Réponse à quelques courriers sur « Loups et ères climatiques »

Publié le 14 septembre 2019 - par - 724 vues
Share

Photo : meute de loups suivant un ours dans le parc de Yellowstone

Article en référence :
https://ripostelaique.com/des-loups-aux-eres-climatiques-la-nature-nobeira-jamais-aux-humains.html

Je ne suis pas là pour polémiquer. Juste pour éclaircir les choses.
On me demande juste de quel droit je décide du sort des loups.
D’abord, je ne décide de rien.
Je ne fais qu’exprimer mon opinion, comme ceux qui m’ont adressé des courriers hors commentaires.
Déjà au moins 500 de ces animaux dangereux en France :
https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/06/07/loup-la-population-en-france-depasse-500-adultes_5473148_3244.html

Le loup n’est pas une espèce rare et menacée. La planète Terre compterait 350 000 loups. L’espèce est en progression sur tous les continents. Les plus gros réservoirs de loups sont le Canada, la Russie, la Mongolie, l’Asie Centrale et l’Union européenne. Avec plus de 15 000 loups, l’Europe a déjà une population plus importante que les États-Unis, Alaska compris !
http://www.leseleveursfaceauloup.fr/le-loup/repartition-du-loup/

Les défenseurs des loups ont leurs opinions et leurs raisons.
Pour ma part, je ne vois pas pourquoi laisser en liberté des animaux dangereux dont la dangerosité n’est plus à démontrer depuis plus de 1 000 ans.
Si des lions se baladaient en liberté en France, ils seraient vite stoppés, capturés ou abattus.
Ceux qui prétendent que les loups ne sont pas dangereux, je les invite à aller faire les malins au milieu d’une meute dans le parc du Mercantour.
C’est facile de défendre des thèses depuis son bureau, derrière son ordinateur, une bière à la main, sans avoir jamais vu un loup dans la nature.
C’est une autre histoire que d’aller sur le terrain.
Les défenseurs des loups sont comme les défenseurs de l’islam ou de l’immigration, ce sont des gauchistes et des écologistes qui vont puiser leurs opinions aux réunions de leurs partis.
Il ne s’agit pas de défendre les loups, mais de faire l’apologie et la propagande de leur parti politique.

Les gauchistes et les écolos sont de la même « race supérieure ! »
Ce sont les « gentils », le « camp du Bien » et surtout les « bien-pensants ! » Eux, ils pensent bien et ceux qui ne pensent pas comme eux ne méritent pas de vivre. Ils veulent depuis toujours imposer leurs idées, le plus souvent improbables, loufoques et irréalisables, au monde entier et à n’importe quel prix.
On a vu ce que ça a donné. Entre communisme et socialisme, des centaines de millions de morts et de disparus depuis 70 ans. Aujourd’hui, encore, en Corée du Nord, ils imposent leur loi génocidaire.
Et c’est tout à fait lucidement et volontairement que j’associe gauchistes décérébrés et écolos dégénérés dans cette quête scientifiquement absurde de vouloir détruire un monde qu’ils sont incapables de comprendre.

Ne vous méprenez pas, je suis le premier à prôner et à pratiquer le respect de la nature et de l’environnement et à vivre dans ce sens et dans cet esprit. Je vis dans la nature, j’aime la nature, j’aime la montagne où je me rends souvent et je la respecte et j’en prends soin, contrairement à tous ces écolos amoureux de la nature qui font du mont Blanc et de l’Everest des décharges à ciel ouvert…
Mais je n’adhère à aucun parti politique délétère, car ce sont des hordes de crapules et des mafias, comme les écolos, dont il ressort, comme on a pu le voir, la déclaration de patrimoine d’un certain Nicolas Hulot qui vit comme quelqu’un qui se fout royalement de la nature (9 véhicules polluants à souhait et trois propriétés sans doute très consommatrices d’énergie). Ou encore cette propension des écolos à vouloir imposer au monde des éoliennes ou des voitures électriques qui s’avéreront, à terme, être une véritable catastrophe écologique pour la planète, à la fabrication et au recyclage.
En effet, s’ils sont opposés au nucléaire, seul le nucléaire, avec 6 ou 8 centrales supplémentaires en France, pourra répondre à la demande énergétique de millions de voitures électriques. Ça, ils n’y avaient pas pensé. Mais penser nécessite d’avoir un cerveau, pas une cellule de parti…

Il n’y a aucun dialogue possible avec ces gens-là, pas plus qu’avec leurs amis musulmans ou immigrés.
Notamment les écolos qui ferment les yeux sur l’abattage halal au nom de la liberté et des droits de l’homme, mais pas l’abattage des loups destructeurs de troupeaux. Les professionnels de l’élevage, eux, ne rentrent pas dans leur créneau de liberté et de droits de l’homme.

La France n’a aucun besoin de loups. Ce sont des animaux hostiles et dangereux qui portent atteinte à la liberté de circuler des personnes et de faire paître des troupeaux qui, eux, ont une grande utilité, contrairement aux écolos.
Ce sont des bêtes sauvages imprévisibles et carnivores qui ont toujours attaqué les humains et les ont parfois tués et dévorés lorsque les hivers étaient particulièrement longs et glacials.
De nombreuses histoires écrites font état de ce genre d’événements dramatiques.
Et ce ne sont pas des légendes, croyez-moi.

1 400 bêtes d’élevage tuées en 2019 !!

« Si la croissance du nombre de loups, qui lui a permis d’atteindre le « seuil de viabilité » de l’espèce, réjouit les associations écologistes, elle inquiète les bergers des 35 départements où l’animal est implanté. En effet, depuis le début de l’année 2019, pas moins de 1 400 bêtes ont été tuées par le loup.
Pour répondre à ces inquiétudes, le gouvernement va autoriser à ce que l’animal soit davantage chassé. Le seuil de 12 % de « prélèvements » autorisés dans les zones « prédatées », passera à 17 %.
 »

https://www.ledauphine.com/france-monde/2019/05/27/le-nombre-de-loups-augmente-en-france

Je suis pour le droit légitime des éleveurs et donc des bergers, d’abattre les loups qui s’approchent de leur troupeau. À la longue, les loups acquerront l’idée que s’approcher d’un troupeau est dangereux et mortel pour eux.
Il ne faut pas oublier que, protégés par la loi, le nombre de loups augmente de 20 % minimum par an…

Mais je ne souhaite pas la mort des loups par principe. D’abord, il faut le dire, les loups sont loin d’être en voie de disparition. Ils sont des centaines de milliers à l’est de l’Europe et dans les régions les plus reculées des pays de l’Est et de l’Asie et au Canada où la chasse au loup est une activité autorisée.

Si on les parquait dans le Mercantour dans des enclos de plusieurs centaines d’hectares entourés de clôtures infranchissables et électrifiées, ce serait différent. Mais « ON » ne le veut pas. Les écologistes sont là pour emmerder le monde et ils iront jusqu’au bout.

Alors, en attendant, moi, je donne le droit moral aux bergers de protéger leurs élevages et d’abattre tous les loups qui s’approchent de leurs troupeaux.

Laurent Droit

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.