Retour sur le débat : Zemmour a enfoncé Mélenchon

Deux jours à déguster son livre (non sans un moment de hoquet…) et la soirée d’hier pour suivre son débat avec Mélenchon, ma semaine aura décidément été très occupée par les écrits et les propos télévisuels d’Éric Zemmour.

Je ne le regrette pas : à l’oral, comme il l’est à l’écrit, il a été le plus souvent excellent.

Je connais Éric Zemmour depuis bien longtemps, lorsqu’il couvrait quelquefois les universités d’été du Front National que j’ai dirigées pendant dix-neuf ans.

Je n’ai jamais cédé au masochisme de convier à déjeuner en ces occasions les journalistes de la « grosse presse » qui, pour la plupart, n’étaient là qu’en mission de dénigrement sinon de désinformation. Éric Zemmour faisait partie des rares avec lesquels les échanges étaient toujours sans chausse-trappes et avec lui, toujours agréables.

Je lui rappelais il y a peu dans un bistrot proche du Figaro que j’aimais dire : « Au moins Zemmour, ça rime avec humour ! ». Et notre conversation ne manqua pas de ces bons éclats de rire dont il sait ponctuer, quand cela s’y prête, ses entretiens. Je reviendrai sur son livre mais sans plus attendre je veux en venir à hier au soir.

Éric a sur l’essentiel enfoncé Mélenchon.

Et d’abord en lui rappelant la monstruosité des crimes du communisme dont il fut, lui Mélenchon, le collabo. Les crimes de Staline bien sûr, et pas, cher Éric, par dizaines de milliers mais par dizaines de millions de victimes. Et les crimes de Trotski aussi, par trop souvent occultés en raison de son élimination par Staline et de l’habileté trotskiste à refaire le passé de la Révolution.

Zemmour a ensuite enfoncé Mélenchon sur son néologisme de « créolisation », concept fumeux pour recouvrir l’idéologie du métissage (laïque et obligatoire !).

Pitoyable Mélenchon ayant manifestement lu quelque bouquin genre « l’islam pour les nuls », et incapable de réfuter Zemmour sur le fait que l’islam est d’abord fondamentalement politique, comme je l’ai, je crois, démontré dans mes livres sur le sujet.

Pitoyable Mélenchon ne sachant pas ou ne voulant pas savoir la place fondamentale de l’oumma dans la réalité islamique.

Les échanges sur l’insécurité n’ont pas plus été à l’avantage du député de Marseille, se voulant émouvant comme un enfant de chœur dans la description romantique de sa police idéale. Notons au passage que devant les aboiements et même les injures du gros bolcho Mélenchon (« Petit bonhomme ! »), Zemmour garda un calme remarquable de superbe escrimeur, répondant aux moulinets désordonnés de son adversaire par des touches bien envoyées.

Mélenchon en devenait même par moments émouvant en reconnaissant qu’il s’était si souvent trompé, qu’il avait le droit de changer.

Certes ! Mais alors comment ses partisans ne penseraient-ils pas qu’il pourrait bien un jour ne plus défendre ses positions actuelles ?

Mais faudra-t-il pour cela attendre que l’oumma soit forte d’une population de vingt, trente ou quarante millions de fidèles ?

En attendant, sur les questions économiques, le cœlacanthe marxiste-léniniste nous fit le plaisir de revenir à la vieille thématique socialo-communiste pour une économie collectivisée, planifiée.

C’est sur ce terrain que nombre de commentateurs ne connaissant pas Zemmour l’attendaient. Je n’avais pour ma part aucune inquiétude. Pour le plus grand dépit de ses contempteurs, Éric s’avéra magistral.

De ce qui précède, certains pourraient-ils s’aventurer à conclure que je serais devenu quelque peu zemmourolâtre ?

Que nenni !

Pourquoi donc dans son superbe livre « La France n’a pas dit son dernier mot » faut-il qu’il se laisse aller à écrire : « Oury est au cinéma ce que de Gaulle fut à la politique : le grand réconciliateur » ? Que Zemmour admire le rôle du Général pendant la guerre, ou encore son bilan économique des années soixante-cinq, soixante-dix, c’est une chose, mais le qualifier de « grand réconciliateur », c’est énorme !

