Réponse amicale à Daniel Cabuzel : la loi Carle doit être abrogée !

J’ai été stupéfié de découvrir le nom de Daniel Cabuzel au bas d’un texte paru dans Riposte laïque s’intitulant:
« la loi Carle est un moindre mal, hélas »
Comment toi, Daniel, authentique militant laïque peux-tu écrire un tel article qui pourrait être assimilé à du renoncement?
Non Daniel, si la loi Carle n’avait pas été votée ce n’est pas l’article 89 qui se serait appliqué :
cet article est rejeté par de nombreux élus de toutes tendances, ce qui explique les raisons qui ont poussé la droite à se lancer dans une nouvelle opération- vrai piège à naïfs-appelé loi Carle!
Non Daniel tu te trompes et tu trompes tes lecteurs lorsque tu affirmes que la loi Carle et je te cite « elle, ne concerne que les communes sans écoles et hors RPI » tu as omis de lire attentivement la dernière partie de cet article :
« En conséquence, cette contribution revêt le caractère d’une dépense obligatoire lorsque la commune de résidence ou, dans des conditions fixées par décret, le regroupement pédagogique intercommunal auquel elle participe ne dispose pas des capacités d’accueil nécessaires à la scolarisation de l’élève concerné dans son école publique ou lorsque la fréquentation par celui-ci d’une école située sur le territoire d’une autre commune que celle où il est réputé résider trouve son origine dans des contraintes liées :
« 1° Aux obligations professionnelles des parents, lorsqu’ils résident dans une commune qui n’assure pas directement ou indirectement la restauration et la garde des enfants ;
« 2° À l’inscription d’un frère ou d’une soeur dans un établissement scolaire de la même commune ;
« 3° À des raisons médicales »
Tu as aussi oublié que le préfet peut, s’il n’est pas d’accord avec un refus motivé, obliger la commune à payer!

Pourquoi cette omission?
J’ai lu attentivement ton texte et là j’ai été atterré, le mot est même faible en lisant :
« Personnellement je serais pour une contribution automatique entre communes, pour le privé, comme pour le public »!?
Au nom du principe de laïcité, seule l’école publique et gratuite a toute légitimité à bénéficier de financements publics !
La loi Carle qui va obliger les communes à verser 500 millions supplémentaires aux écoles privées est pour l’enseignement catholique comme elle vient de le proclamer:
« un bon compromis politique à l’instant T »… un compromis qui ressemble à une compromission d’une majorité parlementaire qui rêve tout haut de briser l’école publique.
Daniel! Notre combat doit être aussi le tien.
Alors que les sénateurs socialistes ont voté dans un moment d’égarement cette proposition de loi Carle, les laïques de ce pays et notre collectif ont convaincu les députés de gauche à voter comme un seul homme contre ce texte scélérat.
Nous devons faire front, refuser cette loi qui installe la parité public-privé et introduit une démarche allant vers le chèque éducation.
Tous les laïques de ce pays doivent combattre ce texte, appuyer une demande de recours au conseil constitutionnel et se préparer en cas d’échec à organiser une désobéissance civile et citoyenne.
Aujourd’hui le Comité National d’Action Laïque a écrit un communiqué combatif qui donne du baume au coeur à beaucoup de militants laïques désespérant devant l’apathie des grandes organisations:
« Le CNAL combattra la loi CARLE.
En outre, Le CNAL est satisfait du recours en Conseil Constitutionnel engagé par les députés ayant voté contre cette loi, comme il le leur avait demandé. Il appelle les élus locaux concernés par la loi CARLE à ne pas payer et les citoyens comme les maires à multiplier les contentieux. »
C’est un point d’appui solide pour les combats que nous devons mener ici et maintenant.
Jean-François CHALOT
Vice président du Collectif de défense et de promotion de l’école publique de proximité
http://ecoledeproximite.lautre.net/

image_pdf
0
0