Réunion secrète à l’Elysée pour que 10 journaleux influencent les Français

Merci à Pikachu qui nous a signalé l’affaire.

Macron a convoqué 10 éditorialistes de médias ayant pignon sur rue et leur a donné les éléments de langage à diffuser. Cette réunion qui devait rester secrète a fuité dans une newsletter Internet mais on a pu constater que tous les médias en question ont consciencieusement rempli leur mission et les fameux éléments de langage ont bien été diffusés conformément à la demande de Macron.

On comprend mieux pourquoi RT France a été interdite et pourquoi il faut interdire les “fakes news”. Nous sommes entrés dans une ère où le journaliste est un fonctionnaire comme un autre.

Pikachu

Certes, on s’en doutait  et les cadeaux énormes qu’il fait à la presse depuis 5 ans ne nous permettent pas de nous faire d’illusion. Tout comme les moutons bêlants qui depuis les mêmes 5 années nous font la leçon sur Macron, sur le Covid, sur l’Ukraine, sur l’UE, etc… Pris la main dans le pot à confiture les journaleux !

Certes, Praud avait mangé le morceau un jour où il voulait se faire mousser.

Mais, bizarrement, cette fois, il y a au moins l’un de ces 10 journaleux qui a bavé… et révélé le pot-aux-roses. Erreur ? Une coupe de champagne en trop et tout fout le camp? Une vengeance pour ne pas avoir reçu toutes les preuves de considération qu’il attendait ? Un sursaut ? Une minute de clairvoyance et un ras-le-bol de la Pravda, alias la méthode Macron ?

En tout cas on remarque que les 9 autres ont consciencieusement obéi à Macron, le doigt sur la couture de pantalon, comme la vidéo ci-dessous en fait la démonstration éclatante… Bravo les soumis qui ont une conception édifiante, c’est le moins que l’on puisse dire, de leur métier et de la notion de liberté de la presse !

On peut retrouver au moins les noms de ceux cités dans le tweet ci-dessous mais je ne doute pas que les 10 noms vont sortir très vite, puisque l’on va les retrouver dans une dizaine de journaux qui vont nous sortir la même bouillie macronienne…

Et tous les journaux censés ne pas avoir vu Macron de répéter comme un seul homme quelques phrases qu’on leur a serinées (les voilà les éléments de langage), du genre  » Macron ne croit pas à la victoire de l’irresponsabilité »…

Rire, pleurer ou faire la révolution ?

Christine Tasin

https://resistancerepublicaine.com/2023/01/24/retraites-reunion-secrete-a-lelysee-pour-que-10-journaleux-influencent-les-francais/

image_pdfimage_print
11

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


11 Commentaires

  1. On veut bien vous croire, mais les journaleux ont-ils besoin d’une réunion secrète pour que macron leur remonte les bretelles? Il peut leur imposer une nouvelle tactique de désinformation oui. Mais le président des riches a-t-il besoin de leur dire ce qu’ils doivent écrire?
    Les journaux, comme les télés, sont la propriété de milliardaires. Et s’ils ont acheté les médias, c’est pour s’en servir.
    « Qui paie les musiciens choisit la musique » dit le bon sens populaire. Et les journaleux, excepté sur Valeurs Actuelles, qui se moquent comme d’une guigne de la Vérité, font ce que leurs maitres leur dictent.
    A-t-on déjà vu des larbins se dresser contre leurs maitres, ailleurs qu’au théâtre?

    • Disons que ça doit aller plus vite de les convoquer au Château, et de leur dire les choses directement… avec quelques flatteries au passage, n’en doutons pas. Et puis ça permet de s’assurer que la conversation ne sera pas « piratée » puisque tout se passe à l’Élysée, verbalement de surcroît (les paroles s’envolent, les écrits restent)…
      Le gars a un tel sentiment d’impunité et de toute-puissance qu’il finit par se se croire tout permis, y compris dicter aux médias ce qu’ils doivent dire à la populace…

    • Pour moi, c’est évident… on ne peut pas passer d’un rapport de 5 cotisant pour 1 retraité comme dans les années 50-60, à un rapport de 1,6 à 1 comme aujourd’hui sans qu’il y ait des conséquences.

      Le truc qui me gêne, c’est que jamais je n’ai vu évoquer le régime spécial hyper favorable des politiques et de leurs amis, les hauts fonctionnaires. Car qu’on le veuille ou non, l’exemple doit venir d’en haut !

      Il faudrait aussi une plus grande souplesse du système, des solutions à la carte (on part un peu quand on veut) et sans doute aussi une meilleure prise en compte de la pénibilité du travail. Un ouvrier peut être usé à 60 ans, là où un bureaucrate pourra travailler jusqu’à 70 ans… voir les exemples d’André Bercoff (82 ans), Charles Gave (79) et bien des journalistes ou politiciens…

  2. Vive la pravda, la seule presse nous disant la vérité vraie.
    A bas les rézos socios complotistes et fachos ne disant que des mensonges, heureusement qu’il y a le défake-checking de l’aberration et de l’immonde.