Lors de notre prochaine émission de la réplique sur Radio-Courtoisie, mercredi 6 octobre, nous dirons combien Éric Zemmour a encore une fois produit un livre de haute volée. Mais nous consacrerons tout de même quelques minutes à la question du « grand réconciliateur ». Preuve que si nous sommes volontiers zemmourophiles, nous ne sommes pas prêts de devenir zemmourolâtres.

Bernard Antony

image_pdf
0
0

33 Commentaires

  1. Sans vouloir vous vexer, vous êtes un peu outrecuidant en disant que Mélenchon ne connaitrait rien à l’islam et en vous proclamant grand expert de cette religion car vous en en avez parlé dans vos livres.

    La vérité est tout autre : les deux intervenants étaient brillants et cultivés, ce qui rendait le débat attrayant.

  2. Ben si, De Gaulle fût un réconciliateur. Il fit en sorte que pour l’essentiel les frères ennemis des années repartent du bon pied, et ensemble après la guerre.

    • ..sans blague..et l’épuration qu’il a laissé faire..de Gaulle ne fut pas un réconciliateur..à aucun moment..

  3. Zemour: «De Gaulle fut un grand réconciliateur»
    Que veut dire Zemour? Que De Gaulle a su réconcilier les Algériens entre eux?
    Ou que De Gaulle a su réconcilier les Français de tous horizons?
    M. Bernard Antony, grand catholique devant l’Éternel, pourrait-il nous éclairer?
    Décrypter les paroles de son ami Zemour?

  4. Un autre catho qui se prosterne devant sa sainteté Zemour, le rabbin Zemour, Moïse pour les intimes.
    À quand une génuflexion au CRIF monsieur Antony?
    Après un petit séjour au Vatican en compagnie de Sa Sainteté le pape François, le tout commençant par un baisemain.

  5. On voit avec cet article que la griffe de Bernard Anthony est toujours aussi acrée et qu’elle vise juste.

    C’est vrai que pour beaucoup de patriotes, Marine est maintenant  » carbonisée », comme l’a écrit récemment Jacques Guillemain sur RL. Pour moi, ça a été fini avec Marine le jour ou un journaleux lui a demandé si elle pensait que l’Islam était compatible avec la république et qu’elle a rérépondu: » Oui je le crois »

    Soit elle ne comprend rien à l’Islam, soit elle fait du racolage électoral. Daans les deux cas c’est grave.
    Ancien fan de Marine, je suis maintenant Zemmourien, ( à l’inverse de nombreux commenaires de RL, toujour pro-MLP.

    • Marine Le Pen a compris que la raiepublique peut intégrer l’islam, et même ne demande que ça, ce qui est UN FAIT.
      La preuve, c’est que la raiepublique en a déjà fait venir dans les 15 millions et qu’elle vous prie de la fermer si cela ne vous plaît pas.
      Objectivement, Marine Le Pen a donc RAISON.

      Bernard Anthony est un catho bon chic – bon genre, le genre de personne qui envoie ses gosses au cathé au lieu de les inscrire à l’école de tir.

      Quand à Jacques Guillemain, c’est un peu pareil : ancien RPR, il est perdu dans le monde d’aujourd’hui qu’il ne comprend pas, après avoir pourtant apporté la pierre à son édification…

  6. Grande erreur Bernard, Zorro n’a guère enfoncé Méluche, mais il a manqué sensiblement de hauteur. Ce qui n’augure rien de bon sur son avenir qu’il veut politique !

    • Si pour vous ainsi que beaucoup d’autres francais un debat c’est un match de boxe, alors Melenxchon a gagner comme le demontre le dernier sondage quand par exemple il a dit que les femmes en France avant portait le voile sans que Zemmour lui rappelle que d’abord ce n’etait pas un voile mais un foulard uniquement a l’interieure des eglises et/ou dehors comme dans les champs pour se proteger du vent et du soleil et et non dans un but religieux. Beaucoup de la nouvelle generation se savent pas cela et il fallait leur rappeller car ce genre de petit detail peut devenir tres important dans la tete des gens qui n’ont pas connu cette epoque

  7. Ils ont bien amusé la galerie, il fût un temps, paraît il, ils étaient bien copains, peut être du temps ou Zemmour votait Mitterrand . Dans le genre comique, je préfère et de loin Chevallier et Laspalès, eux au moins n’ont pas la prétention d’être candidat aux élections présidentielles.

