Réponse à l’argument : à Vichy c’étaient les juifs, avec le FN ce seront les musulmans

Publié le 7 décembre 2015 - par - 11 commentaires - 3 824 vues
Share

musulmansfrancaisLe Peuple a parlé, mais très mal, selon le terrible ex bolchevik-léniniste et chef officiel du parti dit socialiste.

Le Peuple a parlé. Il veut des mesures énergiques contre le banditisme sans limite aux couleurs d’un monothéisme fanatisé par la volonté d’imposer à tous la charia intégrale et les normes sociales du 7ème siècle arabique aux moyens d’instruments de mort des 20ème et 21ème siècles.

Le peuple a parlé. Il ne veut plus être asservi à une bureaucratie irresponsable. Il ne veut plus que la démocratie se réduise à n’être qu’un processus électoral, impuissant face aux choix d’une société programmant le déclin des forces productives et de la richesse sociale, au nom de l‘écologisme et d’une lutte contre un réchauffement climatique qui oublie que la terre tourne autour d’une étoile, le soleil, qui réchauffe le climat de la terre et celui de Mars où aucune activité humaine ne peut être mise en cause.

Le Peuple a parlé. Il a désavoué le gouvernement, ses partis, et ses béquilles. Mais il ne devrait pas être écouté, le Peuple.

Le Peuple a parlé, mais cela déplait fortement au nouveau grand Rabbin de France qui vient de donner une consigne de vote à peine déguisé déclinant la consigne du chef du parti socialiste…

L’actuel chef de ce parti, l’ex bolchevik-léniniste lambertiste, devenu mitterrandolâtre, ne peut pas préconiser publiquement la solution Ulbricht dénoncée par  Bertolt Brecht, après le soulèvement ouvrier berlinois de juin 1953 à savoir : « dissoudre le Peuple et en élire un autre ». Alors, il faut aller chercher la solution dans les vieilles marmites, dans les chaudrons de sorcières. Cela s’appelle : fusion des listes (et partage des postes à indemnités juteuses) ou front « républicain ».

Après les tueries du 13 novembre, le peuple est inquiet et il n’a pas tort

Il se demande : quelles mesures réelles sont-elles prises, ne se réduisant pas à la rhétorique ridicule consistant à dire ou faire dire à la télévision : que la « route du fer (de Daesh) est coupée », que les habitants de ce pays ne modifieront pas leurs habitudes de vie, qu’ils iront encore au café ou au concert.

Il a lieu d’être inquiet, le Peuple. La guerre contre le terrorisme, la riposte de l’équipe gouvernementale, désavouée dimanche, vient de se décliner par le bombardement d’une unité de l’armée syrienne qui se trouvait à deux kilomètres d’une position de Daesh Etat Islamique qui, par contre, a été épargnée par les avions de la « coalition ».

Il a d’autant plus de raison d’être inquiet, le Peuple, et de se méfier des marchands d’illusions, que les sanguinaires fanatiques sont en mesure de disposer et d’utiliser des armes de destruction massive, dont ils ont la claire volonté de se servir.

Mais…

L’ennemi ne serait pas les tueurs à la kalachnikov, au couteau, à la bombe et au gaz de combat ou aux produits radiologiques et chimiques permettant d’envoyer des kamikazes tuer en masse dans le métro où d’autres lieux de grande fréquentation. L’ennemi serait le FN, et rien d’autre. L’ennemi, ce serait la volonté politique, ultra majoritaire, de sortir des carcans de l’Union européenne et celle de recouvrer la souveraineté du peuple (le « souverainisme », assimilé à la « pire réaction » et, quasiment, au fascisme).

Tout le monde sur le pont, pour le second tour, autour du petit timonier élyséen

C’est l’équation du sieur Cambadélis. Il joue son va-tout et celui de son parti failli.

Une variante de ce discours s’est faite entendre, peu avant le premier tour de l’élection, parmi des responsables d’une communauté juive du midi de la France.

Elle relayait les arguties de l’ex admirateur de Lénine et Trotski devenu mitterrandolâtre. C’est ainsi que les responsables juifs en question, ont mis en avant une nouvelle équation politique ; c’est une équation à laquelle le président de l’Assemblée nationale s’est lui aussi rallié : les musulmans de France de 2015 ont pris la place des Juifs. Les horribles quasi-nazis du FN ne parlent pas des Juifs, mais… ce n’est qu’un intermède hypocrite. La critique de l’islam équivaudrait à l’antisémitisme des années 30-40.

Pour justifier prosternation et mise progressive en dhimmitude, du côté de l’ex bolcheviste et de ces responsables juifs on utilise un amalgame constituant une odieuse calomnie contre les Juifs qui vivaient en France depuis des siècles et contre ceux venus dans ce pays entre les deux conflits mondiaux. Mélenchon avait fait de même en 2012 (à partir de la 4e minute).

Si l’on devait croire ces « chefs » de la communauté juive en question (approuvés par le CRIF), les Juifs vivant en France entre 1930 et 1944 auraient exigé : la cachérisation des repas dans les cantines scolaires et dans les restaurants d’entreprise ; demandé des temps de pause pour les prières juives ; réclamé des financements publics ou des baux emphytéotiques pour disposer de synagogues aux frais des contribuables du pays d’accueil.

Si l’on suit ces messieurs, les Juifs vivant en France auraient exigé qu’on cesse d’appeler fête et congés de Noël ou fête et congés de Pâques, ces fêtes et ces congés ; ils auraient réclamé que les signes chrétiens cessent d’être visibles, parce que cela offenserait la loi de Moïse et leur foi ; certains d’entre eux auraient envoyé des gros bras armés casser les réunions de l’Union rationaliste dont le Président avait écrit un ouvrage qui les « offensait » et les « stigmatisait », je veux parler de son ouvrage « Moïse, Jésus, Mahomet, les trois imposteurs » ; des Juifs de France auraient attaqué leurs voisins, au couteau, au fusil Garant ; les Juifs vivant alors en France auraient exigé que les livres d’Histoire ne s’appellent plus Histoire de France et que les figures des rois qui les avaient expulsés du royaume de France soient censurées et disparaissent de la mémoire collective ; ils auraient réclamé que l’on apprenne l’hébreu, le yiddish et le ladino, dans les classes des écoles primaires et des collèges ; des mères juives mécontentes d’une observation faite à leur rejeton seraient venues gifler une institutrice (comme à école Jean Moulin de Vias) ou menacer de « lui mettre une balle dans la tête la prochaine fois» (comme à Beaucaire) ; certains de leurs « jeunes » seraient venus intimider les bouchers-charcutiers osant encore, les bougres de « racistes » et  « blasphémateurs », vendre de la viande de porc ;  les fêtes nationales auraient été régulièrement l’objet de contre-rituels violents de la part de centaines de jeunes Juifs … ils ne se seraient pas opposés à certains d’entre eux exigeant que la France et que les Français cessent d’être ce qu’ils étaient, qui chrétien, qui athée, qui indifférent aux questions de la foi et des causes de l’origine de l’univers et de l’apparition de l’humanité sur cette planète, eux dont beaucoup partageaient alors les idéaux socialistes et athées du Bund, du sionisme socialiste se déclarant proche de la troisième internationale, du parti communiste stalinien, des groupes trotskistes et de la gauche des partis socialistes ?

