Reprise du travail quatre mois après la vidéo dénonçant l’islamisation de la RATP

Publié le 9 mai 2013 - par - 2 044 vues
Traduire la page en :

[youtube]O_-ENQrnlDU[/youtube]

http://www.youtube.com/watch?v=O_-ENQrnlDU

C’est avec une certaine appréhension que je suis revenue dans mon centre bus RATP, vendredi dernier, plus de 4 mois après le tournage de la vidéo de Guy Sauvage. Les menaces de mort, insultes et intimidations qui avaient suivies, à mon encontre et à celle d’autres collègues, m’ont en effet contrainte, pour me protéger, à cesser le travail.

La direction avait bien fait les choses, mettant à ma disposition un cadre pour faciliter mon retour et éviter certaines attitudes hostiles à mon égard. J’ai vu pas mal de têtes se décomposer à ma vue, avec des regards de travers, des visages renfrognés, des rassemblements hostiles accompagnés de chuchotements,  des regards agressifs et des insultes minables (plus dégradantes pour les auteurs que pour moi) mais en dehors de cela, je suis agréablement surprise de l’accueil qui m’a été réservé par un certain nombre de mes collègues.

Outre les poignées de mains chaleureuses et appuyées, j’ai eu droit à une avalanche de soutiens et de compliments de la part de collègues résolument républicains et laïques , visiblement soucieux de la dérive communautaro-religieuse, certes discrets mais néanmoins  très encourageants.

J’ai quand même eu droit, dès ce premier jour, à une convocation « informelle » de ma direction locale, qui dans un premier temps fût tout à fait courtoise, mais qui, au fil de l’entretien, s’est inévitablement dégradée. La direction m’a, à deux reprises, conseillée de voir un psy (pour me faire soigner d’une « phobie » sans doute), puis m’a refusé le droit de me protéger dans mon bus (en déployant ma cabine intégrale) en mettant en avant le « REGLEMENT ». L’occasion était trop belle pour leur faire remarquer qu’ils ne font pas appliquer le « REGLEMENT » ni même la LOI  lorsqu’il s’agit de la pratique religieuse, les signes ostentatoires et  l’atteinte à la dignité des agents féminins par certains de nos collègues  musulmans, et qu’ils adoptent une politique de deux poids deux mesures selon le sexe, l’origine ou la religion de l’agent. Certaines mauvaises langues y verraient là une discrimination !

J’ai eu l’occasion aussi de parler avec quelques collègues musulmans qui, loin de la pression de leurs coreligionnaires et du syndicat communautaire SUD, me concèdent, au moins et en toute cordialité, la liberté de conscience et la liberté d’expression, ce qui est la moindre des choses…

Mais le fin du fin, c’est lorsque un agent musulman m’encourage dans notre action, se désolidarise totalement de l’action en justice pour diffamation de Nasser Adjal (et en substance de SUD) contre RL et moi-même en reconnaissant les dérives émanant de sa propre communauté.

Quant aux peu de responsables syndicaux que j’ai pu apercevoir,  à aucun moment ils n’ont  manifesté la volonté de dialoguer avec moi, ni sur les dérives que je dénonce et que la direction générale de la RATP a reconnues, ni sur les solutions nécessaires pour y mettre fin.

Aurais-je eu tort de dire des vérités qui dérangent certaines pratiques clientélistes bien éloignées des idéaux pour lesquels je m’étais syndiquée il y a vingt ans ? Toujours est-il que je suis ravie, après tous ces événements, d’avoir repris le travail, et le volant.

Ghislaine Dumesnil

 

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi