Réponses aux questions d’un avocat sur l’islam et l’islamophobie

Publié le 16 janvier 2016 - par - 14 commentaires - 3 359 vues
Share
Ri7Jugement RLNotre ami Sami Aldeeb nous a fait parvenir ce dialogue avec un avocat imaginaire, dans le contexte où toute critique de l’islam se retrouve, notamment en France, devant les tribunaux. Il répond à cinq questions. Il évoque l’incitation à la haine, à la discrimination et à la violence. Il parle également de l’ahurissant procès de la Licra contre Aymeric Chauprade, y voyant « le monde à l’envers ». L’interview est fort longue, mais nous savons, parfois, faire des exceptions par rapport à nos 10.000 signes réglementaires.

Question 1 : M. Aldeeb, vous êtes un islamologue reconnu, traducteur de la Constitution suisse en arabe pour la Confédération, traducteur du Coran en français par ordre chronologique, et auteur d’une trentaine d’ouvrages. Pouvez-vous nous parler de l’incitation à la violence, à la haine et à la discrimination que contiennent les textes fondamentaux de l’islam et les doctrines islamiques ?

On entend des sons de cloches contradictoires. Certains disent que l’Islam est une religion pacifique et tolérante. On entend aussi le contraire, chaque groupe se basant sur des versets et des récits de Mahomet qui sont eux-mêmes contradictoires. Qu’en est-il au vrai ?

Vous pouvez être en face d’un jeune homme adorable qui est devenu délinquant avec l’âge. Il en est de même avec toute idéologie qui peut commencer avec les meilleures intentions, et ensuite devenir dangereuse. Quand on parle de l’islam, il faut préciser si on parle de l’Islam à ses débuts, ou de l’Islam dans son aboutissement.

L’Islam est fondé sur le Coran et la tradition de Mahomet, dite la sunnah.

Selon les sources musulmanes, Mahomet commence à « recevoir » la révélation à l’âge de 40 ans, en 610, à la Mecque. Il était alors simple employé chez une riche veuve plus âgée que lui et qui finit par l’épouser. Il prêche sa nouvelle religion, mais jusqu’à 622, il n’avait que quelques 150 adeptes en tout et pour tout. Dans cette période, il reçoit 86 chapitres du Coran. Ces chapitres sont plus ou moins pacifiques, même si on aperçoit quelques débordements violents dans les propos de Mahomet qui, un jour, dit à sa tribu : je suis venu à vous avec l’égorgement. Ce qui rappelle ce que fait Daesh qui cite souvent cette phrase dans ses vidéos et ses écrits.

En 622, il quitte la Mecque vers Médine où il va fonder son État islamique, devenant ainsi à la fois chef religieux, chef politique et chef militaire, multipliant les razzias contre les caravanes et les tribus polythéistes auxquelles Mahomet donne le choix entre la conversion à sa religion et l’épée, et en cas de victoire des troupes de Mahomet, les biens des polythéistes sont confisqués, et leurs femmes et enfants sont réduits en esclavage et vendus comme tels. Et c’est ce que fait Daesh.

Quant aux juifs et aux chrétiens, auxquels ont été ajoutés les sabéens et les zoroastriens, Mahomet leur donna le choix entre la conversion à l’islam, l’épée, ou la soumission à son pouvoir et le paiement d’un tribut, dit la jizya, en étant humiliés. En cas de refus et de défaite, ces communautés étaient massacrées par l’épée, leurs biens confisqués, et leurs femmes et enfants réduits en esclavage et vendus comme tels. Avant sa mort en 632, Mahomet a donné l’ordre d’expulser tous les non-musulmans de l’Arabie où ne devait rester qu’une seule religion, l’islam. D’où l’interdiction encore aujourd’hui de construire des églises aux milliers de non-musulmans venus travailler dans ce pays avec une autorisation de séjour provisoire. Les non-musulmans sont interdits d’entrer à la Mecque et à Médine, étant considérés comme impurs (najas) par le Coran (9.28). Des autoroutes sont construites en Arabie : les unes pour les musulmans, et les autres pour les mécréants. Même morts, leurs corps doivent être sortis du pays car l’enterrement est jugé un séjour à perpétuité. Et cela est appliqué encore aujourd’hui.

Dans cette deuxième période de l’islam, dite période médinoise, Mahomet reçoit 28 chapitres du Coran qui vont refléter ce changement dans la vie de Mahomet et conditionner les rapports avec les non-musulmans jusqu’à aujourd’hui.

Je vous cite ici deux passages significatifs du Coran:

9:29 – Combattez ceux qui ne croient ni en Dieu ni au jour dernier, qui n’interdisent pas ce que Dieu et son envoyé ont interdit, et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux auxquels le livre fut donné, jusqu’à ce qu’ils donnent le tribut par une main, et en état de mépris.

9:5 – Tuez les associateurs où que vous les trouviez, prenez-les, assiégez-les, et restez assis [dans] tout aguet contre eux. Mais s’ils se repentent, élèvent la prière, et donnant la dîme, alors dégagez leur voie. Dieu est pardonneur, très miséricordieux.

Appartiennent à la période médinoise les sanctions comme la lapidation, la crucifixion, l’amputation de la main du voleur, la flagellation, la mise à mort de l’apostat, normes auxquelles de nombreux pays musulmans ont renoncé, mais qui sont de nouveau réhabilitées, toujours sur la base du Coran et des récits de Mahomet. Il en est de même de la destruction des statues, répétée avec les statues de Bouddha en Afghanistan et des statues assyriennes en Irak. Il en est de même des normes discriminatoires contre les femmes. Mahomet, en effet, a perdu sa riche femme à la Mecque, femme à laquelle il était resté fidèle. Après sa mort et son départ à Médine, il va avoir de nombreuses femmes, en plus des esclaves sexuelles auxquelles il avait droit comme butin de guerre. Il permet de frapper les femmes qui désobéissent, d’épouser jusqu’à quatre femmes (à la fois) … et de conclure des mariages temporaires (dits mariages de jouissance, une vraie prostitution légale) pour une durée déterminée (d’une heure ou plus) contre paiement d’une somme d’argent. Et c’est ce que fait Daesh… et c’est ce qui est inscrit dans le Code civil iranien.

Le problème est que les deux parties – mecquoise (pacifique) et médinoise (violente et discriminatoire) – du Coran sont mélangées dans le recueil homologué par l’État islamique après la mort de Mahomet. Si vous achetez le Coran, vous allez voir que les chapitres ne sont pas classés par ordre chronologique, mais plus ou moins selon la longueur des chapitres, avec des exceptions. Ce qui fait que vous passez facilement de versets tolérants appartenant à la période mecquoise, à des versets violents et discriminatoires appartenant à la période médinoise, et vice-versa. Ainsi, vous allez tout le temps vous interroger s’il est tolérant ou discriminatoire. Pour faire la distinction entre les chapitres mecquois et les chapitres médinois, j’ai édité le Coran par ordre chronologique, en arabe avec ma traduction française. Et c’est la seule qui existe aujourd’hui dans cet ordre en langue française. Il existe quelques traductions anglaises par ordre chronologique, mais l’édition utilisée tant en arabe que dans les traductions suit l’ordre désordonné des chapitres que je viens de décrire.

Ceux qui prétendent que l’islam est pacifique et tolérant se réfèrent en fait à la première partie mecquoise de l’islam, et ceux qui disent le contraire se réfèrent à la deuxième partie médinoise de l’islam.

Le malheur des musulmans et de l’humanité est que selon le droit musulman, comme dans tout système juridique, la loi postérieure abroge la loi antérieure. Ce qui fait que l’islam violent, haineux et discriminatoire abroge le premier islam pacifique et tolérant. Ibn-Taymiyya, mort en 1328 en Syrie, écrit que les musulmans doivent se référer aux versets mecquois tolérants lorsqu’ils sont en état de faiblesse, et aux versets médinois violents lorsqu’ils sont en position de force. Ibn-Taymiyya est l’idéologue des fondamentalistes, et son opinion se retrouve dans des fatwas musulmanes contemporaines et dans les écrits et déclarations de Daesh et autres mouvements islamiques. Ceci permet la suspension de l’application stricte des normes islamiques pour une période de faiblesse… sans jamais disparaître. Tout dépend des forces en présence. C’est ainsi que l’esclavage et le rapt des femmes qu’on pensait disparus à tout jamais ont été réhabilités par l’État islamique, que ce soit en Syrie, en Irak ou en Afrique avec le groupe Boko Haram.

Évidemment, l’islam médinois est en nette violation des droits de l’homme, étant discriminatoire contre les non-musulmans et contre les femmes, prévoyant des normes pénales cruelles comme la lapidation et l’amputation des mains et la crucifixion, et prônant une guerre à ne plus finir jusqu’à la domination du monde entier par les musulmans dans les conditions que nous avons décrites. C’est le jihad dans la voie de Dieu qui ne prend fin selon la doctrine musulmane que le jour du retour de Jésus, à la fin des temps. L’Islam ne reconnaît pas les frontières, et estime que toute la planète doit être soumise au pouvoir musulman. Le chef de l’État doit en principe entreprendre une guerre offensive au moins une fois par an pour élargir ses frontières, et la validité d’un traité de paix ne peut dépasser dix ans.

Afin de résoudre ce problème, un penseur musulman soudanais nommé Mahmoud Muhammad Taha a prôné le retour au Coran mecquois, et l’abandon du Coran médinois, mais cela allait contre les normes islamiques… et il a été pendu en 1985 sur instigation d’Al Azhar, la principale institution du monde sunnite. Et toute personne qui dirait ce qu’il a dit subira son sort, sans le moindre doute.

Concernant la haine

On remarquera que le Coran mecquois s’adresse généralement à tous. De nombreux versets commencent par « O humains ». Dans la période médinoise, le Coran change totalement de ton et fait une nette distinction entre les croyants et les mécréants… les kafirs. Le terme kafir en arabe est la pire insulte qu’on peut faire à une personne… parce qu’elle implique sa mise à mort ou dans le meilleur des cas sa soumission. Ce terme revient 525 fois sous différentes formes dans le Coran. Ce dernier interdit toute alliance et toute amitié entre les musulmans et les mécréants, sauf en état de faiblesse. Le verset 3:28 dit: « Que les croyants ne prennent pas les mécréants pour alliés hors des croyants. Quiconque fait cela n’a rien de Dieu, à moins que vous ne les craigniez ». Le verset 5:51 ajoute: « Ô vous qui avez cru! Ne prenez pas pour alliés les juifs et les nazaréens. Ils sont alliés les uns des autres. Quiconque parmi vous s’allie à eux serait des leurs. Dieu ne dirige pas les gens oppresseurs ». J’ai écrit un livre sur le verset 3:28 dans les exégèses à travers les siècles, disponible chez Amazon en version papier, et en pdf sur mon site.

Cette haine se reflète dans les cinq prières quotidiennes des musulmans, au cours desquelles le musulman doit répéter au total 17 fois (par jour) le chapitre premier du Coran qui dit, entre autres: «Dirige-nous vers le chemin droit. Le chemin de ceux que tu as gratifiés, contre lesquels tu n’es pas en colère et qui ne sont pas égarés ». Or, l’écrasante majorité des exégètes affirment, sans réfutation aucune, que ces deux catégories désignent respectivement les juifs et les chrétiens. Et ceci est enseigné aussi aux enfants. Comment voulez-vous que des musulmans répétant 17 fois par jour de telles invocations haineuses à l’égard des non-musulmans puissent s’intégrer dans la société occidentale? En outre, comment voulez-vous que des musulmans puissent s’intégrer parmi des gens que le Coran qualifie de mécréants et des juifs que le Coran dit transformés en porcs et en singes (2:65 ; 5 :60 ; 7 :166)? J’ai écrit un ouvrage comportant les textes d’environ 80 exégèses anciens et modernes sur ce premier chapitre du Coran, disponible chez Amazon en version papier, et en pdf sur mon site.

Concernant la discrimination

L’islam établit une classification des gens selon leur appartenance religieuse.

Les polythéistes : ils avaient le choix entre la conversion à l’islam et l’épée avec asservissement de leurs enfants et de leurs femmes. En vertu de cette norme, les musulmans ont exterminé environ 80 millions d’hindouistes. Et c’est pour cela que les yézidites ont été massacrés en Iraq par Daesh, et leurs femmes vendues comme esclaves… parce qu’ils n’ont pas de livre sacré reconnu par l’islam.

Les gens du Livre : à savoir les juifs, les chrétiens, les sabéens et les zoroastriens. Ils ont le choix entre la conversion à l’islam, l’épée, et le paiement de la jizya en état d’humiliation. S’ils acceptent de payer le tribut, ils doivent aussi se soumettre à des restrictions, notamment l’interdiction de convertir un musulman à leur religion, et l’interdiction d’épouser une femme musulmane, alors que les musulmans peuvent les convertir à l’islam et épouser leurs femmes. Ce qui est contraire à la Déclaration universelle des droits de l’homme. Même aujourd’hui en France, une musulmane qui épouse un chrétien risque la mort. Raison pour laquelle le chrétien est contraint de se convertir à l’islam, ne fut-ce que formellement. Mais leurs enfants sont obligatoirement musulmans.