Les Juifs misérables sortis des stet’l d’Europe orientale auraient-ils exigé partout  des quotas d’emplois et de postes responsables et dirigeants ? Il faut le croire, si l’on suit les arguties cambadélisiennes…

Léon Blum, -l’homme des accords de Matignon, passés dans la loi par sa décision, deux semaines après qu’ils aient été conclus entre la CGT réunifiée en 1935 et le patronat représenté par le CGPF, à l’issue des grandes grèves ouvrières du printemps de 1936, ce socialiste qui avait tenu tête avec courage et brio aux bolchevisateurs du congrès de Tours voulant entrainer le socialisme en France dans le camp de la tyrannie sanglante sous couvert d’émancipation sociale- Léon Blum, Jean Zay, Mandel, Marx Dormoy, n’auraient-ils dû leur responsabilités ministérielles de 1936, non à leur talent et à leur pugnacité, mais à leur appartenance aux fragments du peuple hébreu vivant en France et à des déclinaisons d’un droit implicite de visibilité juive dans les lieux de pouvoir, (une discrimination positive avant l’heure) ?

Des Juifs, vivant en France, au moment de l’affaire Dreyfus, auraient-ils saccagé des églises, auraient-ils attaqué des gens dans les rues, pour protester, par la violence, contre l’injustice qui leur était faite au moyen de l’imposture de la justice militaire rendue contre le « youpin », le « youtre » Dreyfus, ou pour dénoncer le pogrom de Kichinev?

Comme ce qui s’est passé il y a quelques nuit à Provins, -avec les inscriptions « DAECH BAISE LA FRANCE, DAECH NIQUE LA FRANCE », peints dans l’enceinte du collège Jules Verne-, des tags juifs menaçaient-ils de mort les Français ?

En utilisant ce lamentable argument électoral contre le FN : les « musulmans de France prennent la place qui était celle des Juifs » dans une certaine parole politique (celle de l’extrême droite xénophobe des années trente-quarante), le sieur Cambadélis et les responsables de la communauté juive en question corroborent irresponsablement le bien-fondé des accusations mensongères des démagogues antisémites des années trente-quarante et celles de leurs héritiers.

Alon Gilad

*A l’époque, le Parti communiste des USA, conformément aux accords Ribbentrop-Molotov (le pacte Germano-soviétique), développait une agitation politique contre les « bellicistes », les « va-t’en guerre ». Pour ce parti et pour ses satellites, aucun des deux camps (Allemagne et Grande Bretagne alliée à la France) n’était meilleur ou moins pire.

C’est cette même prose qu’on nous ressert, 75 ans plus tard, face aux égorgeurs et tueurs à la bombe et à la kalachnikov lançant leurs attaques assassines au nom d’un totalitarisme eschatologique, version charia intégrale. Une différence cependant : il ne viendra à l’idée de personne d’accuser Roosevelt de « racisme », lorsqu’il enjoindra les Germano-américains et les Nippo-américains de choisir leur camp : être avec leur pays d’accueil, ses lois, sa population, ou être avec l’Allemagne et le Japon ? Dans le second cas, les mesures les plus énergiques seront prises, pour mettre hors d’état de nuire ceux des Allemands américains et des Japonais américains se sentant plus proches de l’Allemagne et du Japon, plus proches du nazisme et du militarisme expansionniste nippon, que de leur pays d’accueil, ses lois et ses habitants.

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

11 réponses à “Réponse à l’argument : à Vichy c’étaient les juifs, avec le FN ce seront les musulmans”

  1. Sk dit :

    Il y a une prière juive qui salue et honoré la république française, désolé de le dire, elle n’est pas musulmane, malgré l’ouvrage d’Abd Al Malik « qu’Allah bénisse la France », une France soumise au recul en arrière.
    La meilleure bénédiction serait déjà de donner un coup d’arrét à l’islamisation et la « chariatisation » de notre société
    Bientôt nous serons des millions à nous tenir sur nos gardes et ne plus nous laisser avoir par la taqqiya d’adeptes qui dissimulent les aspects les moins reluisants de leurs croyances.
    Qu’ils abandonnent leur prosélytisme et renoncent à la chari’a ou les deux ou qu’ils s’en aillent prêcher ailleurs.

  2. Sk dit :

    Je n’ai pas le souvenir de mitraillages juifs ni de mitraillage au nom du Christ en France, si l’on compte tous les attentats que notre pays a subi entre 1986 (et les amis du converti ex marxiste -léninisme Illich Sanchez Ramure dit Carlos) et 2015 avec les émules de Daesh.
    Il y a un problème sérieux avec certains adeptes.
    Ce crétin de Mélenchon nous saoule de fadaises ignorant que les adeptes de ce culte les plus radicaux se foutent pas mal de « défenseurs » de son acabit

  3. luco orgeto dit :

    les religion retrograde sont incompatible avec la France, son mode de vie et sa culture,
    leur seule place c’est loin, tres loin de la France et de ses aides sociales…

  4. Charles DALGER dit :

    Comme chacun, chaque Juif juge par lui-même les méfaits de la mafia au pouvoir depuis 1958.

    Par contre, en fonction de sa spécificité juive, aucun Juif, ne doit oublier que :

    – depuis 1967, la droite, n’a cessé d’amplifier la politique anti israélienne de la France. Le summum a été le soutien de l’entrée du gang nazislamiste à l’UNESCO.

    – Aujourd’hui, la situation n’a strictement plus rien à voir avec 1939. Mais les collabos les plus abjects furent socialistes. Et surtout, aujourd’hui, socialistes ont dépassé leurs grands-parents en votant à l’unanimité la reconnaissance d’un enclos nazislamiste en Israël.

    Donc, votons sans hésiter, pour le seul parti qui dénonce ce danger. Même si nous regrettons beaucoup, le choix de PHILIPPOT au détriment de CHAUPRADE

    • Aaron dit :

      Merci Charles; j’ai , indirectement pris connaissance de l’intervention, la semaine dernière d’ un « responsable  » de communauté….Nous avons été plusieurs à nous demander de quoi ce mêlait ce personnage, mais ce n’est que partie remise (ici, c’est un village….).
      Ce genre d’individu qui se coltine avec des arrivistes en politique (qui tueraient père et mère ) n’est pas fréquentable.
      Et je veux rester poli.

  5. Anne Marie dit :

    Je pense qu’on donne trop d’importance à cet infect baveux Cambadelis qui vendrait père et mère pour conserver ses avantages de politicard ; vivement qu’on en soit débarrassé, de lui et de toute cette gauche-collabo-traître à la France ; un grand ménage doit être fait !

  6. Daniel Boutonnet dit :

    Excellent argumentaire.

  7. BALT dit :

    Tres bon article de Alon Gilad .C’est le nombre de Musulmans en France , en Europe et dans le Monde qui fait peur à tous ces lâches qui les défendent . Imaginons , en effet un seul instant , que tous ces comportements et actes barbares soient commis par des Juifs . Je pense qu’il ne resterait pas beaucoup de Juifs dans la contrée. Je m’adresse à nos amis Juifs , surtout ceux qui ont fui les pays Arabes : Pour ne pas à choisir à nouveau entre la valise et le cercueil , une seule solution pour l’instant , le vote Front National . Je rappelle que le seul parti ayant voté contre l’étiquetage des produits Israéliens , au parlement de Bruxelles , est … Le Front National . Alors?

  8. gutoifsalins dit :

    je dirais a l’inverse de ce qui c’est passé dans les années 1930 a 1945 avec la montée du nazisme et de ses dramatiques conséquences!,et que l’on ose comparer le F.N.à cela est absolument inadmissible , le F.N.veut simplement que la France retrouve son identité et la fierté d’être Français en rétablissant l’ordre avec des lois qui seraient respectées et non pas bafouées par ces muzz ,les terroristes et leurs familles qui devraient être invités a quitter la France sans délai!

  9. Trannod dit :

    Sur photo le blème c’est le voile et leurs coutumes

  10. Gerard dit :

    Clair, net et précis. Ca remet les idées en place