Réponse à Michel, à Guillinou, Anne et à d’autres bouffeurs de curés

Riposte Laïque n’est pas le lieu où le christianisme doit être discuté, mais il serait préférable qu’il ne soit pas attaqué car il est dans nos racines que cela  plaise ou non, et surtout, il serait utile, qu’on soit croyant ou pas, qu’on fasse bien la différence entre islam et christianisme.

Loin de moi l’idée de faire une leçon de caté, j’en serais bien incapable.  Mais une petite explication et un peu de sociologie des religions ne sont pas inutiles en ces temps où certains voudraient supprimer la laïcité. Que les incroyants de ce blog prennent mon billet comme une culture générale indispensable.

Dans RL du 16 juillet un lecteur, Michel, écrit : « l’Amour de Jésus peut être tempéré par cet extrait de Matthieu » et cite Matthieu 10 ,34 -39  « je ne suis pas venu apporter la paix mais le glaive,  je suis venu séparer… » Son interprétation  est fausse, et on ne peut pas laisser passer cela.  D’ailleurs on ne lit pas les Evangiles de manière littérale. La signification de ce passage n’est absolument pas dans un amour moindre de la part du Christ, (contresens et absurdité)  c’est simplement une image, une pédagogie.

Pour expliquer cette image du glaive, sur le net j’ai trouvé le site de la paroisse de Saint Jean de Malte, à Aix en Provence :

http://www.moinesdiocesains-aix.cef.fr/homelies/lectio-divina/nouveau-testament/evangile-de-matthieu/2021-le-glaive-de-la-parole-de-dieu.html :

La parole de Dieu est là comme un glaive pour remettre de l’ordre dans la confusion qui est la nôtre, notre confusion spirituelle, notre confusion personnelle.

Cette parole qui vient remettre dans l’ordre notre vie pour faire de nous des créatures nouvelles.

Il faut entendre cet évangile, comme l’activité de séparation, de « mise en individu », de façon que chacun des hommes soit unique devant Dieu . C’est une mise en route de l’identité de chacun. Pour gagner une identité, il faut se séparer, s’individualiser. Suivre Jésus demande un effort, un geste, et qu’il faut se déterminer librement par rapport à Dieu,  savoir ce qu’on fait.

Ce texte signifie aussi que la venue du Christ apportera la division et exigera des choix difficiles, et ces choix demanderont une volonté forte,  selon Raymond Brown dans   Que sait-on du Nouveau Testament,  Bayard 2011 p. 224Lorsque le Christ utilise les images de feu (ou de grincements des dents), cela ne veut pas dire que le Christ aurait préparé un feu pour  rôtir les gens, alors qu’il s’est engagé à les sauver ! Ce sont donc des images psychologiques qu’on ne doit pas du tout prendre au pied de la lettre.

Le coran, lui, se lit de manière absolument littérale et on peut trembler devant les 250 appels au meurtre recensés par Michel Onfray dans son traité d’athéologie. Si les chrétiens ont par le passé tué et fait la guerre, ce n’est absolument pas en accord avec le Nouveau Testament. Les musulmans, eux, font le jihad pour obéir au coran.

Comparer Mahomet et Jésus est absurde, Mahomet n’est pas dieu mais est traité comme une idole par les musulmans, tandis que Jésus pour les chrétiens est Dieu mais absolument pas une idole en ce sens qu’il se veut proche de l’homme, qu’il veut libre et non pas soumis, et que le chrétien a une relation « d’homme à homme » avec le Christ. Je dirais même que  Jésus est l’antithèse absolue de Mahomet dans sa vie, ses actions et sa doctrine.

Un peu de sociologie des religions maintenant : en cette période de ramadan on peut se demander comment les chrétiens peuvent tenter le dialogue, dialogue « islamo-crétin » dit si bien Anne-Marie Delcambre. En effet le christianisme me semble l’opposé en tout de l’islam. A commencer par le jeûne : chez les chrétiens il doit rester discret, on doit cacher qu’on fait le Carême, et même « se parfumer la tête en cette occasion » dit l’Evangile. (Matthieu 6, 16) .  Il n’est donc pas permis dans le Carême de se rendre malade ou indisponible pour le travail, contrairement au Ramadan. Un chrétien  peut  jeûner et animer un centre d’enfants sans aucun risque pour qui que ce soit, le maire de Gennevilliers le sait-il ?…

Pour la prière, c’est la même chose, la discrétion est de mise : « ne faites pas comme ces hypocrites qui aiment, dans les places, à se mettre bien en vue pour prier… »(Matthieu 6, 5) Le Christ a dit  des pharisiens : « gardez-vous de ceux qui se plaisent à se promener en robes, qui aiment à se faire saluer sur les places publiques…(…) et affectent de faire de longues prières. » (Luc 20, 45-47)…Il a dit aussi que cela ne servait à rien de faire des ablutions extérieures si on gardait un coeur plein d’iniquités. (Luc 11, 37 -42)  Il semble que les musulmans intégristes soient les pharisiens de notre époque.

