Réponse à Yvon Huet, un militant communiste de la CGT qui croit que l’islam est féministe et anti-capitaliste

Publié le 14 octobre 2008 - par
Share

La lettre d’Yvon Huet adressée à la rédaction de Riposte Laïque, mais faisant allusion, de manière sympathique, à ma personne, a retenu mon attention. Je connais ce camarade, j’ai milité avec lui dans le syndicat du Livre CGT. Communiste convaincu, il a tenté de me convaincre à plusieurs reprises, vainement, que le bilan du socialisme réel était globalement positif.

Aujourd’hui retraité, mais toujours militant politique et syndical, il nous adresse cette missive, dans laquelle il nous reproche beaucoup de choses. (1) Nous saluons d’emblée sa volonté affichée de dialogue. Cependant, le contenu de son texte nous amène à répondre sans concession à des énormités qui expriment la dégénérescence de toute une partie de la gauche, et ses renoncements en matière de laïcité dûs à d’une vision angélique de l’islam.

Ce militant communisme évoque l’islam comme « une religion, comme les autres, à mettre au crédit de l’Humanité ». On peut être surpris de lui voir ainsi trouver des vertus à l’opium du peuple…

Son étrange comparaison du voile islamiste (au volant d’une voiture)avec le chapeau d’une hôtesse de l’air a de quoi laisser pantois.

La seule allusion aux attentats suicides qui frappent de nombreuses victimes innocentes est de plaindre la jeunesse du kamikaze !

Autre énormité que les communistes iraniennes ou algériennes apprécieront à sa juste valeur. « l’islam accepte qu’une femme musulmane, voilée ou non, reste une femme musulmane à égalité de droit et de respect »,

Les reproches développés dans cette lettre nous ont déjà été adressés : Nous focaliserions nos attaques sur l’islam, et cela ferait le jeu de l’islamisme. Nos lecteurs réguliers savent que nous n’omettons pas de critiquer le pape, le dalaï lama, les évangélistes, les intégristes juifs et les sectes. Si nos adversaires préfèrent ne relever que la seule critique de l’islam, c’est pour y déceler, et dénoncer ensuite, un racisme larvé. Nous n’avons jamais confondu « race » et religion. Nous regardons autour de nous, et constatons qu’aujourd’hui, l’islam est le fer de lance du combat contre la laïcité et le droit des femmes, donc nous combattons sans états d’âme le plus dangereux et le plus agressif.

Mais deux passages retiennent particulièrement mon attention.

« Ce sont les musulmans eux-mêmes qui devront s’affranchir de l’Islamisme, comme nous avons pu éradiquer la bête nazie issue de notre civilisation européenne. Ne faisons pas semblant de les aider en les humiliant et en creusant les écarts. Le temps des croisés est révolu. »

La comparaison entre l’islamisme et le nazisme est pertinente, nous lui en donnons acte… Il y a des similitudes entre ces deux formes de barbarie : l’antisémitisme, une conception totalitaire de la société. Je considère que l’islamisme est le produit de l’islam, mais je vois les différentes manières de pratiquer des musulmans. Les modérés n’appliquent pas à la lettre les préceptes de l’islam. Ceux qui les appliquent à la lettre sont intégristes. Mais l’idée d’Yvon Huet est intéressante. Il nous dit : « Nous, européens, on a su régler le problème des nazis, laissons les musulmans régler eux-mêmes le problème de leurs fascistes ». Faut-il lui rappeler que sans les Russes et les Américains…

Bien qu’éloignée d’une vision internationaliste (certains disaient, en France, que la victoire d’Hitler n’était que le problème des Allemands), ces propos pourraient être entendus si l’offensive des fascistes islamistes n’avaient pas lieu en Europe, et en France.

Comment ne pas voir que ce sont justement les musulmans démocrates, ou les athées d’origine arabo-musulmane, et encore davantage les femmes, qui ont le plus besoin de la laïcité pour être protégés de l’offensive communautariste des religieux ?

Comment ne pas voir que l’augmentation exponentielle des voiles, voire des burqas, signe le repli communautariste et le refus d’intégration dans la société française?

Cette position munichoise, revient à laisser les démocrates, les féministes et les laïques musulmans ou athées seuls face aux fascistes, au nom d’une « non-intervention » dans un débat qui ne serait pas le nôtre. L’évocation des croisés reprend la phraséologie des « Indigènes de la République », groupuscule sectaire considérant tout rappel des principes laïques opposés aux demandes d’accommodements raisonnables de la religion musulmane avec les principes républicains comme vestige du colonialisme.

Mais c’est la conclusion d’Yvon Huet est époustouflante, on touche à l’art.

« L’usure est interdite en terre d’Islam. Un beau sujet de réflexion et de compréhension mutuelle quand nombre de citoyens honnêtes vont se retrouver sur le tapis… ».

