Et si, pour un avenir meilleur, on supprimait l’obligation de cotisation ?

Publié le 12 janvier 2020 - par - 31 commentaires - 1 121 vues
Share

Dans la livraison de ce dimanche sur Riposte laïque, M. Gérard Couvert met gouvernement et syndicats dans le même sac et ce à juste titre, car les Français sont les dindons de leur farce tant il y a entre eux une forte complicité.

https://ripostelaique.com/pourquoi-je-renvoie-gouvernement-et-syndicats-dos-a-dos.html

Il tente une comparaison entre les systèmes de retraite par répartition et ceux par capitalisation et une approche entre les prélèvements opérés et le calcul des pensions servies, soulignant que la réforme gouvernementale vise uniquement à changer les modalités de calcul des retraites payées sans porter atteinte aux prélèvements actuels… Ce qui est exact jusqu’au plafond actuel de la Sécurité sociale d’environ 120 000,00 euros mais faux au-delà jusqu’à 330 000,00 euros, tranche qui deviendrait ipso facto exonérée, d’où un gain de plus de 40 milliards d’euros/an pour les grands groupes et une trentaine de milliards/an pour quelques milliers de cadres.

Il convient d’évacuer un autre silence de la réforme gouvernementale : faire main basse sur les près de 200 milliards des divers fonds de réserve des retraites accumulés durant ces dernières décennies ainsi que par les caisses autonomes mieux gérées pour financer l’immigration et le Grand Remplacement des Français par les immigrés de provenance exotique.

Il évoque aussi une idée originale : le système universel de retraite publique, Surp, fondé sur la citoyenneté et non sur les revenus d’activité professionnelle : en quelque sorte, le prolongement du revenu minimal universel de base cher à M. Benoît Hamon en 2017.

Hélas, il a une approche purement comptable, mathématique et éloignée de la pratique des institutions de retraite tant publiques que privées ; il intègre mal les montants cotisés, l’érosion monétaire et le rendement… encore que de rendement, il n’ y en ait point actuellement dans la plupart des cas. Les Français devraient en avoir conscience avant de se prononcer en connaissance de cause alors et avoir une réelle liberté d’action dans la préparation de leurs vieux jours. L’objectif est donc ici de les éclairer utilement.

Publiques ou privées, les retraites sont des assurances spécialisées du risque dit « vieillesse » servant des rentes à partir d’ un certain âge jusqu’au décès en fonction de la collecte des fonds et de la table de mortalité. Hélas, la plupart du temps et pour la plupart des caisses concernées, de base ou complémentaires, le coût de la collecte des fonds est déjà lourd et la gestion en est gabegique : en termes techniques, ces chargements sont très lourds, d’où la faiblesse des rentes servies alors que le prélèvement lui-même est bien trop lourd et le rendement très faible, voire nul. Avant tout, il convient d’être réaliste et de savoir que tous les systèmes de retraite actuels sont des placements à rendement négatif, même si les retraites complémentaires privées par capitalisation et certaines retraites professionnelles autonomes sont mieux gérées.

Le système de répartition qui apparaît juste et égalitaire, de prime abord, devient une véritable pyramide de Ponzi dès lors que l’évolution démographique devient défavorable et Bernard Madoff lui-même échouerait irrémédiablement.

Le système de capitalisation qui paraît plus équilibré est souvent très risqué en dehors même des chargements, car il repose souvent sur des placements boursiers qui sont par essence de nature cyclique, ce qui fait baisser les rentes servies lors des baisses boursières : les retraités américains en savent quelque chose, y compris ceux du secteur public comme ceux affiliés à Calpers ou ceux généralistes comme Black Rock et ce malgré les techniques d’optimisation qui sont autant de menaces pour les entreprises ainsi ravagées et les salariés réduits au chômage ou à la servitude. Certes, les capitalisations investies dans l’immobilier, la terre et la forêt offrent un rendement très régulier, même s’il apparaît quelque peu faible ; par ailleurs, cette base d’investissement est trop limitée et même finie et donc insuffisante pour couvrir les énormes besoins, notamment par temps de « papyboom ». Enfin, les placements en diamants, or, etc. maintiennent certes la valeur mais ne produisent aucun rendement réel ; leur liquidité est presque aussi faible que celle de l’immobilier, de la terre et de la forêt.

