Réponse à Monsieur Jacquin Marc, qui veut me donner des leçons de bien-pensance

Vous n’auriez pas dû préciser que vous n’étiez pas « professeur de lettres modernes », cela ressortait parfaitement de l’utilisation erronée que vous faites dans votre texte du mot « laïc », de l’expression « de la part de » ou du pronom relatif « dont ». Par contre, l’accumulation outrancière des qualificatifs dont vous vous affublez aurait gagné en précision par l’ajout du terme « négrier » tant il semble que vous êtes dans l’ignorance de ce qui caractérise la vie quotidienne des villes et des quartiers de notre pays.
Aussi j’insère ici un lien (1) qui vous permettra de saisir de quoi vous êtes complice par votre aveuglement devant la réalité et vos discours larmoyants. Par parenthèse, permettez-moi de vous informer que les « mafiosi » de Sicile organisent le trafic des émigrants illégaux passant par l’îlot de « Lempedusa » et que, s’ils portent de lunettes, c’est pour mieux surveiller les embarcations qui s’y échouent afin d’en recueillir les pauvres occupants qu’ils enverront ensuite «trimer » dans les divers pays d’Europe. Participer à l’enrichissement des mafias, de la pègre internationale, des trafiquants de toutes sortes est, de fait, le sport préféré des altermondialistes compassionnels.

La substitution des « bons sentiments sirupeux à fleur de peau » (mais bien dans l’air du « politiquement correct ») à la lecture approfondie vous a, sans doute, fait passer à côté de la thèse que je développe dans mes écrits : aussi, ci-dessous (2), je vous la rappelle par un court extrait dont vous pourrez entreprendre sans effort ni recherche la lecture. Je ne vous demande pas de l’approuver, mais d’avoir l’honnêteté intellectuelle de la contester avec des arguments étayés d’exemples, et non par des imprécations stériles et sans autre fondement que celui de la vocifération creuse à l’imitation d’un roquet au poil hérissé. Distribuer des étiquettes définitives n’a jamais été un signe d’intelligence ou d’ouverture d’esprit : pis, à Prague, en 1948, c’était même ce qui permettait d’envoyer « en enfer » les hommes libres et les démocrates.
J’ai cité des chiffres, j’ai visé des rapports, j’ai développé des témoignages, j’ai présenté des faits : tout est vérifiable, accessible, discutable. C’est cela le débat que permet une laïcité bien comprise : la connaissance alliée à la libre expression et à l’exercice de l’esprit critique, le refus du tabou et le recours à la raison. Je mets en cause un choix politique fait par les différents gouvernements de notre pays et qui n’a rien à voir avec l’intérêt national à moins de le confondre avec celui des forces économiques et financières dominantes.
J’explique également pourquoi ce choix a été fait, et je précise à partir du simple examen du réel qu’il est lourd de dangers pour l’unité de notre espace public car il met en place une forme d’organisation et de fonctionnement de notre société qui rompt avec son caractère laïque pour instiller le communautarisme religieux (qui n’est pas celui de l’église vaticane). « La laïcité positive » naît de ce dernier élément, et je vous remercie d’avoir écrit que vous aviez des opinions sans même lire les textes, ce qui justifie votre ignorance de ce que signifie cette expression qui fonde la politique de toilettage de la loi de 1905, autorise l’utilisation de l’argent public pour des réalisations cultuelles, admet la loi religieuse et/ou communautaire à la place de la loi générale. Mais je crois que vous aurez du mal à comprendre que votre comportement « de tolérance » et de « compassion » réunies vous conduit à faire l’apologie de cette « laïcité positive » que vous prétendez rejeter.
Il est vrai que vouloir accueillir la misère du Monde, tout en favorisant la libre circulation de la main d’oeuvre qui fonde la Mondialisation libérale, est une noble cause… dont le résultat le plus immédiat est de permettre que cette misère perdure pour le plus grand profit des « négriers » des temps actuels, Luis Bunuel, dans « Viridiana » l’a parfaitement symbolisé. Aussi cette position me paraît-elle incompatible avec celle d’une lutte continue et efficace contre le « système économique et politique du capitalisme libéral ». Pire : elle le conforte véritablement !
Cependant je ne doute pas que les populations aujourd’hui accueillies, soient avides de « formation, connaissance et éducation de nos valeurs » (je ne revendique pas l’incorrection), aussi ai-je proposé, dans le cadre du moratoire que je suggère, que soit mise en place une politique d’intégration dans le respect de notre langue, de nos lois, de nos valeurs républicaines et laïques permettant de faire de chacun un citoyen ordinaire à égalité de droits et de devoirs… sans compromission aucune avec ce qui pourrait instaurer un communautarisme à l’anglo-saxonne, sans place aucune pour qui refuserait ce « contrat social ».
Je suis sûr que c’est la volonté profonde de la grande majorité de notre peuple. Ce qui me conduit à affirmer que nous n’avons plus rien à nous dire.
Robert Albarèdes
1 – http://www.laprovence.com/print/2008/11/05/article_618011.html .
2 – Ce rapide aperçu montre combien cette « libre circulation de la main d’œuvre », calquée sur la libre circulation des marchandises et des capitaux, participe de cette « division internationale du travail » qu’impose la mondialisation libérale, dont on peut être sûr qu’elle renaîtra encore plus forte des secousses profondes de la crise actuelle.
Elle permet aux tenants du système « capitaliste libéral » de peser sur la main d’œuvre locale dans les pays industrialisés comme le nôtre (salaires, conditions de travail, formation) en la mettant en concurrence déloyale avec une main d’œuvre malléable et vulnérable issue de pays très peu développés économiquement comme culturellement et politiquement.
Elle freine, dans les pays historiquement ouverts à la démocratie et au combat politique et social, ce type d’action et enferme chacun dans un clivage économico-ethnique potentiellement dangereux. Elle justifie la faiblesse des aides de toutes sortes (fonds d’investissements, mise en valeur des terres, maîtrise des ressources naturelles, éducation et formation des individus) pour favoriser l’émergence des pays les moins développés tout en organisant les termes des échanges ( le prix des matières premières notamment) dans un sens favorable à ceux qui sont les pays dominants.
On comprend parfaitement que les apôtres d’une immigration permanente et dense pour la France se recrutent dans les sphères idéologiques et économiques dont M. Bouygues est un exemple presque caricatural. On comprend qu’on les trouve aussi chez tous ceux que le système économique dominant (et unique, à ce jour) réjouit parce qu’ils le représentent ou qu’ils en bénéficient ( les média, dans leur quasi-totalité, relèvent de cette dernière catégorie) .On comprend encore que les forces politiques qui se partagent le pouvoir en France (et en Europe), tout en veillant au seuil à ne pas dépasser et en prétendant combattre les flux d’illégaux, s’empressent d’instrumentaliser une immigration dont le poids se révèle déterminant pour instiller l’organisation communautariste de l’espace politique et sociétal à l’anglo-saxonne qu’ils rêvent d’imposer à l’Europe politique en construction.

