Réponse à Bat Ye’Or : les Romains ont préféré la laïcité au judaïsme et au christianisme

Bat Ye’Or, dans sa réponse à Pascal Hilout, fait un sort aux païens qui me semble rapide et erroné quand elle affirme

« Je ne partage pas la vision idyllique de Hilout sur les civilisations païennes et polythéistes. Certes ces peuples nous laissèrent d’admirables chefs-d’œuvre mais ils étaient eux-mêmes assujettis à des religions et des rites barbares fondés sur l’esclavage, le mépris de la vie humaine, les sacrifices humains, l’immersion collective dans des cuves de sang, le massacre des enfants, etc. César ne tolérait pas le refus de son origine divine et le manifestait par les piquets qui hérissaient la Judée où agonisaient, crucifiés, des milliers de juifs rebelles ainsi que par les massacres des chrétiens livrés aux bêtes féroces des jeux du cirque ».

D’abord, massacre des enfants et immersion collective dans des cuves de sang n’ont jamais eu droit de cité ni dans l’Antiquité grecque ni dans l’Antiquité romaine, qui n’utilisaient la religion que comme cadre de la vie sociale ;  les dieux étant supposés préférer certains jours pour les élections, pour les campagnes guerrières, demandant à être consultés ( par les auspices, ou observation du vol des oiseaux) pour le choix d’un roi… Bref rien que de très anodin, les Dieux étant les garants du vivre ensemble et de la vie en société. Liberté de conscience absolue. Liberté d’expression absolue. Que chacun, en son âme et conscience, croie ou pas en ces Dieux n’intéressait personne, la seule chose qui comptait était que par quelques rites, quelques cérémonies, on assurait la cohésion de la nation, l’attachement à la patrie voulue par un héros fondateur et quelques divinités et la nécessité du bien commun avant le bien de l’individu.

Dans ce contexte, les Romains ont été le peuple le plus tolérant et le plus ouvert de la terre vis-à vis de toutes les autres religions   de la terre, qu’ils ont laissé s’installer chez eux, des autres Dieux qu’ils ont adoptés en favorisant les syncrétismes entre Dieux ou entre religions, faisant par exemple du Toutatis Gaulois l’équivalent du Mercure Romain…

Or, au milieu de cette liberté absolue de culte, de religion, de conscience, voilà que juifs et chrétiens, au sein de l’Empire, donc soumis au système politique de l’Empire,  refusent   le SYSTÈME POLITIQUE romain, un « princeps » (le premier des citoyens) qui règne avec le Sénat. Ce « César, surnommé Imperator (général en chef puis empereur), pour ancrer la patrie dans une  continuité, est relié à l’ancêtre fondateur, le troyen  Enée, fils  de Vénus, celle qui donne la victoire à la guerre (« Vénus victrix » était le mot d’ordre de Jules César, descendant du mythique Énée, et lui-même ancêtre d’Auguste, le premier empereur).

Si les juifs et les chrétiens refusent ce qui est la norme à Rome, la divinisation de l’empereur, au nom de leur croyance religieuse, ils font du communautarisme, ils refusent la loi du plus grand nombre au nom de leurs intérêts particuliers et ils mettent donc en danger Rome et son système. Ils doivent donc être punis, voire exterminés, d’où les quelques crucifixions, les quelques jeux du cirque où les chrétiens seront sacrifiés, mais bien moins nombreux que ce que l’histoire et la tradition voudrait nous le faire croire !

C’est parce qu’ils n’ont pas respecté la loi de leur pays en voulant imposer leur croyance religieuse (il n’y a qu’un Dieu… ) que juifs et chrétiens sont morts. C’est parce qu’ils ont fini par l’emporter que l’islam est né des décombres de ces deux religions du Livre. C’est parce que le système romain, protecteur de toutes les religions mais ne reconnaissant que l’intérêt de la patrie, de l’empire romain, est moribond que nous luttons, aujourd’hui, contre le totalitarisme musulman.

Alors je ne peux donner raison à Bat Ye’Or sur ce point, même si j’ai une immense admiration pour son œuvre.

Christine Tasin

Résistance républicaine

 

 

image_pdf
0
0