laissent venir chez eux, qu’à l’égard des juifs. Pourquoi devraient-ils se sentir coupables à l’égard des juifs, puisque leurs amis musulmans leur expliquent que ceux-ci sont mauvais, que la Shoah n’a jamais eu lieu (comme l’écrivait Mahmoud Abbas dans sa thèse à Moscou), que les nouveaux nazis, ce sont les juifs israéliens ?

Dans le temps, j’ai écrit à Prague, lorsque Angela Merkel avait vigoureusement condamné l’expulsion des Allemands de la Tchécoslovaquie en 1945- 1946, qu’elle devait savoir qu’avec leur faible natalité, ils ne peuvent pas espérer récupérer ces terres perdues. Mais lorsque les Allemandes se marieront avec les musulmans qui leur feront de nombreux enfants, ces derniers pourront aspirer à conquérir un nouvel « espace vital ».

On sait qu’à la fin de sa vie, Hitler regrettait de ne pas s’être complètement allié avec les musulmans, comme tant d’entre eux le lui proposaient. Il ne l’a pas fait pour ne pas mécontenter Mussolini, Pétain, Franco, qui avaient toujours leurs empires coloniaux. Mais ces hommes ne lui étaient pas d’un très grand secours. Allié avec les musulmans, il aurait pu gagner la guerre.

Je rappelais aussi qu’Angela Merkel, fille d’un pasteur luthérien qui était volontairement parti de l’Ouest en Est à l’époque, où tant d’Allemands fuyaient dans l’autre sens, était resté fidèle à l’État situé derrière le mur de Berlin jusqu’à sa fin en 1990.

Je rappelais aussi que les néo-marxistes actuels dans le Parlement européen sont dirigés par des Allemands, en premier lieu par un fils d’un ancien ministre de la soi-disant République démocratique allemande. Et que les dirigeants de celle-ci étaient, en 1968, encore plus zélés que Brejnev pour envahir la Tchécoslovaquie et mettre fin à son « socialisme à visage humain ».

Pour finir, je dirais que si les Européens ont fait du mal aux populations des autres continents, ils se sont surtout fait beaucoup de mal les uns aux autres.
Hitler ne voulait pas que l’Allemagne récupérât ses anciennes colonies en Afrique, en Asie et en Océanie. Il voulait se bâtir un nouvel empire colonial, bien plus rentable, en Europe de l’Est et faire des Slaves ses nouveaux nègres.

Récemment, trois États membres de l’Union européenne ont dépêché leurs ministres des Affaires étrangères soutenir l’État juif, bombardé par le Hamas : la République Tchèque, l’Allemagne et la Slovaquie.
Pour ce qui concerne le premier, je crois qu’il a agi par une sympathie sincère. Son président Miloš Zeman avait bien dit qu’entre les deux guerres mondiales, la Tchécoslovaquie était un îlot de la démocratie, entouré d’États autoritaires. Israël est dans une situation similaire, cela crée des affinités.
Les dirigeants allemands pouvaient penser qu’ils devaient défendre les Israéliens menacés, dont beaucoup descendent d’anciens citoyens allemands.

Pour ce qui concerne la Slovaquie, elle existait déjà entre 1939 et 1945 comme un État indépendant, allié de l’Allemagne. Elle avait pour chef d’État Mgr Joseph Tiso (1887-1947), un prêtre catholique. Lorsque les Allemands lui ont demandé de leur livrer les Juifs slovaques, il a accepté. Mais sur les insistances du représentant diplomatique du Vatican, il a interrompu ces déportations.

En 1945, il s’est réfugié en Autriche. Mais les Américains l’ont livré aux Tchécoslovaques. Il a été condamné à mort encore avant le coup d’État communiste de février 1948, cependant que Mgr Jan Šrámek, représentant du parti démocrate chrétien, était encore le Vice-Premier ministre. Le président de la République, à l’époque encore Edvard Beneš, un bon démocrate bourgeois, avant les accords de Munich un grand ami et allié de la France, a refusé sa demande de grâce.

Ce sont peut-être ces fautes-là que nous devrions nous efforcer de réparer, avant de chercher à réparer celles que nous aurions commises à l’égard de « nos anciens administrés » africains ou maghrébins.

Martin Janecek

image_pdf
0
0

19 Commentaires

  1. Bonne nouvelle : les Norvégiens, ls Suédois, les Danois, les Islandais ont décidé, afin d’être dans l’air du temps, de demander pardon à la France pour leurs invasions vikings des IX° et X° siècles : ils nous dédommagerons avec des bons d’achat IKEA…

    • Cela fait un moment que j’y pensais, je suis heureuse d’apprendre qu’ils s’y soient enfin décidés 😁😉

  2. Demandez pardon à la Croatie aussi que vous insultez toujours de nazis sans rien connaître de la complexité de notre histoire.

  3. ma grand tante a été esclave dans un camp nazi pendant deux ans avant de mourir
    mes aieux ont été esclaves (serfs disait on) de leur seigneur pendant des centaines d’années
    etc.

    • Serfs dites-vous ? La majorité des français de la période que vous évoquez l’ont été également.

  4. Depuis plus de 40 ans, Jean-Marie Le Pen avait prédit ce qui se passerait si l’immigration n’était pas endiguée.
    Mais dès qu’il ouvrait la bouche, des Juifs médiatisés lui tombaient dessus avec des procès à la clé pour le réduire au silence.
    Personne n’a été aussi diabolisé que lui, et surtout par des Juifs.
    Ces mêmes Juifs ont moins tendance à diaboliser les patriotes depuis que leurs protégés musulmans jettent des Juifs par la fenêtre (Madame Halimi), ou les rouent de coups (Madame Knoll) ou les torturent à mort (Ilan Halimi) ou exécutent des écoliers Juifs (Mérah à Toulouse).
    Bon réveil, les amis ! Et surtout, bon courage pour la suite.