Les apostats, ceux qui quittent l’islam, sont mis à mort selon le droit musulman. Ils ne peuvent pas se marier, ni hériter. Et si jamais un apostat est marié, son mariage est dissous ipso facto. Même en France, un musulman qui se convertit à une autre religion risque de se faire tuer par les musulmans. Raison pour laquelle ces convertis gardent la discrétion sur leur nouvelle religion… alors que les convertis à l’islam ont tous les droits.

En matière de droits de la femme, on constate la discrimination dans le domaine de la polygamie, de la succession et du témoignage. La femme ne reçoit que la moitié de ce que reçoit l’homme en général, et son témoignage ne vaut que la moitié du témoignage d’un homme. Ceci est prévu expressément dans le Coran et c’est appliqué dans le monde arabe et musulman. On a aussi la discrimination vestimentaire : les femmes doivent se conformer à des restrictions que les hommes n’ont pas. D’où le problème du voile.

Question 2 : Est-il crédible de penser qu’un nombre significatif de musulmans en France, de plusieurs centaines de milliers à plusieurs millions, peuvent un jour accepter l’idéologie prônant l’établissement de la charia ?

Certains disent que les musulmans dans leur grande majorité sont respectueux de la loi française.

Il faut savoir que dans l’islam, loi islamique et foi islamique sont inséparables. Si les musulmans français, égyptiens ou jordaniens pratiquent la prière mais ne pratiquent pas la lapidation ou l’amputation de la main du voleur, ne font pas payer aux non-musulmans la jizya, et ne prennent pas leurs femmes comme esclaves, cela ne veut pas dire qu’ils y renoncent. Tout simplement ils attendent la possibilité de le faire… comme cela est arrivé avec l’État islamique appelé Daesh (acronyme d’État islamique en Irak et en Syrie) proclamé en 2014. C’est le principe de la faisabilité. Une tortue de terre hiberne pendant l’hiver. Vous pensez qu’elle est morte. Détrompez-vous. Dès le premier rayon de soleil, elle se réveille. Il en est de même de l’islam dans son intégralité.

Il existe une théorie particulière chez les musulmans qui est celle de l’immigration. D’ailleurs, le calendrier musulman s’appelle l’hégire, qui signifie l’émigration. En droit musulman, le musulman ne peut séjourner dans un pays de mécréance… comme c’est le cas de la France… qu’en cas de nécessité. Et si le musulman est contraint de séjourner parmi les mécréants, il doit autant que possible appliquer les normes musulmanes et ne pas se mêler aux mécréants. D’où la revendication des musulmans à avoir leurs propres cimetières. Et le musulman a le devoir de convertir les non-musulmans à l’islam… et ainsi de transformer le pays mécréant en pays musulman.

Pour être un parfait musulman, il faut trois choses : obéir à un chef musulman, se soumettre à des tribunaux musulmans et appliquer la loi musulmane… donc les trois pouvoirs étatiques : exécutif, judiciaire et législatif. D’où la revendication des musulmans d’avoir leurs propres tribunaux et leurs propres lois. Et lorsque leur nombre le permet, ils doivent prendre le pouvoir exécutif et demander leur indépendance. C’est ce qui s’est passé au Kosovo. Aujourd’hui, des musulmans demandent en Grande-Bretagne que trois régions soient des régions islamiques autonomes. Il en va de même aux États-Unis avec The Nation of islam. Si demain les musulmans deviennent plus nombreux à Marseille, cela ne m’étonnerait pas qu’ils réclament un État islamique dans cette région. Vous aurez ainsi l’État islamique de Marseille. Aujourd’hui, les musulmans continuent de réclamer par exemple la Sicile et l’Andalousie en Espagne, qui ont été gouvernés un temps par les musulmans. Et ils disent clairement que leur but est de transformer la Belgique en Etat islamique, et de conquérir Rome… sur la base d’un récit attribué à Mahomet qui est encore répété dans la belle Mosquée dorée à Jérusalem… sous occupation israélienne. Ceci fait partie du dogme islamique.

À cela il faut ajouter que ce n’est pas la majorité qui décide en droit musulman. On ne peut faire voter les musulmans s’ils veulent permettre ou interdire le vin, à titre d’exemple. Le droit musulman a sa propre souveraineté… En droit musulman, lorsqu’on dit le législateur, cela ne se réfère jamais au parlement… mais à Dieu. L’homme n’a pas le pouvoir de permettre ce que la loi musulmane interdit, ou de supprimer une norme impérative du droit musulman… tout ce qu’il peut faire est de surseoir à l’application du droit musulman en attendant des jours meilleurs.

On n’a pas besoin de majorité pour imposer la loi musulmane… de façon progressive… partielle, voire totale. Il n’y a pas plus doux que les agneaux. Mais il suffit d’un berger malveillant ou même d’un voleur disposant de moyens coercitifs pour amener un troupeau d’un million d’agneaux à l’abattoir ou ailleurs. On ne demandera jamais l’avis des agneaux. Soit ils marchent… soit ils sont battus. Il suffit de quelques fanatiques se réclamant de la religion pour imposer l’application de la loi islamique dans toute sa rigueur…. en invoquant la suprématie de la loi de Dieu. À Mossoul, en Irak, il a suffi que Daesh prenne le pouvoir pour que la loi islamique soit appliquée. Et ainsi on a vu des musulmans tuer leurs voisins yézidites, prendre leurs filles et leurs femmes et les vendre comme esclaves sexuelles…. Parfois ce sont des collègues d’étude ou de travail, ou des voisins qui ont commis de telles atrocités… sans avoir la moindre mauvaise conscience… Et s’ils s’y opposaient, ils étaient tués.

En France, il suffit que quelques musulmans se mettent à exercer une violence contre les femmes pour contraindre les femmes de toute religion à se conformer à leurs lois vestimentaires. Il y a déjà des zones dites sharia zone en Grande-Bretagne, avec une police autoproclamée dite islamique. La charia est déjà appliquée dans de nombreux domaines en France, en violation du droit français et de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Je pense notamment à la liberté religieuse (quel musulman peut changer de religion librement sans se voir menacé ?), au droit au mariage (quelle fille musulmane peut épouser un chrétien sans se voir menacée), aux cimetières séparés, aux normes vestimentaires, à l’abattage rituel, à la prière des rues, à la séparation des sexes dans les piscines, aux soins médicaux, à la liberté d’expression, etc.

Après les terribles agressions sexuelles en Allemagne, la maire de Cologne a demandé aux femmes allemandes d’adapter leurs vêtements… et le chef de la police en Autriche a demandé aux femmes de ne pas sortir seules. A Genève, par exemple, la pièce de Voltaire sur Mahomet a été interdite par les autorités genevoises … pour ne pas irriter les musulmans… Dans une classe, il suffit qu’un élève fasse le signe de l’égorgement, pour que les autres étudiants s’abstiennent de manger pendant le mois de Ramadan. Des Finlandais m’ont dit il y a quelques années déjà que des demandeurs d’asile somaliens allaient dans les cafés et malmenaient les personnes qui leur semblaient de religion musulmane parce qu’ils consommaient pendant le mois de Ramadan. On a connu des cas similaires en France.

Question 3 : La comparaison de la montée de l’idéologie de la charia en France avec la montée du nazisme vous paraît-elle pertinente, et si oui pour quelle raison ?

Ce qu’on reproche surtout au nazisme, ce sont ses lois discriminatoires contre tous ceux qui ne sont pas aryens, et ses atrocités dans les camps de concentration.

Sur le plan de la discrimination, l’islam n’a rien à envier au nazisme. Nous en avons déjà parlé. Il s’agit de discrimination sur la base de la religion.

Sur le plan des atrocités, non plus, l’islam n’a rien à envier au nazisme. Pensez à l’extermination d’environ 80 millions d’hindouistes parce qu’ils n’appartiennent pas aux gens du livre. Pensez au sort des malheureux yézidites en Iraq. Et ne me dites pas que Daesh ne représente pas l’Islam. Tout ce que fait Daesh est motivé par Daesh elle-même sur la base du Coran, de la Sunnah de Mahomet et des ouvrages juridiques reconnus. Et ce que Daesh fait est encore enseigné dans les manuels de l’Azhar et de toutes les facultés de droit musulman.

Le nazisme n’a duré qu’une fraction du XXe siècle, alors que l’islam dure depuis 14 siècles.

