1

Réponse à Germinal, qui regrette 50 ans après d'avoir aidé le FLN

Cher Germinal,
Pathétique… Mais hautement symbolique. Et vos regrets ne vous changent en rien.
Le FLN de métropole qui à la fin de sa vie constate qu’il s’est trompé…. Le communiste qui constate à la fin de sa vie qu’il a cautionné l’horreur… Le gauchiste et le chrétien qui constatent à la fin de leurs vies qu’il aurait été moins con d’être judéophile… Le CGTiste qui constate à la fin de sa vie qu’il a toujours desservi sa cause… L’athée qui constate à la fin de sa vie qui ne sait pas ce qu’il fait là… Le jeune utopiste qui constate à la fin de sa vie qu’il est devenu un vieil aigri… C’est le même homme…
Et vous, vous êtes toujours dans l’erreur… Vous publiez aux cotés de personnes qui guériront trop tard des 6 phrases suscités… qui pensent défendre la liberté parce qu’ils autorisent un droit de réponse…. mais qui ne sont pas capables de sortir d’une posture rigoriste pour remettre l’humain au centre du débat… Vous continuez même à opposer le colon à l’autochtone en évoquant une différence de niveau d’amour pour sa terre… mais ce n’est pas ça du tout Monsieur Germinal, les deux aimaient leur terre….
Vous l’avez suggéré; celui qui est arrivé en 1830 n’était pas un colon mais une triste personne qui espérait en un monde meilleur et son arrière arrière arrière arrière petit fils en 1960 ne savait même pas qu’il pouvait exister un autre pays que le sien. Et en étant viré de chez lui, il ne perdait pas ses biens matériels mais son âme…
Bien entendu, dans votre article, vous n’avez pas oublié d’oublier les juifs qui étaient là bien avant les arabes… mais bon , normal, à gauche on se doit d’être antisioniste…
La solution ce n’était pas le FLN ou l’OAS… c’ aurait peut -être été de partager la terre…
Éric Grasser