Réponse à ceux qui ironisent sur NDA, suite à son procès

Publié le 8 avril 2018 - par - 22 commentaires - 1 402 vues
Share

Deux articles d’hier parlent de Nicolas Dupont-Aignan et du procès qui lui est fait ; les deux ont un ton narquois, un peu satisfait de l’épreuve nouvelle infligée à l’homme politique, avec un fond de méchanceté de cour d’école : « on vous l’avait bien dit ! ».

L’un est une lettre ouverte adressée à Nicolas Dupont-Aignan où le châtelain du Gers semble vouloir régler un différend  ancien, espérons que ce vilain excès de rancœur soit un solde de tout compte ; la mitraille vient d’en face, nourrie et mortelle, elle suffit largement à nos défaites ! Renaud Camus écrit remarquablement bien, c’est presque criminel de laisser un tel talent au cartel de l’esthétique droitière anarchiste, exprimée par un ordinaire misanthrope et hautain. Notre langue Française a besoin de la sienne, le débat intellectuel se hausserait de ses mots moins rares, Renaud Camus doit disséquer le corpus de nos ennemis et amplifier le nôtre, mais la politique ne gagne rien à sa présence.

NDA est énarque, et c’est là son principal défaut ; il aurait dû choisir Normal Sup, car il est un homme sensible, comme Sarkozy, en moins dur mais plus rigide moralement ; bref sa carapace est construite et c’est l’homme qui est atteint par l’injustice avant le politique.

« Le jugement n’intervient pas d’un coup ; c’est la procédure qui insensiblement devient jugement. » observait Franz Kafka ; qu’importe le verdict, la convocation fut déjà une condamnation tant cette fameuse 17e chambre est l’anti-chambre de l’arbitraire. Pour ceux que cela intéresse les audiences sont publiques, et, en principe il ne devrait y avoir aucune restriction à ce précepte fondamental de notre droit. Dans le monde réel, lorsque les débats pourraient faire apparaître des évidences dérangeantes, donner à entendre des propos déviationnistes, la salle devient tout à coup exiguë, parfois même, ai-je ouï dire, les conditions d’une justice sereine ne sont pas réunies, et, devant le risque de troubles manifestes à l’ordre public, le public justement, est convié à s’ordonner dehors, la salle étant occupée par, par … on ne sait qui, mais surement des gens bien sous tous rapports. Petit renseignement pratique, depuis une vingtaine d’années, déjà, comme le temps passe vite en prison, le tribunal a changé d’adresse et se trouve 2, Ulitsa Bol’shaya Dmitrovka (Москва, 2 ул. Большая Дмитровка).

Mais mon propos n’est pas de vous faire voyager dans la capitale du dictateur Poutine, mais d’évoquer avec vous la Justice, avec un grand « J » ; majuscule quelque peu abusive ces temps-ci. Etant d’humeur gaillarde je m’amuserai à citer une parcelle du Diable remontée des enfers, Jean Bricmont :  « Là où l’arbitraire règne, la justice est absente et, là où elle est absente, pousse le ressentiment conséquence entièrement prévisible lorsque l’on criminalise des pensées et non des actions. » (La République des censeurs)

Les éléments de cette phrase sont commutatifs, en effet il est possible de dire « là où l’on criminalise des pensées et non des actions, pousse le ressentiment de l’absence de justice, là où la justice est absente l’arbitraire règne ».

De multiples voix ces temps-ci évoquent la poussée totalitaire de notre médiacratie, celle de Christian Vanneste (http://www.bvoltaire.fr/trancher-noeud-gordien-a-legard-de-limmigration/) établit  nettement, que, contrairement aux fables du Premier ministre, aujourd’hui en France, on tente d’interdire les idées et non pas les comportements illégaux qu’elles pourraient entraîner.

On suppute déjà l’étape d’après ; le glissement juridique de l’incitation, passant d’un état « punissable si le crime est commis » à « punissable en l’état » on arrive bientôt dans l’application à un délit d’intention… c’est fou d’un point de vue du droit et inquiétant socialement.

Le fond de tout cela c’est que la Loi ne devrait rien interdire de dire ou d’écrire ; les textes sur la diffamation et l’injure suffisent à régler les problèmes d’actualité. Et même je suis pour étendre l’immunité parlementaire à tout contributeur politique, dans toutes circonstances ou lieux ; la régulation se ferait d’elle-même. Dans ces temps de complotisme imbécile, d’Internet démultiplicateur des fantasmes paranoïaques  – Linky étant l’exemple prototypal – ce qui ne peux être exprimé dans la lumière se faufile dans l’occulte prenant un vernis de résistance. L’inconvénient, à part celui majeur de restreindre les débats au voulu des pouvoirs en place, est d’entacher les causes justes au contact des élucubrations. C’est le procédé utilisé contre la notion du Grand Remplacement.

La peur est immense pour le système mondialiste post-démocratique d’un réveil des peuples, d’une sortie de la léthargie consumériste, le tout avant que l’irréversibilité du meurtre de la civilisation européenne ne soit atteinte.

Comme l’écrit  avec justesse Renaud Camus à propos de la comparution de Dupont-Aignan « votre procès pourrait bien, par l’imprudence d’un procureur ou de juges trop zélés, percer accidentellement le décor, réveiller les figurants hébétés, révéler le caractère de théâtre ou de télé-réalité de cette France imaginaire où nous vivons, cette France en fait livrée, trahie, remplacée, cette France du fallacieux vivre ensemble, où entre ensemble et vivre il faut choisir ».

Durant une décennie la stratégie du président de Debout La France a été de proposer la modération de ses propos, de son attitude générale, à ceux que les outrances verbales ou les vérités trop crues inquiétaient, son pari, jusqu’à présent perdu, était de pouvoir ainsi attirer vers le souverainisme toute la partie de la nation de droite atterrée par les ravages sociétaux, sidérée par le dépeçage de la richesse nationale, angoissée par l’immigration qu’elle n’osait pas qualifier de musulmane. Posture politique mais soutenue par une éducation familiale et scolaire qui l’empêcha longtemps de connaitre la vérité de la pensée islamique et son articulation impossible avec une vision obsolète de l’assimilation républicaine.

L’évocation d’un souvenir personnel ne dérangera pas, aujourd’hui, Nicolas Dupont-Aignan ;  il y a six ans nous revenions ensemble de la cérémonie aux soldats assassinés par M. Merah, l’émotion était vive, visiblement ému Nicolas Sarkozy avait su trouver les mots simples et évocateurs, très loin du théâtre ampoulé d’Emmanuel Macron aux Invalides. Nous roulions, je conduisais silencieux, puis, pour libérer la tension, Damien Lempereur a lancé « si nous parlions de l’islam », il savait que j’étais depuis la création du mouvement, le vilain canard islamo-critique ! A mes remarques offensives NDA répondait par les arguments différentialistes,  pour lui, imprégné de religiosité chrétienne, l’anti-islamisme, ne pouvait découler que d’un parti pris athéo-laïcard, ou un racisme primaire. A chaque contradiction, à chaque kilomètre, j’assénais un exemple historique, le calme candidat s’énervait un peu. Un journaliste radiophonique l’appela au téléphone et il répondit en direct les banalités d’usages… 99 % de nos compatriotes musulmans… ce n’est pas cela l’islam… Il raccrocha, le silence dura une minute ou deux puis il lâcha : « si ce que tu dis est vrai nous allons vers la guerre civile » ; « non Nicolas, une guerre intérieure ; une guerre civile c’est entre personnes de la même nation » ; il n’avait pas encore tout compris.

L’ensemble des déclarations que Nicolas Dupont-Aignan a fait après l’attentat de Trèbes montrent qu’aujourd’hui sa pensée a basculé du coté de la vérité, il perçoit enfin le tragique de l’état identitaire de la France. Le tweet qu’on lui reproche n’est pas anecdotique, mais bien l’expression de son désarroi.

Toute la grande coterie politico-médiatique cherche, depuis son soutien à Marine Le Pen, à faire tomber NDA, elle a pensé d’abord qu’il ne serait pas réélu, loupé ! Puis regardant sa propre image elle fut convaincue de trouver quelques turpitudes vénales ou sexuelles, mais l’homme est intègre, cela surprend dans ce monde ! N’ayant pu inventer de casseroles elle s’est mise à l’affût d’une cause juridique ; fébrile elle s’est ruée sur une petite déclaration de bon sens démographique.

En droit on ne voit pas comment l’affaire pourrait prospérer, mais, cela nous ramène au début de ce texte, le droit est absent de ce procès ; certain de sa vérité et conscient de sa position dominante le procureur n’en fait pas mystère, il s’agit de punir les déviants.

Aux tacherons du ministère de la Vérité qui me liront j’exprime toute ma compassion, non pour les marques de la laisse, Monsieur De La Fontaine l’a écrit mieux que je ne saurais le faire, mais pour le douloureux pensum que doit représenter la lecture chaque matin de Riposte Laïque, alors messi-eurs-sses je vous invite à répéter à vos maîtres cette maxime de Montesquieu dans les Lettres Persanes : « Les mœurs font toujours de meilleurs citoyens que les lois. »

Gérard Couvert

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Anton

NIcolas DA peut être plaint mais il est difficile d’oublier ses prises de position lors des campagnes électorales des années passées où il a fait perdre quantité de voix au FN au premier tour(rappel: 1% c’est 400 000 voix) et sans annoncer de report des siennes au second vers ce même FN tout en lui pompant plein d’idées pour sa formation, comme l’ont fait les Sarkösy, Fillon ou Vauquiez aujourd’hui. Alors peut-on avoir confiance en lui à présent ? Il y a de quoi se méfier.

Gérard Couvert

Erreurs habituelles : 1/ c’est le FN nouvelle manière, qui à copier le programme de NDA, il suffit par exemple de se reporter aux programmes respectifs des présidentielles de 2007. 2/ en politique les voix ne s’additionnent pas, et puis il y a des sensibilités qui ont le droit et le besoin de s’exprimer.

reuri

Même s’il y a des avis différents de N Dupont-Aignan, le traitre ce n’est pas lui.
Les traîtres ce sont ces crapules des associations subventionnées, ces mêmes fumiers systématiquement contre les français qui en ont marre du tchernobyl islamique :
http://www.fdesouche.com/984789-la-licra-lors-du-proces-de-nicolas-dupont-aignan-peu-importe-sil-dit-la-verite-ce-nest-pas-une-defense-valable

Hellène

Votre ami le compteur Linky vient ici comme un cheveu sur la soupe.

2 + 2 = 5

La LICRA lors du procès de Nicolas Dupont-Aignan : «PEU IMPORTE S’IL DIT LA VÉRITÉ, ce n’est pas une défense valable !»
http://www.fdesouche.com/984789-la-licra-lors-du-proces-de-nicolas-dupont-aignan-peu-importe-sil-dit-la-verite-ce-nest-pas-une-defense-valable

angora

oui le scoop du jour on le doit à lili cracra. on croyait avoir touché le fond , mais non! on descend toujours.

Tabalo

QUEL DROIT, OU EST-IL PASSE LE DROIT?
LES FRANCAIS AURAIENT-ILS ENCORE DES DROITS? J’AI L’IMPRESSION QU’ILS ONT SURTOUT EUX DES DEVOIRS!

dufaitrez

Dans ce texte de haute qualité, je retiens « Le Droit est absent au Procès » !
La Justice, notamment la 17°, juge des idées, des pensées, non des faits !
Justice politique et non juridique.
Mao et Staline ne sont pas loin…
NDA est intelligent, mais son Marketing est nul.