Ces basses contingences matérielles étant posées, il convient d’élever la réflexion en rappelant la dimension morale et philosophique de la problématique de la retraite. Certes, il est sain et souhaitable d’assurer des conditions de vie décentes pour les vieux jours mais les systèmes actuels de retraite, qu’ils soient publics ou privés, par répartition ou par capitalisation, sont foncièrement collectivistes et marxistes, notamment par leur caractère obligatoire et coercitif en sus d’être particulièrement onéreux et donc privatifs de liberté et nuisibles en termes de conditions de vie et de satisfaction des besoins élémentaires. Qui plus est, ils sont destructeurs de la famille, de la natalité et du patrimoine.

Or les capacités d’épargne de chacun et les besoins de retraite de chacun sont très différents et sont et doivent demeurer individuels. D’où la nécessité de supprimer le caractère obligatoire des cotisations et d’affiliation à telle caisse ou à une caisse : chacun doit être libre d’épargner ou non, à sa façon, de manière collective ou non et de ses choix d’investissement. La capacité financière existe, y compris pour les salariés.
En effet, sous des appellations diverses, chacun cotise actuellement soit directement, soit indirectement à des systèmes de retraite ; pour le plus grand nombre : les retenues salariales de retraite et les retenues patronales de retraite, tant pour les retraites de base que pour les retraites complémentaires, dont l’ensemble est appelé : salaires différés.

Juridiquement, ces salaires différés à long terme sont sensés appartenir dès le départ aux salariés, car issus de leur travail et donc transformés en rémunérations à terme, et non pas aux entreprises et administrations : il s’agit de rendre ces retenues de retraite salariales et patronales aux salariés qui pourront ainsi avoir une importante capacité d’épargne pour préparer personnellement leur retraite en réalisant les investissements les mieux adaptés à leur situation personnelle, dans toutes les dimensions : capital, activité professionnelle, commerce, immobilier, brevets, marques, etc., d’en changer éventuellement, de les doser à convenance… tout comme, pour les plus paresseux, de confier leur épargne mensuelle à une caisse, publique ou privée, si bon leur semble et, dans ce dernier cas, la sortie en rente ne devra pas être la seule issue possible tant la sortie en capital doit être possible avec l’intégralité de la provision mathématique sans aucune pénalité.

Cette remise en cause des prélèvements de retraite générerait d’importantes économies en termes de gestion et augmenterait l’efficience générale : les salaires pourraient être revalorisés en conséquence, mettant ainsi fin à la faiblesse générale actuelle des salaires qui est un véritable handicap pour l’économie en France. Au point que l’actuelle réforme des retraites envisagée par le gouvernement impliquerait de rehausser considérablement les traitements de la fonction publique et les rémunérations du secteur privé qui, tant dans le système actuel que dans celui envisagé, serait fatal à bien des entreprises, sans remise en cause des prélèvements.

Reste l’hypothèse soulevée de système universel de retraite publique « Surp » à partir d’un certain âge et en fonction de certains paramètres ouvert aux citoyens et basé sur l’impôt. Le postulat est que l’administration fiscale serait efficace et compétitive… on sait ce qu’il en est avec ses énormes coûts de collecte des amendes, impôts, taxes, redressements douaniers et fiscaux, une gestion interne désastreuse et le mégascandale des énormissimes rémunérations et indemnisations diverses à plus de deux cents dysfonctionnaires-ponctionnaires de Bercy en dehors de tout rapport avec le service rendu et de tout cadre légal, comme l’a indiqué la Cour des comptes elle-même à plusieurs reprises. Qui plus est, il s’agit de créer un nouvel impôt alors que l’objectif est d’en supprimer le plus grand nombre possible. À charge encore, ce Surp repose sur une logique collectiviste marxiste négatrice de la liberté et de la responsabilité des Français condamnés à l’assistanat et à la servitude comme par les actuels systèmes de retraite. À décharge certes, l’évolution technologique entraînant la robotisation à outrance et la disparition de très nombreux emplois qui sont très peu remplacés par des emplois nouveaux, il convient alors de procurer de nouveaux moyens de subsistance digne aux personnes qui seront donc forcément privées d’emploi, parfois même à vie.

Au Cercle Légitimiste de France, l’objectif est de rendre la liberté aux Français, de respecter leur propriété et de les faire bénéficier du produit de leur activité quelle qu’elle soit. D’où la nécessité de mettre fin au caractère obligatoire de ces prélèvements de retraite de toute nature et de refondre complètement la fiscalité directe et indirecte drastiquement, comme cela a été indiqué à maintes reprises, de même qu’il en faut finir avec l’actuelle lutte des classes patronat-salariés pour revenir aux corporations et jurandes afin d’accroitre la compétitivité générale et donc les richesses pour tous. Le lecteur se reportera avec profit sur et notamment au III. La politique légitimiste pour complète information.

https://ripostelaique.com/restauration-de-la-royaute-legitime-et-politique-legitimiste.html

Par ailleurs, les Français sont de plus en plus conscients de cette vaste escroquerie gouvernementale républicaine selon laquelle les immigrés travailleraient et paieraient les retraites des Français, alors même que non seulement ils sont incapables de se suffire à eux-mêmes mais qu’ils sont, pour l’immense majorité, à la charge perpétuelle des Français, et ce pour des montants colossaux, faramineux : au demeurant, ils fuient, pour nombre d’entre eux, le continent le plus riche de la planète qu’ils sont incapables de mettre en valeur après avoir délabré les infrastructures laissées par les colons européens. Or cette immigration coûte chaque année plusieurs centaines milliards d’euros aux Français en pure perte : il convient de rendre tout cet argent à la France et aux Français, argent qui permettra et d’augmenter toutes les rémunérations, d’améliorer les services publics, de diminuer significativement la fiscalité, de payer les retraites, de soulager les familles françaises en y favorisant la natalité en lieu et place de la culture de la mort et de la dégénération, et même de payer le Surp à un niveau amplement suffisant en sus du revenu universel cher à l’abbé Benoît Hamon.

Certes, demain n’est pas la veille et la République qui a créé les problèmes ne les résoudra pas : au contraire, elle les aggrave sans cesse et en crée de nouveaux. En effet, depuis 1792 à ce jour, la République est et demeure le parti de l’étranger, des escrocs, des menteurs et des voleurs. Pour envisager sereinement l’avenir, il convient donc de remettre la France à sa place de royaume du Fils aîné de l’Église avec le roi légitime sur le trône et sous la couronne en sa qualité de lieutenant de Dieu en France. C’est en revenant à ces bases saines et respectueuses du bien commun que la France et les Français retrouveront bonheur et prospérité, paix et sécurité à l’intérieur comme à l’extérieur ainsi que la crédibilité et le rayonnement d’antan.

Fernand CORTES de CONQUILLA
Cercle Légitimiste de France
fcdc@bbox.fr

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Gillic

Ces salopards de syndicalistes et leurs têtes à penser ne veulent que détricoter les caisses de retraites qui sont équilibrées dans leurs comptes voir excédentaires !!! Il suffirait pourtant de supprimer les caisses les caisses gangrenées par la chienlit socialo- bolchevique et supprimer aussi les avantages d’ une autre époque qui apparaissent encore à la SNCF, à l’ EDF etc etc….

FCC Cercle Légitimiste de France

Les syndicalistes car ils sont jaloux de l’ excellente santé de ces caisses qu’ ils ne gèrent pas car elles leurs échappent et le gouvernement pour faire main basse sur leur magot afin de financer l’ invasion exotique afin de poursuivre le grand remplacement.
Fernand CORTES de CONQUILLA fcdc@bbox.fr Tél.: 06 04 08 46 36

Jean-Paul Bourdin

Allez, encore un monsieur Je sais tout, ce Cortes de Conquilla, qui nous abreuve de ses théories tout autant fumeuses que celles de l’état et des syndicalistes, avec pour seul intérêt dans l’affaire que son fantasme royaliste; lui aussi tout pareillement éloigné de la réalité de ce que vivent les vrais gens. Vous ne valez pas mieux que Macron, tiens !

FCC Cercle Légitimiste de France

Et vous sieur Jean-Paul Bourdin qui ignorez tout et administrez à la moraline à deux balles, que proposez-vous alors comme solutions efficaces qui puissent aider les gens à mieux vivre en liberté et non en esclavage?

POLYEUCTE

La Retraite est une chose trop compliquée pour être confiée à des politiques ou des syndicalistes….
Seule une analyse actuarielle permettra d’en sortir de façon démocratique.
Thèse de M. Rondepierre hier, que vous n’avez pas lue.

FCC Cercle Légitimiste de France

Non, je n’ ai pas lu cette thèse. L’ objectif du Cercle Légitimiste de France est d’ en finir avec l’ esclavage et le racket auxquels les Français sont soumis et de leur rendre la liberté et les fruits de leur travail en leur en laissant la libre gestion à leur convenance..

POLYEUCTE

C’est bien dommage. Nous sommes proches…

FCC Cercle Légitimiste de France

Si vous avez de meilleures idées, n’ hésitez pas à en faire un article sur Rl ou à me les envoyer à fcdc@bbox.fr je suis ouvert à tout ce qui va dans le bon sens.
Fernand CORTES de CONQUILLA CLF Tél.: 06 04 08 46 36

POLYEUCTE

Je l’ai écrit hier sur RL, plus loin que Gouvert, comme déjà dit. sous mon nom. Mais si vous ne lisez pas les articles, ni les réponses, je ne peux plus rien pour Vous !

Parler vrai

On supprime l’obligation de cotiser, et demain on assistera des vieilles cigales ?

FCC Cercle Légitimiste de France

NON, les gens dégagent de leur travail un revenu perçu beaucoup lus important et ils peuvent donc plus aisément en épargner une part significative pour leurs vieux jours et à moindres frais et sans impôts car cette épargne retraite serait entièrement défiscalisée tant pour les salariés que pour les entreprises. Qui plus est chacun gérera son bien comme bon lui semble et en toute liberté. Finies les tutelles ressemblant furieusement à l’ esclavage, place aux gens libres!!!

Olivia

Le système de capitalisation existe depuis fort longtemps pour les fonctionnaires : la PREFON ! Son nom est d’ailleurs revenu sur le devant de la scène ces derniers temps, à l’occasion de la grève, soit à titre d’exemple ou pour mettre en lumière une formule qui a le mérite d’exister. Mais, il faut avoir les moyens – et la volonté – pour les petits salaires, tout au long de sa carrière, de prévoir un pécule pour ses vieux jours. Car, plus le salaire est bas plus il est ardu d’en soustraire une somme régulière… Par conséquent, le prélèvement obligatoire est plus sage. Comme toujours, dans les régimes spécifiques, ce qui les a mis à l’index ce sont les abus. Et, comme toujours, la majorité paye pour quelques individus qui se sont attribués des privilèges excessifs.

FCC Cercle Légitimiste de France

Certes mais la Prefon n’ autorise que la sortie en rente et non pas la sortie en capital et n’ est ouverte qu’ aux fonctionnaires et agents publics. A quoi sert de cotiser à une retraite si on meurt à la veille d’ en bénéficier? Et surtout si elle est à fonds perdus ou avec une sortie uniquement en rente! Alors qu’ en supprimant les cotisations obligatoires qui plus est à de mauvais systèmes de retraite, on dégage une importante épargne et une marge pour augmenter les salaires, cela permet à chacun d’ effectuer des choix tant pour l’ immédiat comme pour toute la vie active que pour ses vieux jours qu’ il pourra adapter en fonction de ses besoins et de ses objectifs personnels. C’ est au choix: esclavage ou liberté!

Pamela

Bah avec 1 actif pour 2 retraités quasiment la messe est dite …
Il est clair qu’avec l’effondrement démographique évoqué dans l’article , il va vraiment falloir trouver un autre système …
Relancer la natalité , supprimer l’avortement , renvoyer les parasites musulmerdes …
Vaste programme !

FCC Cercle Légitimiste de France

En effet, Pamela, le choix est simple: vivre libre avec Dieu ou l’ esclavage avec le diable!!!

grougnach

1/Relancer la natalité..Non merci , déjà plus de 7 milliards de gens sur terre, ça suffit, voir les déforestations pour nourrir ce beau monde!
2/ Supprimer l’avortement…Les femmes sont libres de faire ce qu’elles veulent de leur ventre; Au contraire il faut l’encourager ainsi que promotionner tous les moyens contraceptifs.
3/ renvoyer tous les parasites musulmerde ..TOUT A FAIT D’ACCORD !!! ET IL Y A LONGTEMPS QUE CELA AURAIT DU COMMENCER!!!

FCC Cercle Légitimiste de France

En désaccord total avec vos 1/ et 2/ Il faut relancer la natalité des Français de souche sous peine qu’ ils se retrouvent minoritaires en France! NON, il n’ y a pas de déforestation en France: elle est de plus en plus étendue chaque année. Il faut abolir l’ avortement tant pour des raisons religieuses que sociales et en raison de la nécessaire relance de la natalité. Depuis 1975 à ce jour, plus de huit millions de Français ont été assassinés dans ventre de leurs mères! Plus de 15 millions d’ exotiques sont venus les remplacer!!! Nous avons perdu plus de huit millions d’ excellents Français qui seraient aujourd’ hui fort utiles et nous avons à la place plus de 30 millions de parasites assassins en action!!!
Fernand CORTES de CONQUILLA CLF fcdc@bbox.fr Tél.: 06 04 08 46 36

patphil

 » il convient donc de remettre la France à sa place avec le roi légitime sur le trône
mais pourquoi pas un empereur ? vive bonaparte!

FCC Cercle Légitimiste de France

Outre les faits que les Napoléon ont échoué car ils ne sont point légitimes, la descendance de Jérôme Bonaparte ne compte même pas un demi millier de soutiens… suivie de la république soutenue par les Français comme la corde soutient le pendu et Orléans n’ atteint même pas le millier de soutiens… alors que le roi légitime en compte plus de 8000!!! On ne peut rien contre la Volonté de Dieu!!!
Fernand CORTES de CONQUILLA Cercle Légitimiste de France fcdc@bbox.fr Tél.: 06 04 08 46 36

Michel Janvresse

Monsieur Cortes de Conquilla ne fait que constater comme le CLVF que le système français actuel est voué à la faillite inéluctable. cf: https://clvfblog.wordpress.com/la-faillite-sociale-de-la-republique/:

Les anglais ont une vision plus pragmatique. Une retraite d’état, financée par l’impôt, du même montant versée à tous vers 65 ans. A chacun de cotiser sur la base du volontariat à une capitalisation pour améliorer sa retraite.

Pas de solution miracle apparemment.

FCC Cercle Légitimiste de France

Le système anglais est mauvais en ce qu’ il est fiscaliste et donc onéreux et restrictif de la liberté. Il asservit au lieu de donner liberté et indépendance aux gens.

meulien

J’ai travaillé 7 ans aux USA sans cotiser à une caisse de retraite. C’est légal. J’ai pu mettre de côté une certaine somme que j’ai placée pour percevoir une pension, à 60 ans, pour une durée de 25 ans, nettement supérieure à une retraite française avec 40 ans de cotisations.

FCC Cercle Légitimiste de France

Excellent exemple de ce que chacun peut faire… une rente à annuités certaines… ou un capital à terme: dans ces cas, le rendement est toujours positif… et, en cas de décès avant fin du terme, transmissible aux héritiers ou à un bénéficiaire désigné..

grougnach

Excellent !!! Et sans droit de succession !

FCC Cercle Légitimiste de France

Au oins, nous sommes bien d’ accord sur tout cela.

Michel Janvresse

Tout le monde n’en a pas forcément les moyens financiers. Exemple les handicapés. Mais il est vrai que cela pourrait convenir à de nombreuses personnes.
On peut compenser la suppression des caisses de retraites obligatoires par une obligation de cotiser à un plan retraite auprès d’une compagnie de son choix. Système de l’automobile.

FCC Cercle Légitimiste de France

En supprimant l’ obligation de cotisation, on augmente d’ autant les salaires et davantage encore et la marge d’ épargne retraite est considérablement plus forte pour tous. NON, pas d’ obligation de passer par un organisme: la liberté doit être totale pour ceux qui désirent faire par eux-mêmes à leur manière sans contrainte extérieure! NON à l’ esclavage! OUI à la liberté!!!

Claude

Les salariés retraités n’ont pas idée de ce que représentent les coûts de gestion de leurs pensions facturés par les entreprises chargées d’une mission de service public.
C’est un peu comme à la SNCF, beaucoup de cadres et peu de salariés dans les caisses de retraite.

FCC Cercle Légitimiste de France

Justement! Il faut en finir avec tous les parasites qui volent le fruit des gens qui travaillent dur!!! D’ où la nécessité pour chacun de recueillir entièrement tous les fruits de son travail sans être racketté par qui que ce soit.

grougnach

Exact ! Ceux qui ne souscrivent pas à une retraite privée par capitalisation ont du souci à se faire!

FCC Cercle Légitimiste de France

Attention! Il faut favoriser l’ épargne pour préparer ses vieux jours… mais je n’ ai jamais dit qu’ il fallait souscrire à une retraite privée même par capitalisation ce qui revient à aliéner des fonds sans annuités certaines!!! Or toutes ces retraites conduisent à aliéner des fonds sans annuités certaines et tiennent compte de la table de mortalité afin de compléter les bénéfices des compagnies. C’ est aussi le cas de la Prefon dont il a été question.
Fernand CORTES de CONQUILLA Cercle Légitimiste de France fcdc@bbox.fr Tél.: 06 04 08 46 36