Nous sommes face à une islamisation rampante en Occident, y compris en France, et aussi dans les pays musulmans. Et ce sont souvent les jihadistes venant de l’Occident qui se distinguent par leur violence en Syrie et en Irak. La deuxième génération des musulmans en France est plus radicalisée que la première génération. Et la migration actuelle ne fera qu’aggraver la situation.

 

Question 4 : Comprenez-vous bien dans la vidéo d’Aymeric Chauprade, la France en guerre, le processus d’islamisation tel qu’il le pense, à savoir comme l’expansion de la loi islamique dans la société française, et ce qu’il entend par « déislamisation », le processus inverse, à savoir le recul de cette loi islamique ?

La vidéo incriminée énonce la désislamisation de la France. Mais elle n’entre pas dans tous les détails… Elle n’explique pas quelles sont les normes islamiques qui sont déjà appliquées en France… en violation du droit français et de la déclaration universelle des droits de l’homme. Peut-on, dans ce cas, condamner quelqu’un qui demande que le droit français et la déclaration universelle des droits de l’homme soient appliqués en France, et que toute norme islamique qui leur est contraire soit bannie ?

Je comprends que les politiciens veulent éviter de choquer… mais le mensonge n’a pas de pieds… comme dit le proverbe arabe. Ce qui signifie qu’avec le mensonge, on ne va pas loin. Et le temps malheureusement ne joue pas en faveur de l’Occident. Il est donc urgent de nommer un chat un chat.

Mais les universités occidentales sont aussi responsables. Elles ne remplissent pas leur rôle… par peur ou par intérêt financier. La chaire de droit musulman de Harvard est financée par l’Arabie saoudite, de l’aveu même des autorités saoudiennes. La chaire de Tariq Ramadan à l’université d’Oxford est intégralement financée par le Qatar, de l’aveu même de l’intéressé. Et qui paie commande, disent les Suisses. Imaginez que les facultés de médecine enseignent aux étudiants non pas la médecine, mais comment jouer des pièces de Shakespeare. Le jour où une épidémie grave survient, la société n’est plus en mesure d’y faire face.

Question 5 : Les propos d’Aymeric Chauprade dans sa vidéo vous paraissent-ils diffamatoires à l’encontre de l’ensemble des musulmans ?

Pour les musulmans, ou au moins pour certains musulmans, toute critique touchant la communauté musulmane ou la religion musulmane est perçue comme diffamatoire, stigmatisante, islamophobe. Supposons que vous critiquez la lapidation ou l’amputation de la main du voleur, ou la mise à mort de l’apostat, ou le mariage des filles mineures, ou l’excision des femmes, vous trouverez toujours des musulmans qui considéreront vos critiques comme diffamatoires. Alors que faire ? Faut-il accepter toutes les normes islamiques, même celles qui violent la Déclaration universelle des droits de l’homme et les lois françaises pour ne pas irriter les musulmans, ou une partie des musulmans ? Si la réponse est oui, cela veut dire l’acceptation pure et simple de la sharia sur le territoire français.

Mais je pense que le rôle de la juridiction française est d’affirmer la suprématie de la Déclaration universelle des droits de l’homme et des lois française sur le droit musulman et les revendications des musulmans basées sur le droit musulman. Le rôle de la juridiction française est de garantir le respect de la souveraineté de la France, dont fait partie intégrante la souveraineté législative… et juridictionnelle. Vous ne pourrez pas admettre que des musulmans par exemple se mettent à établir des tribunaux musulmans condamnant les femmes pour adultère et les lapidant sur le territoire français.

Or, ceci est sans aucun doute une des revendications de tous les mouvements musulmans que je connais. D’ailleurs, pour votre information, le Conseil des ministres arabes de la justice a adopté à l’unanimité en 1996 une loi unifiée qui prévoit la mise à mort de l’apostat, la lapidation, l’amputation de la main du voleur, etc. Et cette loi unifiée se trouve sur le site de la Ligue arabe… bien que de nombreux pays arabes ne lapident pas… Le principe suivi par les Ministres arabes de justice, adopté dans le plan de Sanaa, est que ces lois doivent être appliquées en fonction des possibilités. Et ce plan se trouve aussi sur le site de la Ligue arabe.

Quand je vois la Licra engager un procès pour islamophobie contre M. Chauprade ou autres, je me dis que c’est le monde à l’envers. Ne sait-elle pas que l’islam est une religion foncièrement discriminatoire et anti-juive, comme nous venons de le voir ? Certes, on va me dire que certains musulmans, voire la mosquée de Paris, ont protégé des juifs contre le nazisme, mais il serait totalement erroné de dire que le droit musulman et les musulmans considèrent les juifs comme des êtres humains bénéficiant des mêmes droits que les musulmans. Je lisais ces derniers jours que les enfants juifs sont priés de ne pas porter la kippa… par peur des musulmans, ou de certains musulmans.

À mon sens, on ne peut être contre la discrimination et en même temps en faveur de l’islam. En accusant les gens d’islamophobie à tort et à travers, la Licra se tire une balle dans le pied. Il faut à cet égard distinguer entre musulmanophobie et islamophobie. Je suis tenu d’aimer les Allemands, mais pas le nazisme. J’adore les Italiens, mais pas le fascisme. J’admire les Espagnols, mais pas la culture de la corrida. Je porte les musulmans dans mon cœur comme tout autre être humain, mais pas l’islam. D’ailleurs, les musulmans sont les principales victimes de l’islam. Et critiquer l’islam, c’est leur rendre le plus grand service. Il serait bon ici de rappeler cette parole d’Ernest Renan, mort en 1892:

“Les musulmans sont les premières victimes de l’islam. Combien de fois n’ai-je pas observé au cours de mes voyages en Orient, que le fanatisme est le fait d’une minorité d’hommes dangereux qui, par la terreur, maintiennent les autres dans la pratique d’une religion. Affranchir le musulman de sa religion est le plus grand service qu’on puisse lui rendre”.

Je termine ici en signalant que le Journal de Genève a classé mon blog Savoir ou se faire avoir parmi les sites qualifiés de « droite dure ». Je lui ai écrit en l’informant que j’ai toujours voté socialiste ou vert, mais le Journal de Genève a refusé de publier ma lettre (voir cette lettre ici). J’espère qu’on ne peut pas être socialiste, en faveur de l’égalité, et en même temps en faveur de l’islam qui est dans son essence une religion discriminatoire et contraire aux droits de l’homme… comme l’a dit la Cour européenne des droits de l’homme à deux reprises (voir cet article). Le problème avec les médias et les politiciens est que vous êtes tout de suite classé extrême droite, voire fasciste, pour la simple expression de vues lucides sur l’Islam. C’est la raison pour laquelle j’ai écrit mon article: “Sami Aldeeb est islamophobe et fier de l’être“, afin de dénoncer cette myopie et l’abus dans l’usage du terme islamophobie, qui vise à dénigrer toute personne critique envers l’islam et les musulmans.

PS.: Si vous avez aimé cet article, diffusez-le par tous les moyens à votre disposition. Merci d’avance.

Dr. Sami Aldeeb Abu-Sahlieh
Professeur des Universités
Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Armand de Maupertuis

Comme disait Caton l’Ancien sur Carthage, d’où j’en conclus qu’il faut détruire l’islam.

De toute manière on ne va pas soutenir ce petit jeu schizophrène éternellement. Ou vous êtes du côté de la République, esprit des Lumières, pensée critique, développement scientifique et artistique, droits de l’homme et droits des femmes. Ou vous êtes du côté de l’islam, charia, arriération, phallocratie, décapitations, nihilisme.

Il n’y a pas de voie moyenne – le mythe des musulmans pacifiques est à mettre en regard de l’immense majorité des adhérents au parti nazi qui ignoraient jusqu’à l’existence même des camps de la mort. Ce fut néanmoins leur adhésion sans faille à une idéologie ennemie du genre humain qui permit un génocide. Les musulmans présents sur notre sol n’ont même pas l’excuse de l’ignorance, ce qui les rend encore plus condamnables et dangereux.

Enée

Merci Monsieur Aldeeb pour cet intéressant cours magistral.
Il nous renseigne mieux sur l’Islam, et , il nous donne des arguments sérieux et fondés pour lutter contre la propagation de cette idéologie totalitaire dangereuse pour notre pays et pour l’humanité entière .

Pivoine

Les Juifs intégristes ne valent pas mieux. Il y a quelques années, ils réclamaient des trottoirs séparés, car ils ne voulaient pas croiser de femmes ! De même que des bus non mixtes ! S’ils étaient au pouvoir, ils appliqueraient la loi judaïque (du temps de Moïse), qui s’apparente étrangement à la charia…

BALT

De quoi parlez vous? Est-ce que les Juifs orthodoxes de France ou d’Europe ont demandé à avoir des trottoirs séparés? Est- ce que les Juifs orthodoxes de France ou d’Europe ont demandé à avoir des bus séparés? Est-ce que les Juifs de France ou d’Europe ont des chances d’accéder au pouvoir en France ou en Europe? En fait, vous avez profité de l’excellent article de Sami Aldeeb pour déverser votre haine antisémite injustifiée.