TEXTE DE MARC JACQUIN

Réaction aux publications de Mr Albaredes sur le site de la Riposte :
http://www.ripostelaique.com/La-France-n-a-pas-besoin-d.html
http://www.ripostelaique.com/La-France-n-a-pas-besoin-d,1474.html
http://www.ripostelaique.com/La-France-n-a-pas-besoin-d,1496.html
http://www.ripostelaique.com/La-France-n-a-pas-besoin-d,1527.html
Réfléchir par moi même je le fais tous les jours mais quand je vois que des groupes racistes (http://www.fdesouche.com/articles/6006) se gaussent des réactions de laics (laicards !) cela ne me fait plus rire ! Même jeune j’ai un peu de mémoire historique sur l’évolution des choses en temps de crise (1929, 1933 et la suite).
Je pourrais faire une longue tirade sur les vertus historiques de l’intégration et sur la transmission de nos valeurs morales laïques républicaines voire sur la spiritualité athée et j’espère que votre site ne dérape pas dans la laïcité ‘positive’ ce que je n’ai pas eu le temps de vérifier. Mais devant les propos que Mr Albaredes tient, même si sur le fond il vaut mieux que les populations qui tentent de rejoindre le rêve occidental puissent s’épanouir dans leur pays d’origine, je ne supporte pas que Mr Albaredes ne propose rien d’autre que des mesures et des propos dignes du régime de Vichy ! De la part de militants engagés ces populations sont avides de formation, connaissance et éducation de nos valeurs ! Donc les accueillir, permet au minima de les sortir de leur ghetto local et même s’ils ne renvoient que des euros dans leur pays … mais ils prennent conscience qu’un autre monde existe, plus laïc par exemple ! Ce que vous devriez défendre non ? A moins de relancer des missionnaires … laïcs ?
Et si Mr Albaredes se focalisait sur les problèmes financiers réels, il devrait mettre dehors tous ceux qui fraudent le fisc et qui engendrent l’équivalent du déficit récurrent de la France chaque année …
Bouh ça pue le nationalisme sectaire et ça se dit à gauche, humaniste … que Mr Albaredes aille faire un tour dans les pays dont il prône l’arrêt de l’immigration pour voir la vraie misère … il préfère rester bien au chaud derrière ses épaisses lunettes de mafiosi qui vote peut-être Sarkosi (avec un i) sans le dire mais en confirmant sa propagande !
Et avec l’événement du jour (Obama) pouvez-vous encore dire que l’immigration est négative pour un pays ? Il est vrai que le cas d’immigration lointaine de Sarkozy n’est pas une réussite, mais je me demande si cela rentre dans vos critères de jugement.
La laicité c’est avant tout la tolérance et en second lieu l’impartialité du pouvoir comme le dit la loi. Ou vous situez-vous ? Dans l’intolérance je crois … et pourtant je suis défenseur du droit des athées mais tolérant sauf quand l’intolérance et le racisme pointent leur nez !
En plus vous risquez de mettre le feu aux poudres et de favoriser le retour à un intégrisme religieux de tous bords, cathos en tête ! Bravo !
Marc Jacquin
Athée, Laic, Humaniste, républicain et anticapitaliste, altermondialiste, écologiste et fraternel mais pas professeur de lettres modernes

image_pdf
0
0