Il n’y a plus le mur ni le bloc de l’Est, il reste l’islam, pour s’opposer à un capitalisme qui plume le petit épargnant!

Alain Gresh, responsable du « Monde Diplomatique », reprend fréquemment ce type d’argumentation, sans aller aussi loin qu’un Garaudy qui s’est converti à l’islam, et relaie aujourd’hui les thèses négationnistes. Tous deux sont d’anciens staliniens, aujourd’hui fascinés par l’islam. Je ne dis pas qu’Yvon Huet est dans cette lignée. Mais il est d’une complaisance stupéfiante, devant une idéologie porteuse d’un projet politico-religieux qui constitue le fascisme du 21e siècle.

Si Yvon Huet nous lisait plus souvent, il saurait que nous avons publié une étude, dans le numéro 55, intitulée « Quelques vérités premières sur la prétendue religion des pauvres ». On pouvait y lire: « Ainsi pour ce qui est des « monarques les plus riches du monde » (« Le Figaro en ligne » du 25 /08 /08 – sources : « Palmarès Forbes »). Battant tous les records, le sultan de Bruneï, illustre descendant d’une dynastie MUSULMANE de 600 ans d’âge, 22 milliards de dollars de fortune personnelle (sans oublier « un bouclier fiscal » particulièrement performant…). D’accord, le sheikh Kalifa Bin Zayed Al Nahyan ( d’Abu Dhabi) le suit de très prés ( 21 milliards de dollars), tandis que l’émir du Qatar et celui de Dubaï restent un peu en retrait .. La fortune du roi d’Arabie Saoudite (qui construit actuellement une ville, qui portera son nom, pour 26 milliards de dollars ) est plus difficile à évaluer comme celle du sheikh Sabah Al Sabah devenu récemment émir du Koweit et qui a fait, par loi, fortement augmenter le budget de la famille royale. Quant à l’Aga Kahn, seul souverain à ne pas avoir de territoire géographique mais qui dirigent 15 millions de musulmans ismaéliens, il fait figure de parent « pauvre », d’autant que son divorce de sa seconde épouse lui a coûté 20 millions de dollars. »

Comment ne pas penser à Napoléon, déclarant, en 1801 : « Comment avoir de l’ordre dans un Etat sans religion ? La société ne peut exister dans un Etat sans religion. La société ne peut exister sans l’inégalité de fortunes et l’inégalité de fortunes ne peut exister sans la religion. Quand un homme meurt de faim, à côté d’un autre qui regorge, il lui est impossible d’accéder à cette différence s’il n’y a pas une autorité qui lui dise : « Dieu le veut ainsi, il faut qu’il y ait des pauvres et des riches dans le monde, mais ensuite, et pendant l’éternité, le partage sera fait autrement ».

Comment un cégétiste a-t-il pu oublier cette vérité première ? Pourquoi des militants communistes sont-ils incapables de mener, contre l’islam, la même bataille émancipatrice que nos ancêtres ont su mener contre le catholicisme et son omniprésence dans la société ? Comment peuvent-ils ne pas comprendre que l’islam, comme toutes les religions, n’est qu’un rideau de fumée pour mieux aider les nantis à dissuader les pauvres de mener la lutte des classes, et de se battre pour la répartition des richesses ? Mauvaise lecture de Marx ? Culpabilité post-coloniale ? Complexe face à la « religion des pauvres » ? Haine de soi ? Sans doute un peu tout cela à la fois.

J’ai eu le plaisir notamment d’intervenir, à l’invitation de Maurice Boivin, secrétaire du syndicat des retraités de la Chambre Typo, à laquelle appartient Yvon Huet, à une réunion sur la laïcité, organisée par le Gipaa, association de non-voyants proche du Parti communiste que Maurice préside.

J’avais constaté que, fort heureusement, tous les militants communistes n’ont pas la vision compassionnelle de l’islam de notre interlocuteur, et tous les participants, sans exception, étaient venus me féliciter, à la fin de notre débat, ce qui m’avait beaucoup touché.

Je sais qu’Yvon Huet a fait largement suivre son texte contre Riposte Laïque dans des réseaux militants. Je lui demande donc d’abord à faire suivre ma réponse, afin d’impulser un débat public, au sein de notre organisation syndicale, sur le thème de « La laïcité, enjeu du 21e siècle ». Je suis naturellement disponible pour un débat avec lui, et ne doute pas que le démocrate sincère qu’il est aura à cœur de concrétiser cette proposition.

Pierre Cassen

(1) http://www.ripostelaique.com/Je-ne-partage-pas-votre-conception.html

(2) http://www.ripostelaique.com/Quelques-verites-premieres-sur-la.html

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.