Retour du totalitarisme féministe écolo-mondialiste contre les Blancs

Feministestarees.jpg

On a vu à l’œuvre le totalitarisme de la Rousseau. Même si elle nie la ressemblance au nazisme et au stalinisme, le totalitarisme vert des écolo-féministes prend toujours grand soin de nier la réalité concrète. C’est le retour aux origines du système totalitaire. Elle pense, en somme, que toutes les monstruosités du XXème siècle et du XXIème siècle sont des produits de la barbarie de l’impérialisme patriarcal blanc. Nous savons aujourd’hui que le potentiel de nuisance du totalitarisme de la Rousseau n’est pas épuisé. C’est l’idéologie écolo-féministe laïque du XXIème siècle qui se manifeste sous la forme de la haine du mâle blanc.

Ce néo-féminisme nous afflige ! (Renée Fregosi, Revue des deux mondes). La police des mœurs des néo-féministes, dont Sandrine Rousseau est devenue l’un des agents les plus zélés, traque et fustige le moindre écart de conduite des hommes blancs occidentaux dans leurs relations avec les femmes jusque dans les alcôves et les conflits de couple. En revanche, leur silence est assourdissant sur la lutte héroïque des femmes iraniennes et afghanes contre le voile. Ces soi-disant féministes-là ne se reconnaissent pas dans les femmes des quartiers qui résistent à l’oppression islamiste comme Nadia Remadna de la Brigade des mères.

À faire dériver la défense des droits des femmes vers le différentialisme au lieu de la concevoir comme la revendication d’une égalité des sexes, les néo-féministes se font les complices de la misogynie de l’Islam, à savoir les préceptes de la charia concernant la soumission des femmes et la séparation des sexes.

On se souvient de la prise de position aberrante de Caroline de Haas, affairiste de la rééducation prétendument féministe, qui proposait en 2017 d’élargir les trottoirs pour éviter les actes de harcèlement de femmes par des immigrés dans le nord de Paris. Les violences faites aux femmes par les islamistes et les musulmans traditionalistes sont régulièrement occultées comme lors des viols collectifs de Cologne en 2016, excusés au nom de la lutte contre la domination occidentale et l’islamophobie. En fait c’est la libération des femmes et des mœurs en général qui est réprouvée comme en témoignent les prises de position en faveur du port de vêtements affirmant la féminité et la soumission des femmes. Le voilement des femmes sportives avec le mouvement des Hijabeuses et les mobilisations pour le burkini sont soutenues par ces féministes.

Elles reconnaissent les soi-disant féministes islamiques en lutte contre le féminisme occidental et considèrent avec elles que le voile est une protection des femmes contre la concupiscence des hommes.

Le voilement du corps des femmes devient l’étendard de leur servitude volontaire !

Au nom de principes égalitaires et libertaires pervertis en injonctions écolo-féministes totalitaires, les minorités tyrannisent la majorité. Au nom de la lutte contre le privilège blanc, c’est tout l’Occident, son histoire, sa culture qui sont rejetés. La projection fantasmatique d’un Occident haï est devenue la nouvelle idéologie.

C’est en tant que principe d’émancipation individuelle que la modernité occidentale est rejetée. Ainsi, les attaques contre l’Occident patriarcal blanc chrétien s’articulent à l’affirmation d’une appartenance soumise à la communauté musulmane, soumission paradoxalement présentée et souvent vécue comme une rébellion.

Le voilement du corps des femmes devient l’étendard de leur servitude volontaire.

Dans cet islam, les individus ne s’appartiennent plus, tous les champs de l’activité humaine sont soumis à des règles de conduite et à des prescriptions strictes et tout déviant doit être débusqué et puni. Or les idéologies du wokisme, la nouvelle religion, se coulent dans le même moule. Des luttes convergentes, intersectionnelles construisent une nouvelle radicalité politique qui fait cause commune avec l’islam politique.

Indigénisme, décolonialisme, racialisme, cancel culture et conscience woke ont débordé les discours anti-blancs et dégagistes de l’islamo-gauchisme écolo-radical. S’impose alors un strict politiquement correct de la dénonciation de la blanchéité, de la repentance et de la déconstruction systématique du mâle blanc.

Le Retour du Totalitarisme des néo-féministes contribue à une nouvelle forme d’infantilisation des femmes. En substituant le concept de genre à celui de sexe, les néo-féministes contribuent insidieusement à la promotion d’une nouvelle forme d’infantilisation des femmes qui seraient des proies pour les hommes, dans les rues et au travail, comme dans l’espace domestique. Au prétexte de lutter contre les stéréotypes de la virilité, on renonce à éduquer les petites filles et on leur inculque dès le plus jeune âge la peur des hommes.

En promouvant la répression des hommes sans distinction et de leurs prétendus bas instincts, comme seul moyen pour protéger les femmes, le néo-féminisme rejoint les défenseurs les plus réactionnaires de la distinction des rôles genrés et de la séparation des sexes.

Le Retour du Totalitarisme des néo-féministes en arrive à nier les dimensions historique et culturelle de l’oppression des femmes et, partant, toute différence entre les situations des femmes à travers le monde et les sociétés. Elles soutiennent une position bienveillante à l’égard des atteintes aux droits des femmes que sont le voilement partiel ou total de leur corps, leur réclusion domestique, la réduction de leur rôle à la reproduction, et même l’excision au nom du multiculturalisme et du respect des cultures extra-occidentales.

Par ailleurs, à rebours des luttes passées, ces pseudo-féministes préconisent le refus de la pilule au motif que ce type de contraception déresponsabiliserait les hommes, alors qu’elle fut un pivot de la libération les femmes. Elles défendent la contrainte de l’allaitement au motif qu’il consoliderait le lien entre la mère et l’enfant et renforcerait le rôle des femmes au détriment des pères. Ce nouveau positionnement, que l’on peut qualifier de féminiciste plutôt que de féministe, s’inscrit dans un mouvement de retour à la nature qui s’affirme éco-féministe en assimilant domination des femmes et domination de la nature par l’homme blanc occidental.

Les aspirations féministes se sont déplacées de la revendication de la majorité électorale et juridique à l’égal des hommes puis de l’autonomie, de la libre disposition de son corps (contraception, avortement, libre sexualité) à l’égal des hommes, à la lutte pour la criminalisation du viol et des violences conjugales : deux combats absolument légitimes et nécessaires, mais qui a fait supposer une infériorité des femmes les mettant pour l’éternité en position de victimes systémiques des rapports homme/femme.

Les néo-féministes moralisatrices criminalisent les hommes et rabaissent les femmes.

Refusant de prendre en compte la réduction des inégalités de sexes en Occident depuis plusieurs décennies, les néo-féministes renoncent à l’égalité des droits au profit du droit à la différence.

Elles retombent ainsi dans les stéréotypes les plus éculés de l’éternel féminin. Participant de la tyrannie des minorités, les néo-féministes moralisatrices font reculer le progrès de l’humanité et la cause féministe. Ce pseudo-féminisme afflige les féministes égalitaristes et universalistes, héritières des suffragettes et des combats du MLF des années 70, et tous ceux qui défendent l’égalité entre les hommes et les femmes, la libre expression et la libre disposition de son corps en tout lieu (Renée Fregosi, Revue des deux mondes).

Avec Zemmour : Nous devons reprendre le contrôle de notre pays !

Thierry Michaud-Nérard

image_pdfimage_print
4
2

5 Commentaires

  1. L’élegance de la première femme sur la photo! Elles n’ont aucune dignité, elles n’ont pas ce petit quelque chose à la fois pudique et mignon qui fait que la relation avec les hommes se fait naturellement…Elles passent à côté beaucoup de bons moments !!
    Tant pis pour elles mais si elles pouvaient faire moins de bruit.

  2. Elles portent toutes le pantalon à longueur d’année…comprend pas!
    Elles ne sont pas idiotes mais dangereuses.

  3. Très bon résumé ,comme tous vos papiers Monsieur M-Nérard ;je me permet de juste rectifier que sans doute tant que cela leurs est possible ‘la contrainte de l’allaitements est en tout cas bien nécessaire pour donner aux futurs adultes une meilleur immunité naturelle?..

  4. définition du faiaiaiaiaminisme : la haine et les appels aux meurtres de l’homme Blanc financée par la SOROS and Co encouragée et soutenue par l’ensemble de la clique politicarde élue par ces mêmes Blancs.C’est ça le paradoxe.

  5. mais surtout ça ressemble fortement aux procès de moscou staliniens ; et ça continue, le verdatre se soumet et veut bien plaider coupable pour que triomphe le parti

Les commentaires sont fermés.