La main droite doit ignorer ce que fait la main gauche. Tout le contraire de l’islam où on doit absolument montrer qu’on fait le ramadan et assommer de remarques ceux qui ne le font pas, musulmans ou non. Imagine-t-on les chrétiens à l’heure actuelle chercher à obliger les musulmans à faire le carême ?…

Les chrétiens peuvent quitter le christianisme sans craindre une mort violente.  Il leur est permis de nos jours de devenir athées, de changer de religion. Ce n’est pas le cas des musulmans  Le Dieu des chrétiens aime ses créatures, tandis qu’Allah visiblement ne les aime pas mais s’en sert comme des instruments de conquête, des soldats qui ne peuvent déserter.

En ce qui concerne  la femme, le Christ lui a rendu sa dignité, il a supprimé la lapidation, la répudiation, la polygamie. 2000 ans d’avance sur la religion des frustrés sexuels auxquels on n’a jamais appris à se tenir, alors que le chrétien doit civiliser ses instincts.

Le christianisme est une religion qui donne de l’importance au fond et pas à la forme, à l’esprit et pas à la lettre, et l’islam c’est tout le contraire : tout est dans les contraintes pointilleuses et dans l’apparence. Tout pour rendre malheureux ses adeptes et ceux qui ont le malheur de les  côtoyer.

Quant à Guillinou,  il écrit dans le courrier des lecteurs du 23 juillet: « RL n’est pas le lieu –quand bien même la religion juive serait effectivement la meilleure pour détartrer mes WC– pour y trouver l’étalage de l’amour immodéré et obscène d’un croyant pour ses croyances aussi ancestrales que stupides. RL est un lieu où la Raison a un espace de liberté pour exprimer la nécessité absolue de combattre les religions afin qu’elles ne sortent jamais du domaine strictement privé qui doit pour toujours rester exclusivement le leur. »

Guillinou a tout a fait le droit de ne pas croire mais parler de « croyances stupides » démontre un manque de respect, la séquence sur le  détartrage de WC est injurieuse pour une religion qui n’est pas la mienne mais qui fait le miel non seulement des juifs mais aussi des chrétiens et plus largement, de tous ceux qui s’intéressent à un certain nombre de matières dont la psychologie,  (dont l’Ancien Testament  regorge de symboles), c’est aussi un manque  de savoir-vivre,  de plus sous-entendre que la raison n’intervient pas dans la foi démontre un manque de culture, sait-il que Jean-Paul II a écrit une encyclique là dessus  « fides et ratio » (foi et raison) et qu’il  est demandé, et même fortement recommandé, d’appuyer la foi sur la raison ?…Le Christ  veut les chrétiens libres, usant de leur raison, et l’islam veut les musulmans soumis et obéissants sans réflexion aucune. On peut aussi critiquer le christianisme. La critique, la réflexion sont vues comme productives. Ce n’est pas le cas de l’islam, qu’il est interdit de critiquer, même aux non-musulmans !

Certes de nos jours la foi est tenue de rester dans la sphère privée et c’est une bonne chose, néanmoins il serait bon de reconnaître que par le passé le fait qu’elle ne l’ait pas fait a eu du positif, comme par exemple le travail des moines de  transmission à l’Occident  de la culture grecque…

De même que oui, Guillinou, il est parfaitement clair que la méthode pédagogique juive de lecture des textes aiguise l’esprit, c’est un fait reconnu de tous sauf vous. (Et non, je ne suis pas juive.) Alors quand on lit sous votre plume cette phrase : « les religions sont un ensemble de dogmes imbéciles qui empoisonnent le cerveaux des humains ordinaires »on ne peut que répondre que c’est excessif, et que tout ce qui est excessif est insignifiant. Ne faites-vous pas la différence entre religion et secte ?

(Concernant l’assertion de Guillinou selon laquelle « il n’y a pas de Français de souche » à la suite de Eric Besson,  elle est injurieuse, car elle nie l’identité de la majorité des Français, il faudra lui répondre une autre fois.)

Anne, elle, estime dans les  réactions du dernier numéro, que toutes les religions disparaîtront dès que les gens commenceront à s’interroger. Eh bien non. Descartes,  Pascal, Bergson sont  des philosophes qui ont été en même temps de vrais scientifiques. Certes ils se sont interrogés, mais cela n’a fait qu’approfondir leur foi. Pensons-y.

De même que les chrétiens acceptent tout à fait l’athéisme, les athées feraient bien d’accepter que la foi est un phénomène singulier qui échappe à leur analyse et ils feraient bien de  ne pas être insultants et  de vivre en bonne intelligence avec les personnes qui ont la foi quand elles adoptent clairement la laïcité, la république et ses lois, et la démocratie. Ce serait de leur part une preuve de leur culture et de leur intelligence, dont je ne doute pas.

Et enfin : athées et croyants (juifs et chrétiens) amoureux de la vraie démocratie et avertis du risque majeur que présente l’islam pour la liberté, ont mieux à faire en ce moment que de s’étriper.

Sophie Durand

 

image_pdf
0
0