Repentance Zéro

Publié le 25 avril 2011 - par - 942 vues
Share

Les grands problèmes contemporains financiarisation, mondialisation, immigration, islamisation sous-tendent une même vision de l’Europe coupable. Devoir expier certaines périodes de notre histoire, permet à certains systèmes idéologiques de nous imposer leurs lois. L’idéologie de la mondialisation et son refus de l’Etat ne nous rappelle t’elle pas à intervalles réguliers que la puissance de l’Etat fut responsable par le protectionnisme et par les moyens de coercition des horreurs du dernier conflit mondial.

L’idéologie immigrationniste et pro-islamique n’utilisent-elles pas ad nauseam les souvenirs de la colonisation de la shoa pour nous rappeler que la culture européenne est coupable et qu’elle sera régénérée par l’immigration et l’islam comme par un acte de contrition.

Deux ouvrages viennent nous rappeler que le cosmopolitisme ne peut s’entendre que si on pause l’enracinement comme un préalable nécessaire. Deux très grands esprits nous rappellent, Françoise Bonardel et Jean-François Mattéi, à travers les notions d’enracinement ou d’universel que ce que nous pouvons donner de meilleur au monde c’est nous-même comme disait Claudel.

En étudiant la haine de soi qui provoque l’anomie de la volonté, ils posent des jallons pour repenser l’européanité et ainsi redécouvrir les voix d’un avenir aujourd’hui incertain.

Pierre Yves Rougeyron

Françoise Bonardel, Des héritiers sans passé. Essai sur la crise de l’identité culturelle européenne, La Transparence, Chatou, 2010.

Jean-François Mattéi, Le procès de l’Europe, PUF, 2011

PS : Pour les parisiens nous vous invitons à une signature d’ouvrage avec Jean-François Mattéi qui aura lieu au Carré parisien, le 30 avril 14H.

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.