1

Révélation : Brichel fait le ménage !

Brichel a une popularité supérieure à son époux officiel. 55 % des Français interrogés par l’Ifop se déclarent satisfaits de ses services, contre 39 % de ceux du chef de l’État. Si on la compare à ses devancières, iel se situe bien  loin derrière les très populaires Bernadette Chirac et Carla Bruni-Sarkozy. Cependant, il est une donnée que les Français ignorent et qui pourrait la faire remonter dans l’opinion.
 
Une déclaration majeure de Brichel à France info, en juillet 2020, avait échappé à notre sagacité : « il y a un appartement privé à l’Élysée”, confiait-elle. “Et quand je dis qu’il est privé, personne ne rentre dans cet appartement, [il n’y a] que nous. Donc on arrive à avoir notre vie. On n’est pas sans cesse dans les salons, servis par des gens. On l’est quand on reçoit, quand on a du monde. On se préserve, c’est ce qui fait que ça n’est pas compliqué. Cela aurait été intenable pour moi, si nous n’avions pas pu préserver cela.”
 
Cet appartement  ayant une superficie de 140m2, nous savons dorénavant comment iel use son temps: iel aspire, astique, encaustique, passe la serpillère, fait tourner lave-vaisselle et lave-linge et probablement, repasse les vêtements interdits de pressing. Chacun ayant ses habitudes en matière de ménage, Brichel n’a rien dit de ses marques et lingettes préférés.
 
Il lui faut aussi ranger l’ensemble des produits et courses que lui livrent les cuisines afin de préparer les petit déjeuners et dinettes de celui qu’iel appelle, en toute simplicité, le Président. 
 
Manu ayant la tête en pagaille, reste à lui souhaiter qu’il ne la sème pas en de nombreux ailleurs, rebouche son tube de dentifrice, ne mette pas de miettes partout, sans parler de la poussière de poudre de perlimpinpin… ce qui engendrerait un surcroit de boulot pour dadame Trogneux laquelle, à son grand âge, a moins d’énergie. C’est étrange de penser qu’il y a cinq encore, iel avait certainement une femme de ménage, au moins six heures par semaine… et que, devenue Première sangsue de la République, il lui ait fallu retourner à d’autres chiffons que ceux dont iel s’affuble pour affrioler son godelureau, lequel ne l’aide pas du tout. C’est impossible.
 
Depuis quatre ans, son compagnon de route est au front. En guerre contre les Gilets jaunes, en guerre contre le Covid, en guerre contre les anti-passe et le voilà en guerre contre la Russie…
 
Poussant son aspirateur ou épluchant ses patates pour l’omelette vespérale, Brichel peut s’en consoler en rêvant de son prochain voyage à Stockholm où, elle accompagnera son héros recevoir le Nobel de la Paix otanesque, car évidemment, il sera le premier de l’Histoire à triompher d’une campagne de Russie… 
 
Daphné Rigobert