    • Ce n’est pas « paraît-il », c’est un fait. Zemmour et Mélenchon sont d’anciens « potes » et le premier a même invité le second chez lui pour fêter son cinquantième anniversaire, sans compter tous les dimanche où ils se rencontraient autour d’un verre.
      Tout comme il est vrai que Zemmour a voté pour mitterrand en 1981 puis en 1988, avant de voter pour sarkozy en 2002, quand Jean-Marie Le Pen était au deuxième tour.

      Ne fût-ce que pour cette raison, je ne voterai pas pour cette ordure de zemmour.

      Simple retour d’ascenceur. Il veut jouer ? Il ferait bien de se rappeler qu’il y a une règle du jeu !

      • Stentor , si on est une ordure parce qu’on a voté Miterrand dans les années 80 , ça fait beaucoup d’ordures en France…….

      • Stentor , En 2002 c’était pas Sarkosy , c’était Chirac…..arrêtez de dire n’importe quoi !

  8. Toujours est-il qu’hier soir, Zemmour a enfoncé Minc sur LCI et même la Ruth n’a rien pu faire pour le secourir. KO le Minc, tout bouffi de sa suffisance. Entre parenthèse, trois sectateurs de, en famille, de la France sur le plateau ce soir-là: pathétique !

  9. mélanchon qui jurait ne jamais débattre avec zemmour
    et il a cru pouvoir se refaire, quand on perd au casino, plus on s’entête plus on s’enfonce
    pauvre mélanchon, il finit pitoyablement et il le saura encore plus en 2022

  10. Mélanchon est dans un déni électoraliste. Zemmour dans l’incapacité de s’adapter à un monde qui change. Le futur se fera. Sans l’un ni l’autre ça c’est une certitude. Quand au gagnant, vous êtes très fort, parce-que moi j’ai vu un débat sans fond véritable. Les idiots-lâtres Gargaméliens auront vu leur champion des jeux aquatiques gagnant, ceux qui ne peuvent pas le sentir auront vu un Mélanchon sûr de lui et combatif. Au final un débat qui aura surtout contenté les annonceurs de BFMTV sans ébranler les certitudes des uns et des autres. Un débat pour rien en somme.

  11. Zorro Zemmour n’a pas pourfendu Méluche, et le Che n’a pas noyé le Messie. Des deux côtés des partisans, il reste comme une déconvenue propice à réflexion sur les deux compères covidistes.

  12. Zemmour – Mélenchon : deux vaccino-climato compatibles. 2 h et quart de discussion convenue pour les gogos des deux camps.
    Interminable et minable lénifiant débat pendant lequel les deux imbus n’ont pas consacré une minute pour dénoncer la tyrannie sanitaire et le suicide vaccinal.

    • Je voudrais juste te rappeler que chaque question abordée était prévue d’avance !!

      Et, on peut sans aucun doute le regretter, tout ce qui a un rapport avec le covid, le vaccin, n’était pas dans les thèmes abordés !!!

      Eric ZEMMOUR, ne t’en déplaise, à mis la réalité sur les thèmes abordés, dans la gueule du merlucon !!! même si je trouve qu’il a été plutôt « gentil » avec ce sac à merde de merlucon !!!

      • Bobby
        Les politiques savent très bien déborder les thèmes quand ils le veulent. Et là non?

      • Et pourquoi n’était-il pas prévu d’aborder la question du covid, du vaccin et du passe sanitaire ?

      • Zemmour a même remercié Mélenchon pour la qualité du débat : « Merci à @JLMelenchon pour ce débat de qualité. » dixit l’oiseau qui gazouille.

    • zemmour a encore une fois ignoré les pets des vaches qui chargent l’atmosphère en co2
      rien dit sur la saleté des rues de Paris, bref un moins que rien

  13. Au grand dam de leurs partisans, les deux compères, complices implicites de la dictature sanitaire imposée par Macron, ont fait montre d’une courtoisie sans faille. Zemmour a même remercié Mélenchon pour la qualité du débat : « Merci à @JLMelenchon pour ce débat de qualité. » dixit l’oiseau qui gazouille.

  14. Il me semble que EZ aurait pu achever Mélenchon, mais qu’il ne l’a pas fait.

  15. Adhérent à l’Agrif et abonné à La Griffe, je constate que Bernard Antony peut aussi dire d’énormes stupidités.

Les commentaires sont fermés.