Pivoine

J’aurais dû préciser : les orthodoxes juifs israéliens.
Et je ne suis pas antisémite !!!
Il est un fait indéniable que les extrémistes religieux haïssent les femmes.
Et si je ne m’abuse, c’est bien dans la Bible (écrite par les Hébreux), où il y est dit qu’Eve, donc une femme, est coupable du péché originel, après avoir entraîné Adam…
Mythe misogyne repris par les chrétiens et musulmans, qui attribuaient aux femmes la responsabilité des malheurs de l’humanité.

BALT

Tout le monde a compris que vous êtes tout simplement un antisémite avéré, que vous racontez n’importe quoi. L’immense et prodigieux article se Salem Ben Ammar ne vous a servi que pour déverser votre haine. Pauvre de vous!

antivalls

et oui la vérité fait mal a lire pour certains

Philippe Mangé

Excellente analyse, merci. Des versets comme ceux cités (9.5 et 9.29, entre autres) justifient qu’au minimum le coran soit vendu sous jaquette avec mise en garde, voire interdit. Et l’Arabie saoudite est la pire horreur de pays musulman sous-développé, tous les Etats musulmans le sont d’ailleurs.

Filochard

Ce qu’il ecrit est vrai archi vrai. Mais s’il est ecolo-socialiste, pour moi tout tombe, car les 2 versions sur l’islam ne sont pas compatibles celle de l’islamophobe et celle du socialo.dhimmi par excellence

Glazik

RVous avez donc d’abord comme priorité la lutte contre les idées de gauche ?
Lucide et patriote, de gauche ou de droite, l’important aujourd’hui c’est de combattre l’islamisation de notre pays, de préserver notre mode de vie, il sera grand temps alors de régler nos comptes entre plus à droite ou plus à gauche . Quand j’entends Mr Chauprade, nous dire en présentant son nouveau parti, qu’il faut adapter la France à la mondialisation, j’enrage. Ce type revanchard fera tout
pour empêcher le FN d’arriver au pouvoir. Il est de droite !
Que des gens de gauche et de droite clairvoyants se rejoignent au FN pour sauver ce qui peut encore l’être, très bien, la priorité c’est de sauver la France, vite !
L’Islam n’est pas de gauche ni de droite, il est l’Islam et va nous balayer si nous laissons faire !ejoindre la discussion

maujo

M. BALT
Ne perdez pas votre temps avec les quelques vrais racistes qui viennent sur ce site déverser leurs diarrhées verbales sur les juifs, souvent sans rapport avec l’article.

Sami Aldeeb

Pour moi, le socialisme est l’équivalent d’égalité sociale et de justice. Et de ce fait, il est l’antinomie totale de l’islam, qui est une religion foncièrement discriminatoire.
Si les socialistes français, suisses ou autres s’abstiennent de critiquer l’islam sur ce point, c’est parce qu’ils ont vendu leur âme au diable et ont perdu la tête.
Et si la Licra (Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Antisémitisme) fait des procès contre ceux qui critiquent l’islam ou les musulmans, elle se tire une balle dans le pied et fait preuve de manque de discernement.
Selon un article de Wikipedia, la Licra / France est subventionnée par l’Etat français à hauteur d’environ 500’000 euros par an: https://goo.gl/wr38IC. Elle a donc besoin de justifier sa présence en multipliant les procès. D’autre part, elle se remplit les poches en se constituant partie civile dans les procès contre l’islamophobie, recevant l’amende à laquelle est condamné le « coupable d’islamophobie ».

BALT

Monsieur, je constate à nouveau, que vous tenez des propos débiles. Aussi, je ne répondrais plus à vos commentaires car cela ne sert à rien.

yves ESSYLU

Le socialisme c’est le cancer marxiste et la trahison de son pays au profit de l’internationale socialiste, collaboration en 40, sabotage en Indo, portage de valises du FLN et maintenant immigrationnisme
La LICRA ce sont d’abord des gauchistes décérébrés avant d’être des juifs, si par malheur ils prennent le pouvoir en Israël ce courageux petit pays va disparaître en quelques jours