    • ah si jmlp n’avait pas préféré faire de « bons mots » ou un déni par omission , peut être aurait il été écouté! qu’un féru d’histoire ait agi ainsi prouve qu’il voulait plus faire le « buzz » que de prendre le pouvoir

      • Il y a des dénis honteux et qui rejaillissent sur tout un pays.

        • et si les allemands demandaient pardon a la france pour toute ses guerres et ses millions de morts de jeunes francais,les allemands avec l’europe,sans faire de guerre,a pris le pouvoir et l’allemagne dirige cette europe totalitaire,MERCKEL impose sa loi a l’europe et elle fait ce qu’elle veut,elle est pas belle l’amitie franco allemande

        • JMLP n’a rien nié, il n’a dit que la vérité, à savoir que l’holocauste de la seconde guerre mondiale n’a pas touché que des Juifs, et qu’il s’agit d’un détail de l’histoire (non pas de l’histoire des Juifs, bien entendu, mais de l’histoire humaine).
          Si l’on devait comparer, par exemple, avec le génocide des Hindous, qui a fait dans les 80 millions de morts, on constaterait que le génocide de la seconde guerre mondiale n’est pas le seul crime contre l’humanité, loin de là.

          • Exact ! La dernière guerre mondiale c’est l’extermination de 20 millions de russes, 10 millions de chrétiens, 6 millions de juifs, 1900 prêtres catholiques, des homos, des tsiganes… qui furent assassinés, violés, brûlés, torturés, morts de faim. Les allemands sont des éternels revanchards prêts à tout pour leur hégémonie. Sauf grave erreur de ma part il n’y a pas eu de véritable chambre à gaz dans l’hexagone. Peut-être Struthof…

      • En effet, son côté provocant n’était pas compatible avec une carrière diplomatique.

    • Ils ont diabolisé JMLP et la France :
      Attali, Aalin Minc, BHL, Marek Halter, Julien Dray, Strauss Khan, Enrico Macias, Gérard Darmon, les Benguigui, Anne Sinclair, Hanin-Lévy le FLN, Assouline le sénateur, Rian Cypel l’ex sénateur, Esther Benbassa, Le Crif qui refuse toujours tout contact avec le parti frontiste, Jean-François Kahn, Jean Daniel (Ben Saïd), à Yvan Levaï, à Elkabbach, Kourchner, Lang, Weber, Cohn-Bendit, Krivine, Geismar, Finkielkraut, Glucksman, Jakubowitz, Hanouna, Castaldi, Georges Soros, Roro le banquier etc etc. Une catégorie de juifs qui ont pris la parole et le pouvoir des médias en France ont fait beaucoup trop de mal à la France..Pas tous heureusement je crois même qu’ils sont minoritaires  » Père pardonne-leur: ils ne savent pas ce qu’ils font » Jésus sur la Croix !

  5. « Éric Zemmour est l’un des rares qui dit que la France est en danger de mort.
    Les Français devraient se réveiller ! »

    Il me semble que ce sont vos coreligionnaires qui, depuis plus de 40 ans, culpabilisent les Français de culture chrétienne, en s’alliant à des Afro-musulmans pour museler les patriotes via des associations (LICRA, SOS Racisme, LDH..) financées avec les impôts des Français.
    Donc si j’étais vous, je commencerais par balayer devant ma porte, au lieu de donner des leçons aux Français depuis Israël ou la République tchèque.
    Où étiez-vous il y a 40 ans, quand des Juifs puissants et médiatisés inondaient la France d’envahisseurs musulmans ?
    Et si Zemmour est le seul à pouvoir, bien tardivement, dire la vérité sur l’état de la France, c’est bien parce-qu’il est Juif.

    • Ne tirez pas sur l’ambulance ! Martin Janecek vient d’écrire que nombre de ses coreligionnaires ont mal agi en Europe, c’est suffisamment rare pour en signaler le mérite. Les abbés Lehmann, juifs convertis et devenus prêtres au XIXème siècle, ont également écrit sur le sujet de la co-existence juive et chrétienne.

      • Merci, je déteste ces gens qui n’ont rien fait de positif pour la France..qui ne savent même pas lire correctement un article..et qui se permettent d’insulter l’auteur de ce magnifique réquisitoire pour les peuples européens, sans oublier la part de culpabilité de leurs ancêtres..nous pourrions en prendre de la graine..

        • Que c’est facile de tromper les naïfs avec de la Résistance aussi frelatée que tardive…

      • Je ne tire pas sur l’ambulance, je tire sur les résistants de la 25ème heure, et je constate qu’il y en a beaucoup chez les Juifs.
        Ils croient qu’en s’alarmant 40 ans trop tard des méfaits de leurs coreligionnaires, ils vont avoir un profil de résistants ?
        Pourquoi nous prendre pour des imbéciles ?
        Ensuite, les abbés juifs convertis au christianisme dont vous parlez ne se sont convertis que pour tromper les chrétiens, car s’ils étaient sincères, ils auraient parlé des multiples occurrences dans lesquelles des Juifs se sont ligués avec des non-Juifs (notamment musulmans) pour exterminer ou asservir des chrétiens.
        Si vous voulez des exemples, je vous en donne volontiers.

Les commentaires sont fermés.