1

Réponse à M. Attali sur la survie du peuple juif

Judaism: Founder, Beliefs & Facts - HISTORY

Si je me réfère à la Torah, les juifs survivront en dépit de toutes les calamités qui se sont abattues sur eux depuis l’aube des temps et de l’histoire et se perpétuent à ce jour. Inutile de vous faire un croquis, qu’on le veuille ou pas, ce fait émerge à chaque reprise que l’on se penche sur n’importe quelle histoire des peuples régionaux ou autres. Les anglais sont venus se battre contre les envahisseurs arabes et les français/européens aussi afin de leur arracher les terres saintes – lieu de naissance du christ.

Pourtant, je ne vais pas approfondir ce sujet, mais par contre parler théologie et stupidité :

Les juifs sont à la source de la création d’autres religions dont le Christianisme, et par la suite l’Islam. Ces deux religions ont pioché vigoureusement dans le judaïsme pour créer une supposée nouvelle religion.

Le Christ, ou plus précisément Jésus /Yeshoua est né juif, de mère et père juifs, circoncis selon la religion juive et brillant étudiant de la Torah. Que s’est-il passé donc qui a culminé en la création du Christianisme ? Yeshoua/Jésus voulait des réformes dans la religion et la Halakha. Ce qui contredisait les locataires permanents du Temple de Jérusalem. Cette contestation a provoqué l’exclusion de Yeshoua/Jésus du temple et avait conséquemment déclenché un début de scission au sein du peuple juif. Entre ceux qui saisissaient la nécessité d’opérer des réformes et ceux qui refusaient toute atteinte à la religion et la halakha conçues par Moshé.

Or, nous savons tous que les réformes ont le pouvoir d’engendrer deux situations parfois même antithétiques : l’ouverture à une religion qui doucement ne ressemble plus à ce qu’elle était hier et tendra à s’estomper jusqu’à son effacement. Nous observons aujourd’hui ce phénomène au sein des réformistes et des juifs athées. Ou alors, L’ultra orthodoxie. Les deux courants se sont à l’évidence écartés du cœur même de la religion juive.

Le Christianisme est un exemple inéluctable, puisqu’il se base sur l’Ancien testament et lui amalgame le Nouveau testament qui lui n’est autre que l’avortement du Mithraïsme, religion suivie par les romains.

Fondamentalement, c’est la fusion du Mithraïsme avec le Judaïsme.

En principe, cette nouvelle religion n’a pas été formée en Israël mais à Rome, par l’empereur Constantin. Ces nouveaux descendants du Judaïsme ont subi un endoctrinement si radical, que le Judaïsme qui le composait à l’origine, s’est complètement effacé/dépassé. Ce ne fut que durant les récentes décennies que quelques vaillants chrétiens se sont penchés sur leur religion pour découvrir finalement que Jésus était JUIF et ses apôtres aussi.

Où était alors le judaïsme lors de la décimation presque totale de la population juive d’Europe ? Perdu quelque part, entre les mauvaises interprétations du Christianisme par les soldats de l’église et du Vatican… et les ambitions grandioses d’Hitler.

C’est l’aspect le plus détrimentaire des réformes. Le progrès aidant, les risques de voir toute religion perdre son identité sont réels.

L’Islam, si nous nous référons à certaines parties de sa composition, nous retrouvons facilement le Judaïsme. Si Mahomet n’a pas inclus l’ancien testament dans son Coran (rédigé par ses adeptes, puisqu’il était complètement analphabète), ils ont au moins repris des séquences de l’histoire juive en les maquillant pour les accommoder à l’Islam. L’islam est en fait une imposture.

En somme, nous arrivons à la conclusion dans cette situation absurde, que ni le Christianisme, ni l’Islam ne survivront si les juifs et le Judaïsme venaient à disparaître. Ces deux religions vont devoir analyser plus sérieusement leurs écrits prétendus saints pour comprendre que l’ambition, la soif du pouvoir, la manipulation intentionnelle des ecclésiastiques ont creusé à l’homme sa propre tombe.

Attali se trompe dans son analyse… Les juifs survivront à toutes les autres religions car bâtardes du Judaïsme.

Thérèse Zrihen-Dvir