Gérard Couvert

Merci.

Allonzenfan

NDA est un mou et il le restera jusqu’à preuve du contraire. Cette épreuve ne peut que lui faire le plus grand bien…

Gérard Couvert

Un mou qui ne varie pas depuis 11 ans, qui refuse un ministère pour rester fidèle, qui fait des risettes aux « journalistes » alors que ceux-ci l’inondent de mépris et parviens seul à 5% …

Regis3156

Cet homme ne devrais pas rester seul . Des gens comme Marion MARÉCHAL,CASSEN, TASIN,CAMUS,MÉNARD,ZEMMOUR,COLLARD et beaucoup d autre devraient le rejoindre. Car tout seul il ne pèse rien ou presque . Les gens censés ont compris que le FN ne passera jamais .la question qui se pose malgré tout , même si ce rassemblement avait lieu, n est ce pas déjà trop tard ? perso, je pense que oui , il ne fallait pas manquer 2017 .

patito

c’est bien vrai car MLP bloque les patriotes en se trouvant marquée à jamais du sceau de l’infamie de part son patronyme . Si elle aimait vraiment la france , elle devrait se retirer du devant de la scène et laisser un NDA plus présentable qu’elle représenter des millions de citoyens .

Josyane

Cher Gérard, je pense que NDA a en effet évolué sur l’islam et c’est une bonne chose.

patphil

la presse est aux ordres, la « justice » l’est aussi, preuve en est que les légionnaires qui ont secouru une jeune fille dans le métro sont mis en examen alors que le voleur est libre comme l’air

angora

et on porte aux nues ceux qui se laissent égorger ou ne se défendent pas comme ce policier qui ne s’est pas servi de son arme quand ses collègues se faisaint cramer.(à la limite c’est une faute lourde).
en revanche ceux qui se défendent ou en féfendent d’autres sont poursuivis.
TOUT CELA EST VOULU PAR LES TRAITRES!!!!

PANDRE

On est pas loin de battre la Corée du Nord en matière de liberté d’expression!

HARGOTT

Et encore, c’est une litote!

Sylvie Danas

Très bon article, et fort bien écrit @Gérard. Quel dommage que vous éprouviez le besoin d’y dénigrer un Renaud Camus qui fait partie de nos alliés objectifs !

Gérard Couvert

Concernant Renaud Camus je regrette juste qu’il se mêle de tambouille politique ; c’est un intellectuel et son écriture est souvent délectable, voilà son rôle, c’est comme cela qu’il est le plus utile au combat national. Développer un parti politique, le faire vivre, réussir à être invité dans les médias est un métier compliqué où il faut parfois avaler des couleuvres, NDA fait cela correctement, Renaud Camus non.

BobbyFR94

Gérard, Renaud CAMUS tente d’aider à alerter, à réveiller nos concitoyens, comme tu le tentes aussi…Comme TOUS les contributeurs à ce site, à d’autres…

A mon sens, peu importe la voie choisie, l’heure est plus que jamais à l’union…

De mon point de vue, de toute manière, seul un MEGA-ATTENTAT ou une vague d’attentats dans un laps de temps très très court provoquera, soit le ou les « morts de trop », soit une réaction générale de la population, avec, comme résultat, le moment où le peuple va se lever contre ses TRAÎTRES de politiques et contre l’ennemi NAZISLAMISTE !!!

Esprit Critique

Si je ne me trompe pas . Quand une Plainte pour « Invasion migratoire » arrive auprès des juges et du « Parquet », ceux-ci décident s’ils jugent qu’il y a dans les éléments de la plainte matière a « Poursuivre ».
Pour moi ceux qui considèrent que deux mots qui décrivent parfaitement la réalité, constituent un délit son de parfaites salopes.