Réponse à un article malveillant contre RL d’un journaliste suisse

Publié le 23 juin 2011 - par - 738 vues

Monsieur Simon Koch,

Vous m’avez appelé, en tant que journaliste suisse, ce vendredi, à la veille de notre initiative du 18 juin, à Paris, pour vous faciliter au mieux votre venue en France. Nous nous sommes parlés courtoisement, j’ai contribué à vous donner les renseignements nécessaires, et à vous faire inviter au débat sur la liberté d’expression qu’organisait le site “Enquête et Débats”, malgré des délais fort restreints de votre requête. Cela ne vous oblige aucunement à publier un article complaisant sur notre rassemblement, je respecte votre liberté de journaliste.

Mais je me permets de vous dire que l’article que vous commettez, à l’issue de cet événement, (1) est justement indigne d’un journaliste, et qu’il n’est qu’un tissu de malveillance destiné à donner de nous une image de facho d’extrême droite, ce qui est tout simplement crapuleux.

Ainsi, vous vous permettez d’écrire : “Pour les autorités françaises Riposte Laïque est classé parmi les organsations d’extrême droite”. Vos lecteurs ne sauront pas quelles sont les autorités françaises qui diraient cela. A notre connaissance, aucune autorité officielle, dans notre pays, n’a classé ainsi notre journal. Sans aucune argumentation, sans aucun témoignage, vous vous permettez, en une phrase, sans vergogne, de jeter la suspicion sur notre journal, et de le classer dans un camp dont il récuse les théories.

Vous concluez, de manière tout aussi malveillante, en citant une phrase d’un soi-disant “limier” qui aurait dit : “Nous suivons Riposte Laïque depuis un an, ils sont d’extrême droite”. Là encore, pour la deuxième fois, vous faites dire à une personne, sans la nommer, que notre site serait classé dans un camp qui n’est pas le nôtre, et ne le sera jamais. C’est particulièrement crapuleux.

Simon Koch (à gauche) et Oskar Freysinger, dans une brasserie parisienne, le 18 juin 2011, après le débat sur la liberté d’expression. Aurait-il écrit son article en sortant de table ?

Vous ne pouvez pas terminer un tel chef d’oeuvre propagandiste sans signaler à vos lecteurs que je suis poursuivi par la LDH pour incitation à la haine raciale, sans leur fournir une autre précision. L’objectif, là encore, n’est nullement d’informer vos lecteurs, mais d’assimiler mon nom, et donc indirectement celui d’Oskar, qui accepte nos invitations, à l’incitation à la haine raciale.

Vos lecteurs ne sauront rien de l’esprit qui régnait durant 3 heures, rien du contenu des discours des intervenants, rien de la qualité du débat sur la liberté d’expression, rien sur notre refus de l’idéologie d’extrême droite qui est ent train de gangréner nos sociétés, par l’islamisation de nos pays. Ils n’en sauront pas davantage sur l’attachement indéflectible aux libertés démocratiques et à la liberté d’expression de l’ensemble des intervenants, dont Oskar Freysinger et moi-même. Vous n’étiez pas payé pour cela, vous étiez en mission.

Je pense que vous auriez fait merveille au service de la propagande, sous le stalinisme, dans une dictature militaire, ou dans une théocratie musulmane. La méthode est bien rodée : inutile de justifier ses écrits, on se contente de balancer deux ou trois saloperies non étayées aux lecteurs, et on livre en pâture un site qu’on se permet de classer à “l’extrême droite”, Riposte Laïque. On pointe du doigt son principal animateur en mentionnant, au coin d’une phrase, qu’il est poursuivi pour “incitation à la haine raciale” par les nouveaux Torquemada du 21e siècle, les pseudo “anti-racistes”. On oublie bien sûr de préciser que mon ami Pascal Mohamed Hilout, marocain d’origine, subit la même plainte que moi, ce qui montre le côté grotesque de l’accusation.

Que dire encore du mot “sulfureux” qui accompagne le nom de Geert Wilders, sans que vos lecteurs ne sachent que le président du Parti de la Liberté, aux Pays-Bas, est menacé de mort par les islamistes, et qu’il vient d’être acquitté d’un procès pour racisme que lui intentaient les disciples de la religion de paix et d’amour ?

Vos lecteurs auront donc l’impression – et c’est le seul but de votre article – qu’Oskar Freysinger a décidément de bien mauvaises fréquentations, à l’étranger, et notamment en France. Le système vous en sera reconnaissant.

Ce n’est pas vous qui subirez les conséquences quotidiennes des calomnies que vous déversez contre des personnes qui, en militant à Riposte Laïque ou ailleurs, à visage découvert, en résistant à l’islamisation de nos pays, s’exposent, au quotidien, au mieux à des insultes, parfois à des menaces, voire à des agressions physiques ou à des poursuites juridiques ridicules. Vous vous contentez juste de nous livrer en pâture, aux vrais fascistes, en nous classant à “l’extrême droite”, sans vous soucier de l’authenticité du propos, et encore moins de ses conséquences.

Des gens comme vous  ne font pas honneur à la profession de journaliste, mais consolez-vous, vous n’êtes pas le seul. Permettez-moi de ne pas vous saluer, et de vous transmettre tout le mépris que m’inspirent vos pratiques professionnelles.

Pierre Cassen

(1) http://www.lematin.ch/actu/suisse/freysinger-fait-campagne-paris

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi