Réponse à des catholiques qui ne supportent pas la vérité historique

Publié le 7 février 2011 - par

Mes deux derniers articles sur la commémoration de la décapitation de Louis XVI , mon soutien à Jean-Luc MELENCHON, sur le caractère indu du catholicisme comme religion de tolérance, de paix et d’amour, m’ont valu des courriers d’approbation aussi bien par l’intermédiaire de RL que directement pour ceux qui me connaissent. Ce qui en ressort c’est un véritable cri du coeur : nous désespérions de voir RL phagocytée par des chrétiens attirés par le combat anti-islamique mais absolument pas par les valeurs laïques, et la plupart m’ont dit plus ou moins que si RL continuait dans cette stratégie de donner la parole systématiquement à une majorité de lecteurs ayant ce genre d’opinions, ils envisageraient de se désabonner de RL; je tiens à la disposition du comité de rédaction de RL les réactions de ceux qui ne sont pas passés par le comité de rédaction. Si RL a la vocation de laisser s’exprimer dans les articles la plus large liberté d ‘expression, ce que personne parmi mes amis ne conteste, le comité de rédaction de RL doit quand même s’interroger sur ce qui paraît etre bien une OPA de groupes catholiques anti laïques dans ses colonnes, attirés uniquement par le combat anti-islamique.

Ceci dit, les réponses faussement indignées de ces catholiques méritent réponses car ils se targuent de vérités historiques qui n’en sont pas.
Je mets à part le courrier de Christien BENAZET qui fait remarquer que les atrocités des uns n’excusent pas celles des autres, ce que j’approuve tout à fait et sans réserve. En particulier, et il m’en donne l’occasion, si la guerre de Vendée a fait entre 120 000 et 150 000 victimes (mais en n’oubliant pas de compter dans ce chiffre un tiers de républicains dont les habitants des villages protestants du nord du départements massacrés au début du conflit par des hordes de paysans fanatisés par leurs curés), ce qui en passant récuse toute qualification de génocide, l’atrocité perverse et sadique de quelques bandes de républicains qui firent des vêtements de cuir de la peau de leurs ennemis morts restera à jamais une honte ineffaçable et en tout cas inexcusable.

Mais revenons aux accusations stupides et anti-historiques de certains. Oui les deux terreurs blanches de 1795 et 1815 menées par par des nobles et des prêtres catholiques firent bien plus de victimes que les 40.000 victimes de la terreur de Robespierre selon les historiens les plus sérieux, n’en déplaise à mes détracteurs !!!

Quand la défense de la religion catholique comme religion de tolérance, de paix et d’amour, ces même détracteurs ne s’indignent pas des exemples de sadisme et d’intolérance que j’ai cité (les religieuses hospitalières sadiques envers les femmes qui avortaient, les pressions contre les familles qui n’enteraient pas leurs morts selon le rite catholique jusque dans une période récente, le scandale actuel des 300.000 bébés soustraits aux femme républicaines prisonnières en Espagne sous Franco).

Ce sont des négationnistes au même titre que ceux qui nient la shoah et le génocide arménien.

Tout ceci montre bien que les adeptes des religions catholiques et musulmanes ont les même réaction de totalitarisme dans la société et que seul un état laïque, républicain, et pratiquant l’anti-cléricalisme est capable de les mettre à raison.

Ce qui est franchement drôle ce sont ceux qui m’invitent à lire les écrits du christianisme pour démontrer son caractère de tolérance de paix et d’amour, en particulier l’athée de service qui se caractéise comme « plus royaliste que le roi ». Ce qu’ils ne savent pas, c’est que j’ai fait des études poussées de théologies catholique et protestante notamment dans un passé récent auprès des ouvrages de la Faculté théologique de Montpellier. Je pourrai leur montrer, s’ils étaient honnêtes intellectuellement , ce que je doute vu ce qu’ils racontent, les documents divers, des actes des apôtres et des épitres (justifiant notamment la soumission de la femme, en pire que le Coran le fait!), les évangiles apocryphes (plus d’une douzaine) rejetés par les responsables de l’Eglise primitive, mais de quel droit? Et surtout les dogmes et débats des conciles qui prônent l’intolérance et la persécution.

Enfin, pour l’athée de service qui se targue d’être un historien en présentant Louis XVI comme le roi qui a libéré les protestants et les juifs, je lui rappelle quelques vérités historiques

Le début du règne de Louis XVI , roi particulièrement pieux et bête, est marqué par une vigoureuse politique réactionnaire dans le domaine de la société civile, avec avec un regain des privilèges accordés aux nobles et au clergé

Notre historien auto-proclamé ignore apparemment la décision en 1781 exigeant quatre quartiers de noblesse pris par Louis XVI dans le début de son règne pour tout officier militaire, excluant de fait les anoblis récents et les roturiers, décision qu’il tenta d’exiger pour toute haute fonction civile. Les « vrais » historiens disent que cette décision a été un déclencheur à la fois des exigences des nobles et religieux privilégiés qui organisèrent des mouvements séditieux en 1787 et 1788 pour accroitre leurs privilèges, et par là même à l’origine d’ un des facteurs de la révolution de 1789. Quant à l’édit de tolérance pris en 1787 en faveur des protestants par Louis XVI, sur lequel s’appuie notre historien auto-proclamé pour prouver la bonté de ce roi, il réaffirme justement la religion catholique comme seule religion admise dans le royaume, tout en accordant aux protestants un état civil pour calmer l’agitation dans les Cévennes qui mobilisait une force armée, mais en les excluant toujours de toute charge civile et militaire et de l’enseignement!!!!

Quant à la suppression des mesures d’oppression vis-à-vis des juifs du royaume cela concernait seulement la suppression du droit du péage corporel pour les juifs alsaciens en 1784, les autres mesures préconisées par le rapport Malherbe ne furent jamais décidées, et n’étaient étudiées sans doute que comme un moyen pour obtenir plus facilement de la communauté juive des fonds pour le trésore royal en banqueroute. Prétendre que ces 2 mesures relèvent d’une volonté de libération des protestants et des juifs de la part de Louis XVI relève d’une incompétence crasse pour quelqu’un qui se prétend historien. Ce n’étaient que des mesures assurant un statut de « dhimmi » comme le veut d’ailleurs le Coran pour les non musulmans. Seule la Révolution des années 1789 et suivante mérite le label de la libération des protestants et des juifs par l’application de l’Egalié des Droits.

Oui, messieurs, je continuerai, comme vous dites, d’éructer contre les belles personnes que vous êtes, car les républicains laiques doivent savoir avant toute chose, ce que vous véhiculé comme mentalité d’oppression à l’image de ceux qui défendent l’offensive de l’Islam dans notre pays.

Hubert SAGE

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi